logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/03/2008

Les biocarburants : quel avenir ?

Depuis quelques temps, le biocarburant est dans toutes les bouches. Avec la flambée du prix du pétrole et surtout avec le tarissement annoncé des gisements, tout le monde rêve de trouver un carburant qui permette de le remplacer.

Des agriculteurs français semblent avoir trouvé des solutions avec l’huile de friture ou l’huile de colza. En totale illégalité, ils utilisent quotidiennement ce carburant bio. Cette illégalité réside essentiellement dans le fait que ce dernier n’est pas taxé comme l’essence ou le gazole, ce qui déplaît fortement à l’Etat français qui retire un revenu non négligeable de l’essence. Il ne faut pas oublier que le prix de l’essence est taxé par l’Etat français à 66 % et le gazole à 56 %.

Les pouvoirs publics semblent plutôt frileux et réticents à l’idée de produire à une grande échelle ce nouveau carburant qui semble plus propre et surtout moins cher.

Mais qu’est-ce exactement que le biocarburant ?

Le biocarburant est un carburant liquide produit à partir de plantes cultivées. Ces dernières sont diverses et variées. On cite essentiellement le colza, le tournesol, le palmier à huile, etc.
L’une de ses principales vertus est qu’il émet moins de CO² que le pétrole, avantage non négligeable.
Le biocarburant est déjà présent un peu partout dans le monde avec le bioéthanol, par exemple, sans pour autant dépasser le pétrole.
Il permet aux agriculteurs de trouver de nouveaux marchés. Les pays en voie de développement peuvent envisager une porte de sortie salutaire. La production et la consommation étant essentiellement locales, les coûts de transport sont moindres et surtout moins polluants.

Le problème c’est qui dit biocarburant ne dit pas forcément agriculture biologique. En effet, on peut se demander si la production à grande échelle de ce type de carburant n’aura pas une incidence néfaste sur l’agriculture française et mondiale.
A partir du moment où l’on sait qu’il faut des quantités astronomiques de plantes pour produire un litre de biocarburant, il est indéniable que les pays producteurs de ces plantes vont tout mettre en œuvre pour que leur production suive la demande. Avides de gagner le maximum d’argent, ils plongeront tête baissée dans la culture intensive, à grands renforts d’engrais, de déforestation, de pesticides, d’insecticides, d’OGM…
Un cocktail qui risque d’être explosif au bout d’un moment. Sans oublier les conséquences sociales, humaines que cela aura forcément dans ces pays.

De plus, comme le biocarburant est une mine d’or pour de riches industriels qui ont su flairer le bon filon, les prix du maïs ou du malt par exemple, servant à produire du biocarburant également, ont fortement grimpé du fait de l’augmentation de la demande. Conséquence immédiate : le prix de la farine de maïs ou de la bière est en hausse constante.

Le fait que le biocarburant émette moins de CO² que le pétrole, qualité indéniable, risque très vite de s’étioler dans la mesure où la production de ce biocarburant (engrais, machines, transformation, transports) demande énormément d’énergie – plus que pour l’essence et le gazole – forte émettrice de ce même CO² et qui a des conséquences néfastes sur l’effet de serre.

L’idée du biocarburant est en elle-même louable mais quelles en seront les conséquences agricoles, humaines, sociales… pour l’avenir ? Peut-être devrons-nous un jour choisir entre produire du blé pour se nourrir ou du colza pour rouler, les terres agricoles n’étant pas extensibles à l’infini ?
A moins que d’ici-là, les scientifiques trouvent de nouvelles sources d’approvisionnement de biocarburant comme les microalgues, la cellulose, l’amidon, etc. Mais, se posera toujours le problème des quantités à produire…


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

Commentaires

Je suis d'accord globalement avec ton analyse sur le biocarburant DE 1ERE GENBERATION. Neammoins, je reste assez dubitatif devant ton constat:
"Le fait que le biocarburant émette moins de CO² que le pétrole, qualité indéniable, risque très vite de s’étioler dans la mesure où la production de ce biocarburant demande énormément d’énergie."

La flilère de production de gazole et d'essence présente un rendement énergétique négatif lorsque l'on prend en compte l'intégralité de la filière. Tu peux lire les docs de l'ADEME sur les rendements énergétiques c'est bien expliqué. Pour le biocarburant type bioéthanol le rendement est par contre seulement de 2 mais reste POSITIF. tu peux néammoins te demander si cela vaux le coup de développer cette culture pour ce type de finalité.
Bonne journée.

Écrit par : Bastien | 07/04/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique