logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

21/10/2007

Détenons-nous toujours la vérité ?

Voici ce que j’ai entendu il y a quelque temps de la bouche d’une petite fille de 8 ans (elle parlait à une de ses amies) :
« Tu sais, il n’y a pas que les jeux vidéos, la télévision, les ordinateurs dans la vie. » ou encore : « Ho là ! Il est 16 h 30, on n’a plus le droit de manger après 16 h ! » ou encore : « Le chocolat ce n’est pas bon ! » ou encore : « Les filles qui font les magasins sont des « pétasses » », etc.
Connaissez-vous beaucoup d’enfants qui parlent de cette façon, surtout à cet âge.
Quand on relit ces paroles, cela donne l’idée que c’est une gentille petite fille qui a bien appris sa leçon. En fait, on n’a pas l’impression qu’il s’agit réellement d’une petite fille, on dirait un robot qui répète des phrases apprises par cœur.
Quand je vous dévoilerai qui est son père, vous comprendrez davantage les choses.

Son père est du genre « Monsieur je sais tout », qui a des idées sur tout. Le pire c’est qu’il croit que ce sont les meilleures. Je ne dis pas qu’être sans arrêt devant les jeux vidéos ou devant la télévision, c’est bien mais peut-être que, de temps en temps, ce n’est pas si terrible que cela. De plus, manger un peu de chocolat (sans excès) n’a jamais tué personne.
Asséner de telles idées me paraît totalement excessif et c’est surtout brider, réfréner les envies de cette petite fille de 8 ans. Peut-être a-t-elle envie d’essayer une console de jeux vidéos, de manger quelquefois du chocolat, de faire les magasins avec sa maman, etc.

Cette petite fille doit donner l’impression d’être une extra-terrestre aux yeux de ses camarades. Le pire c’est que, elle aussi, est donneuse de leçons. C’est normal, d’ailleurs elle aurait trop peur de contrarier son père. Tout ce que font les autres, c’est mal. Elle croit dur comme fer ce que lui dit son père. Il faut dire qu’il passe son temps à le lui répéter. Il lui fait une sorte de lavage de cerveau.
Elle va finir pas s’isoler, par être rejetée même. Elle risque d’avoir de graves problèmes plus tard. A force de se voir tout interdire, elle va en arriver à se révolter, à se rebeller et rejeter l’autorité de son père. Enfin, espérons pour elle car vivre de cette façon, cela ne doit pas être marrant tous les jours.

Je sais bien qu’il faut imposer des règles à ses enfants, savoir leur dire non de temps en temps. Mais il faut que cela soit justifié et expliqué. Quand cela est trop systématique, cela devient inévitablement l’enfer à la maison. Dans ce cas précis, je crois que c’est trop exagéré. Pensez-vous que vos enfants seraient heureux de vivre dans un tel contexte ? D’ailleurs, je ne veux pas vous vexer, mais si vous aimez faire les boutiques ou si vous laissez votre enfant regarder la télé de temps en temps, sachez que pour ce père très attentionné, vous êtes des nuls (pour ne pas dire autre chose).

Cette façon de faire, d’éduquer ou plutôt d’entraver ses enfants me révoltent profondément.
Vous comprendrez ma révolte quand je vous aurais dit que ce merveilleux papa, lui, se gave de chocolat, regarde souvent la télévision et surfe régulièrement sur internet.
« Faites ce que je dis mais pas ce que je fais ! », cela doit être sa devise.
Qu’on impose des règles, qu’on essaie d’inculquer une bonne éducation à son enfant, c’est bien, mais qu’on donne l’exemple avant. Que peut comprendre un enfant, à qui on interdit de manger du chocolat, par exemple, et qui voit son père se goinfrer ?
Les parents sont là pour donner l’exemple, pour montrer le chemin, pour aider leurs enfants à grandir et non pas pour les brimer et leur faire vivre un enfer.

D’ailleurs, détient-il la vérité ? Une partie certainement mais, à partir du moment où cela vire à l’excès et à l’obsession, c’est dangereux pour l’enfant. Il devrait apprendre la modération et laisser sa fille vivre son enfance, comme le reste de ses camarades. D’ailleurs, sous des abords d’homme parfait, quand on creuse un peu et qu’on le côtoie de plus près, on se rend vite compte que c’est un tyran à la maison, colérique, excessif. Il veut que tout le monde soit à sa botte.
Espérons qu’il finira par se raisonner et regarder autour de lui afin d’admettre, une fois pour toute, que son comportement n’est pas forcément le meilleur. Cela ne sera que salutaire pour sa petite fille de 8 ans.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

20/10/2007

La magie du sourire

Voici un extrait du livre de Leslie T. Giblin, "Développez votre confiance et votre puissance avec les gens" :


"Exercez-vous, tous les matins, devant le miroir de la salle de bain. Pensez à quelque chose de plaisant, quelque chose que vous avez bien apprécié et réjouissez-vous. Puis libérez votre joie et laissez ce sentiment percer votre visage. Pensez à tout ce qui peut vous arriver de bon pendant la journée, imaginez-vous obtenant une vente auprès de chaque client que vous contactez, réalisant vos objectifs avec chacune des personnes que vous rencontrez. Conjurez les bons sentiments puis exprimez-les.

Vous croyez cette technique stupide ? Vous ne croyez pas qu'une chose aussi simple puisse modifier la réaction des gens à votre égard ? Frank Bettger a écrit dans la revue "Your life", la manière dont il a utilisé la session de pratique du sourire, tous les matins pour refaire sa personnalité rapidement. En peu de temps, il s'aperçut que les gens se réchauffaient plus rapidement à son contact, l'accueillant sur un ton plus amical qu'auparavant. Ses ventes montèrent en flèche.[...]

L'action même de sourire vous aide à être amical. La pratique du sourire devant le miroir aide à développer un sourire sincère parce qu'elle vous force à utiliser les bons muscles du sourire et à accomplir tous les actes d'un sourire véritable, au lieu d'un sourire imité. Les gens qui vous font un sourire artificiel, ne sourient pas du tout en réalité. Ils n'utilisent même pas les bons muscles du sourire. Et s'ils se voyaient dans un miroir, ils comprendraient qu'ils ne sourient pas du tout. C'est pourquoi les gens qui affichent un sourire artificiel ne ressentent pas un vrai sentiment d'amitié en exécutant les mouvements du sourire. Ils exécutent les mouvements d'un sourire artificiel et le seul sentiment qu'ils éprouvent est celui d'être artificiels.

Chacun peut reconnaître un vrai sourire lorsqu'il en voit un."



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

16/10/2007

Laissez grandir vos pensées positives

Voici un extrait du livre de Robert H. Schuller, "Pensez possibilités !" :


"Prenez l'habitude de reconnaître le moindre soupçon de positivisme qui puisse vous venir à l'esprit, et de vous en servir. Une seule petite pensée axée sur la possibilité peut vous aider à surmonter bien des pensées négatives, à condition que la pensée positive ait une chance de survivre et de se faire valoir.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, l'Angleterre connut souvent le black-out. Lorsque les bombardiers ennemis étaient en vue, on éteignait toutes les lumières de la ville. On savait que la moindre lueur de chandelle pouvait être aperçue à des kilomètres, du haut des airs.

Ne mesurez pas vos capacités sur la base de vos attributs. Une puissante pensée axée sur la possibilité, lorsqu'elle peut se développer, possède une grande puissance de transformation de la vie. Accueillez une pensée positive et permettez-lui de se développer ; en un rien de temps vous connaîtrez la puissance de l'espoir grâce à ce soupçon de positivisme."



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

15/10/2007

Qu’attendez-vous de la vie ?

Généralement, on attend beaucoup de la vie : amour, bonheur, joie, richesse, maison, réussite professionnelle…
Quelquefois, elle vous apporte tout cela, sans que vous fassiez le moindre effort ou, au contraire, après un travail acharné, accompagné de multiples sacrifices…

Toutefois, dans la majorité des cas, la vie, si elle est généreuse, ne vous apportera qu’un ou deux éléments : richesse et réussite, amour et bonheur… Il est rare que tout soit cumulé.
Un dernier cas de figure peut se présenter également : il peut arriver que la vie ne vous apporte rien de tout cela. Vous n’avez pas rencontré le grand amour, vous êtes sans travail, vous n’avez pas d’argent, etc. Une vie bien misérable. Mais est-ce pour autant que vous devez vous laisser aller, sombrer dans la déprime, perdre confiance en vous, vous détacher du monde ?

Certes, il est vrai que, si vous subissez une telle situation, votre réaction première est l’abandon, l’abdication, l’envie de ne plus vous battre. Peut-on vous blâmer, vous moquer, vous traiter de « je m’enfoutiste », voire de fainéant ?
Non, je ne pense pas. Mais peut-être avez-vous eu, jusqu’à présent le mauvais état d’esprit, celui de vous dire que vous devez attendre quelque chose de la vie ? A chaque fois que vous vous levez le matin, peut-être vous dites-vous ce genre de choses : « pourquoi les autres ont droit à çà et pas moi ? moi aussi je veux un travail, une maison… »
Peut-être également êtes-vous trop exigeant : vous espérez tellement de la vie que vous devenez d’éternels insatisfaits. Ainsi, vous passez inévitablement à côté de petits moments de bonheur, tellement vous êtes aveuglé par votre envie de tout avoir.

En changeant tout simplement de façon de penser, vous finirez par être plus heureux, vous aurez plus confiance en vous, vous aurez l’attitude d’un gagnant, d’un battant.
Oui, mais, quel est le secret pour modifier votre personnalité à ce point ?
C’est tout simple et cela tient en une seule phrase :
L’important n’est pas ce que vous attendez de la vie mais ce que vous apportez à la vie.
Méditez bien cette formule et vous verrez qu’elle peut totalement vous transformer.

Ne prenez plus la fâcheuse habitude de tout attendre de la vie, allez chercher, faites quelque chose pour obtenir ce que vous désirez. Ne soyez plus attentiste, bougez-vous, allez de l’avant, donnez-vous les moyens d’avoir ce dont vous rêvez.
C’est à vous d’apporter des choses à la vie, à votre vie. Croyez-vous que ceux qui sont heureux, qui réussissent, restent chez eux à se lamenter sur leur triste sort ? Je ne pense pas. Evidemment, pour certains, il faudra faire de très gros efforts pour atteindre leurs objectifs, peut-être même qu’ils n’en atteindront qu’une partie. Mais, l’essentiel, c’est qu’ils aient changé d’état d’esprit, qu’ils aient surtout retrouvé confiance en eux, qu’ils aient compris que c’est à eux de se démener pour s’en sortir.
D’ailleurs, leur nouvelle façon de penser ne pourra que leur être profitable, sur tous les plans, aussi bien professionnels que personnels. L’attitude d’un gagnant, l’optimisme, le désir de remplir sa vie, de l’accomplir ne peuvent que vous attirer de bonnes choses.

Alors, prenez-vous en mains ! N’attendez pas que la vie vous donne des choses, apportez-lui des choses. Car, en définitive, c’est de VOTRE vie dont on parle. Ainsi, plus vous ferez de choses pour améliorer votre vie, plus elle sera comblée, plus vous serez comblé.

Comme l’a si bien dit John Fitzgerald Kennedy dans son discours inaugural du 20 janvier 1961 : « Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous. Demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays ».
Je terminerais donc en le paraphrasant : « Ne vous demandez pas ce que la vie peut faire pour vous. Demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre vie. ».



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

13/10/2007

Les psy pour les enfants sont à la mode

« Y a-t-il encore des enfants qui n'aient pas vu un psy ? Autrefois tabou, le recours au psy chez les plus jeunes se répand en France. Les consultations publiques sont saturées. Et les praticiens privés, réunis en congrès en ce moment, ne désemplissent pas […]
« La demande est très forte. Si forte qu'il y a aujourd'hui jusqu'à un an d'attente pour une consultation gratuite dans un dispensaire ou à l'hôpital à Paris ! confirme Robert Voyazopoulos, psychologue et organisateur du colloque. Du coup, les cabinets libéraux en ville ne désemplissent pas. Emmener son enfant chez le psy, c'est devenu aussi banal que l'emmener chez le pédiatre. »

Ceci était un extrait de l’article écrit par Florence Deguen, « Au premier souci, les enfants vont chez le psy », paru dans Le Parisien, le 11 octobre 2007.

Faut-il lancer un cri d’alarme ou, au contraire, se réjouir que les parents se préoccupent de leurs enfants ?
Les parents veulent-ils se déresponsabiliser ? Veulent-ils que leurs enfants soient des surdoués, des « super… » dans tout ? Sont-ils dépassés par les nouveaux comportements de leurs enfants ? Bref, sont-il des parents ingrats ?
Ou, au contraire : Ont-ils peur de mal faire avec leurs enfants ? Veulent-ils limiter les conséquences psychologiques d’une séparation, d’un divorce ? Manquent-ils tout simplement de confiance en eux ?

Tout dépend de la raison pour laquelle les parents consultent les psychologues pour leurs enfants.
Si c’est pour des broutilles, de simples pleurs, un comportement qu’ils jugent anormal, de mauvaises notes à l’école, etc., cela paraît exagéré de s’affoler, de courir chez le psy. Peut-être faut-il discuter, dialoguer avec son enfant, petit ou adolescent, avant de penser qu’il se comporte de manière inhabituelle. Certes, il peut avoir des problèmes, vivre un mal-être important mais sachez, en premier lieu, lui en parler, l’entendre, l’écouter. Cela doit constituer un réflexe pour vous.

Bien entendu, quand le malaise est profond, quand vous vous sentez totalement perdu, incapable de vous en sortir seul, l’aide d’une personne extérieure n’est pas à exclure. Mais, essayez, tout au moins, de régler le problème seul.
Voyez d’ailleurs, si le problème ne vient pas justement de vous. N’hésitez pas à vous remettre en cause, à changer votre façon d’éduquer vos enfants. Examinez si vous n’êtes pas trop exigeant avec lui. Avec le culte actuel des performances scolaires, voyez si vous n’exagérez pas en exigeant de votre enfant d’être le premier de la classe, d’avoir tout le temps de meilleures notes. Dites-vous bien que tous les enfants ne sont pas aptes à être les premiers de la classe. Si c’est le cas, aidez votre enfant en le responsabilisant, en le valorisant (malgré tout), en ne le poussant pas sans arrêt, en lui apprenant des méthodes de travail qui peuvent l’aider à mieux faire ses devoirs.
A l’opposé, si vous n’êtes pas trop exigeant, voyez si, au contraire, vous n’êtes pas trop laxiste. Un enfant a besoin de repères pour se construire. Ce n’est pas en lui disant « non ! » de temps en temps et à bon escient, qu’il ne vous aimera plus.

Il est certain que les parents qui vont voir les psy pensent bien faire et il ne faut surtout pas les blâmer. Parfois, cela sera salutaire. Certains redoutent d’ailleurs de reproduire ce qu’ils ont vécu, eux, dans leur enfance. Peut-être que leurs parents ont divorcé, peut-être qu’ils en ont été malheureux sans pouvoir en parler, peut-être qu’ils ont subi une crise de l’adolescence profonde sans que personne ne s’en rende compte, etc. Certains, tellement malheureux, ont tenté de se suicider, sont tombés dans la boulimie, dans l’anorexie, etc.
Pour toutes ces raisons, très légitimes, ils préfèrent confier leurs enfants à des psy s’ils se séparent, s’ils voient le comportement de leur enfant changer quelque peu dans le but que leurs propres enfants ne passent pas ce par quoi ils sont passés.

Mais, l’essentiel est la modération. Evitez de vous déresponsabiliser, de vous tourner sans arrêt vers l’extérieur. Tentez de changez les choses. Essayez surtout de ne pas vous inquiéter pour un oui ou pour un non. Un enfant ne peut avoir une personnalité lisse, uniforme, formatée. Ecoutez-le, dialoguez, entourez-le, donnez-lui beaucoup d’amour et vous verrez que les problèmes seront moindres.


Tous les secrets et les astuces pour détenir les clés afin que votre enfant réussisse et s’épanouisse pleinement, à l’école comme dans la vie sont dans le guide « Coachez Astucieusement Votre Enfant Durant Sa Scolarité ». Vous pouvez le télécharger gratuitement sur le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com, à la rubrique « Cadeaux Gratuits ».

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique