logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/09/2007

Les éternels insatisfaits

- Je suis une femme de 40 ans, je suis mariée et j’ai deux enfants très gentils qui travaillent très bien à l’école. Je viens d’acheter une maison – la maison de mes rêves – spacieuse, claire. J’ai un travail qui me satisfait pleinement et qui me procure des revenus très confortables me permettant d’acheter ce dont j’ai envie. Mais je ne suis pas heureuse.
- Je suis une femme de 37 ans, j’ai un compagnon qui fait beaucoup pour moi à la maison. J’ai une grande maison, un travail assez cool accompagné d’un bon salaire. Mes parents sont en bonne santé. Mais j’ai l’impression que je n’aurai jamais droit au bonheur.

- Je suis une femme de presque 40 ans, j’ai un travail mais qui me procure un revenu très modeste. J’ai même été Rmiste quelques temps, ce qui est loin d’être évident au point de vue financier. Il faut savoir se serrer la ceinture. Pourtant, malgré cela, je suis, la plupart du temps, heureuse.

Voilà deux types d’individus que vous connaissez certainement : les éternels insatisfaits et ceux qui apprécient les moindres petits moments de bonheur.
Les éternels insatisfaits ont tout, l’aisance matérielle, une famille adorable, un travail correct mais ils se pensent malheureux. Ils ne se rendent pas compte de la chance qu’ils ont. Ils en veulent toujours plus et, généralement, ils ont le chic de se plaindre de leur vie « désastreuse » devant des personnes au chômage, qui ont du mal à joindre les deux bouts, qui vivent dans des endroits très petits, sans confort, des personnes malades ou vivant seules, etc.

En revanche, les autres, ceux qui sont heureux « malgré tout », ont pris le parti de cesser de se lamenter constamment et de se dire que, malgré les difficultés, les problèmes, il existe des instants qui peuvent les rendre heureux. Ainsi, un rayon de soleil, un oiseau qui chante, un repas bien cuisiné, une promenade en campagne, une discussion entre amis, une réunion familiale, un bon livre, une chanson à la radio, etc. les rend heureux et leur donnent vraiment l’impression que la vie vaut la peine d’être vécue malgré tout.

C’est précisément ce que les éternels insatisfaits ont dû mal à faire. Pour eux, ils n’ont pas assez, il y a toujours des gens autour d’eux qui ont plus qu’eux. Ils se considèrent d’ailleurs, la plupart du temps, comme des gens pauvres malgré leur situation confortable, comme des gens abandonnés malgré le soutien de leur conjoint et de leur famille. Bref comme des gens a qui il arrive tous les malheurs. Ainsi, ils sont constamment amers, renfrognés, tristes de leur sort pourtant enviable et ne remarquent même pas qu’ils ont tout pour être heureux, que beaucoup aimeraient prendre leur place.
Attention, pour certains éternels insatisfaits, cet état d’esprit pourrait leur être favorable. Il devrait leur permettre d’avancer, d’accomplir de grandes choses. En effet, en en voulant toujours plus, ils devraient se démener pour avoir la vie qu’ils désirent réellement.
Mais, malheureusement, ils ont déjà tout et ils ne sont pas encore contents. Donc, même s’ils ont encore plus, ils continueront à se plaindre, à être insatisfaits de leur sort. D’ailleurs, comme ils n’arrêteront pas d’être malheureux, il leur sera très difficile d’avancer. Ils resteront bloqués par leur mal-être.

Au contraire, ceux qui sont heureux « malgré tout » semblent avoir plus de chance de s’en sortir, de réussir car n’est-il pas plus facile de créer, de construire quelque chose quand on est heureux ? Leur état d’esprit est plus léger, plus ouvert, donc plus conquérant.

De toute façon, ces éternels insatisfaits savent-ils vraiment ce qui les rendrait heureux ? Je ne pense pas. Comme ils voient tout en noir, il n’est même pas certain que si on leur décrochait la lune, ils seraient contents.
Bien entendu, ces personnes ne sont pas à blâmer, car au fond d’elles-mêmes, elles sont vraiment malheureuses et se créent des problèmes là où il n’y en a pas. Pour qu’elles parviennent à s’en sortir, il faudrait que quelqu’un ou quelque chose leur ouvre les yeux. Souhaitons qu’elles comprennent, avant qu’il leur arrive « un vrai malheur », que la vie ce n’est pas toujours en vouloir plus mais c’est apprécier les petits moments de bonheur.
Ce n’est que si elles changent radicalement d’état d’esprit, qu’elles seront heureuses et pourront vivre réellement et oser plus.

Rappelez-vous, le bonheur c’est ici et maintenant !


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

24/09/2007

Donnez le bon exemple

Voici un poème extrait du livre de Og Mandino "Une meilleure façon de vivre" :

"Au père de n'importe quel petit garçon

Il y a de petits yeux fixés sur vous, et
ils vous surveillent jour et nuit.
Il y a de petites oreilles qui saisissent rapidement
tout ce que vous dites.
Il y a de petites mains impatientes de faire
tout ce que vous faites,
Et un petit garçon qui rêve qu'un jour
il sera comme vous.

Vous êtes l'idole du petit être, vous êtes
le plus sage des sages.
Dans sa petite tête, il n'y a jamais,
de soupçons vous concernant.
Il croit en vous avec dévotion, croit
en tout ce que vous dites et faites.
Il parlera et agira comme vous
quand il sera grand, exactement comme vous.

Il y a un petit être aux grands yeux
qui croit que vous avez toujours raison,
Il tend toujours l'oreille et
il vous surveille jour et nuit.
Vous lui donnez l'exemple chaque jour
dans tout ce que vous faites,
Au petit garçon qui attend de grandir
et d'être comme vous."



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

23/09/2007

Forcez-vous à modifier vos habitudes

« Il faut prendre très tôt de bonnes habitudes, surtout celle de savoir changer souvent et facilement d’habitudes » (Pierre Reverdy, poète français du XXème siècle).
Je suis tombée sur cette citation il y a quelques jours et je me suis dit que cet auteur avait parfaitement raison.
En effet, toujours faire la même chose, s’enliser dans une routine quotidienne qui nous emprisonne, suivre notre petit train-train, peuvent nous être nuisibles. Cela s’applique d’ailleurs aussi bien aux bonnes habitudes qu’aux mauvaises.

Certes, il est parfois difficile de changer certaines de nos habitudes : le travail, l’école, les courses, les activités sportives ou autres régulières, etc. nous obligent à respecter un certain horaire.
Pour certaines personnes, d’ailleurs, avoir de tels repères constitue un gage de sécurité. En respectant un planning, elles ont l’impression d’avoir la maîtrise totale sur leur vie. Elles donnent la sensation d’être hyper-organisées, de tout contrôler.

Or, si un jour, ce rouage bien huilé se grippe d’une manière ou d’une autre, ces personnes qui semblaient tout maîtriser, sont perdues et ne savent pas comment réagir. Elles ne supportent pas que leur vie soit déréglée.
Justement, si elles avaient pris l’habitude de changer quelques-unes de leurs habitudes, elles sauraient parfaitement comment se comporter. Elles n’auraient pas peur des changements et sauraient s’adapter à toutes les circonstances.

Ainsi, si vous êtes routinier, si vous n’aimez pas bouleverser vos habitudes, essayez quand même de le faire. Par exemple, changez de route pour aller travailler, ne mangez pas toujours la même chose au restaurant, n’allez pas faire vos courses toujours le même jour, ne faites pas toujours la même chose avec vos enfants, etc.
De ce fait, non seulement, vous vous libérerez de votre train-train quotidien mais surtout vous vivrez de nouvelles expériences qui ne pourront qu’être enrichissantes. Peut-être qu’en changeant d’horaires, de lieux, de façon de procéder, vous rencontrerez des personnes intéressantes, voire la personne de votre vie, ou ferez des choses que vous n’auriez pas imaginées effectuer.

De plus, vous serez désormais capable d’aborder sans peur toutes les situations, même celles que vous n’avez pas encore vécues.
Faites preuve d’imagination. Vivez pleinement. Inévitablement, vous n’aurez plus une totale maîtrise sur votre vie mais vous récolterez, en échange, plus de fantaisies, d’inattendus, d’imprévus.
Vous serez ouvert à de nouvelles expériences, à de nouvelles rencontres. Libéré de votre carcan, vous oserez plus et vous aurez davantage confiance en vous. Vous serez avide de vivre d’autres choses.
C’est un peu un cercle vicieux : plus vous êtes libre, plus vous vivrez dégagé des habitudes, plus vous oserez de choses, plus votre vie sera riche !

Surtout, méfiez-vous ! car les habitudes, qu’elles soient bonnes ou mauvaises d’ailleurs, sont très faciles à prendre. Généralement, on dit qu’il faut une vingtaine de jours. Après cette habitude sera tellement ancrée en vous que cela en deviendra un réflexe, vous l’effectuerez sans réfléchir, inconsciemment. Il sera alors très dur de vous en déshabituer.

A bas les habitudes ! Tentez tout au moins de vous échapper le plus souvent possible de votre routine. Vous aurez ainsi une sensation de liberté, de disponibilité. Vous serez, en même temps, plus détendu, moins stressé par le temps, les horaires.
Ne faites pas de vos habitudes une tyrannie !


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

22/09/2007

Ne laissez personne ruiner votre journée

Voici un extrait du livre de Og Mandino, "Une meilleure façon de vivre" :


"Montaigne nous disait que la vie est une chose tendre et facile à molester. Il y a toujours quelque chose qui peut aller mal. Souvent, les petits ennuis peuvent être les plus problématiques, et comme les petits caractères fatiguent le plus nos yeux, ces petites vexations peuvent ruiner nos journées si nous le permettons.

Les êtres humains sont des animaux extrêmement fragiles. Nous pouvons nous éveiller avec une chanson sur les lèvres et laisser les dures paroles de quelqu'un, les bouchons de circulation ou une tasse de café répandue ruiner notre journée.

Ne laissez jamais quiconque ou quoi que ce soit ruiner votre journée. Il y aura toujours des détracteurs, des critiques ou des cyniques qui vous envieront, et qui envieront vos habiletés, votre travail ou votre mode de vie. Ignorez-les. Ils sont comme les sirènes d'un passage à niveau, qui sonnent bruyamment et vainement pendant que le train passe. Vos heures et vos journées sont beaucoup trop précieuses pour que vous les abandonniez à ce groupe de jaloux qui ne trouvent jamais une qualité à un être humain et ne ratent jamais un défaut. Ce sont des rapaces humains, vigilants dans le noir et aveugles à la lumière, recherchant la vermine et ne voyant jamais le noble gibier.

Nul ne peut vous distraire du bonheur et vous empêcher de faire de votre mieux... à moins que vous ne le permettiez. Rappelez-vous que celui qui peut éviter un moment de collère peut aussi éviter une journée de chagrin."



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

20/09/2007

Visualisation créatrice

Voici deux extraits du livre de Mélita Denning et Osborne Philipps, "La visualisation créatrice" :


"Si l'on admet que nos possédons tous un potentiel bien supérieur à celui que nous utilisons normalement, nous dirons que la visualisation créatrice est une technique permettant de mobiliser nos ressources intérieures pour atteindre le succès.

Chacun de nous possède en lui un moteur très puissant qui, la plupart du temps, tourne au ralenti ; un super ordinateur pratiquement inutilisé ; une formidable dynamo qui ne produit qu'une partie de l'énergie qu'elle est capable de générer ; or, il existe un "programmeur" qui peut faire fonctionner tout cela à plein régime pour nous permettre de réaliser tous nos désirs. La visualisation créatrice donne les instructions au programmeur."



"La Visualisation Créatrice est un pouvoir que nous possédons tous.

1. La Visualisation Créatrice, utlisée avec compétence et en pleine connaissance de cause, peut changer votre vie !

2. La plupart d'entre nous pratiquent la Visualisation Créatrice quotidiennement, mais plus souvent de façon destructive que constructive parce que nous ne le faisons pas de façon consciente, efficace et bénéfique... ce qui entraîne la malchance au lieu de la chance !

3. Nous gaspillons la plus grande partie de notre puissance créatrice du fait de conflits internes - frustrations, inhibitions, peurs irraisonnées - qui nous privent du succès.

4. Pour libérer ce pouvoir naturel en vue de la réalisation de vos désirs, il faut réunir toutes vos facultés, vos sens, votre cerveau même, en un "champ unifié", afin d'éliminer toutes les barrières internes qui vous empêchent d'atteindre vos objectifs."



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique