logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

09/10/2008

Comment renforcer la cohésion d'un groupe au sein d’une entreprise?

Après les stages commandos pour renforcer la cohésion des cadres au sein des entreprises, sont apparues de nouvelles méthodes moins extrêmes. Aujourd’hui, sont proposées des activités de plus en plus diverses, des plus classiques aux plus inattendues.
Le premier objectif de tous ces stages est le même que pour les stages de survie : renforcer la cohésion d’une équipe. Parfois, cela peut également être utilisé pour permettre d’exprimer plus facilement les problèmes qui peuvent exister au sein de l’entreprise.

Je suppose que vous avez en tête des images de sages commandos ou de survie organisés par les grandes entreprises, où l’on voit les cadres marcher sur des braises ou sauter à l’élastique, en poussant des cris de guerre. Cela entraînerait un renforcement de l’esprit d’équipe. Dans l’effort et les difficultés, l’entraide s’avèrerait indispensable.
Sont également proposées la navigation sur un voilier, la montée d’un sommet, la descente en rafting d’une rivière, etc… Cela permettrait de mettre en pratique, grandeur nature, l’esprit d’équipe. Par exemple, sur un bateau, si tout le monde ne met pas la main à la pâte, le bateau n’avance pas.
Certains spécialistes contestent ce type d’activités. Elles pourraient même être improductives si est reproduite sur le terrain la même ambiance qu’au travail : chef trop dominant, sentiment d’infériorité de certains salariés, concurrence trop forte, conflits latents, par exemple. Dans des situations extrêmes, les tensions ne feront que s’exacerber au lieu de se régler.

C’est pour cette raison que, aujourd’hui, un certain nombre de sociétés, spécialisées dans le « team-building », se sont engouffrées dans ce créneau et proposent autre chose : des activités plus insolites.
On peut citer des cours de cuisine, des stages de karting, de cinéma, etc… des choses plus ludiques. Ce genre d’activités permet aux salariés de se voir en dehors du travail, dans un cadre totalement différent et surtout en effectuant des choses qui n’ont strictement rien à voir avec le monde de l’entreprise. Tout en s’amusant, cela permet de mieux se connaître et de développer sa créativité. Bref, tout ce qui est nécessaire pour, par la suite, travailler mieux et en équipe.

S’ajoutent généralement à ces différents stages ou séminaires, des séances plus pédagogiques, animées par des coachs qui apprennent, par exemple, aux stagiaires à devenir des leaders, à être de bons managers, à régler les conflits plus facilement, etc. Les coachs peuvent également observer le comportement des salariés dans une situation extrême, afin de pouvoir les corriger si nécessaire.
Quelques temps après le stage, est organisée une séance de débriefing afin de faire le bilan et de voir si les effet escomptés se sont réalisés.

Depuis quelques temps, est apparue une nouvelle sorte de stage, orienté davantage vers le bien-être des salariés au sein de l’entreprise. Il s’agit de mises en situation ou de petites pièces de théâtre créées au sein même des entreprises, mettant en scène des salariés victimes de harcèlement moral et sexuel, des scènes de conflits internes.
Ces pièces sont jouées par des acteurs professionnels. Cela permet de pointer le doigt sur les problèmes que l’on peut vivre au sein des entreprises. Des situations vécues sont ainsi jouées et les salariés peuvent intervenir entre deux scènes afin de donner leur avis sur la réaction qu’ils auraient eu dans telle ou telle circonstance.
Cela permet, par exemple, de bien comprendre ce qu’est le harcèlement, de l’identifier et de le vivre en quelque sorte. Cela donne également des clés pour savoir comment réagir en cas de harcèlement. En outre, cela peut permettre aux victimes de parler et de dénoncer ce qu’elles vivent au quotidien.

Il semble donc que les entreprises s’orientent vers des séminaires plus ludiques ou plus pédagogiques. Il n’y est plus nécessaire de montrer sa puissance et sa force de caractère. On semble demander uniquement d’être soi.
Les entreprises dépensent parfois des sommes astronomiques pour organiser ce genre de stages. Malheureusement, les salariés les voient plutôt comme une récréation, comme une sortie tout frais payé et ne semblent pas s’y investir totalement. L’effet escompté ne paraît pas se produire à tous les coups. Certains salariés peuvent d’ailleurs ressortir traumatisés de ces stages ou perturbés parce qu’ils ont dû se dévoiler totalement, alors qu’ils préféreraient séparer leur vie privée et leur vie professionnelle, ce qui ne semble pas une erreur, selon moi.
Alors, chefs d’entreprise, réfléchissez bien avant d’organiser ce genre de stages de cohésion de groupe. Ne succombez pas à leur mode sans avoir pesé le pour et le contre.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

01/10/2008

Le travail est-il encore une source d’épanouissement ?

N’avez-vous pas remarqué que depuis quelques temps de plus en plus d’individus décident de changer de vie, de changer de travail quitte à gagner moins ?
Ces individus sont souvent des cadres des grandes entreprises qui se sont investis pendant des années pour leur travail. Ils n’ont vécu que pour leur société. Et, cela ne leur pesait pas puisqu’existait, à une certaine époque, la culture de l’entreprise. Ils étaient fiers de travailler pour un grand Groupe reconnu dans le monde entier.

Mais, aujourd’hui, les données semblent avoir changé. Les salariés ont modifié leur attitude vis-à-vis de leur travail. Ce n’est pas qu’ils le négligent mais ils ont compris que leur épanouissement personnel ne pouvait se faire uniquement en accomplissant une belle carrière professionnelle. Leur vie personnelle semble prendre plus d’importance et ils refusent de plus en plus de la sacrifier.

Même si certains cadres notamment élaborent, dès leur sortie du lycée, des plans de carrière très ambitieux, une fois qu’ils sont arrivés au sommet, une partie d’entre eux restent insatisfaits. En regardant leur vie telle qu’elle est, ils font un constat amer : ils se rendent compte qu’ils ne sont pas heureux pour autant, malgré leur réussite, leur succès. C’est pour cette raison que certains n’hésitent pas à tout plaquer et à change de vie.

L’entreprise n’est ainsi plus considérée comme un refuge ou comme une seconde (voire la première) famille comme avant. Les salariés n’aspirent plus à faire toute leur carrière dans une même entreprise.
Pour les uns, la raison en est simple. En effet, la plupart du temps, ils n’en ont même pas l’occasion à cause de la conjoncture économique actuelle assez difficile, qui entraîne des périodes de chômage régulières.
Pour les autres, ils éprouvent le désir de vivre plusieurs vies en une seule. Ils refusent de rester immobiles, de faire toujours la même chose. Ils ne s’imaginent pas faire le même travail toute leur vie. Ils n’ont plus peur de se lancer et de tenter des expériences. Ils veulent simplement vivre leur vie pleinement. Ils savent que leur épanouissement personnel passe nécessaire par le fait de bouger, de changer, de s’engager dans tous les compartiments de leur vie. Ils veulent réussir leur vie et non dans la vie.

Depuis quelques années, il apparaît nettement que l’investissement des salariés dans leur entreprise n’est plus aussi fort qu’auparavant. Le travail n’est plus leur unique préoccupation. Il leur permet de manger, de se loger certes, mais il ne les rend pas forcément heureux. L’entreprise n’est plus le cocon douillet où l’on faisait toute sa carrière, où l’on pouvait s’épanouir pleinement. Les salariés ont besoin d’autre chose pour vivre. Ils ont surtout compris que les entreprises leur offraient bien peu de contrepartie par rapport au temps qu’ils leur consacrent. Les sociétés n’offrent plus la sécurité comme avant et n’hésitent pas à se servir de leurs employés comme des kleenex.

Pourquoi, dans ce cas-là, les salariés sacrifieraient toute leur vie pour une entreprise qui les considère comme une simple main d’œuvre impersonnelle ?
C’est vrai que toutes les sociétés ne se comportent pas de cette façon. S’étant certainement rendu compte de la baisse d’investissement des salariés pour leur travail, certaines d’entre elles, encore peu nombreuses, ont pris le partie de choyer leurs salariés afin qu’ils se sentent bien au travail. Aux Etats-Unis, cela se fait couramment notamment dans la Silicon Valley. En France, cela commence à venir avec les crèches d’entreprise, les conciergeries, les offres de massage, de lieux de sieste, les plans d’intéressement salarial, etc.

Certes, cet effort est louable mais permettra-t-il d’inverser la tendance et de faire revenir les salariés à la culture d’entreprise ? Accepteront-ils, de nouveau, de tout sacrifier pour leur entreprise ?
A mon avis, je ne le pense pas. Une fois que des personnes ont goûté à la vraie vie, ont décidé de la vivre pleinement et entièrement, il serait étonnant de les voir revenir en arrière. C’est comme si je vous disais de renoncer au bonheur pour ne plus vous consacrer qu’à votre travail. Les gens ont enfin compris que la vie est courte et qu’il y énormément de choses à vivre. Ils veulent tout vivre et ne cloisonnent plus leur vie.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

18/09/2008

Pratiquez-vous la reconnaissance ou la gratitude ?

« Pratiquez-vous la reconnaissance ou la gratitude ? »
Drôle de question pour ceux qui, de plus en plus nombreux, ont perdu l’habitude de remercier quelqu’un pour son action, de féliciter un individu pour le travail qu’il vient de réaliser, etc.
Pourtant, quand vous, vous faites quelque chose pour quelqu’un, quand vous vous investissez dans votre travail, quand vous venez en aide à une personne, n’aimez-vous pas que l’on vous dise merci et que l’on vous congratule pour tout ce que vous faites. De cette façon, vous devenez de suite plus motivé et vous prenez l’engagement de continuer sur la même voie.

Par contre, si vous faites un travail quel qu'il soit, si vous investissez votre temps à l’effectuer et que l’on ne vous remercie que par le versement de votre salaire mensuel, sans vous adresser le moindre mot de gratitude, quelle est votre réaction ? Vous vous demandez pourquoi vous travailler et surtout si vous remplissez votre tâche correctement. Vous finissez par perdre votre motivation. A quoi cela sert de vous décarcasser si personne ne reconnaît vos compétences et vos aptitudes ?

Ainsi, je suis certaine que, comme tout le monde, vous aimez recevoir de la reconnaissance et de la gratitude. Alors, posez-vous la question maintenant : faites-vous preuve, vous, de reconnaissance et de gratitude envers vos collègues, votre conjoint, vos enfants ou vos amis ? Si ce n’est pas le cas, prenez dès aujourd’hui l’habitude de remercier, de féliciter les autres. Vous savez tout le bien que cela procure, alors pourquoi vous en priver.
D'ailleurs, je vais moi aussi le faire tout de suite, en vous remerciant, vous, lecteur, de lire régulièrement nos articles.

Par exemple, si votre enfant travaille bien à l’école, félicitez-le au lieu de toujours voir ses mauvaises notes. Il continuera à étudier correctement. De la même façon, quand votre conjoint vous a préparé à manger, pensez à la féliciter de temps en temps. Il aura l’impression d’être reconnu et de ne pas passer pour un simple cuisinier dans la maison.

Les exemples ne manquent pas et les occasions sont nombreuses pour montrer votre gratitude et votre reconnaissance. Et rassurez-vous, cela n’est pas ringard de le faire. Certes, cela ne semble plus être très à la mode. Mais, mieux vaut passer pour quelqu’un de gentil et d’attentionné que pour quelqu’un d’impoli et d’inattentif aux gestes effectués par les gens qui les entourent.

Bien sûr, le monde va vite, les gens sont stressés, ils effectuent les tâches les unes après les autres, ils vivent dans leur propre monde, un peu en égoïstes. Mais, qu’est-ce que cela leur coûte de dire merci et de complimenter quelqu’un ? Rien en fait, quelques secondes, peut-être. Et en échange, ils recevront certainement un sourire et reconnaissance et gratitude en échange. S’instaurera ainsi un cercle vicieux, ou plutôt un cercle vertueux, qui vous fera voir la vie du bon côté.

Toutefois, il est essentiel que votre gratitude ou reconnaissance soient sincères et non automatiques, mécaniques. Si vous êtes hypocrite et remercier tout le monde à tout bout de champ, votre gratitude ou reconnaissances n’auront plus aucun impact. Il faut que vous agissiez avec parcimonie et quand cela est réellement justifié. Sinon, cela se retournera contre vous et vous apparaîtrez comme un "mielleux".

Dans tous les cas, vos intentions doivent être claires et vous ne devez nullement vous forcer, sauf si vous désirez ardemment féliciter quelqu’un et que vous éprouvez une certaine gêne à le faire, à cause de votre timidité. C’est vrai qu’il n’est pas évident pour certains de complimenter quelqu’un. Dans ce cas-là, vous devez vous lancer et vous verrez qu’après la première fois, cela ira de mieux en mieux.

Une dernière chose, pensez à exprimer votre reconnaissance et votre gratitude à la vie pour tout ce qu’elle vous apporte. Vous verrez qu’elle vous le rendra au centuple !
En effet, vous bénéficiez déjà d’un grand nombre de chances, d’avantages : vous êtes en vie, vous avez un cerveau qui vous permet de réfléchir, des yeux pour voir, vous pouvez vous exprimer, chanter (même faux !), vous avez des bras, des jambes, vous vivez certainement dans un pays riche et démocratique, vous êtes peut-être marié, vous avez peut-être des enfants, vous êtes peut-être en bonne santé, etc…Réfléchissez et vous en trouverez bien d’autres. Tout cela ce sont des bénédictions, alors n’hésitez pas à remercier la vie, l’univers, ou si vous êtes croyant le dieu auquel vous croyez.
Cette simple action vous permettra de prendre conscience de toutes les bénédictions, tous les trésors, dont vous disposez déjà et vous rendra plus heureux.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

27/08/2008

Simplifier sa vie

Voici un extrait de l'article "Simplifier sa vie" de Sylvain Michelet dans Psychologies Magazine de septembre 2008 :


"Ah, si la vie était plus simple ! Nous serions plus légers, moins stressés, en meilleure santé, et peut-être même plus heureux.
La nature nous montre depuis toujours que nous pouvons arriver à nos fins sans gaspiller notre énergie ; la simplicité est un principe de sagesse pour toutes les philosophies. Mais tant de choses nous empêchent e vivre simplement... La civilisation moderne, bien sûr, qui nous pousse à accumuler toujours plus - au risque d'épuiser nos ressources et de polluer notre planète. Mais aussi notre nature humaine, complexe, portée par des désirs, des frustrations, des émotions. Les raisons de nous compliquer la vie ne manquent donc pas, qu'elles soient matérielles, psychologiques ou relationnelles. Pour démêler ces fils, une démarche s'impose : recherchez la juste mesure en tout.

C'est le nouvel eldorado : davantage de simplicité et notre vie deviendrait heureuse, nous nous sentirions plus proche de la nature ou, en tout cas, de rythmes nous évitant le stress, l'urgence et leurs inconvénients. Adieu pression, dispersion, dépense d'énergie folle... Adieu complications. A nous les jours tranquilles, la ligne droite, l'efficacité maximale avec le minimum d'efforts, la voie médiane, aussi loin des tourments de la précarité que de la course aux performances.
N'est-ce pas ainsi que se définit la vie simple ? Et dire que ce serait tellement évident ! Nous avons le modèle, ce principe de moindre action qui prévôt en mathématiques, physique ou biologie, statuant que la nature est économe dans toutes ses actions, comme l'écrivait Maupertuis au 18éme siècle. De la ronde des étoiles à la pousse des plantes ou aux circonvolutions d'une coquille d'escargot, le mot d'ordre est d'obtenir le meilleur en dépensant le moins d'énergie possible. Nous disposons des outils nécessaires : les conseils des philosophes pour simplifier nos vies personnelles, et des "recettes" pour le réaliser concrètement."



Pour apprendre à être heureux, cliquez ici : http://url-ok.com/872aa4

25/08/2008

Apprendre le bonheur

Voici un extrait du livre de Daniel Sévigny « Les clés du Secret »


« Le bonheur commence par la pensée. Pour vivre perpétuellement dans une sorte d’euphorie, il faut un travail constant. Est-il possible d’être heureux en permanence ?

Oui ! Il faut entretenir l’émerveillement de chaque instant.
[…]

Je crée ma vie en ne regardant que le bon côté de chaque situation. Des aspects négatifs se présentent à moi tout comme à vous. Cependant, j’évite d’entretenir en pensée ce genre de schéma. Plutôt que de perdre du temps à cultiver des réactions conscientes et inconscientes face à une situation négative, je préfère passer rapidement à l’analyse de la situation pour trouver la solution idéale.

Je suis le producteur, le réalisateur et le scripteur du film ayant pour titre : Ma vie !
[…]

Il faut apprécier la vie avec toutes les facettes qu’elle propose. Certaines de celles-ci sont plus faciles à gérer que d’autres, vous avez raison. Tout dépend de votre évolution par rapport aux expériences de chaque instant. Il est vrai que la vie ne nous amène pas que des situations joyeuses.

C’est par de multiples expériences que vos pensées s’enrichiront ou vous permettront de marcher sur la route qui mène au bonheur. On ne naît pas heureux, on apprend à l’être. Il n’y a pas d’école du bonheur non plus, mais il y a des outils pour y parvenir. Pourquoi se refuser le droit de s’en servir ? Ils sont là pour nous, et c’est à nous de prendre la décision d’être heureux. Le jour où vous accepterez de changer votre façon de penser, vous aurez alors atteint la sagesse. »



Pour apprendre à être heureux, cliquez ici : http://url-ok.com/872aa4

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique