logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

21/02/2009

Faire bien ce pour quoi on est fait

Voici un extrait du livre « Dewey » de Vicky Myron. Bien qu’elle parle d’un chat, cette description peut s’appliquer à des personnes que l’on est heureux de côtoyer et sur qui l’ont peut prendre exemple :

« Dewey n’était pas spécial parce qu’il faisait quelque chose d’extraordinaire, mais parce qu’il était extraordinaire. Il était de ces gens apparemment normaux qui, une fois que vous les connaissez, se distinguent de tous les autres.
Ce sont ceux qui ne manquent jamais un jour de travail, qui ne se plaignent pas, qui ne demandent jamais plus que leur part. Ce sont ces bibliothécaires, vendeurs de voitures, serveuses, si rares, qui fournissent un service excellent par principe, et vont encore plus loin car ils sont passionnés par leur travail.
Ils savent ce pour quoi ils sont faits dans la vie, et ils le font exceptionnellement bien. Certains obtiennent des récompenses ; d’autres gagnent beaucoup d’argent, la plupart passent inaperçus. Ils sont vendeurs, employés de banque, mécaniciens, mères de famille.
Le monde a tendance à reconnaître les gens uniques, qui se font entendre, les riches et ceux qui servent leur propre cause, pas ceux qui font des choses ordinaires extraordinairement bien.
Dewey avait des origines modestes (une ruelle de l’Iowa), il avait survécu à une tragédie (une boîte à livres glacée) et il avait trouvé sa place (la bibliothèque d’une petite ville). C’est peut-être ça la réponse : il avait trouvé sa place. Sa passion, son but, était de faire de cet endroit, aussi modeste et isolé qu’il soit, un lieu meilleur pour tous le monde. »



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

07/02/2009

Quel est votre quotient émotionnel ?

Jusqu’au milieu des années 90, on ne connaissait essentiellement que le quotient intellectuel, le fameux QI, qui permet de savoir si un individu est intelligent ou non. Suite à différents tests de logique, vous est attribué un chiffre : 80, 110, 120. Plus il est élevé et plus vous êtes intelligent. Les surdoués, par exemple, ont un QI généralement supérieur à 130.
Mais, le QI, donc votre intelligence, augure-t-il de votre capacité à exercer telle ou telle profession, à vous adapter dans n’importe quelle entreprise, à bien vivre en société, à réussir votre vie ? Si je vous pose la question, c’est, évidemment, que la réponse est négative. En effet, vous pouvez parfaitement avoir un QI supérieur à 110 sans pour autant être capable de vous adapter à la vie en entreprise ou en société.

Il semblerait, d’ailleurs, que le QI n’entre que pour 20 % dans votre réussite professionnelle.
Pourquoi un si faible pourcentage ? Tout simplement parce que dans la vie, il n’y a pas que les capacités intellectuelles qui comptent. Entrent en jeu, vos capacités d’adaptation, votre façon de réagir face à telle ou telle situation, votre socialisation, votre rapport avec les autres, bref, vos émotions.
C’est pour cette raison qu’est apparu et s’est développé depuis le milieu des années 90 le concept de quotient émotionnel (QE) ou intelligence émotionnelle.
Bien qu’ayant été mis en lumière en 1900 par deux universitaires américains, spécialistes en psychologie (John Mayer et Peter Salovey), il n’est devenu réellement à la mode qu’en 1995, suite à la publication de l’ouvrage : « L’intelligence émotionnelle. Accepter ses émotions pour développer une intelligence nouvelle. », écrit par un psychologue américain Daniel Goleman.

En quoi consiste le QE ?
C’est l’aptitude à discerner ses émotions et celles des autres. En effectuant une série de tests, dont les recruteurs sont très friands de nos jours, doivent se dévoiler votre façon de réagir face à telle situation, votre comportement vis-à-vis de vos collègues ou de votre patron, votre degré de motivation ou d’adaptation, votre façon de communiquer avec les autres… Les entreprises se sont précipitées sur le QE. Cela constitue pour elles un moyen de sélectionner leurs employés.

Ainsi, à la fin du test, se dessine un tableau précis de vos émotions, de votre caractère, de votre comportement.
Mais, contrairement au QI, plutôt rigide et qui n’évolue pas au fil des années, le QE n’est pas un simple constat à un moment donné de votre vie. Il peut évoluer à condition que vous l’entreteniez, que vous le contrôliez régulièrement. Ainsi, par exemple, si votre QE révèle chez vous un manque de motivation, cela constituera une sorte de sonnette d’alarme vous invitant à changer, à chercher les moyens de vous motiver. S’il révèle des difficultés à communiquer avec les autres, vous devez apprendre à aller davantage vers eux.

Vous apprendrez ainsi à vivre mieux, avec vous et avec les autres. Vous saurez gérer et maîtriser vos émotions et vous pourrez avancer, en toute sérénité dans la vie. Vous pourrez progresser sur la voie de la réussite, sans que vos émotions, vos défauts ne prennent le dessus.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

04/02/2009

Elaguer pour s'épanouir

Voici un extrait du livre de Susan Ford Collins, "Les joies du succès" :

"Le succès, c'est aussi être capable de faire disparaître certaines choses de notre mémoire. C'est être capable de se débarasser d'une vieille habitude, d'une manière de penser, ou d'une façon de réagir. Comme l'achévement, l'abandon libère de l'énergie - une énergie que vous avez emprisonné et retenue pendant des années - de l'énergie dont vous pouvez commencer à vous servir pour créer les circonstances que vous souhaitez. Pour jouir d'une vie saine, équilibrée et épanouie.

Tout bon jardinier sait qu'en plus d'être arrosée et fertilisée, une plante doit être taillée régulièrement. Réussir, c'est être capable de mettre de côté une méthode ou un système inapplicable. Une relation de longue date que vous avez en vain tenté de préserver. Un emploi bien rémunéré qui vous a trop longtemps enchaîné à la routine. Réussir, c'est renoncer à la cigarette, à la caféine ou à la drogue ; c'est se défaire d'une dépendance à de vieilles règles imposées par la société, au travail, à l'argent, au pouvoir. Réussir, c'est tailler, couper, élaguer.

Chaque fois que nous reconnaissons être arrivés au terme d'un cycle de création, une nouvelle dose d'énergie est mise à notre disposition."


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

29/01/2009

Héritage

Voici un extrait du livre de Roger Fritz, « Laisser sa marque » :

« L’héritage le plus valable que nous puisions léguer est bien plus que des richesses matérielles, des relations sociales ou du pouvoir. Il vient du respect fondé sur le mérite et les actions exemplaires.

La marque que vous laissez sur les autres – en fait l’héritage que vous leur léguez –, n’est pas le fruit du hasard car il est en quelque sorte l’aboutissement de toutes vos décisions. Pour faire une analogie, le processus ressemble d’avantage à la construction d’une maison. Si vous choisissez les bons matériaux et la bâtissez adéquatement, elle résistera pendant des générations.

Dans cette optique, nous décidons de la marque que nous laissons car elle n’est ni plus ni moins que le résultat de toutes nos actions et de leurs interrelations. C’est pourquoi nous devons toujours établir avec soin quelle répercussion notre exemple exerce sur les autres.

[…]

Chacun laisse sa marque. Chacun prend des décisions, pose des gestes ou interagit en exerçant une influence durable sur sa famille, ses amis ou ses collègues. Qu’on le veuille ou non, même une simple rencontre avec un parfait étranger peut marquer de son empreinte la vie de cette personne et changer le cours de son existence. Chose certaine, que cet héritage en soit un d’intégrité ou d’indifférence, nous produirons d’une façon ou d’une autre une impression sur la vie de ceux que nous aurons croisés. »



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

25/01/2009

Exprimer ses émotions à travers l’art-thérapie

Il peut arriver que vous ayez des problèmes et que vous éprouviez quelques difficultés à les formuler verbalement. Il n’y a rien de surprenant à cela : beaucoup d’individus ont extrêmement de mal à exprimer leurs émotions. Pourtant, s’ils veulent aller mieux, s’ils veulent se faire aider, épauler, il est indispensable de dire ce qu’ils ressentent au plus profond d’eux-mêmes, ce qui leur fait si mal, ce qui les empêche de vivre pleinement leur vie.

Comme je l’ai déjà écrit dans un de mes précédents articles, l’écriture peut être un excellent moyen de mettre des mots sur les maux. Cela peut constituer une très bonne thérapie et vous permettre de vous en sortir. En écrivant vos problèmes, ils s’éloignent de vous et peu à peu, vous ne les voyez que comme un simple téléspectateur.

Toutefois, écrire n’est pas si simple. Certes, la thérapie par l’écriture ne demande pas que vous sachiez écrire comme un romancier ou sans fautes d’orthographe du tout, dans la mesure où ces écrits sont à vous et n’ont pas pour vocation à être lus par autrui. Mais, il arrive que certaines personnes éprouvent les plus grandes difficultés à poser des mots sur leur souffrance. Même cela, elles n’y parviennent pas. Non pas qu’elles soient analphabètes ou incultes ou stupides. Mais tout simplement parce qu’elles n’arrivent pas à dire ce qu’elles ressentent, soit que leurs problèmes sont trop sérieux pour qu’elles puissent les décrire ou soit parce qu’elles souffrent mais qu’elles ne savent pas vraiment ce qui les fait souffrir.

C’est dans ce dernier cas que l’art-thérapie peut être particulièrement efficace. En effet, en créant de vos mains une œuvre quelconque, vous êtes plus à même de vous laisser-aller et de faire sortir vos émotions les profondes, les plus enfouies.
Avec l’art-thérapie, vous pouvez créer différentes œuvres : dessin, peinture, sculpture, collage…
Bien entendu, l’art-thérapeute ne vous demandera de créer une superbe œuvre digne d’être exposée dans les grands musées. Bien au contraire. Si c’est le cas, c’est que vous connaissez parfaitement les techniques pour peindre et dessiner. Vous ne vous laisserez pas aller, la technique prenant le pas sur votre lâcher-prise. Vous ne pourrez pas véritablement exprimer vos émotions. Vous tricherez, en quelque sorte.

Face à la feuille blanche, à la toile ou au morceau de terre, vous devez vous lâcher, vous laisser-aller et mettre en mouvement vos mains, presque de façon inconsciente, sans trop réfléchir à ce que vous êtes en train de faire. Cela devrait vous permettre de faire sortir de votre inconscient vos émotions les plus profondes que vous ne pouviez exprimer.

Le but de l’art-thérapie est de vous permettre de formuler votre mal-être. Cela pourra prendre plusieurs séances, plusieurs étapes. Il arrivera que votre douleur soit trop grande pour que vous puissiez d’emblée la traduire avec vos mains. Petit à petit, le thérapeute vous mettra en confiance et vous aidera à passer les étapes les unes après les autres, sans vous brusquer et sans vous bloquer.

Par contre, votre œuvre ne sera pas interprétée au final. Ce n’est pas le but de l’art-thérapie. Ce qui compte c’est que vous ayez pu faire sortir vos émotions avec sincérité, franchise et un peu « brut de décoffrage ». C’est un peu retranscrire avec vos mains des images intérieures qui n’arrivaient pas à jaillir de vous. Cela devient ainsi un moyen de vous libérer et de vous révéler. Dès lors, vous pourrez entamer très vite un processus de transformation, puisque vous vous sentirez mieux et que aurez retrouvé une plus grande confiance en vous. A partir du moment où ce qui vous gênait est sorti de vous, vous serez libéré d’un poids et vous vous sentirez plus léger.

L’art-thérapie s’adresse à tous. Mais, elle est particulièrement intéressante pour les enfants qui ont évidemment plus de mal à dire ce qu’ils ressentent. Chez les personnes âgées, elle est également préconisée car elle leur procure du bien-être et améliore leur état physique et psychologique. Sinon, l’art-thérapie s’adresse également à ceux qui ont des problèmes de dépendance, qui ont subi des traumatismes importants, qui sont stressés et anxieux, qui ont des cancers, qui connaissent des conflits de différentes sortes, qui ont des idées suicidaires, aux schizophrènes, etc.

Bien souvent, l’art-thérapie vient en complément d’autres thérapies. C’est un plus, bien efficace et qui peut vous permettre de pouvoir enfin vous exprimer.
Attention toutefois : l’activité d’art-thérapeute, n’étant pas réglementée, renseignez-vous avant de vous diriger vers cette thérapie. Méfiez-vous des charlatans !


Le mal-ête n'est plus une fatalité ! Vous pouvez l’éliminer une bonne fois pour toute, en cliquant ici : http://url-ok.com/872aa4

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique