logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/12/2007

Faut-il avoir peur de l’auto-hypnose ?

« Auto-hypnose », « hypnose » sont des mots qui peuvent effrayer quand on ne sait pas exactement de quoi il s’agit. On a tous en mémoire ces scènes où l’on voit des pseudos médecins hypnotiser une assistance entière d’individus dans le but de leur faire faire des mouvements particuliers, prendre des positions incongrues, etc.
C’est vrai que si vous vous arrêtez à ces images sensationnelles, vous pouvez légitimement avoir peur de l’hypnose et vous en méfier.

Mais, en précisant, en approfondissant davantage le sujet, en définissant tout simplement ce que sont l’hypnose et l’auto-hypnose, la peur s’atténue dans la mesure où il n’y a rien de mystérieux, d’énigmatique là-dedans.

Ainsi, « l’hypnose » vient du grec « Hypnos », qui était le Dieu du Sommeil. Donc, a priori, l’hypnose a un rapport avec le sommeil. En fait, ce rapport est assez lointain dans la mesure où celui qui est hypnotisé ne dort pas, il est au contraire tout à fait conscient et lucide de tout ce qui passe autour de lui. Par contre, il ressemble, de l’extérieur, à une personne en train de dormir.
L’hypnotisé a une perception du monde extérieur différente : les bruits, les mouvements, le temps, etc. n’ont plus la même valeur qu’avant. Cela laisse la place à une plus forte concentration et à une réorganisation de l’attention. L’imagination, la libre association des idées prennent le dessus, un peu comme lors d’un rêve éveillé. Il peut fixer ses pensées sur une idée ou sur une sensation précises.
Ce nouvel état mental ne peut être obtenu qu’à partir du moment où l’hypnotisé est immobile, calme et détendu.
A partir de là, l’hypnotisé pourra atteindre un état (« l’état alpha ») dans lequel son subconscient pourra recevoir des suggestions de son conscient.
C’est là, précisément, le but de l’hypnose : permettre de suggérer à votre subconscient des changements qui vous seront profitables dans votre vie.

Donc, dans l’hypnose, il y a deux intervenants : l’hypnotisé et l’hypnotiseur. De nombreux individus se revendiquent hypnotiseur professionnel. Encore une fois, méfiez-vous, attention aux charlatans. Si cela peut un peu vous rassurer, sachez que l’hypnotiseur ne pourra jamais vous faire faire des choses que vous réprouvez car, durant la séance d’hypnose, vous restez totalement conscient.

Toutefois, si, malgré vos craintes, vous voulez quand même pratiquer l’hypnose, pourquoi ne pas vous intéresser à l’auto-hypnose ? En fait, comme son nom l’indique, l’auto-hypnose, c’est faire de l’hypnose, soi-même, sur soi. Cela peut paraître étrange mais si je vous en parle, c’est que c’est tout à fait faisable.
En effectuant régulièrement une série d’exercices, vous parviendrez à faire des suggestions à votre subconscient pour utiliser sa puissance, afin qu’un certain nombre de choses change dans votre vie. Cela devrait vous aider à surmonter plus facilement les obstacles, à vous améliorer…
Tout le monde est capable de pratiquer l’auto-hypnose. Sans le savoir, vous avez déjà dû vous trouver dans un état hypnotique : en perdant la notion du temps quand vous lisez un bon livre, en travaillant sur un projet très compliqué, quand vous écoutez un discours sans pouvoir vous en départir, etc.
Mais attention, utilisez l’auto-hypnose de manière positive. En effet, comme nos pensées déterminent ce que nous sommes, si vous émettez des pensées négatives à tout bout de champ, elles atteindront inévitablement votre subconscient et rejailliront sur vote vie, sur votre façon de vous comporter.

En résumé, l’auto-hypnose est une méthode qui peut vous conduire au bonheur, à avoir une vie meilleure, à vous libérer de certaines peurs… à condition de bien l’utiliser. En tout cas, ce qui est sûr, c’est que ce n’est pas dangereux car vous êtes seul face à vous-même.



Pour en savoir plus sur l’Auto-hypnose et apprendre à l’utiliser, cliquez ici


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

04/12/2007

Pensées de Peace Pilgrim

Voici un extrait du livre de Peace Pilgrim : « Etapes Vers La Paix Intérieure » :


« Chacun d’entre nous peut consacrer sa vie au bien. À chaque rencontre, demande-toi ce que tu pourrais dire d’encourageant — une parole gentille, un conseil utile, un témoignage d’admiration.

Dans chaque situation, demande-toi ce que tu peux faire de bien—un don bien pensé, une attitude pleine d’attention, une main secourable.

Il existe un critère qui permet d’évaluer la justesse des pensées et des actes, à savoir : t’ont-ils apporté la paix intérieure ? S’il y a quelque chose qui cloche, il faut chercher plus avant.
Si tu aimes vraiment les gens, ils réagiront de manière amicale.

Lorsque je blesse quelqu’un, c’est moi-même que je blesse. Je sais que si mon attitude avait été correcte, je ne l’aurai pas blessé, même si nos avis divergent. « Avant de laisser parler la langue, il faut qu’elle perde l’aiguillon qui blesse. »

À ceux qui se sentent déprimés, je dirai : essaie de t’entourer de belle musique et de belles fleurs. Essaie de lire des textes et de te souvenir de choses qui t’inspirent. Essaie de faire une liste de toutes les choses qui t’inspirent de la reconnaissance.
S’il y a une bonne action que tu veux faire depuis longtemps, fais-là. Fais-toi un plan et suis-le. »




Pour télécharger, gratuitement, le livre de Peace Pilgrim en intégralité, rendez-vous sur le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com, à la rubrique « Cadeaux gratuits », sous le Titre « La Méthode Infaillible Pour retrouver Votre Paix Intérieure »

02/12/2007

Tolérance et respect : un choix difficile !

Quand on parle de tolérance et de respect, généralement, on pense que c’est la même chose. Mais, en fait, il existe une différence entre les deux.
En effet, « tolérer », c’est supporter ce que fait l’autre. C’est accepter ce qu’est l’autre même si au fond de nous-même, on n’est pas du tout d’accord avec la façon dont il se comporte.
D’un autre côté, « respecter », c’est avoir une déférence pour quelqu’un ou quelque chose. C’est avoir de la considération, des égards pour cette personne ou cette chose.
Comme vous pouvez le constater, il existe bien une différence entre tolérer et respecter.

C’est d’ailleurs ce qu’avait parfaitement compris Goethe, quand il disait : « La tolérance ne devrait être qu’un état transitoire. Elle doit mener au respect. Tolérer c’est offenser ».
Ce dernier point est extrêmement important. Cela montre bien que tolérer n’est pas respecter. Toutefois, la tolérance, c’est déjà pas si mal. Mais ce n’est qu’une simple étape, qui doit mener au respect pur et simple des personnes et des choses.

Prenons un exemple concret :

Vous tolérez le mari de votre sœur mais vous n’avez pas d’égards, de considération pour lui. Là, vous voyez bien que tolérer n’est pas respecter. C’est même très éloigné et je trouve que dans ce cas précis, c’est plutôt péjoratif, dévalorisant pour le beau-frère. C’est comme si vous disiez, j’accepte ta présence mais je ne te prête aucune attention.

Bien entendu, tolérer c’est déjà un acte positif, c’est toujours mieux que de rejeter. Au moins, la personne qui est tolérée n’a pas le sentiment d’être totalement incomprise. Evidemment, l’étape suivante est de faire accepter sa façon de faire ou de vivre. Bien souvent, c’est un travail de longue haleine qui n’aboutit pas forcément au respect, qui est l’étape ultime de l’acceptation de ce que l’on est au plus profond de nous-même.

En outre, n’oubliez pas que la tolérance ou, mieux encore, le respect, marchent dans les deux sens. Si vous voulez que l’on vous respecte, il faut que vous respectiez aussi les autres. Et, là, c’est très difficile dans la mesure où, dans la majorité des cas, vous estimez avoir raison, vous pensez que votre façon de vous comporter est irréprochable alors que d’autres pensent que c’est leur façon de faire qui est la meilleure.

D’ailleurs, parfois votre quête irrésistible du respect sera vaine, voire impossible. Il se peut que votre manière de vous comporter aille à l’encontre de la « bonne pensée » dominante dans la société. C’est le cas, par exemple, des homosexuels. Ces derniers sont de plus en plus tolérés dans la société. Les sondages, les propos des gens le montrent de plus en plus. Mais sont-ils, pour autant, respectés. Les gens respectent-ils réellement leur façon de vivre ? Quand on regarde le nombre des attaques homophobes, les propos des familles de parents d’homosexuels qui disent souvent : « chez les autres, cela ne me dérange pas, mais pas chez moi ! », croyez-vous qu’il s’agisse là de respect ? Je cite l’exemple des homosexuels car c’est le plus parlant de nos jours.

C’est d’ailleurs pour cette raison précise que je pense qu’il faudrait peut-être, dans des cas très précis, rejeter les mots tolérance et respect et les remplacer par le terme « indifférence », dans le sens de désintéressement, détachement. Peut-être que les gens vivraient mieux entre eux…


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

30/11/2007

Gothiques, emos, etc. Faut-il en avoir peur ?

Pour se démarquer, pour se rebeller, pour ne pas être comme tout le monde, certains adolescents aiment adopter un style vestimentaire différent.
De nos jours, on voit beaucoup de gothiques ou de emos. Vous avez certainement croisé ce genre d’adolescents dans les rues ou vous en avez vus à la télé.
Les gothiques, dans l’imaginaire des gens, sont habillés de couleurs foncées, essentiellement en noir, peignent leur chambre en noir, écoutent de la musique dure, genre Metal, verraient la vie en noir également. Ils penseraient beaucoup à la mort et se sentiraient mal dans leur peau.
Les emos, pour schématiser encore, ont une grande mèche de cheveux, teints en noir, qui barre leur visage, ils sont habillés plutôt de noir mais avec des touches de couleur vive, ils portent des jeans « cigarette », ils auraient tendance à se mutiler (à ce qu’on dit ?!), ils écoutent de la musique hardcore, ils sont plutôt extravertis, limite exhibitionnistes, ils auraient tendance à être dépressifs.

Si vous avez un enfant qui est ou veut devenir gothique ou emo, devez-vous en avoir peur ?
Je dirai, çà dépend…
Vous devez, avant tout, éviter de rejeter d’emblée votre adolescent. En effet, l’adoption de ce style particulier n’est peut-être pas aussi grave que cela.
Les adolescents cherchent souvent à se démarquer. Ils aiment aussi faire partie d’une sorte de communauté, ce qui leur permet de se sentir appartenir à une même « famille ».
En fait, l’essentiel est de savoir si votre ado veut adopter uniquement le style vestimentaire des gothiques ou des emos ou leurs idées.

Dans le premier cas, ce n’est pas si grave. Généralement, cela ne fera que passer. Vous aussi, dans votre jeune temps, vous avez peut-être été hippie, punk, grunge ou autre. Chaque époque a eu son style particulier.
Ainsi, si votre enfant s’habille tout en noir, repeint sa chambre en noir, ne paniquez pas de suite. Observez-le. Voyez s’il ne se renferme pas sur lui-même, s’il ne voit pas la vie tout en noir. S’il continue à côtoyer ses amis, ne vous inquiétez pas. Toutefois, restez vigilant…

Dans le cas contraire, si son changement de style s’accompagne d’un changement profond de caractère, d’un enfermement sur lui, ne vous braquez pas de suite, car cela ne ferait que creuser le fossé entre votre ado et vous. Prenez le temps de discuter avec lui, de lui demander les raisons pour lesquelles il pense de cette façon. Surtout, ne le rejetez pas. Il veut peut-être simplement personnifier son mal-être de cette façon. Restez sans cesse proche de lui. Dites-lui que sa façon d’être vous gêne et ne vous paraît pas normale. Montrez-lui que la vie c’est autre chose, que de broyer du noir sans arrêt. Tentez de l’empêcher de s’enfermer dans son style, dans sa tribu. Je sais, ce n’est pas facile à faire. N’hésitez pas à lui dire que vous vous inquiétez pour lui.

Rassurez-vous, la plupart du temps, vous n’aurez pas à vous inquiétez. Ces temps-ci, les émos fleurissent dans les rues, c’est un phénomène d’imitation, essentiellement vestimentaire. Et souvent, cela s’arrête-là. C’est uniquement un épiphénomène qui disparaîtra comme il est venu. Bien souvent, seul le paraître compte.
Fort heureusement, « l’habit ne fait pas le moine ». Un style gothique ne préjuge pas des idées noires. Je connais d’ailleurs une jeune secrétaire « gothique » qui est très compétente, serviable et gentille…
Attention aux préjugés ! Faites confiance à votre enfant, ne le lâchez pas, ne perdez pas le contact avec lui… La discussion est primordiale !


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

20/11/2007

Quelques pensées...

Voici un extrait du livre "Le petit livre de l'optimisme" de Paul Wilson :

"Les merveilleux lapins...

Quand la vie vous écrase, quand toutes les tragédies de l'existence vous paraissent insurmontables, retirez-vous dans un endroit calme pour y observer les animaux.
Regardez les lapins... les lapins qui passent... là-bas... les merveilleux lapins !
Voyez comme ils acceptent la vie telle qu'elle est : ils jouent, ils vivent l'instant.
Et ils s'en contentent.
Pourquoi ne pas essayer, vous aussi ?
Inutile d'être un lapin pour cela !



Liberté chérie

La plupart d'entre nous jouissons à présent d'une liberté individuelle qui, pour nos ancêtres, était tout au plus un rêve insensé.
Tirez partie de cette chance.
N'oubliez jamais que cette liberté est avant tout la liberté de choisir.
Et que les choix sont plus nombreux encore qu'il n'y paraît..."




N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique