logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/10/2007

Communiquez avec votre bébé grâce au massage

Le massage pour bébé est traditionnel chez les Indiens, les Africains. Il est pratiqué aussi bien par les femmes que par les hommes.
Depuis quelques temps, il est entré dans les mœurs occidentales. C’est l’Américaine Vimala Schneider McClure qui l’a introduit aux Etats-Unis au début des années 80 après qu’elle ait observé ses bienfaits dans les orphelinats en Inde.
Il n’est plus considéré comme anormal qu’un père ou qu’une mère touche, masse son bébé. Cela va d’ailleurs de paire avec la démocratisation du massage en général. Les bienfaits procurés sont tels, que ce serait un crime de ne pas en faire profiter votre enfant !

Le massage pour bébé permet de construire, de tisser un lien très fort entre les parents et le bébé. Comme le bébé ne comprend pas encore le langage verbal, le toucher, le sensoriel constitue une autre manière de communiquer.


Comment procéder ?

Le massage doit constituer un moment privilégié entre vous et votre bébé. Vous devez donc le prendre comme tel en vous isolant du monde extérieur, en choisissant un endroit calme, douillé, à température tempérée (ni trop chaude, ni trop froide)
Le moment idéal est après le bain, dans la mesure du possible. Surtout, évitez de masser votre bébé juste après le repas car il risque de mal digérer et de vomir.
Vous pouvez utiliser une huile de massage, à base d’amande douce par exemple. Mais prenez des précautions : des allergies peuvent apparaître parfois. Prenez soin d’essayer cette huile de massage sur une petite partie de la peau de votre bébé et surveillez les réactions éventuelles pendant 24 à 48 heures.

Vous ne devez pas confondre massage et caresse. Vous mouvements ne doivent pas être de simples effleurements, ce qui serait totalement inefficace. Le pétrissage est préférable afin que votre bébé ressente réellement et profondément les bienfaits de votre massage. Bien sûr pétrissage ne signifie nullement rudesse. Vous ne devez pas avoir des gestes brusques, violents, douloureux.
D’ailleurs, votre bébé vous fera savoir si vos gestes sont trop agressifs. En l’observant attentivement, vous verrez qu’il aura une réaction de rejet et en pleurant, il vous fera savoir que vous vous y prenez mal.
Il est évident que vous ne devez pas masser une partie du corps de votre bébé qui vient de subir un traumatisme quelconque (hématomes, griffures…) ou qui est blessée.


Alors comment vous y prendre concrètement ?

Placez votre bébé sur le dos. Les jambes face à vous. Vous devez commencer par masser les extrémités du corps de votre bébé et « attaquer » progressivement les autres parties de son corps : des épaules au ventre ; des épaules aux mains ; massez les bras assez énergiquement (sans aller jusqu’à lui casser le bras !) ; croisez ses bras et ses jambes : massez le dessous de pied de votre bébé (un vrai délice) ; mettez votre bébé sur le côté pour massez les jambes (de la hanche au pied) ; retournez-le sur le ventre pour masser son dos de haut en bas avec de petites pressions avec le pouce.

La séance peut durer de 20 à 30 minutes. L’idéal est de commencer après l’âge de 2 mois.

Les bienfaits du massage pour bébé sont nombreux.
Il permet d’établir un lien affectif très fort entre votre bébé et vous. A la sortie de votre ventre, votre bébé est séparé de vous, il n’est plus aussi proche de vous en quelque sorte. Votre relation n’est plus aussi fusionnelle. Il peut se sentir perdu, esseulé.
Grâce au massage, au toucher, vous rétablissez cette relation privilégiée et votre bébé se retrouvera en sécurité comme il était dans votre ventre.
Ces différents éléments permettent d’ailleurs d’établir, purement et simplement, un lien entre une mère dépressive (post-partum) et son bébé, qu’elle rejette à cause de sa maladie.
D’autres vertus sont reconnues au massage pour bébé. Il permet de le calmer. Il dormira mieux la nuit. Il améliore la qualité de la peau. Il soulagerait les petits bobos comme la constipation, la colique, les rhumes, la pousse des dents…

Alors, n’hésitez pas ! Massez votre bébé. Vous ne pourrez que lui procurer du bien-être. Dans le même temps, vous vous sentirez plus proche de lui, plus détendu.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

29/10/2007

Ceux que l'on met au monde

Voici une chanson de Lynda Lemay, "Ceux que l'on met au monde" :


Ceux que l'on met au monde ne nous appartiennent pas
c'est ce que l'on nous montre et c'est ce que l'on croit
ils ont une vie à vivre on n'peut pas dessiner
les chemins qu'ils vont suivre ils devront décider
c'est une belle histoire que cette indépendance
une fois passés les boires et la petite enfance
qu'il ne faille rien nouer qu'on ne puisse pas défaire
que des nœuds pas serrés des boucles, si l'on préfère
ceux que l'on aide à naître ne nous appartiennent pas
ils sont ce qu'ils veulent être qu'on en soit fière ou pas
c'est ce que l'on nous dit c'est ce qui est écrit
la bonne philosophie la grande psychologie
et voila que tu nais et que t'es pas normal
t'es dodu, t'es parfait le problème est mental
et voilà que c'est pas vrai que tu vas faire ton chemin
car t'arrêteras jamais de n'être qu'un gamin
tu fais tes premiers pas on se laisse émouvoir
mais les pas que tu feras ne te mèneront nulle part
qui es-tu si t'es pas un adulte en devenir
si c'est ma jupe à moi pour toujours qui t'attire
c'est pas c'qu'on m'avait dit j'étais pas préparée
t'es a moi pour la vie le bon dieu s'est trompé
et y a le diable qui rit dans sa barbe de feu
et puis qui me punit d'l'avoir prié un peu
pour que tu m'appartiennes à la vie, à la mort
il t'a changé en teigne il t'a jeté un sort
t'es mon enfant d'amour t'es mon enfant spécial
un enfant pour toujours un cadeau des étoiles
un enfant à jamais un enfant anormal
c'est ce que j'espérais alors pourquoi j'ai mal
j'aurais pas réussi à me détacher de toi
le destin est gentil tu n'e t'en iras pas
t'auras pas dix-huit ans de la même façon
que ceux que le temps rend plus hommes que garçons
t'auras besoin de moi mon éternel enfant
qui ne t'en iras pas vivre appartement
ta jeunesse me suivra jusque dans ma vieillesse
ton docteur a dit ça c'était comme une promesse
moi qui avais tellement peur de te voir m'échapper
voilà que ton petit cœur me jure fidélité
toute ma vie durant j'conserverai mes droit
mes tâches de maman et tu m'appartiendras
ceux que l'on met au monde ne nous appartiennent pas
c'est ce que l'on nous montre et c'est ce que l'on croit
c'est une belle histoire que cette histoire-là
mais voilà que surprise mon enfant m'appartient
tu te fous de ce que disent les auteurs des bouquins
t'arrives et tu m'adores et tu me fais confiance
de tout ton petit corps de toute ta différence
j'serai pas là de passage comme les autres parents
qui font dans le mariage le deuil de leur enfant
j'aurais le privilège de te border chaque soir
et certains jours de neige de te mettre ton foulard
à l'âge où d'autres n'ont que cette visite rare
qui vient et qui repart par soirs de réveillon
tu seras le bâton de ma vieillesse précoce
en même temps que le boulet qui drainera mes forces
tu ne connais que moi et ton ami pierrot
que je te décrit tout bas quand tu vas faire dodo
et tu prends pour acquis que je serais toujours là
pour t'apprendre cette vie que tu n'apprendras pas
car ta vie s'est figée mais la mienne passera
j'me surprends à souhaiter que tu trépasses avant moi
on ne peut pas t'admirer autant que je t'admire
moi qui ai la fierté de te voir m'appartenir
j'voudrais pas qu'on t'insulte et qu'on s'adresse a toi
comme à un pauvre adulte parce qu'on t'connaîtrait pas
si le diable s'arrange pour que tu me survives
que dieu me change en ange que je puisse te suivre
ceux que l'on met au monde ne nous appartiennent pas
à moins de mettre au monde un enfant comme toi
c'est une belle histoire que celle qui est la notre
pourtant je donnerais ma vie pour que tu sois comme les autres.




N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

27/10/2007

Apprenez à structurer vos idées

Il peut vous arriver d’avoir à rédiger un projet pour votre entreprise, un rapport de stage, une intervention lors d’un colloque, une dissertation pour votre professeur, une étude pour votre entreprise, etc.
Tous ces travaux demandent des connaissances, de la réflexion et surtout l’obligation de structurer convenablement vos idées. En effet, mettre ces dernières tout en vrac ne peut qu’aboutir à un mauvais résultat et surtout à une incompréhension totale de ce que vous vouliez dire. D’ailleurs, sans un bon plan, dès le départ, vous ne pourrez pas aller bien loin.

Pour certains, il est assez facile d’organiser leurs idées. Tout se passe dans leur tête et ils ont un raisonnement qui leur permet de graver, en quelque sorte, le plan dans leur tête et de rédiger dans la foulée. Mais, c’est assez rare de procéder de cette façon surtout si vous avez un long rapport à rédiger.
Il existe de très bons manuels qui vous expliquent comment faire un plan, comment classer vos idées. A l’école, vous avez certainement dû avoir des fiches pratiques sur la façon de faire une dissertation ou un commentaire de texte.

Moi, je vous propose autre chose. Un logiciel très sympa qui vous aidera à faire le tri dans vos idées, en établissant des interconnexions entre elles. Il s’agit de Freemind qui est un logiciel libre de droit, que vous pouvez donc télécharger très facilement ici par exemple : http://www.clubic.com/telecharger-fiche22378-freemind.html (ou ailleurs, comme bon vous semble, je n’ai pas d’actions de ce site !)
Le téléchargement se fait rapidement et facilement.
Une fois le logiciel téléchargé vous risquez d’être très surpris dans la mesure où quand vous ouvrez le logiciel apparaît une page blanche. Pour commencer à travailler, vous devez ouvrir un nouveau document dans « fichier ». Là, vous verrez apparaître un ovale au milieu de la page. C‘est là que tout commence !

Vous devez y noter (en cliquant dessus) le sujet que vous allez traiter. Ensuite, en cliquant dessus côté droit de la souris, vous allez voir apparaître diverses fonctionnalités comme « Nouveau nœud comme fils de la sélection ». Cliquez et vous verrez qu’un lien se fait entre votre idée principale et un rectangle où vous pouvez inscrire une première idée, la première partie de votre plan. Vous pouvez relier à votre idée principale autant de nouveaux nœuds fils que vous désirez, ce qui correspond aux autres parties de votre plan. De la même façon, vous pouvez ajouter des fils nœuds aux parties de votre plan (les rectangles), qui désigneront vos sous-parties… et ainsi de suite.

Vous finirez par relier vos idées entre elles et cela constituera votre plan avec Parties, sous-parties, A, 1, a, etc. Vous pouvez également mettre des couleurs pour mieux repérer vos idées, insérer des liens dans vos différents rectangles (cela vous permettra, d’un seul clic, de vous diriger sur un document, sur une page web, etc.), ajouter diverses icônes qui vous aideront à cibler vos idées… Si vous voulez connaître toutes les possibilités de Freemind, il est accompagné d’une « Aide » très complète.

C’est seulement en prenant en mains le logiciel et en l’explorant grâce à diverses manipulations que vous comprendrez tout son potentiel. Ce qui compte, c’est prendre l’habitude de vous en servir. Au départ, vous serez très certainement perdu mais persévérez. Il pourra également vous aider à prendre des notes en les structurant et hiérarchisant immédiatement. Bien entendu, cela demande une grande pratique et une importante dextérité. Toutes vos idées rentreront dans des cases particulières. C’est un peu d’ailleurs comme cela que fonctionne votre cerveau.

Je suis certaine que ce logiciel vous rendra de grands services et surtout facilitera votre travail. Si vous l’avez bien en mains, parlez-en à vos enfants, Freemind pourra leur être également très utile au cours de leur scolarité.



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

26/10/2007

A nos enfants

Voici un extrait de Selection du Reader's Digest de novembre 2007 :


"L'enfant, c'est le mystère des origines. La découverte du monde et de la vie à travers le corps. Vous le regardez faire ses premiers pas et une joie première vous innonde. Vous l'entendez chantonner dans son sommeil et son rêve vous fait sourire. A l'aube, ses larmes sont les larmes des étoiles. Car rien ne fait aussi mal que la tristesse d'un enfant melheureux, mais rien ne nous rend aussi heureux que son réveil au bonheur. Dans un monde où règnent la violence d'un côté et la convoitise de l'autre, les enfants sont la cible des malfaiteurs. Ce sont les enfants qu'ils enlèvent pour recevoir une rançon plus haute ; ce sont les enfants qu'ils transforment en esclaves de l'industrie dans certains pays pauvres, et de la sexualité pour pervertis, dans des sociétés riches. Et puis, que dire des "marchands de mort" qui attirent des adolescents naïfs vers l'abîme de la drogue ? [...]

Quelle que soit la réponse au drame gigantesque et bouleversant des enfants abandonnés, une mobilisation générale de la société civilisée, à tous les niveaux, doit en être la composante prioritaire. [...] Car tout enfant a des droits sur nous, les adultes. Il peut nous demander, avec raison, pourquoi nous lui avons donné la vie : ne savions-vous pas que ce monde qui l'accueille est dangereux, brutal et même condamné ?

Lui donner la force de changer le monde, en l'illuminant de sa joie, doit être notre réponse. La seule possible, la seule valable. La seule qui célèbre l'humanité des hommes. Il y va de notre honneur. Et de notre avenir.

Elie Wiesel, écrivain, prix Nobel de la paix, dans "Le Point"."



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

25/10/2007

Etes-vous un(e) véritable ami(e) ?

Le 24 octobre 2007 est sorti le film « Le cœur des hommes 2 » qui raconte l’amitié de 25 ans entre quatre hommes. Ce n’est pas le premier film qui traite de l’amitié, loin de là. On peut citer, en vrac, « Thelma et Louise », la série des « Bronzés », « Jeux d’enfants », « Trois hommes et un couffin », « Bagdad café », « A.I. Intelligence artificielle », etc.
Des livres, des séries TV, des chansons… sont consacrés à l’amitié.
Il faut dire que l’amitié constitue un thème intéressant à travailler. Elle évoque quantité de situations différentes : amitié « simple », amitié fusionnelle, amitié-haine, amitié-amour…
Entre la naissance de l’amitié et la rupture l’amitié, il peut s’en passer des évènements, plus ou moins heureux.

Quand on vous parle d’amitié, différentes choses peuvent vous venir à l’esprit : les virées entre copains, les journées shopping entre copines, les vacances entre copains ou copines, rien que des choses plaisantes. L’amitié peut aussi vous rappeler des moments de galères, qui ont été réglés grâce à l’intervention de vos amis. L’amitié peut encore vous évoquer la tristesse, que vous avez éprouvée quand vous avez rompu avec un ami à cause de broutilles.
En fait, pour beaucoup, chaque moment de leur vie peut être associé à un ami. Je dis bien « pour beaucoup », dans la mesure où il arrive, malheureusement que certains individus éprouvent de grandes difficultés à se faire des amis. Pour les personnes timides, introvertis, il est malaisé d’aller vers l’autre. Pourtant, la plupart de ces dernières veulent à tout prix se faire des amis car ils sont importants pour se construire une vie sociale, ils aident à sortir de sa solitude. L’amitié permet, en quelque sorte, de tester différents sentiments : la solidarité, la convivialité, la loyauté, l’harmonie…

Comment se faire des amis et les conserver ?
Le meilleur moyen de se faire des amis c’est de se mettre en situation de trouver des personnes susceptibles de devenir de futurs amis. Si vous restez cloîtré chez vous, il est certain que vous aurez beaucoup de difficultés à rencontrer des gens. Alors, forcez-vous à sortir. Pourquoi ne pas vous inscrire dans une association ou dans un centre sportif ? Une fois ce premier pas franchi, à vous de jouer. Soyez souriant, ouvert. Donnez l’impression d’être quelqu’un de sympathique. Soyez à l’écoute des personnes autour de vous. Intéressez-vous à elles. Au départ, vous n’aurez peut-être pas grand-chose à leur dire, mais continuez à écouter et vous finirez sans aucun doute à trouver des points d’affinités qui vous permettront de discuter.
Pour certains, cela sera très difficile. Vous serez peut-être un peu gauche au début, mais, même si cela ne marche pas du premier coup, ne vous arrêtez pas, persévérez. Ne vous bloquez pas sur un échec. Surtout, ne perdez pas confiance en vous. Continuez à être sympathique, ouvert aux autres. Vous finirez par attirer l’attention de quelqu’un qui voudra mieux vous connaître.
Une fois ce premier bon contact effectué, ne perdez pas de vue ce potentiel ami. En effet, si vous avez sympathisé avec quelqu’un et que vous vous voyez rarement, vous vous aurez fait une simple connaissance et non un ami. Parfois, vous devrez vous investir un peu plus en invitant votre potentiel ami à boire un verre. Cela lui fera plaisir et vous pourrez voir s’il peut devenir véritablement votre ami.

Un nouveau moyen de se faire des amis a vu le jour il y a quelques années : internet. De nombreux sites de rencontres existent et permettent de rentrer en contact avec des gens. Mais attention à ne pas tomber dans des pièges. Soyez vigilants. En plus, une fois que vous avez trouver un « ami » sur le net, avec qui vous correspondez très régulièrement, pensez à le rencontrer dans la vraie vie. La convivialité, la conversation en face à face, c’est bien aussi !

Bien sûr, parfois, l’amitié ne demandera pas tout « ce travail ». A la première rencontre, cela peut déjà fonctionner parfaitement. Cela arrive plus souvent que vous ne le pensez. Cela peut vous arriver d’ailleurs.

Mais, comment reconnaître un ami, un vrai ?
Un ami c’est quelqu’un sur qui on peut compter, à qui on peut se confier. C’est un individu en qui on peut avoir une confiance aveugle. Il permet de se construire des souvenirs inoubliables, surtout si l’amitié dure depuis très longtemps.
J’ai trouvé une très bonne définition de l’amitié, de Tahar Ben Jelloun, « L'amitié est une religion sans Dieu ni jugement dernier. Sans diable non plus. Une religion qui n'est pas étrangère à l'amour. Mais un amour où la guerre et la haine sont proscrites, où le silence est possible. »
Je pense qu’elle résume tout !
Faites-vous des amis, de vrais et votre vie n’en sera que plus riche !


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique