logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

04/03/2010

Employez les bons mots pour éviter les maux.

Quel superbe titre, vous ne trouvez pas ? Quel beau jeu de mot.

Malheureusement, l’utilisation des mots n’est pas toujours un jeu. Il peut arriver qu’un mauvais usage des mots ait des conséquences fâcheuses.

Parfois, les gens ne font pas très attention à ce qu’ils disent. Certains mots peuvent blesser, sans même que votre interlocuteur ne s’en rende compte. Récemment, on m’a dit : « Qu’est que tu as grossi depuis que je ne t’ai vue ! ». Heureusement que je m’en étais rendue compte avant, sinon cela aurait pu me plomber le moral pour un bon bout de temps.

Les enfants sont souvent les victimes de mots blessants, voire humiliants. Quand vous êtes petit et que votre père vous rabâche à longueur de journée que vous êtes nul, que vous n’êtes bon à rien, à moins d’avoir une force de caractère exceptionnelle, je ne suis pas certaine que cela vous motive et vous rende plus fort. Au contraire, vous perdrez confiance en vous et vous aurez une mauvaise image de vous. Certes, là, c’est un exemple assez extrême. Quoique… il existe bel et bien des parents qui agissent ainsi et qui pensent que c’est une bonne manière d’éduquer son enfant. Pas sûr que l’enfant se construise mieux avec cette méthode…

Sans aller aussi loin, de petites phrases, qui paraissent banales au premier abord, peuvent provoquer des dégâts importants chez l’enfant. Par exemple, en disant : « Prends exemple sur ta sœur, elle travaille mieux que toi » ou « Tu devrais manger un peu moins parce que tu vas finir par ressembler à tante Agathe » ou « Tu es bien de la famille de ton père, tu as leur nez », etc., vous pouvez le complexer sans même que vous vous en rendiez compte. En effet, ces phrases sont anodines, prononcées parfois sur le ton de l’humour ou pensant donner un conseil judicieux. Mais, ce n’est pas si évident que cela. Certains enfants, peut-être plus fragiles que d’autres, peuvent prendre çà comme un reproche, comme une critique et souffrir profondément. Dans les cas extrêmes, cela peut conduire à l’anorexie, à la dévaluation de soi ou à un complexe physique.

Certains des mots que nous prononçons peuvent avoir une incidence sur nous-mêmes. Hé oui, ils nous arrivent de nous parler à nous-mêmes. Et, c’est rarement, pour dire « Ho, qu’est-ce que je suis beau, qu’est-ce que je suis intelligent, qu’est-ce que je suis parfait ! ». Bon, c’est vrai, il existe des individus qui le font mais ils sont très rares. Non, généralement, ce que l’on se dit de nous, c’est du genre : « je suis trop gros, je suis nul, je n’arriverai jamais à rien, je ne rencontrerai jamais personne, je ne sais rien faire de bien, etc. », j’en passe et des meilleures.

Or, ces mots que tout le monde prononce ou a prononcé au moins une fois dans sa vie, peuvent avoir des répercussions fâcheuses. Ils peuvent entraîner une dévalorisation, un manque de confiance en soi, de motivation. Pourtant, on continue tous à se les prononcer, presque machinalement, parfois par habitude. Mais, on ne se rend pas compte du mal que cela peut nous faire. Certes, il peut arriver que l’on ait effectivement des difficultés à faire un travail, que l’on agisse mal parfois, que l’on ait quelques défauts. Mais, au lieu de pointer le doigt dessus sans arrêt, ne vaut-il pas mieux chercher un moyen d’y remédier ? Rabâcher toujours les mêmes phrases blessantes ne sert à rien, ne fera que nous enfoncer davantage.

Parfois, il suffira que l’on se force à dire régulièrement, tous les matins pourquoi pas, « je suis intelligente, je suis bien dans ma peau, je suis motivée, etc. » pour que vous vous sentiez tout de suite mieux. C’est la fameuse méthode Coué. Vous reprendrez ainsi confiance en vous, vous serez plus motivé et vous affronterez la vie avec force et énergie.

Alors, dorénavant, faites très attention à ce que vous dites aux autres et aussi à vous-mêmes. Vous ne blesserez personne et vous vous en porterez que mieux. « Tourner 7 fois la langue dans sa bouche » n’est pas un dicton si nul que çà.

Méditez cette pensée de Monique de Gramont (écrivain québécoise): « Les mots peuvent assassiner tout autant que les armes ».

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

24/02/2010

Quelle est votre raison d’être ?

Voici un extrait du livre de Jack Canfield, « Le succès selon Jack » :

«J’ai la conviction que chacun d’entre nous vient au monde pour y jouer un rôle précis. Déterminer, accepter, et s’engager à demeurer fidèle à ce rôle est le geste fondamental le plus important que tout individu puisse poser pour préparer son succès futur. Cette personne prend le temps de comprendre ce qu’elle est venue faire sur terre, et elle se met ensuite à l’œuvre avec passion et enthousiasme.

Quelle est votre raison d’être ?

Il y a bien longtemps, j’ai compris quelle était ma vocation. J’ai découvert mon véritable but, ma « raison d’être ». Cela m’a permis d’ajouter un surcroît d’énergie et de résolution dans chaque activité que j’entreprenais. Et j’ai appris que lorsque notre vie a un sens, chaque geste que l’on pose est une source de satisfaction et d’épanouissement personnel.

Maintenant, je voudrais vous aider à découvrir votre « raison d’être ».

Si vous n’avez aucun but précis dans la vie, vous serez très aisément entraîné dans des voies secondaires. Il est facile de tourner en rond et de dériver au gré du vent, sans jamais arriver nulle part.

Mais lorsque vous avez un objectif, tout devient cohérent et ordonné. Quand vous êtes « branché », vous faites ce que vous aimez, vous le faites bien, et vous êtes persuadé que ce que vous accomplissez est important. Et quand vous atteignez cet « état de grâce », les personnes, les ressources, les occasions, sont naturellement attirées vers vous. Le monde aussi s’enrichit car, lorsque vous agissez dans le sens de votre raison d’être, les autres bénéficient de la valeur de vos réalisations ».

 

Et, vous quelle est votre raison d'être ? Pour vous aider à la trouver et à la concrétiser, prenez votre vie en main en cliquant ici : http://url-ok.com/1fd89e

16/02/2010

Comment obtenir plus facilement de l’aide ?

Je sais, il n’est pas toujours facile de demander de l’aide. Certains, par orgueil, par fierté ou par crainte, préfèrent rester avec leur problème plutôt que de demander à quelqu’un de les secourir. Pourtant, il n’y a rien de honteux à contacter une personne capable de vous aider à comprendre ou à résoudre vos difficultés.

Le plus difficile sera de franchir le pas. Avant cela, il vous faudra, évidemment, prendre conscience que vous avez des problèmes et que vous vous sentez incapable de les résoudre seul. Ensuite, vous devez trouver la bonne personne pour vous venir en aide. Regardez d’abord dans votre entourage, il se peut que vous y trouviez quelqu’un disposée à vous aider. Si ce n’est pas le cas, rien ne vous empêche de prospecter ailleurs. Il existe des organismes, des associations qui sont là pour trouver des solutions à vos problèmes.

Ce processus paraît simple et semble accessible à tous. Toutefois, il manque une petite chose qui a son importance. Il ne suffit de vouloir demander de l’aide, encore faut-il l’obtenir. Vous ne pouvez pas contacter quelqu’un en lui intimant l’ordre de vous apporter son soutien. Vous ne pouvez pas non plus lui demander des choses impossibles, vous ne pouvez pas lui demander la lune. Vous ne pouvez pas considérer votre interlocuteur comme s’il vous était redevable de quelque chose : s’il vous vient en aide, c’est qu’il le veut bien, il n’est pas obligé de le faire.

Alors, comment faire pour obtenir plus facilement de l’aide ?

D’abord, il faut que vous soyez sincère et honnête. Pas question de demander plus que ce que vous avez besoin, d’exagérer vos problèmes pour que l’on s’apitoie davantage sur vous. En agissant ainsi, vous privez d’autres personnes, en plus grandes difficultés, d’une aide précieuse, voire vitale. Si votre manège est découvert, vous perdrez la confiance des personnes prêtes à vous secourir et vous n’obtiendrez plus rien de leur part. Certes, il peut arriver qu’il y ait de bons comédiens qui parviennent à leurs fins sans être démasqués… S’ils ont bonne conscience, tant mieux pour eux !

Ensuite, vous devez savoir que si vous sollicitez de l’aide à quelqu’un, vous devez faire preuve de pondération et ne pas lui en demander trop. Je m’explique. Si vous arrivez face à quelqu’un et que vous lui dites « Je veux 60000 euros pour acheter un terrain. Je veux que tu viennes m’aider pour construire la maison ! », je ne suis pas certaine que l’on accède à votre demande. Vous en demandez beaucoup trop à votre interlocuteur. Ce dernier veut bien vous aider, mais il ne veut pas sacrifier sa vie pour vous. Certes, des « Sœur Emmanuelle », çà existe, mais elles sont rares.

Vous devez aussi faire preuve de stratégie. Vous devez formuler votre demande de telle manière que votre interlocuteur ne se sentira pas piégé, ne se sentira pas obligé de trop s’engager. Généralement, les personnes veulent bien vous aider mais pas vous assister. Elles s’impliqueront d’autant plus que cela ne leur aura pas demandé un effort important.

Mais, votre stratégie ne s’arrête pas là. Si vous voyez que votre « sauveur » s’est acquitté de sa tâche avec générosité et enthousiasme, rien ne vous empêche de lui redemander de l’aide, toujours sans exagération. Si cela s’est bien passé la première fois, il n’hésitera pas à intervenir à nouveau. Comme il a été généreux une première fois, il hésitera à vous opposer un refus de peur que cette bonne image soit entachée. Agissez ainsi par petites doses en n'oubliant pas de remercier, et sans critiquer, même si vous n'avez pas obtenu exactement ce que vous vouliez. La personne vous a apporté son aide dans la mesure de ses possibilités et c'est déjà beaucoup.

Finalement, vous aurez obtenu votre aide sans que cela ait été trop contraignant pour votre bienfaiteur. Mais attention de ne pas en demander de trop, restez toujours sincère et honnête. Montrez également votre implication, votre engagement. Ne restez pas les bras croisés en attendant que l’autre face tout le travail. N’oubliez pas que vous avez demandé à la personne de vous aider, et non pas de devenir votre esclave. Ne pressez pas trop le citron, vous serez très vite rejeté.

Encore une dernière recommandation, sachez qu’il existe des spécialistes de cette façon de procéder, qui n’hésiteront pas à vous manipuler, à jouer avec votre générosité pour quémander toujours plus. S’ils vous demandent des choses qui vous paraissent exagérées, qui vous coûtent énormément à tous les points de vue (argent, effort…), n’hésitez pas à dire non. N’en ayez surtout pas mauvaise conscience. La générosité a ses limites. Vous êtes tout à fait capable de repérer les vôtres…

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits

13/02/2010

Réclamations à l’univers

Voici un extrait du livre de Bärbel Mohr « Comment faire des réclamations auprès de l’univers » :

« Ma tante Maryta a des amis en Islande et elle m’a rapporté, à la suite d’une visite qu’elle leur fit, que les enfants, le soir, rangent leurs vêtements devant leur lit de manière à pouvoir les passer à tout moment au cas où, la nuit, un tremblement de terre surviendrait, ce qui est fréquent. Cependant, les gens, là-bas, se qualifient majoritairement d’heureux.

Dans ce pays l’intuition est considérée comme particulièrement importante. C’est ainsi par exemple que les pêcheurs d’un petit village insulaire, un soir, rentrèrent tous les bateaux aux ports à cause d’une tempête ; cette même nuit, le proche volcan entra en éruption. Comme les bateaux étaient au port, tous les habitants purent être sauvés et ramenés sur la terre ferme.

Beaucoup d’Islandais croient aussi à l’aide des esprits de la nature, les elfes et les gnomes. A l’office du tourisme, on peut se procurer, à côté de la carte routière habituelle, une carte des lieux de séjour des elfes et des lutins !

Avons-nous besoin des tremblements de terre pour être heureux et préserver notre intuition, ou pouvons-nous y arriver aussi avec un peu de conscience et avec de nouvelles intentions ?

On pourrait aussi qualifier d’enfantine la croyance en les elfes, mais est-ce une faute ou une « naïveté de l’intelligence » si cette croyance nous aide à percevoir la voix de l’intuition ?

Dans l’écrasante majorité des cas, l’intuition ne fonctionne pas dans le cadre d’une objectivité purement rationnelle et raisonnable. Elle se manifeste de préférence là où la vie est traitée de façon joyeuse, enfantine et ludique ! »

N’hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

06/02/2010

Comment va votre SAR ?

Le SAR est le Système d’Activation Réticulaire. Il s’agit d’un élément de votre cerveau, bien utile pour capter votre attention et pour atteindre plus aisément vos objectifs.

Prenons tout de suite un exemple pour illustrer ce qu’est concrètement le SAR.

Imaginez que vous vous trouviez dans un centre commercial, bondé car on est un jour de soldes. Vous vous trouvez donc au milieu de bruits divers et variés : annonces publicitaires, musique, cris des enfants, gens qui téléphonent sur leur portable, bruits des télés, harangue des démonstrateurs, etc. Bref, vous vous trouvez dans un véritable capharnaüm. Vous ressentez ce brouhaha sans pouvoir distinguer précisément tous les sons, tous les bruits qui vous entourent, sans que votre attention soit portée sur chacun de ces derniers. Puis, tout d’un coup, à un moment donné, un haut-parleur annonce votre nom et vous demande d’aller chercher votre fille à l’accueil. Et, là, votre cerveau, votre SAR se mettent en branle : votre attention est à son plus haut niveau et vous distinguez distinctement et clairement le message et son contenu qui vous est adressé.

Ainsi, grâce au SAR, qui se met en route automatiquement dans votre cerveau, les informations pertinentes sont portées à votre attention. Le SAR joue un peu un rôle d’intermédiaire, de filtre entre la partie consciente et la partie inconsciente de votre cerveau. Ce dernier ne peut pas emmagasiner toutes les informations, il est nécessaire qu’un tri pertinent se fasse entre elles. C’est le SAR qui l’effectue. C’est lui qui décide ce qui est digne d’attention et ce qui ne l’est pas. Aussitôt qu’il juge qu’une information vous concerne au plus haut point, il « réveillera » votre cerveau qui l’absorbera. Ainsi, dans le cadre de notre exemple, le SAR a reçu l’instruction de réveiller votre attention dès que votre nom est prononcé dans le haut-parleur.

Vous voyez maintenant où je veux en venir avec le SAR. En fait, vous pouvez très bien programmer votre SAR, lui envoyer des instructions qui seront transmises à votre subconscient. Ainsi, si vous voulez atteindre des objectifs, il vous suffit de porter toute votre attention sur eux, de les visualiser, de prononcer des séries d’affirmations positives pour que votre subconscient, donc votre cerveau reste en éveil, soit attentif et vous aide à atteindre vos objectifs. A chaque fois qu’un élément qui vous aidera à atteindre votre objectif surviendra, votre SAR s’activera et vous ne passerez plus à côté de choses primordiales pour votre réussite. Le SAR est là pour laisser passer la bonne information et pour éliminer les autres.

Ce qu’il y a de pratique avec le SAR, c’est qu’il est un peu bête puisqu’il ne fait aucune distinction entre le réel et l’inventé. Ainsi, si vous devez passer un entretien d’embauche, il vous suffira de le visualiser de manière positive, pour que votre SAR croit que c’est la réalité. Ainsi, le jour J, votre cerveau sera programmé pour réussir.

Le tout est que vous effectuiez la bonne programmation, la plus claire et la plus précise possible. Alors, prenez soin de votre SAR, il vous le rendra bien !

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique