logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

27/11/2009

Faites le plein d’Oméga 3 !

Les Oméga 3 ! Vous en avez certainement entendu parler. Les spécialistes, les chercheurs, les médecins en parlent constamment. Les industriels en rajoutent un peu partout dans les aliments.

Ils en font trop ? Hé bien, non !

En effet, les Oméga 3 sont excellents pour la santé et permettent de prévenir certaines maladies cardio-vasculaires, cérébrales (Alzheimer, par exemple) et visuelles (la dégénérescence maculaire). Ils seraient également efficaces contre le cancer, l’asthme, les maladies rénales, l’arthrite rhumatoïde, la dépression, le lupus. Bref, en lisant cette liste impressionnante, il semble qu’il soit indispensable de consommer des Oméga 3.

Pour parler du cancer en particulier, le fléau du siècle, des études ont montré que les Oméga 3 réduiraient les risques d’apparition de certains cancers comme celui du côlon, du sein, de la prostate, des ovaires. Ils éviteraient aux cellules cancéreuses de croître et aux métastases d’apparaître.

Mais, c’est quoi les Oméga 3 ?

Les Oméga 3 sont en fait de bonnes graisses. Hé oui, il existe de bonnes graisses… Ce sont des graisses poly-insaturées, des acides gras essentiels.

Ces bonnes graisses, insaturées, permettent de faire baisser le taux de mauvais cholestérol, néfaste pour le cœur. Ils ont aussi un effet anti-inflammatoire, d’où leur efficacité contre le cancer.

Attention, un point très important à signaler : vous ne devez pas confondre les Oméga 3 et les Oméga 6. Ces derniers sont des bonnes graisses que l’on trouve essentiellement dans les huiles végétales. Mais, leur trop grande consommation par rapport aux Oméga 3 entraîne un déséquilibre, néfaste pour votre organisme. Il peut provoquer l’apparition de maladies cardiovasculaires, de cancers. Vous devez continuer à consommer des Oméga 6 mais en plus faible proportion par rapport aux Oméga 3. Dans l’idéal, il faudrait 5 Oméga 6 pour 1 Oméga 3. Or, aujourd’hui, le rapport est plutôt de 20 pour 1, une catastrophe pour le diabète, l’obésité, les maladies cardio-vasculaires ! Les Oméga 3 sont beaucoup plus insaturés que les Oméga 6, ils sont donc meilleurs pour la santé.

Où trouver les Oméga 3 ?

Malheureusement, notre organisme ne produit pas ces Oméga 3. Vous devez donc les intégrer dans votre alimentation.

On les trouve essentiellement dans les poissons gras (comme le maquereau, le saumon, la sardine, le thon). Attention, privilégiez les petits poissons car ils contiennent moins de mercure et de plomb dont la mer est infestée. Vous en trouvez aussi dans les crustacées, dans les amandes, les noix, dans le tofu et dans les huiles végétales de colza, de noix ou de lin, les graines de lin.

Vous avez donc de quoi faire… Bien sûr, cela vous demandera d’adapter votre alimentation, si vous n’avez pas l’habitude de cuisiner ce genre d’aliments. Mais, à partir du moment où vous aurez pris conscience que consommer des Oméga 3 vous permettra de vivre mieux, en meilleure santé et en meilleure forme, je vous assure que changer ses habitudes alimentaires ne constituera nullement un sacrifice. Au contraire, vous ferez œuvre, en quelque sorte, de « salubrité privée » pour vous et votre famille. Surtout que cela ne demande pas un effort insurmontable. Qu’est-ce que cela vous coûte, finalement, d’intégrer les Oméga 3 dans votre alimentation ? Rien… par rapport à tous les bienfaits que vous pourrez en retirer !

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com . Vous y trouverez plus de 200 articles et de nombreux guides gratuits à télécharger.

24/11/2009

Croquez la vie ! Soyez crudivore

Tout le monde connaît les végétariens (consommateurs de fruits, de légumes, de céréales, de fromage, d’œufs) ou les végétaliens (consommateurs de fruits, de légumes, de céréales). Ils sont d’ailleurs de plus en plus nombreux. Les carnivores, encore majoritaires, se font parfois même tirer les oreilles par certains individus (pas forcément végétariens) car l’élevage d’animaux de boucherie coûtent très cher en eau et en CO2. Certaines voix se sont élevées pour faire en sorte qu’une journée dans la semaine soit une « journée sans viande ».

 

Les végétariens et autres végétaliens ne peuvent que se réjouir de cette initiative. Parmi ces individus qui refusent de manger tout ce qui est issu des animaux vivants, on classe souvent les crudivores. Des traces de cette pratique remontent à plus de 2000 ans. Mais c’est surtout le Dr Bircher-Benner qui a lancé le mouvement en Suisse au XIXe siècle. Comme leur nom semble l’indiquer, on pourrait penser que ce sont des « mangeurs de crudités ». Mais, ce n’est pas tout à fait exact. En effet, il est plus correct de dire que les crudivores consomment essentiellement des aliments crus, n’ayant subis aucune cuisson ou transformation. Cela peut donc inclure, pour une petite minorité d’entre eux, de la viande ou du poisson ou des produits laitiers (ce qui pourrait correspondre à peu près à 25 % de l’alimentation générale). Toutefois, très rares sont ceux parmi les crudivores qui consomment de la viande. Ils sont, dans la majorité des cas, végétaliens. Le régime alimentaire des crudivores se compose de : fruits, légumes, graines, céréales, jus d’herbe, de laits végétaux, d’algues, etc.

 

Selon les adeptes du crudivorisme (ou alimentation vivante), une telle pratique permettrait de mieux digérer, d’éliminer les toxines, les déchets du corps, de vivre plus longtemps et d’être en meilleure santé en prévenant certaines maladies comme l’arthrite ou le cancer (mais là, il faudrait des études approfondies pour que cette assertion soit prouvée). Les vitamines seraient mieux assimilées. La consommation d’antioxydants serait élevée. Selon les crudivores, une cuisson à 40° détruirait les enzymes qui facilitent la digestion.

 

Un autre effet bénéfique du crudivorisme est souvent mis en avant : le fait qu’il facilite l’amaigrissement. Il est évident que ce type de comportement alimentaire apporte très peu de gras et beaucoup de fibres à l’organisme, le cocktail idéal pour la perte de poids. Mais aussi, pour limiter les risques de maladies cardio-vasculaires, le diabète.

 

Pour toutes ces raisons, le crudivorisme paraît tentant. Mais, il faut pouvoir le suivre. Il est loin d’être évident d’ingurgiter à longueur de temps des aliments crus. Le végétarisme paraît plus accessible. En outre, le crudivorisme peut entraîner des carences en vitamine B12 notamment. Des manques à cause de l’absence de sucre et de graisses peuvent aussi apparaître. C’est pour cette raison que cette pratique est déconseillée aux femmes enceintes, aux enfants et aux adolescents. Mais, en dehors de ces cas, cette pratique ne semble pas dangereuse.

 

A signaler, pour finir, que les crudivores n’ont pas une excellente réputation. Ils sont parfois considérés comme des extrémistes. Ils ont parfois été assimilés à une secte (avec le gourou Burger). En France, ils sont très peu nombreux, contrairement aux Etats-Unis. Malgré toutes les dérives qu’il ne faut surtout pas prendre à la légère, il ne semble pas que le crudivorisme, pratiqué chez soi et en prenant l’avis de son médecin traitant, soit une si mauvaise chose que cela.

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

19/11/2009

Réalité et monde illusoire

Voici un extrait du livre de John Daido Loori, "Célébrer la vie au quotidien" :

 

"Je ne sais comment nous réussissons à confondre la réalité et le monde illusoire que nous créons.

Et une large part de ce que nous créons repose sur ce qui nous a été dit quand nous étions enfant.

Nous sommes tous conditionnés par notre culture, nos parents, nos enseignants et nos semblables, et nous façonnons toute notre vie sur la base de ces conditionnements. Ils définissent qui nous croyons être.

Toutes ces figures d'autorité nous ont dicté qui nous étions et, en avançant dans la vie, nous réalisons leurs prédictions.

Dans ses moindres aspects, la pratique  Zen consiste à dépasser ce conditionnement, à découvrir par nous-mêmes qui nous sommes, puis à vivre notre vie en accord avec ce que nous avons appris. C'est en cela que consiste la liberté."

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

16/11/2009

Le rooibos, le fameux faux thé

Comme beaucoup je crois, j’ai été induite en erreur en achetant du rooibos. Je pensais que c’était du thé puisqu’on l’appelle aussi « thé rouge ». Mais, une amie m’a dit que c’était du faux thé. D’abord mécontente de moi de m’être trompée ainsi, j’ai fait des recherches sur ce fameux rooibos. Et ma conclusion est la suivante : je ne perds nullement au change !

 

Le rooibos est surtout cultivé en Afrique du Sud qui en a fait sa boisson nationale. C’est un petit arbuste vert aux fleurs jaune qui ressemble à une graminée assez sèche. Ce sont les sommités jaune et rouge de cet arbuste qui sont séchées, fermentées et infusées, comme le thé. Cela donne une boisson de couleur rouge. L’Afrique du Sud exporte le rooibos dans le monde entier. Il lui faut de la chaleur pour bien pousser.

 

Le rooibos n’est peut-être pas du vrai thé mais il possède des qualités excellentes pour la santé. C’est d’abord un antioxydant puissant grâce aux polyphénols qu’il contient. Il retarde ainsi le vieillissement cellulaire et cutané. Il aurait un effet sur certains cancers (à vérifier par des études approfondies…). Toutefois, il est deux fois moins antioxydant que le thé.

Son attrait principal par rapport au thé, c’est son absence de théine. Il peut donc être consommé tout le long de la journée, sans risque d’énervement, de problèmes au cœur.

Enfin, il ne renferme pas de tannins, ce qui lui donne un goût accessible au plus grand nombre. Certaines personnes n’arrivent pas avaler du thé vert notamment, à cause justement de son goût astringent (sensation de bouche sèche, assez proche de l’amertume) provoqué par les tannins.

Le rooibos rouge a plutôt un goût sucré et fruité. Aujourd’hui, il existe aussi du rooibos vert, plus amer, qui n’est pas fermenté. Les chercheurs se sont rendu compte que la fermentation atténuait les effets antioxydants de la plante.

 

D’autres propriétés du rooibos ont été découvertes. Il permet de soulager les coliques (chez le bébé notamment), d’aider à la digestion, de favoriser le sommeil. Par application externe, il soulage les problèmes de peau (eczéma, allergies).

 

Le rooibos peut être consommé toute la journée. Il s’infuse comme le thé mais un peu plus longtemps. Il est parfois aromatisé. Mais, là, il faut aimer. Tout est une question de goût.

 

Je ne regrette donc pas de m’être trompée en achetant du rooibos à la place du thé. Il peut constituer une bonne alternative, un moyen de changer de goût de temps en temps pour ceux qui, comme moi, consomment du thé régulièrement.

 

 

N’hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

12/11/2009

La lune, légende Cherokee

Voici un extrait du guide "La lune et ses influences" de Nathalie Cousin :

 

"Les indiens Cherokee perpétuaient dans leurs contes l'histoire de la Lune.

L'astre était au départ une simple balle, que les habitants de deux villages voisins s'amusaient à lancer dans le ciel.

La règle était de ne jamais toucher la balle avec la main.

Un jour, le chef d'un des villages viola pourtant cette règle du jeu, lançant si fort la Lune qu'elle vint se cogner sur la voûte céleste... et y resta accrochée.

Depuis lors, racontent les Cherokee, la Lune est présente chaque nuit pour rappeler ce qu'on encourt à tricher !"

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique