logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

17/09/2007

Quelle sera votre épitaphe ?

Si vous avez assisté à des enterrements, vous avez certainement entendu des épitaphes que je qualifierais « d’officielles », celles énoncées par les enfants, les petits-enfants, le prêtre, le maître de cérémonie. Généralement, élogieuses, elles retracent la vie de la personne décédée énumérant ses actions, ses nombreuses qualités et cachant bien souvent ses mauvais comportements, ses défauts.
A côté de cela, si vous laissez traîner vos oreilles, vous entendrez des connaissances, des voisins, des amis discuter entre eux et dire des choses de ce genre : « il était méchant avec sa femme », « il était coureur », « elle buvait beaucoup », « elle a trompé son mari plus d’une fois », « il était fainéant », j’en passe et des meilleures. On peut qualifier ces épitaphes de « non officielles ».

Laquelle des deux prendre en compte finalement ?
La première est de circonstances : ce serait mal vu, voire indécent de commencer à déblatérer sur la personne qui vient de décéder. La seconde peut être parfois cruelle mais semble plus proche de la vérité. En effet, l’épitaphe non officielle est prononcée par des personnes qui connaissaient la personne décédée et qui, ne pensant être écoutées de personne à l’enterrement, ont décrit ce qu’elles ont vu. Bien entendu, certains voisins ou amis, mal intentionnés, peuvent exagérer les choses mais il reste toujours un soupçon de vérité dans ce qu’ils disent.

Et, vous, quelle sera votre épitaphe ? Que croyez-vous que l’on dira de vous quand vous serez décédé ?
Je sais, c’est une question très délicate à se poser, peut-être même hors de propos pour vous qui vous sentez en pleine forme, dans le force de l’âge.
Mais vous interroger sur ce point ne doit pas être morbide, malsain ; cela ne signifie nullement que vous allez mourir bientôt.
Au contraire, je dirais même que cela peut vous aider à vivre mieux. En effet, en vous demandant quelle sera votre épitaphe plus tard, vous vous interrogez obligatoirement sur votre vie, sur votre façon de vous comporter avec les autres. Si votre caractère n’est pas facile, si vous apparaissait aux yeux des autres comme quelqu’un de méchant, si vous buvez trop, si vous ne vous occupez pas bien de vos enfants, si vous négligez votre famille, etc., sachez que tous vos travers seront dénoncés dans votre épitaphe.
D’un autre côté, vos bonnes actions, vos qualités, votre altruisme seront également louangés.

Ainsi, ne vous demandez pas seulement quelle sera votre épitaphe mais surtout quelle épitaphe voudriez-vous que l’on fasse de vous. De cette façon, c’est à vous de vous prendre en main, de changer de comportement, d’améliorer votre conduite pour coller au mieux à l’épitaphe que vous voudriez que l’on fasse de vous.

N’ayez donc pas peur du terme épitaphe car cela peut vous aider à changer votre vie, si c’est nécessaire. Essayez d’avoir une vie exemplaire, tout au moins tentez de vous en approcher. En effet, chacun a son caractère, des défauts qu’il n’est pas toujours évident de surmonter.
Toutefois, si vous êtes colérique, si vous êtes méchant, si vous buvez trop, etc., ou si simplement vous avez des petits défauts qui vous gâchent la vie, il existe des méthodes, des astuces pour vous en sortir, pour vous améliorer, pour tendre vers la perfection.

Penser à votre épitaphe, c’est juste un moyen de reprendre en main votre vie, de vous interroger sur vos actions, vos réactions, votre façon de penser, de réagir. Et, surtout, le but ultime, c’est de vous amener à réfléchir sur la façon de changer et de mettre tout en œuvre pour y parvenir.

Je sais bien que vous ne serez pas là pour entendre ce que l’on dira de vous lors de votre enterrement, mais n’est-il pas plus satisfaisant de penser, de savoir, de votre vivant, que l’on vous complimentera, que vous ne ferez pas honte à votre famille ; de savoir, qu’au final, vous aurez réussi votre vie tout simplement !



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

15/09/2007

Révélez-vous !

Récemment, j’ai vu une émission dans laquelle était diffusé un reportage sur les clubs de célibataires en Tunisie. On y décrivait les vacances de ces trentenaires, accomplis professionnellement, qui venaient passer 15 jours dans ces clubs particuliers pour trouver l’âme sœur. Bien sûr, d’autres venaient uniquement pour la gaudriole…

Deux de ces trentenaires étaient particulièrement mis en avant. Un homme de 38 ans qui écumait ces clubs depuis 15 ans et qui était toujours seul. Pendant ces 15 jours, il se lâchait, abordait les jeunes filles sans trop de difficultés. Et, il nous a révélé, qu’à Paris, il sortait rarement et avait très peu d’amis.
Autre portait : une femme de 32 ans qui recherchait également l’âme sœur et qui considérait que les rencontres au club étaient plus faciles parce que les gens étaient plus cools, plus ouverts, moins fermés qu’à Paris en raison du stress du travail.

Oui, c’est évident que dans un tel contexte, il est plus facile à certains de se montrer tel qu’ils sont, de se lâcher dans la mesure où ils sont plus détendus, moins préoccupés par leur quotidien stressant.
Je ne parle pas, évidemment, de ceux qui viennent dans ces clubs uniquement pour faire des rencontres sexuelles furtives. Ceux-là jouent un rôle, celui de séducteur pour appâter la chair fraîche.

En revanche, pour les premiers, ils donnent l’impression qu’en dehors des vacances, de Paris, de leur lieu de travail, de leur lieu de vie, ils ne parviennent pas à relâcher la pression, à montrer leur vraie personnalité, à se révéler tel qu’ils sont.
C’est dommage qu’il leur faille attendre d’être en vacances pour vivre réellement. C’est perdre un temps précieux, c’est gâcher une bonne partie de leur vie.

C’est dommage mais aussi triste de voir cet homme du reportage arrivé à l’âge de 38 ans, toujours célibataire et qui n’a jamais vécu avec quelqu’un, alors qu’il avait l’air très sympathique, très dynamique et très fêtard.
S’il se révélait ainsi à Paris, s’il sortait plus, il aurait plus de chance, d’occasions de trouver la femme de sa vie.

On a l’impression que ce genre de personnes, de plus en plus nombreuses à cause du prolongement des études et de la course à la réussite professionnelle, cloisonnent, compartimentent à outrance leur vie : Paris, pour le travail ; les vacances, pour l’amusement et la « drague ».

Cela peut prêter à sourire mais c’est la réalité. Certaines personnes semblent revêtir divers costumes suivant les périodes, le contexte… Là, mon costume d’homme d’affaires sérieux et très introverti, pas du tout expansif ; là, mon costume de vacancier, l’authentique, le vrai, de jeune homme plein d’entrain, très communicatif.
Certes, il est certain que l’on ne peut pas être exactement au travail comme dans la vie, mais un écart aussi gigantesque est ahurissant.

Les gens, surtout les jeunes cadres dynamiques (certains tout au moins), semblent formatés, fabriqués dans le même moule. Ils ont le devoir d’être sérieux en toutes circonstances. Ils s’imaginent qu’apparaître, aux yeux de leurs collègues, de leurs connaissances, comme des personnes joyeuses, cela remettrait en cause leur crédibilité.

Or, n’est-il pas plus agréable de travailler avec quelqu’un de sérieux mais de détendu, zen ?
D’ailleurs, à force de se contrôler, de brider leur vraie personnalité profonde, ces gens finissent par se frustrer, par s’aigrir. Et ce, d’autant plus que leur comportement les conduit inévitablement à s’isoler de tout et de tout le monde afin que leur « secret » - de personne ouverte, aimant s’amuser tout bonnement - ne soit pas révélé.

Alors, ne gâchez pas votre vie à mentir, aux autres et à Vous surtout. N’ayez pas peur de vous dévoiler, de sortir de vous, de révéler votre vraie nature Assumez votre vraie personnalité ! Vous apparaîtrez alors comme quelqu’un de vrai, de sincère, d’authentique et vous attirerez inévitablement les regards sur vous.
A toujours vouloir se contrôler, on finit par être dépossédé de soi-même. Révélez-vous pour vous révélez aux autres !


Pour vous aider à révéler votre vraie nature, n'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

14/09/2007

Quel est votre désir le plus cher ?

Voici un extrait du livre de Marcel Béliveau : « Changez votre vie en 21 jours » :


« Quel est votre désir le plus cher ? Pourquoi n’est-il pas déjà réalisé ? Parce que vous étouffez ce désir par votre manque de confiance dans la vie. Votre insécurité a laissé s’installer la crainte et la peur d’agir. Pour que votre désir soit comblé, n’affirmez le moyen d’y parvenir mais le but de son accomplissement.

Laissez-moi vous donner un exemple. Vous avez prêté 20000 F à un ami et vous êtes sans nouvelles depuis. Votre rêve serait d’aller en croisière et le coût en est justement de 20000 F. Le moyen d’y parvenir serait d’imaginer votre ami vous remboursant chaque mois un montant de 1000 ou 2000 F. Moi je vous dis : concentrez-vous plutôt sur le but, c’est-à-dire la croisière, et non sur le moyen, votre ami. Si ce dernier ne remplit pas ses obligations, ne lui en voulez pas. En agissait de la sorte, vous anéantiriez la parcelle de bonheur que vous avez eue au moment où vous lui avez rendu service. En détestant votre ami, vous laisseriez passer les opportunités qui vous permettraient de trouver la somme désirée. Tout le pouvoir de la pensée et de la volonté doit tendre à l’accomplissement d’un désir.

Affirmer l’accomplissement d’un désir à sa force intérieure, c’est en garantir la réalisation.

Ne courez pas après le succès, il foncera sur vous. Le succès est la conséquence d’une attitude positive. Ayez la foi en votre pouvoir intérieur car c’est lui qui façonnera votre monde extérieur. »



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

11/09/2007

Mettez-y tout votre cœur

Dans la vie quotidienne, on est bien souvent débordé par la multitude de choses à réaliser. Parfois, on se demande si on aura assez de temps dans une journée pour tout faire. 24 heures, c’est beaucoup trop court pour certains. Entre le travail, la cuisine, le ménage, le jardinage, le bricolage, les enfants, etc., bien souvent on ne sait plus où donner de la tête.
Une partie de ces activités peut être considérée comme des corvées par certains ou des passions pour d’autres. En effet, certains détestent cuisiner tandis que d’autres ne peuvent passer une journée sans confectionner de petits plats pour leur famille ; certains sont passionnés par leur profession tandis que d’autres traînent les pieds pour se rendre sur leur lieu de travail…

C’est vrai que l’on ne peut pas aimer tout faire. Toutefois, il est également vrai que l’on est forcé de faire telle chose même si cela nous déplaît totalement.
Faut-il pour autant négliger, mal faire ces choses que l’on déteste faire ?
Si vous réagissez de cette façon, cela veut tout simplement dire que vous êtes capable de mal faire quelque chose, ce qui m’apparaît tout à fait ahurissant, impensable.
Je ne dis pas que vous devez savoir tout faire à la perfection mais simplement que ne pas s’appliquer à les faire est effarant.

Sachez que chaque fois que vous avez quelque chose à faire, vous devez y mettre tout votre cœur, toutes vos tripes, tout votre amour. En effet, la moindre petite chose, la moindre activité mérite d’être bien faite, d’être soignée.
Balayer, repasser, cuisiner, faire les courses, tondre la pelouse, etc. ne sont pas des activités gratifiantes pour beaucoup. Pourtant, à partir du moment où vous êtes contraint de les exécuter, vous devez vous appliquer. Vous le devez à votre entourage mais aussi et surtout à VOUS.
Bien entendu, certains vont dire que faire la vaisselle, par exemple, ne demande pas un investissement total.

Pourtant, c’est une question de fierté personnelle. Ne pas s’investir entièrement dans ce que vous faîtes, cela démontre un trait de caractère, la négligence, la légèreté, qui peut vous être nuisible dans le reste de votre vie. Si vous avez tendance à négliger les choses qui vous déplaisent, je vous plains énormément. En effet, la vie est tellement faite de contraintes, d’obligations « routinières »… La propension à la négligence est dangereuse, vous risquez de négliger de plus en plus de choses.

D’ailleurs, allons même plus loin : prenez l’habitude de faire plus que ce que l’on attend de vous. Ainsi, vous vous démarquerez des autres, vous donnerez l’image de quelqu’un de fiable, de consciencieux, sur qui on peut compter. Vous apparaîtrez comme une personne dynamique, courageuse. C’est tout de même plus agréable d’être qualifié de consciencieux plutôt que de « jm’enfoutiste » !

Parfois, vous pourrez être découragé en voyant que, malgré vos efforts, vos investissements, l’on ne reconnaît pas suffisamment vos mérites. N’abandonnez pas, continuez à vous démener. C’est pour vous que vous travaillez. L’important c’est que vous soyez fier de vous, de votre travail, de vos réalisations, de vos actions. Un jour, fatalement, vos mérites seront reconnus.

Prenez exemple sur la princesse Grace de Monaco, dont la devise était « Tout ce que les Kelly entreprennent ils le font bien ». Elle s’est toujours donnée à fond dans tout ce qu’elle a entrepris, elle y a toujours mis tout son cœur. Elle avait pris cette habitude dans sa jeunesse et n’y a jamais dérogé.
Soyez consciencieux, dynamique et vous verrez que cela rejaillira sur votre entourage. Il vous admira, vous fera confiance. Vous, de votre côté, vous serez fier de vous et vous retrouvez une estime de vous à toute épreuve.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

07/09/2007

Oui, je commets des erreurs…

Tout le monde commet des erreurs dans la vie. Vous, tout comme moi.
A moins d’être quelqu’un de parfait, de surhumain, il est tout à fait naturel, normal, tout simplement humain, de faire des erreurs dans la vie.

Ces erreurs peuvent être de toute sorte :

- parler à tort et à travers
- côtoyer les mauvaises personnes
- prendre les mauvaises décisions en matière d’éducation des enfants
- ne pas se marier avec le bon conjoint
- choisir une mauvaise orientation professionnelle
- prendre une mauvaise décision pour son entreprise
- etc.

Si vous avez connu ou connaissez ces situations, certains d’entre vous s’en veulent, se demandent comment ils ont pu en arriver là, comment ils ont pu réagir de cette façon.
Finalement, ils en arrivent à perdre confiance en eux, à se méfier de tout et de tout le monde, au point de ne plus vouloir s’engager.

D’autres personnes qui commettent des erreurs préfèrent, au contraire, nier leurs erreurs, les occulter. Elles pensent que rien n’est de leur faute, elles ne comprennent pas ce qui leur arrive. Elles persévèrent dans leurs erreurs et s’enfoncent davantage, mettant sur le dos des autres leurs mauvaises situations.
Le problème de ces personnes, c’est qu’au final, elles accumuleront les erreurs, les problèmes et auront beaucoup de mal à s’en sortir.
Si seulement, elles avaient reconnu leurs erreurs, elles auraient pu s’en sortir, recommencer autre chose.

Reconnaître ses erreurs, ses torts, c’est le premier pas vers la réussite.
Ne soyez pas orgueilleux, imbu de vous-même. Tout le monde commet des erreurs. Le plus difficile c’est de les reconnaître. En effet, le faire, cela vous donne une impression d’échec, de mal-faire, d’être « nul », d’être incompétent.
Il est parfois compliqué de repérer ses erreurs. Dans certains cas, vous avez besoin d’un œil extérieur pour les localiser. Il ne faut pas hésiter à demander des conseils à des spécialistes, des professionnels, à leur poser des questions. Ils seront à même de vous aider, de vous assister pour résoudre vos difficultés. Le tout c’est d’oser demander de l’aide et surtout de savoir accepter que l’on vous critique, que l’on remette en cause votre travail.

Mais, sachez qu’en décelant les erreurs, vous aurez mis le doigt sur le problème qui vous mine, qui vous empêche d’avancer. Et, à partir de là, vous pouvez corriger vos erreurs, ne plus les réitérer et progresser sur le chemin de la réussite. Il vous faut rester positif et ne pas avoir peur de prendre de nouvelles décisions, de changer de voies, de vous remettre en cause.
Vous devez vous dire que la prochaine fois, « ce sera la bonne » !

Qui n’essaye rien ne se trompe jamais.
Rappelez-vous Thomas Edison qui a commis des milliers d’erreurs avant d’inventer la lampe à incandescence. Et c’est en analysant et en apprenant de ses erreurs qu’il a pu les corriger et parvenir à matérialiser son invention. S’il n’avait pas reconnu ainsi ses erreurs, peut-être que nous nous éclairerions encore à la bougie !


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique