logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

11/05/2008

L’effet boomerang

L’expression « effet boomerang » est souvent utilisée de nos jours. Vous n’avez qu’à lire les articles de journaux pour vous en rendre compte.

Mais que signifie cette expression ?

Elle provient directement du boomerang. Vous savez tous ce que c’est. C’est une sorte d’objet courbé qui revient vers le lanceur – enfin le bon lanceur – quand il l’envoie dans les airs, à moins qu’il n’ait atteint sa cible.
Cet objet a été découvert par Cook lors de la conquête de l’Australie, en 1770. Ce sont les aborigènes qui l’ont inventé. Ils l’utilisaient pour chasser.

Par extension, est apparue l’expression « effet boomerang ».
Selon le Grand Dictionnaire Terminologique, c’est « l’effet contraire aux intentions de l'auteur, allant à l'encontre de son objectif. »
La psychologie s’est emparée de cette formule dans les années 50. C’est Carl Hovland, psychologue américain, spécialiste des communications et interactions humaines qui, en 1953, en a fait une telle application. Ainsi, en cherchant à agir sur quelqu’un on obtient un effet inverse de celui qu'on escomptait.

Pour illustrer l’effet boomerang, on utilise souvent l’exemple de la drogue. Ainsi, on a cet effet quand il y a recrudescence de la consommation de drogues après une campagne mise en place pour mettre en garde contre leurs effets nocifs.
Dans un de mes précédents articles, j’ai évoqué les publicités dans lesquelles sont insérés les messages du style « Mangez moins gras, moins salé, moins sucré ». Et j’ai indiqué que ces messages avaient un effet contraire de celui escompté par l’Etat. En effet, certaines personnes, en regardant ces publicités, pensent que le produit présenté (barres chocolatées, biscuits, gâteaux, etc.) est bon pour leur santé. On a ainsi un effet boomerang.

De fait, quand des avertissements sont prodigués, il semble nécessaire d’y réfléchir beaucoup et de peser le pour et le contre. Il faudrait presque se mettre dans l’esprit des gens pour examiner si ces messages ne peuvent pas avoir un effet contraire que ce que l’on pensait au départ.

De la même façon, vous aussi, vous devez y réfléchir à deux fois quand vous agissez ou que vous dites quelque chose. Il se peut que cela produise un effet inverse, contraire à vos intentions de départ. C’est pour cette raison que vous ne devez rien laisser au hasard.

Par exemple, quand vous rencontrez quelqu’un pour la première fois, évitez de vous mettre à nu de suite, de tout dévoiler sur vous. En effet, il se peut que votre interlocuteur ne soit pas d’accord avec vos opinions ou avec votre manière de vivre. Dans ce cas, il pourra utiliser ce qu’il a appris sur vous pour vous nuire. Prenez ainsi le temps de mieux connaître, de mieux cerner cette personne avant de vous confier totalement. Cela vous évitera bien des désagréments que vous aurez énormément de mal à rattraper.

Autre exemple, prenez le temps de réfléchir avant de vous investir pour une personne. Il se peut que cette dernière vous ait menti et vous ait fait pitié avec ses belles paroles. Je ne dis pas qu’il ne faut aider personne et qu’il faut se méfier de tout le monde, mais prenez le temps de la réflexion. Ne foncez pas tête baissée. Vos intentions de départ étaient certainement louables mais au final, vous serez trahi et vous aurez été manipulé par un escroc qui vous aura soutiré de l’argent. Ou alors en voulant aider à tout prix une personne ayant des problèmes, sans vraiment réfléchir à la façon de l’aider ou sans se mettre à sa place, vous ne ferez qu’empirer les choses. Votre générosité se transformera en catastrophe.

Vos actes, vos paroles peuvent très facilement se retourner contre vous. Vous pouvez avoir le « retour de bâton » ou le « retour de manivelle », expressions très proches de l’effet boomerang.
Le seul moyen de l’éviter c’est de réfléchir à vos actes, à vos paroles, de peser le pour et le contre et de ne pas foncer tête baissée. Tout dans la vie est une question de mesure, de dosage dans les paroles, les gestes et les attitudes.

----------------------------

Dans la vie, il est difficile de bien réussir sans de bonnes relations. Ces dernières sont une mine d'opportunités, d'aides, de soutiens, etc.
Que ce soit pour trouver un emploi, vendre un produit ou service, se faire des amis, rencontrer l'âme soeur, être au courant du dernier bon plan, gravir plus vite les échelons, un réseau de relations est primordial.
Mais, encore faut-il en avoir un bon.
Pour avoir vous aussi, un bon réseau, cliquez vite ici

07/05/2008

Un réseau de relations pour améliorer votre vie privée

Voici un extrait du livre de Katy Gawelik, " Les Seuls Vrais Moyens De Vous Constituer Un Réseau De Relations Efficace" :


"Pour élargir votre cercle d’amis

Il n’y a pas que le travail dans la vie. Vous pouvez éprouver l’envie de discuter, de sortir avec davantage de personnes, de partager des moments conviviaux.
Et, vous n’avez pas forcément, dans votre entourage proche, des personnes qui pourraient devenir des amis. Il se peut aussi que vous soyez amené à changer de ville ou de région pour votre travail. Vous pouvez également éprouver des difficultés à aborder les gens, à cause de votre timidité. Vous pouvez souhaiter rompre avec votre isolement.
Le réseau de relations peut vous aider à passer outre toutes ces difficultés. Je vous montrerai plus loin comment. Je vous dévoilerai divers moyens d’y parvenir.

Discuter, se faire des amis, c’est intéressant mais il peut arriver que vous vouliez apprendre des choses : le réseau de relations peut vous y aider.



Pour apprendre et comprendre

Si vous ne comprenez pas quelque chose ou si vous voulez approfondir un sujet, rien ne vous interdit d’aller chercher l’information en interrogeant les spécialistes en la matière. Je dis bien « en interrogeant ». En effet, un article brut (souvent court), même s’il est très bien fait, peut laisser des zones d’ombre ou être imprécis.
Si vous désirez en savoir plus, n’hésitez pas à entrer en relation avec l’expert qui, généralement, se réjouira de votre intérêt pour sa matière. Une conversation pourra ainsi s’engager et vous vous constituerez un réseau d’experts.

Cela peut également marcher dans l’autre sens. Vous aussi, vous pouvez avoir envie de partager vos connaissances.



Pour partager vos connaissances

Votre réseau de relations peut également vous amener à faire partager vos connaissances, votre savoir-faire, sur un sujet qui vous passionne. Peut-être que votre entourage proche ne s’intéresse pas trop à ce que vous faites ou en a assez de vous entendre toujours parler de la même chose. Par exemple, si vous êtes passionné de mécanique ou d’astronomie, il se peut que cela ennuie votre entourage de vous écouter décrire un moteur ou l’Univers.
Mettez-vous à leur place. Si vous être un homme et si votre amie est folle de tricot ou de couture, est-ce que cela vous intéressera forcément ? Dans la grande majorité des cas, je ne pense pas.

Alors, pour éviter de barber votre entourage et pour ne pas être frustré de votre côté, faites entrer dans votre réseau de relations des passionnés comme vous ! Tout le monde sera content. Inscrivez-vous dans un club ou dans des associations qui pratiquent l’échange d’idées, ou pourquoi pas l’échange de services, style TROC ou SEL (« Je t’échange une heure de repassage contre une heure de cours d’informatique ou une heure de plomberie contre une heure de cours d’anglais »)."



Cet ouvrage vous intéresse, retrouvez-le en cliquant ici

27/04/2008

L'Art de bien s'engueuler

Voici un extrait de Psychologies Magazine de Mai 2008 :


"Voici quelques principes pour s'affronter par la parole de manière constructive, sans débordements ou minimisations que l'on regretterait plus tard.

- respecter la personne avec laquelle on entre en conflit.
- écouter attentivement ses arguments.
- reconnaître son altérité intellectuelle.
- accepter d'être compris différemment de ce que l'on souhaitait.
- choisir le vocabulaire le plus proche de son ressenti.
- ne pas tricher sur le sens des mots, qui doivent être en phase avec son mécontentement.
- avoir l'humilité de reconnaître ses éventuels torts.

Les signes que l'on y est parvenu ?

"Lorsque deux personnes sortent d'une engueulade réussie, elles se reconnaissent mutuellement de nouvelles places symboliques", affirme Jean-Pierre Lebrun.
Un effet de soulagement doit s'en suivre presque immédiatement."



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

14/04/2008

Le doute est le début de la sagesse

« Le doute est le début de la sagesse » est une citation d’Aristote. Que penser de cette citation ?

Le doute permet de se remettre en question, de se poser des questions avant d’agir ou de prendre des décisions.
A l’opposé, avoir sans cesse des certitudes empêche d’avancer, de progresser. Mais si vous pensez que vous avez raison, que vous détenez la science infuse, vous n’en démordrez pas, même si l’on vous démontre que vous avez tort. Vous ne pourrez plus rien apprendre puisque vous savez déjà tout !
Il semble donc que vous deviez toujours laisser dans votre vie une place au doute pour pouvoir évoluer positivement.

Dans le domaine relationnel, le doute a également une grande importance. Cela peut vous aider à ne pas donner votre confiance immédiatement, sans réfléchir. Là, le doute est synonyme d’esprit critique. Ne croyez pas d’emblée tout ce que l’on vous dit. Les gens peuvent vous mentir. Si vous n’avez pas une once de doute en vous, vous vous laisserez piéger facilement.

Mais douter sans arrêt, n’est-ce pas plutôt un défaut ?
Il est certain que dans notre société où sont valorisées les performances et les certitudes, le doute n’est pas permis. Il est considéré comme un signe de faiblesse. Un cadre ou un salarié qui doute n’est pas pris au sérieux. Il passe pour quelqu’un d’hésitant.
Bien entendu, le doute a ses limites. Douter continuellement et constamment vous promet une vie d’enfer. Vous serez incapable de prendre des décisions, de vous construire une vie saine et épanouie. Là, le doute est synonyme de scepticisme, ce qui ne peut que vous nuire.
Je connais des personnes qui n’arrêtent pas de douter de tout et qui sont malheureuses au final. Elles préfèrent ne rien faire. Au moins, elles ne se poseront plus des tas de questions.

De même, dans les relations amoureuses le doute est dangereux car cela peut se transformer en jalousie maladive. Pour qu’une relation de couple soit saine et durable, la confiance doit au fil du temps remplacer le doute. Il est certain qu’au début le doute est salutaire car il évite de s’engager à l’aveugle dans une relation. D’ailleurs ne dit-on pas l’amour rend aveugle ? Mais, après cette « période d’essai », rapidement la confiance doit s’installer pour instaurer une relation sincère et stable sur le long terme.

Finalement, le doute est bien le début de la sagesse à condition que ce doute ne soit pas outrancier et qu’il vous aide à avancer plutôt qu’à vous bloquer. Le doute n’est pas une marque de faiblesse, bien au contraire. Il vous permet de vous rendre plus fort. Le doute vous aide à ne pas croire en n’importe quoi, à conserver votre esprit critique. Il vous aide à grandir et à vous rendre plus intelligent.
En doutant, vous évitez de vous fondre dans la masse, de prendre pour argent comptant tout ce que l’on vous dit, de réagir comme les moutons de Panurge.
Il vous permet de vous poser les bonnes questions, au bon moment. Mais lorsque vous avez les réponses à vos questions, vous avez toute les cartes en main et là il n’est plus temps de douter mais de foncer !

A vous de trouver le juste milieu, de ne pas transformer vos doutes en obsession.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

12/04/2008

La pensée associée à l'action

Voici un extrait du livre de William Walker Atkinson, "Comment émettre des pensées-demande dans les affaires et la vie quotidienne pour qu'elles se réalisent" :


"Nous savons que la tâche la plus simple est bien plus aisée à réaliser si nous associons une pensée concentrée à l'action. Les travailleurs se distinguent les uns des autres en fonction de la force de pensée concentrée investie dans leur tâche.
L'homme qui prend un intérêt dans son travail et qui trouve un plaisir véritable dans sa tâche quotidienne est celui qui produit le plus et qui vit le plus heureux.

L'homme qui a les yeux sans cesse rivés sur la pendule ou qui "suspend son pic dans l’attente du sifflet" n’est qu’une machine qui ne parviendra guère à grand-chose, à moins de changer son attitude à l’égard du travail.

L'homme d’intelligence active et de conscience éclairée est très demandé. Il est un article rare et précieux et beaucoup d'employeurs le sollicitent. Quand nos jeunes prendront-ils conscience de ce fait ?

Mais la concentration peut-elle jouer véritablement un rôle à cet égard ? Assurément. Car elle n’est en réalité que l'intérêt de l’intelligence ramassé sur un point déterminé, le résultat d’exercices de concentration quotidiens.

L'homme qui se livre chaque jour aux exercices de concentration se dégage de plus en plus de la vie extérieure, des mille distractions qui sollicitent son esprit, et donne par là le meilleur de lui-même à son travail, qu’il soit ouvrier manuel, architecte, employé, vendeur, poète, peintre ou banquier.

Tous les hommes qui ont réussi, qui sont "arrivés" ont développé, consciemment ou inconsciemment leur faculté de concentration. Ceci veut dire que tout individu qui développe sa faculté de concentration réussira, "arrivera". Faites-en l’expérience et vous serez convaincu. Le résultat est inévitable.

Si vous vous concentrez sur un point et que vous persistez sans vous laisser distraire, vous accomplirez invariablement le meilleur travail possible, et si vous effectuez le meilleur travail le succès sera votre récompense, à condition que vous gardiez le bon sens que vous avez reçu à votre naissance, et que vous ne vous laissiez pas hypnotiser par la croyance que vous êtes un ver de terre, ou un paillasson humain.

Si vous faites un excellent travail, vous trouverez toujours un marché pour vos services ; si votre employeur ne vous apprécie pas, il y en a plein d'autres qui le feront. Mais vous ne pouvez faire le travail que vous-même – n'oubliez pas cela. "

Retrouvez ce livre en entier ici : http://www.lulu.com/content/1380532


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique