logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

14/05/2008

Votre meilleure amie, la sangsue

La sangsue médicinale, de son nom scientifique Hirudo médicinalis, est utilisée dans le domaine médical mais surtout dans le domaine chirurgical. Son utilisation médicinale n’est pas nouvelle : dès le 2ème millénaire de notre ère, elle faisait partie de l’arsenal thérapeutique des guérisseurs.
En France, dès le Moyen-Age, les médecins l’utilisaient couramment. A la Renaissance, elle a été supplantée par la saignée mais elle a été remise au goût du jour au XIXème siècle, grâce notamment au Docteur François-Joseph-Victor Broussais (1772-1838), que ses détracteurs surnommaient « le vampire de la médecine ». Balzac en était friand. Au XXème siècle, elle tombe en désuétude mais, aujourd’hui, elle revient en force.

La sangsue est un annélide aquatique qui se nourrit du sang des animaux, tels que les mammifères, les reptiles ou les amphibiens. Elle se fixe sur la peau, l’incise avec sa mâchoire (qui est une ventouse équipée de mandibules), tout en injectant un puissant coagulant et une sorte de calmant. La sangsue Hirudo a 32 cerveaux, d’où sa nervosité et son intelligence (toute relative tout de même !).

En France, il existe une productrice girondine, la dernière, de sangsues médicinales. Il s’agit de Brigitte Latrille, présidente de Ricarimpex. Ses sangsues vivantes ont reçu l’accréditation de la très rigide FDA (food drug administration). On peut donc lui faire confiance. Cela élimine les effets secondaires comme la transmission de germes pathogènes.

Cela peut dégoûter certaines personnes sensibles mais, en tout cas, la sangsue médicinale est très appréciée des chirurgiens, en particulier des chirurgiens de la main (à Bordeaux, par exemple) car elle est un allié précieux pour la cicatrisation des greffes du doigt, de la microchirurgie ou de la chirurgie réparatrice.
En fait, ce sont les enzymes contenues dans la salive des sangsues qui intéressent particulièrement les scientifiques, en particulier l’hirudine qui est le plus puissant coagulant du monde. Cette dernière permet de stimuler la micro circulation locale.

Concrètement, pour « soigner », la sangsue est posée sur la peau du patient, elle s’y fixe immédiatement avec sa ventouse et suce 15 millilitres de sang en quelques minutes. Au fur et à mesure, elle se gonfle de sang et quand elle a atteint sa taille maximale, elle est retirée à l’aide d’une pince. Habituellement, on pose simultanément 10 sangsues sur la zone à traiter.

Les bienfaits des sangsues médicinales sont indéniables. Les chercheurs en découvrent chaque jour de nouveaux.
Ainsi, il apparaît que les enzymes produits par la sangsue ont les mêmes effets que les aiguilles ou le laser sur les points d’acupuncture. Cette propriété intéressante en fait un excellent moyen de combattre le stress, de détendre, de procurer équilibre et bien-être à votre corps.
Son utilisation est préconisée dans les cas de maladies veineuses, de gonflements, d’oedèmes, comme les varices, les migraines, les sinusites.
Certains recommandent d’ailleurs leur emploi dans le cabinet médical du médecin traitant pour traiter, par exemple, les acouphènes, l’arthrose du genou.

Une autre utilisation particulière sur un nouveau-né atteint de méningite a été signalée par le site « Déjà Grand », le 13 juillet 2005 :

« Des sangsues au secours d’un nouveau-né !

En Afrique du sud, au Cap plus exactement, la vie d’une petite fille de 6 semaines, atteinte d’une grave méningite, repose sur le pouvoir d’une dizaine de sangsues ! Un premier traitement antibiotique n’a pas réussi à soigner la petite Amelia, c’est pourquoi les médecins ont décidé de recourir à cette thérapeutique, qui peut surprendre ! Ce sont pourtant des sangsues « spécialement élevées afin de traiter des patients dont la circulation sanguine est gravement perturbée ». Et ça semble marcher ! Trois jours après avoir posé les premières sangsues sur le corps du bébé, la fillette a pu de nouveau bouger son bras gauche, qui était presque paralysé… »


La sangsue médicinale semble ainsi promise à un grand avenir. Peut-être aurons-nous un jour, chez nous, des sangsues pour nous soigner nous-mêmes ?
Je plaisante, bien entendu. En effet, les sangsues sont à manier avec précaution et sont à éviter en cas d’infections cutanées, de prédisposition hémorragique ou de troubles circulatoires.
Toutefois, en faisant cette plaisanterie, je ne suis pas très loin de la vérité. En effet, les scientifiques ont trouvé les moyens de récolter les principes actifs des sangsues afin de les intégrer dans divers produits, comme les cosmétiques. Une entreprise française en commercialise déjà. Ainsi, vous utiliserez ou vous utilisez déjà (sans le savoir) des sangsues.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique