logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

04/04/2010

Les contes sont vivants

Voici un extrait du livre d'Henri Gougaud "Le livre des chemins" :

 

"Les contes sont des êtres vivants. Evidemment, je n'ai aucune preuve de ce que j'avance là. Peu m'importe. C'est une conviction secrète, mais éminemment pratique. Le fait est que les contes ne manquent pas de me répondre, quand je leur parle. Ils le font avec bonté. Ils m'aprennent des choses auxquelles je n'avais jamais pensé. Bref, j'ai avec eux une relation assez heureuse et simple pour tenir à leur amitié. Tu peux toi aussi entrer dans le cercle des contes vivants, si tu le veux. C'est simple. Il ne faut que du désir, de l'innocence et de cette curiosité éveillée sans laquelle il n'est pas de vraie découverte possible. Il y faut aussi juste ce qu'il faut de confiance, non pas de me croire sur parole, mais pour te donner l'envie de vérifier par toi-même qu'il est, ici et là, des contes qui n'attendent que ta visite, et qui te connaissent assez bien pour te murmurer en secret des choses sûrement utiles à ta vie."

 

Les contes peuvent servir dans votre développement personnel. Ils peuvent vous aider à vivre mieux au quotidien, à résoudre vos problèmes existentiels, à aller de l’avant.

Ils exposent la vie que vous voudriez connaître, vous offrant la richesse, la gloire, la beauté, l’intelligence et la puissance.
Ils décrivent les moyens de résoudre vos problèmes, la façon d’échapper aux « monstres ». Ils vous montrent que tout est possible dans la vie, qu’il suffit qu’un individu surgisse, un « héros », pour que vous retrouviez confiance en vous. Vous finissez par aller de l’avant et par « gagner » et tout est bien qui finit bien.

Les contes ne sont donc pas destinés uniquement aux enfants. Relisez les contes d’origine chinoise, en cliquant ici :
http://www.lulu.com/content/e-book/contes-chinois/2191858 . Vous verrez que votre existence n’en sera que plus belle et plus riche

26/03/2010

Savoir travailler en couple

Tous les couples ne sont pas faits pour travailler ensemble. Quand on en interroge certains pour leur demander si çà les tenterait, bon nombre d’entre eux s’en sentent complètement incapables. Leurs arguments sont assez variables, comme par exemple, « je ne pourrai jamais le ou la supporter toute la journée », « on n’arrêterait pas de se disputer », « il me faut des moments à moi tout seul pour briser la routine du couple », etc.

C’est vrai que certains couples se séparent à cause de leur décision de travailler ensemble. Ils ne se supportent plus. Ou l’un d’eux veut tout diriger et l’autre ne le supporte pas, ce qui est tout à fait normal. Quelquefois, certains couples rêvent de créer quelque chose ensemble, mais finalement, ils finissent par se déchirer. Ils finissent par se rendre compte du vrai caractère de l’autre, celui-ci étant parfois différent quand on est à la maison ou quand on travaille. Le stress du travail peut engendrer des disputes et des contrariétés qui n’existaient pas en temps normal.

Pourtant, certains couples réussissent à travailler en ensemble, en parfaite harmonie et parviennent à faire fructifier leur entreprise, sans heurts. Ont-ils un secret particulier ?

Je ne pense pas. A mon avis, c’est d’abord parce que leur couple est solide qu’ils sont capables de travailler ensemble. Ensuite, il est nécessaire qu’ils soient complémentaires. Si tous les deux veulent remplir exactement les mêmes tâches, cela risque de bloquer sauf si l’entente est parfaite et que la discussion est saine entre les deux. Pour éviter les problèmes, essayez de vous attribuer des activités différentes, ce qui n’empêche pas quelques empiètements salutaires pour donner un avis ou pour motiver son partenaire.

Ces couples qui réussissent ne se sont pas lancés à la légère. Ils ont mûrement réfléchi, pesé le pour et le contre. Ils ont opté pour le meilleur statut possible. Ainsi, dans le cas d’une faillite, cela évite que l’un des deux supporte toutes les conséquences financières notamment. Ne faites surtout pas preuve d’amateurisme. Dans certains cas, un membre du couple se contentera d’aider occasionnellement dans l’entreprise, pour faire du secrétariat par exemple. Dans cette situation précise, il est préférable d’opter pour le statut de conjoint collaborateur (pas de salaire mais droits à la retraite et assurance maladie). Si l’implication est plus grande, vous pouvez créer une société et être conjoint associé, donc sur un pied d’égalité, en cas de problèmes notamment.

Bien réfléchir au statut de l’entreprise permet aussi que tout se passe pour le mieux en cas de séparation du couple. Tout est réglé à l’avance et tout devrait, normalement, bien se passer. Toutefois, s’il y a séparation ou si l’entreprise fait faillite, sachez que les deux membres du couple se retrouvent sans travail et donc sans revenus. C’est donc un gros risque à prendre pour ceux qui ne sont pas sûrs d’eux. Pour essayer de limiter les dégâts, pensez à la séparation de biens et à la création d’une société pour séparer le patrimoine professionnel et le patrimoine privé.

Les couples qui réussissent à travailler ensemble ont également appris à préserver leur vie de couple. Pas question, notamment, de parler sans arrêt boulot à la maison, le soir en rentrant. C’est le meilleur moyen de ne plus avoir de vie de couple du tout ! Prenez le temps de vous retrouver et de faire autre chose, ensemble ou séparément.

Enfin, sachez que certains couples ne parviendront jamais à travailler ensemble. Si l’envie vous prenait un jour, réfléchissez bien avant pour éviter que votre couple ne se brise.

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

22/03/2010

La méditation pour quoi faire ?

Voici un extrait du livre de Carl de Miranda « Un temps pour la méditation »

«  Deux grands objectifs

Premièrement, libérer notre attention de nos pensées. En apprenant à nous libérer de l’enchaînement mécanique des pensées, nous allons diminuer l’emprise de la pensée sur notre existence et devenir disponible et vigilants.

Deuxièmement, notre attention étant à nouveau disponible, nous allons pouvoir recontacter notre vie intérieure et la laisser s’épanouir. En allant à la rencontre de ce qui se passe en nous, à la découverte de nos désirs, de ce qui nous anime, de notre propre profondeur, nous allons peu à peu mieux nous connaître et dénouer des nœuds qui bloquent notre épanouissement. Nous serons alors à même d’aller de plus en plus profondément en nous vers les fondements de notre Etre.

La science de l’observation intérieure

La méditation est donc un ensemble de pratiques visant d’abord à libérer notre attention de nos pensées pour ensuite observer et épanouir notre vie intérieure. […]

Se libérer de l’hypnose des pensées va nous permettre de dissoudre progressivement notre bulle personnelle et de retrouver un contact direct avec la réalité, avec les autres, avec soi-même. De la pensée omniprésente et parasite, nous allons revenir à une intelligence lucide et efficace. De notre fonctionnement personnel mécanique et souvent inadapté, nous allons revenir à un fonctionnement conscient et souple.

La méditation va redévelopper notre sensibilité à l’égard des autres, du monde et de nous-mêmes. De la séparation et de l’isolement, nous allons revenir à la communion puis à l’unité. La méditation va nous reconnecter avec la profondeur de l’Existence, avec notre propre profondeur. De l’illusion du monde matériel, nous allons plonger vers le cœur de la Vie, de l’Existence. »

Méditez rapidement, simplement et facilement grâce à la méthode 3G http://tinyurl.com/3Gmeditation

08/03/2010

Cadeau, Marie Laforêt

Chanson : Cadeau de Marie Laforêt

 

Voici une chanson de 1974, écrite et chantée par Marie Laforêt

 

Marie Laforêt
Hier soir, dans la cuisine,
je préparais le dîner, quand mon petit garçon est entré.
Il m'a tendu un morceau de papier griffonné.
J'ai essuyé mes mains sur mon tablier,
et je l'ai lu. Et voici ce qu'il disait :

L'enfant
Pour avoir fait mon lit toute la semaine 3 francs
Pour avoir été aux commissions 1 franc
Pour avoir surveillé le bébé pendant que toi tu allais aux commissions 1 franc 25
Pour avoir descendu la corbeille à papiers 75 centimes
Pour avoir remonté la corbeille à papiers 1 franc et 10 centimes
Pour avoir arrosé les fleurs sur le balcon 25 centimes
Total 9 francs et 85 centimes.

Marie Laforêt
Je l'ai regardé, il se tortillait en mâchant son crayon
et une foule de souvenirs sont revenus à ma mémoire.
Alors j'ai repris son crayon, j'ai retourné la feuille et voilà ce que j'ai écrit :

Marie Laforêt
Pour neuf mois de patience et douze heures de souffrance
CADEAU
Pour tant de nuits de veille, surveillant ton sommeil
CADEAU
Pour les tours de manège, les jouets, le collège
CADEAU
Et quand on fait le tour, le total de mon amour,
C'est CADEAU

Marie Laforêt
Quand il a eu fini de lire, il avait un gros chagrin dans les yeux.
Il a levé la tête et a dit :

"M'Man, je t'aime très beaucoup"

Il a repris son papier, l'a retourné, et en grosses, grosses lettres,
a marqué :

"CADEAU"

Et quand on fait le tour, le total de l'amour,
C'est CADEAU, C'est CADEAU

04/03/2010

Employez les bons mots pour éviter les maux.

Quel superbe titre, vous ne trouvez pas ? Quel beau jeu de mot.

Malheureusement, l’utilisation des mots n’est pas toujours un jeu. Il peut arriver qu’un mauvais usage des mots ait des conséquences fâcheuses.

Parfois, les gens ne font pas très attention à ce qu’ils disent. Certains mots peuvent blesser, sans même que votre interlocuteur ne s’en rende compte. Récemment, on m’a dit : « Qu’est que tu as grossi depuis que je ne t’ai vue ! ». Heureusement que je m’en étais rendue compte avant, sinon cela aurait pu me plomber le moral pour un bon bout de temps.

Les enfants sont souvent les victimes de mots blessants, voire humiliants. Quand vous êtes petit et que votre père vous rabâche à longueur de journée que vous êtes nul, que vous n’êtes bon à rien, à moins d’avoir une force de caractère exceptionnelle, je ne suis pas certaine que cela vous motive et vous rende plus fort. Au contraire, vous perdrez confiance en vous et vous aurez une mauvaise image de vous. Certes, là, c’est un exemple assez extrême. Quoique… il existe bel et bien des parents qui agissent ainsi et qui pensent que c’est une bonne manière d’éduquer son enfant. Pas sûr que l’enfant se construise mieux avec cette méthode…

Sans aller aussi loin, de petites phrases, qui paraissent banales au premier abord, peuvent provoquer des dégâts importants chez l’enfant. Par exemple, en disant : « Prends exemple sur ta sœur, elle travaille mieux que toi » ou « Tu devrais manger un peu moins parce que tu vas finir par ressembler à tante Agathe » ou « Tu es bien de la famille de ton père, tu as leur nez », etc., vous pouvez le complexer sans même que vous vous en rendiez compte. En effet, ces phrases sont anodines, prononcées parfois sur le ton de l’humour ou pensant donner un conseil judicieux. Mais, ce n’est pas si évident que cela. Certains enfants, peut-être plus fragiles que d’autres, peuvent prendre çà comme un reproche, comme une critique et souffrir profondément. Dans les cas extrêmes, cela peut conduire à l’anorexie, à la dévaluation de soi ou à un complexe physique.

Certains des mots que nous prononçons peuvent avoir une incidence sur nous-mêmes. Hé oui, ils nous arrivent de nous parler à nous-mêmes. Et, c’est rarement, pour dire « Ho, qu’est-ce que je suis beau, qu’est-ce que je suis intelligent, qu’est-ce que je suis parfait ! ». Bon, c’est vrai, il existe des individus qui le font mais ils sont très rares. Non, généralement, ce que l’on se dit de nous, c’est du genre : « je suis trop gros, je suis nul, je n’arriverai jamais à rien, je ne rencontrerai jamais personne, je ne sais rien faire de bien, etc. », j’en passe et des meilleures.

Or, ces mots que tout le monde prononce ou a prononcé au moins une fois dans sa vie, peuvent avoir des répercussions fâcheuses. Ils peuvent entraîner une dévalorisation, un manque de confiance en soi, de motivation. Pourtant, on continue tous à se les prononcer, presque machinalement, parfois par habitude. Mais, on ne se rend pas compte du mal que cela peut nous faire. Certes, il peut arriver que l’on ait effectivement des difficultés à faire un travail, que l’on agisse mal parfois, que l’on ait quelques défauts. Mais, au lieu de pointer le doigt dessus sans arrêt, ne vaut-il pas mieux chercher un moyen d’y remédier ? Rabâcher toujours les mêmes phrases blessantes ne sert à rien, ne fera que nous enfoncer davantage.

Parfois, il suffira que l’on se force à dire régulièrement, tous les matins pourquoi pas, « je suis intelligente, je suis bien dans ma peau, je suis motivée, etc. » pour que vous vous sentiez tout de suite mieux. C’est la fameuse méthode Coué. Vous reprendrez ainsi confiance en vous, vous serez plus motivé et vous affronterez la vie avec force et énergie.

Alors, dorénavant, faites très attention à ce que vous dites aux autres et aussi à vous-mêmes. Vous ne blesserez personne et vous vous en porterez que mieux. « Tourner 7 fois la langue dans sa bouche » n’est pas un dicton si nul que çà.

Méditez cette pensée de Monique de Gramont (écrivain québécoise): « Les mots peuvent assassiner tout autant que les armes ».

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique