logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

27/02/2011

Riez, riez, riez !!!

Le week-end dernier, j’ai assisté à 3 spectacles d’humour. Eh bien, cela m’a fait du bien. Et, je pense que pour les gens qui étaient là aussi, c’était la même chose. Dans la salle, on entendait les rires fuser, à la sortie, les gens avaient tous le sourire… bref, tout le monde était de bonne humeur.

 

Pour ma part, je ne pourrai pas vraiment dire que cela m’a remontée le moral, parce que mon moral n’était pas en berne. Mais, on ressort de là euphorique et plein d’entrain. Pour les personnes qui sont au bout du rouleau, qui ont le moral dans les chaussettes, je leur conseille vivement une petite séance de rires.

 

Les thérapeutes l’ont parfaitement compris. Depuis déjà pas mal de temps, des écoles du rire ou de la rigologie s’organisent un peu partout. Ces séances semblent être efficaces. Quand on écoute les gens qui y participent, ils en tirent un bilan très positif.

 

Je suppose que vous-même, vous avez remarqué qu’un rire ou même un fou rire redonne immédiatement la pêche. Alors qu’attendez-vous pour pratiquer le rire au quotidien ? Personnellement, j’essaie de le pratiquer le plus régulièrement possible. J’ai, semble-t-il, beaucoup d’humour. Certaines personnes de mon entourage me reprochent parfois même mon manque de sérieux. Ce n’est pas que je tourne tout à la rigolade mais quand cela devient trop grave, je ne peux pas m’empêcher de faire le clown. C’est certainement ce trait de caractère qui m’aide fortement à dédramatiser les situations difficiles. Comme on dit souvent : « Il vaut mieux en rire qu’en pleurer » !

 

Si vous prenez tout trop au sérieux, si vous ne riez pas beaucoup, si vous n’avez personne avec qui rire, sortez de chez vous pour rencontrer des personnes avec qui vous pourriez rire (une association, par exemple), allez voir un spectacle ou un film, écoutez une émission de radio, lisez un livre amusant…

 

Peu importe ce que vous faites, l’essentiel c’est d’essayer de rire le plus souvent possible ! Ainsi, vous verrez la vie en rose !

 

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com

23/02/2011

Méfiez-vous des « faux-verts », le greenwashing est partout !

Le greenwashing est une pratique qui consiste, pour les industriels notamment, à utiliser l’écologie à toutes les sauces, sans que cela soit justifié.

 

Quelques exemples de greenwashing

Je peux vous donner des tas d’exemples. Bien sûr, je ne citerai pas de noms, mais vous les reconnaîtrez facilement.

Une marque de cosmétiques met en avant le côté « naturel » de ses produits, en disant que 95 % de ses produits sont d’origine naturelle et en citant seulement 2 ingrédients bios… bizarre non ?

Maintenant, certains supermarchés ou discounters mélangent allégrement les termes « terroir », « Label rouge » et « bio »… essayant de nous faire croire que c’est la même chose. Or, les produits du « terroir » ou « Label Rouge » ne sont pas bios !

Sous prétexte de protéger l’environnement, certaines grandes enseignes mettent en avant le fait qu’elles proposent des produits en vrac et individuels, ce qui fait moins de plastique et de carton pour l’emballage. Oui, c’est bien mais, ce qu’elles ne nous disent pas, c’est que les produits proposés sont très très « industriels ». Donc, oui, ces produits sont bons pour la planète mais si c’est au détriment de ma santé, non merci !

Autre exemple : une marque de restauration rapide qui a changé la couleur de son logo. Elle a remplacé le rouge par le vert ! Pourtant, à part un ou deux produits bios et un effort sur l’emballage, elle est loin d’être exemplaire…

Tous les industriels utilisent maintenant, dans leurs pubs, des images associés à la nature, l’environnement. Or, la plupart d’entre eux sont loin de vendre des produits écologiques !

Je finirai mes exemples en citant un seul nom, Yannick Noah. Le week-end dernier, il a été décidé que Roland-Garros resterait à Paris, ce qui entraînera la destruction des Serres d’Auteuil. Yannick Noah a soutenu le projet et n’a pas compris pourquoi Françoise Hardy était contre. Il a dit qu’elle n’avait rien à voir avec Roland-Garros. Non, non, effectivement, ce n’est pas une joueuse de tennis professionnelle, elle a simplement signé la pétition contre la destruction des Serres d’Auteuil, par pure conscience écologique ! Noah s’est déclaré déçue par Françoise Hardy, il l’aimait bien avant. Eh bien, moi, j’aimais bien Noah, je pensais qu’il était écolo avec sa chanson « Aux arbres, citoyens ! » notamment. Mais, là, je me demande s’il ne fait pas non plus du greenwashing ?

 

Alors, ne vous laissez pas berner. Lisez bien les étiquettes.

 

Lisez bien les étiquettes !

 

Pour éviter de se laisser prendre par les « faux-verts », intéressez-vous aux produits que vous achetez, regardez les logos. Fort heureusement, les labels écologiques semblent bien surveillés. Bien entendu, il peut exister des brebis galeuses.

De toute façon, il suffit de lire la liste des ingrédients de certains produits des supermarchés pour les laisser là où ils sont. Si vous achetez ces produits en pleine conscience, cela vous regarde, vous avez parfaitement le droit.

Mais n’oubliez pas que « Naturel » écrit en grand sur un paquet ne veut pas dire bio ! S’il est vraiment bio, il doit comporter le logo AB ou le logo bio européen.

Mais, pour ceux qui se font prendre par les faux discours écolos, soyez plus vigilants. Il suffit de quelques secondes pour se rendre compte que vous avez affaire à des greenwashers.

Pensez à une chose : faire de l’écologie, du bio, du vert, du respectueux de l’environnement, cela coûte beaucoup plus cher aux industriels, de ce fait ils se contentent bien souvent d’un relookage du packaging pour faire plus écolo et ainsi tromper les consommateurs qui ne sont pas vigilants.

 

Mais, que voulez-vous le « vert » attire et fait vendre. Le seul moyen de contrecarrer les greenwashers est de ne pas acheter leurs produits !

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com

19/02/2011

Etre heureux


 

Le bonheur, ça s'apprend ! Pour apprendre à être heureux, lisez le livre de Katy Gawelik "Vous avez tout pour être heureux. Le Livre pour améliorer votre vie", éditions Maxima

16/02/2011

Le slow-travel, vous connaissez ?

 

Après le slow-food, voici le slow-travel. Pour ceux qui ont quelques notions d’anglais, ils ont immédiatement compris ce que cet anglicisme signifie. Il s’agit de « voyager doucement ».

 

 

De nous jours, tout va très vite.

 

Que ce soit au travail, chez soi ou même en voyage, il faut que cela aille vite. Certes, pendant les vacances, on prend généralement davantage son temps, on flemmarde un peu. Mais, bien souvent, quand on voyage, quand on veut visiter un pays, les excursions s’enchaînent les unes après les autres. Vous avez à peine le temps de souffler ou de vous poser quelques heures, que vous voilà déjà reparti pour une autre destination. Les agences de voyage vous ont promis que vous alliez visiter tout le pays en une semaine et c’est ce qui arrive. Les guides vous emmènent voir les lieux les plus connus, les plus touristiques. Bien sûr, on ne peut pas leur en vouloir : vous vouliez visiter un pays et vous le visitez.

 

Mais, au bout du compte, connaissez-vous réellement le pays ?

 

Avez-vous pris le temps de vous attarder dans certains endroits ? Avez-vous eu le temps de comprendre ce pays, les mœurs de ses habitants ? Avez-vous tout simplement pris le temps de vous poser quelques minutes pour admirer un paysage qui a attiré votre œil, qui vous a procuré une émotion forte ?

 

Dans les circuits touristiques classiques, vous n’avez pas le temps de faire tout ceci. Vous survolez le pays. A votre retour, vous aurez certainement fait de belles photos que vous pourrez montrer à votre famille ou à vos amis, mais pourriez-vous parler de l’âme de ce pays et de ses habitants ? Pourriez-vous décrire l’émotion qui vous a submergée en découvrant un lieu particulier ? Pourriez-vous dire que vous connaissez réellement le pays que vous avez visité ? Pour que tout ce ci se produise, il faut que vous en ayez eu le temps !

 

Le temps, le slow-travel, vous l’offre !

 

Il vous permet de voyager à votre rythme et de découvrir le pays et ses habitants en prenant le temps de vous immerger totalement. Vous vivez totalement votre voyage, vous n’êtes plus seulement là en « touriste-qui-prend-des-tonnes-de-photos ». Vous prenez le temps de vous arrêter le temps qu’il faut dans un lieu pour lequel vous avez eu un coup de cœur. Vous prenez tout bonnement le temps de le vivre et de le ressentir. C’est la même chose pour les habitants de ce pays. Vous prenez le temps de les côtoyer pour connaître réellement leur façon de vivre. Vous pouvez échanger avec eux.

 

Très souvent, le slow-travel s’inscrit également dans une démarche écologique.

 

Vous êtes en harmonie totale avec la nature. Vous êtes accueilli dans de petites structures. Vous n’êtes pas là pour « piller » les trésors du pays que vous visitez mais pour le comprendre et surtout le respecter. Vous comprenez les problèmes de ses habitants en échangeant avec eux et vous pouvez, éventuellement, prendre fait et cause pour eux. Vous n’êtes plus un simple touriste totalement neutre que les guides baladent dans des bus en troupeau mais vous êtes, en quelque sorte, un invité qui prend le temps de vivre dans le pays qu’il visite.

 

Le slow-travel ne peut que vous enrichir et vous faire voyager intelligemment. Ce type de voyage demande évidemment du temps. Mais, il vous suffit de revenir plusieurs années de suite dans un même pays pour le connaître réellement à fond. Si le slow-travel vous intéresse, il existe de nombreux sites internet qui proposent des destinations fort alléchantes. Alors vite, décidez de voyager doucement !

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com

13/02/2011

La diplomatie, une aide précieuse au travail

La diplomatie, selon le dictionnaire Larousse, c’est « l’habileté, l’adresse, la souplesse, la prudence dans la conduite d'un entretien ou d'une affaire difficile ». C’est l’art d’obtenir quelque chose sans heurts mais avec l’aide du dialogue.

 

Peut-on utiliser continuellement la diplomatie au sein de l’entreprise ?

 

Les relations professionnelles peuvent parfois s’avérer difficiles. Au sein d’une équipe, tous les collaborateurs ne s’entendent pas forcément à merveille. Des conflits, des rivalités peuvent naître. Dans les cas extrêmes, la colère ou la violence verbale ne semblent être que les seules solutions trouvées pour les régler. L’ambiance devient ainsi malsaine et la communication difficile, voire absente.

 

Est-on obligé d’en arriver à ces extrémités pour régler les conflits ?

 

Certes, parfois cela soulage de dire ses « quatre vérités » à un collègue qui dépasse les bornes. Mais, ne pensez-vous pas que la diplomatie aurait été préférable ?

Cette dernière n’est nullement une marque de faiblesse. Elle permet tout simplement d’imposer ses choix ou ses décisions, d’émettre une critique en l’enrobant et en évitant de prononcer des paroles qui pourraient blesser inutilement.

La diplomatie sert également à trouver un compromis quand le conflit s’avère inextricable, au lieu de couper les ponts définitivement.

Enfin, la diplomatie est très utile quand vous vous trouvez dans une impasse dont vous ne savez pas comment sortir. Si vous avez commis une erreur, si vous ne parvenez pas à finaliser un dossier, en trouvant les mots justes, vous parviendrez à vous faire pardonner, en quelque sorte.

 

La diplomatie demande une certaine intelligence et une grande confiance en soi.

 

Comment être un bon diplomate ?

 

Les qualités d’un bon diplomate c’est savoir parler convenablement et simplement. Il ne faut surtout pas que vos propos soient mal interprétés et prêtent à confusion. Si vous tournez au tour du pot sans préciser d’emblée vos pensées, vous risquez tout simplement d’être mal compris. Vos subordonnés ou vos collaborateurs se méfieront de vous et ne vous feront pas confiance.

Pour bien faire passer ses pensées, le diplomate doit être sûr de lui et savoir contrôler ses émotions. L’impulsivité est donc à proscrire. Elle risquerait de vous faire dire des choses sous le coup de la colère que vous pourriez regretter très vite. Alors que si vous aviez pris le temps de réfléchir et de vous calmer, vous auriez calmé le jeu tout de suite et vous auriez mieux fait passer votre message.

Pour pouvoir dialoguer convenablement, vous devez aussi être à l’écoute de vos collaborateurs ou collègues. Si vous avez décidé d’emblée que vous avez raison et que les autres ont forcément tort, vous vous comporterez en petit chef et non en véritable diplomate. Certes, votre avis est peut-être le meilleur mais vous ne devez pas l’imposer par la force mais en prenant en compte les idées de votre équipe. Cette dernière acceptera mieux la décision si elle se sent réellement concernée et impliquée.

 

La diplomatie au sein de l’entreprise s’avère donc un outil très précieux qui vous aidera, sans aucun doute, à être plus efficace, plus performant, plus populaire, plus apprécié… bref, tout ce qui fait un bon manager et qui constitue un gage de réussite.

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique