logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

11/03/2008

Le mythe du manque de temps

Voici un extrait du Guide de Christian Godefroy et Jean-Philippe Hulin "La Vie Est Trop Chère. Comment s'en sortir ?" :


"Avant d’aborder les différents moyens qui s’offrent à nous pour contrer la hausse des prix, il est bon d’aborder le point du temps.

Nous connaissons tous des gens qui n’ont le temps de rien. On les observe et on remarque qu’il s’agit de couples, qu’ils travaillent tous les deux à temps plein, qu’ils ont deux enfants qui vont à l’école et au sport.

Nous connaissons aussi des gens qui font des tonnes de choses. On les observe et on remarque qu’il s’agit de couples, qu’ils travaillent tous les deux à temps plein, qu’ils ont deux enfants qui vont à l’école et au sport… Mais que Monsieur pratique aussi un sport, que Madame fait du fitness, que Monsieur suit des cours par correspondance, que Madame est présidente de l’association des parents d’élèves de l’école des enfants, que Monsieur est négociant en vins après son boulot, que Madame envisage de développer une seconde source de revenu et que ce couple déborde de projet.

Tout le monde a 24 heures dans une journée, même Nicolas Sarkozy.

Certains pensent à tort que pour réussir et avoir du succès, il faut avoir beaucoup de temps libre, qu’il ne faut pas aimer sa famille, qu’il faut être orphelin et ermite, avoir une santé de fer, un destin de rêve et surtout, avoir une chance colossale. C’est évidemment archi-faux.

Tout le monde a 24 heures dans une journée, même Nicolas Sarkozy. C’est l’utilisation de ces 24 heures sur le long terme qui détermine notre niveau de réussite."


Retrouvez ce guide en téléchargement gratuit sur le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com à la rubrique "Cadeaux gratuits".

06/03/2008

Entourez-vous des bonnes personnes

Voici un extrait du livre de Katy Gawelik, "Votre Caractère Décide de Votre Réussite" :

"Dans le même ordre d’idées, prenez l’habitude de vous entourez de personnes qui possèdent les bons traits de caractère. Eloignez-vous de ceux qui pourraient avoir une mauvaise influence sur vous, qui pourrez freiner votre construction ou reconstruction.

« Nous devrions choisir nos fréquentations si nous voulons garder la pureté de notre caractère, car la mauvaise compagnie nous contamine et nous salit. »

Si vous vous entourez de personnes toujours en dépression, sans arrêt en train de se plaindre, pessimistes, défaitistes, leur état d’esprit rejaillira sur vous. A l’opposé, les individus enthousiastes, optimistes, actifs vous transmettront une meilleure manière de penser. Quitte à être contaminé par quelque chose, autant choisir des éléments positifs.

D’ailleurs, si vous êtes confronté sans arrêt aux états d’âme, aux malheurs d’une personne, même proche, éloignez-vous d’elle. Je n’entends pas par là la laisser tomber, vous en éloignez physiquement mais plutôt un éloignement moral, c’est-à-dire ne plus se préoccuper de ses lamentations, ne plus absorber ses problèmes. Ce n’est pas de l’égoïsme, mais cela apparaît comme le seul moyen de penser à vous, de vous protéger, de vous reconstruire.

Je ne dis pas que vous ne devez plus vous intéresser aux autres, que vous ne devez pas essayer de les aider. L’éloignement moral concerne uniquement les personnes qui ne font que se plaindre sans arrêt, sans réels motifs et qui empoisonnent la vie de leur entourage. Je suis certaine que vous en connaissez. Une fois que vous vous serez construit ou reconstruit, vous pourrez les aider en leur montrant le chemin vers le mieux-être."



Retrouvez l'ouvrage en entier en cliquant ici.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

22/02/2008

Apprenez à dédramatiser les situations

Voici un extrait du livre de Katy Gawelik : "Mes astuces pour combattre le mal-être" :


"Apprenez à dédramatiser les situations

Ce n’est pas une chose facile à faire car chaque personne réagit différemment face à la même situation.
Certains vont prendre le parti d’en rire, de ne pas s’en soucier. D’autres vont, au contraire, s’en préoccuper fortement au point de prendre cette situation trop à cœur. Elle finira par les obséder, par leur pourrir la vie et par les rendre malheureux.
Faites-vous partie de ces personnes qui dramatisent tout, qui se font une montagne de chaque petite contrariété ?

Pour vous aider à métamorphoser votre état d’esprit, pensez aux situations que vivent d’autres individus. Est-ce que leur situation n’est pas plus difficile que la votre ? On dit toujours qu’il y a plus malheureux que soit !
Pensez-y et analysez votre propre situation et voyez si vous n’exagérez pas vos malheurs. Réfléchissez aux valeurs fondamentales de la vie.

Je connais quelques personnes qui ont une situation financière très enviable et qui pensent qu’elles sont pauvres et qu’il faut qu’elles se serrent la ceinture pour y arriver.
D’autres ont une situation professionnelle et personnelle plus que tentantes et ne sont pas heureuses pour autant.
Je ne dis pas qu’elles n’ont aucune raison d’être malheureuses, il y a certainement quelque chose de plus profond qui les chagrine, mais comment réagiraient-elles dans la peau d’un rmiste, d’un chômeur, d’un célibataire, d’un veuf, d’une personne gravement malade, etc. ?

L’idéal serait de pouvoir vivre quelques temps dans la peau d’un autre, moins bien loti que soit pour pouvoir se rendre compte que notre vie n’est pas si horrible que cela.

Bien sûr, ce n’est pas possible mais peut-être pouvez-vous le faire dans votre imaginaire ? Imaginez-vous vivre la vie d’un sans-abri, d’un rmiste, d’un chômeur et peut-être que vous prendrez conscience que vous avez de la chance et que vous vous plaignez sans raison.

C’est vous seul qui devez prendre conscience de cela."



Retrouvez cet ouvrage en entier en cliquant ici


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

17/02/2008

Posez le diagnostic de votre mal-être

Voici un extrait du livre de Katy Gawelik, "Mes astuces pour combattre le mal-être" :


"Poser le diagnostic, le bon diagnostic, s’adresse aussi bien aux personnes qui ressentent un mal-être qu’à celles qui disent aller très bien mais qui ont un comportement qui fait penser qu’au fond d’elles-mêmes, il y a quelque chose qui cloche.

Pour les premières, le diagnostic est, somme toute, assez simple à faire.
Voici, pêle-mêle, les signes de mal-être que l’on peut rencontrer :

- la tristesse récurrente
- le renfermement sur soi
- l’envie de ne rien faire
- le laisser-aller vestimentaire
- le refus de sortir de chez soi
- le rejet des autres, du monde extérieur
- le regard dans le vide laissant les pensées vagabondées
- la désocialisation progressive
- l’idée d’être là sans être vraiment là
- le refus de prendre part aux conversations
- les idées noires
- voir tout en noir même si quelque chose de bien arrive
- l’irritabilité
- la fatigue générale
etc.

Pour la seconde catégorie de personnes, le diagnostic est un peu plus difficile à effectuer dans la mesure où elles donnent l’impression qu’elles vont très bien. Elles donnent cette impression aux autres, à leur entourage mais à elles-mêmes également. C’est d’ailleurs assez courant de voir des individus dissimuler leur mal-être derrière une façade de jovialité, de convivialité, de super communiquant.

Ce sont généralement les petits rigolos de la bande, les gens à qui l’on confie volontiers ses problèmes mais à qui l’on ne demande jamais comment ils vont. Même si vous le faisiez, ils vous répondraient que tout va bien, comme d’habitude.

Mais, vous les verrez progressivement changer, dire des choses qui paraissent incongrues dans leur bouche. Et, là, une fois que vous constaterez leur mal-être profond, vous n’en reviendrez pas et surtout il leur sera plus difficile d’en sortir car ils auront laissé « mariner » les choses pendant trop longtemps.

Poser le bon diagnostic demande de la franchise, de l’observation, de l’attention. Que ce soit pour vous ou pour votre entourage, vous devez apprendre à ressentir les choses, à analyser votre comportement ou celui de votre entourage. Il ne faut surtout mentir ou vous mentir."


Cet ouvrage vous intéresse. Retrouvez-le en cliquant ici


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

13/02/2008

A la découverte de la résilience

La « résilience » est un terme que j’entends depuis quelques temps dans diverses émissions, qui ne traitent pas forcément de psychologie. Il faut dire que ce mot est apparu récemment. En provenance directe des Etats-Unis dans les années 90, il a fait son arrivée en France grâce au psychothérapeute français, Boris Cyrulnik.

En fait, la résilience désigne le fait de rebondir après avoir subi une épreuve terrible. C’est la possibilité que tout le monde a de se sortir d’un traumatisme.
Ce dernier peut avoir diverses origines : une enfance malheureuse, la maltraitance, les agressions sexuelles, la perte d’un proche, un accident grave, une maladie grave, etc. … bref, des évènements difficiles qui ne devraient qu’avoir pour conséquences de briser, de détruire l’être qui les subit.

Or, certaines victimes de ces traumatismes abominables s’en sortent au final. Elles parviennent à reprendre le dessus, à rebondir, à surmonter leurs malheurs. Elles arrivent à vivre une vie normale. C’est cela la résilience.

Mais, comment se fait-il que certains s’en sortent, surmontent leurs épreuves alors que d’autres n’arrivent pas à s’en sortir et sombrent progressivement dans le mal de vivre ?
Rassurez-vous ceux qui font partie de la première catégorie, celle des résilients, ne sont pas des surhumains. Ils sont comme vous et moi.
Par contre, pour s’en sortir et survivre à leurs traumatismes, ils ont acquis une certaine force, une confiance en eux, qui leur permet de ne plus se sentir victime.
Certes, le traumatisme, ils l’ont subi mais ils ont pris le parti de se révolter plutôt que de continuer à le subir ad vitam æternam.

Bien entendu, avant de revivre et de passer outre leurs épreuves, ces victimes ont connu des périodes difficiles (mal de vivre, dépression…) et ont appris la résilience. Cette dernière n’est pas innée, bien que certains traits de caractère (la confiance en soi, la volonté) semblent prédisposer certains individus à la résilience.

Bien souvent, une aide extérieure est nécessaire pour accéder à la résilience. Cette aide peut prendre diverses formes : une thérapie, un entourage très attentionné, l’amour, la communication, l’écriture, etc.
Tous ces éléments permettent aux victimes de reprendre confiance en elles, de retrouver une plus grande estime d’elles-mêmes. Elles refusent de subir la honte, l’humiliation, la culpabilité, la dévalorisation. Elles ont pris le parti de pardonner, de vivre dans le moment présent et de ne plus ressasser sans arrêt le passé.
Ce qu’elles veulent surtout c’est montrer à tous ce dont elles sont capables. Elles veulent montrer à tous que le traumatisme « ne les aura pas » et qu’elles sont capables de passer outre.
Elles prennent à leur compte cette maxime : « tout ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort ».

Les résilients veulent en quelque sorte se donner une seconde chance. Ils peuvent même sortir encore plus forts de l’épreuve subie. Certains n’hésitent pas à déclarer qu’ils préfèrent leur vie actuelle plutôt que celle d’avant le traumatisme. Ce dernier leur serait donc salutaire, aussi bizarre que cela puisse paraître.

Mais attention, toutefois, de ne pas sombrer dans une sorte de culte du traumatisme. En effet, penser qu’il faut avoir subi une épreuve terrible pour vivre mieux, pour être plus fort, c’est hasardeux et dangereux.

Pensez à vivre votre vie pleinement et totalement. N’attendez pas de subir des drames pour être fort, pour avoir confiance en vous et en la vie. Vivez à 100 % chaque jour de votre vie !


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique