logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/07/2007

Sagesses du Dalaï-Lama

Voici deux extraits du livre « 108 perles de sagesses du Dalaï-Lama pour parvenir à la sérénité » recueillies et présentées par Catherine Barry :


« Nous accordons une grande importance au passé et au futur. Nous vivons comme s’ils étaient là en permanence, et nous oublions de vivre le moment présent. Pourtant, l’essentiel est de vivre dans l’instant présent car c’est le seul moment où nous pouvons vraiment agir pour transformer notre esprit en développant des émotions positives qui permettront d’aider les autres. »


« La méditation, la réflexion nous aident à mieux appréhender le présent, à le vivre plus sereinement et à être moins obsédés par les choses qui nous plaisent ou nous déplaisent en nous projetant dans le passé ou le futur. Lorsque nous rencontrons un problème, il importe d’apprécier l’événement à sa juste valeur. S’il y a une solution, il convient de l’appliquer tout de suite. Et, s’il n’y a pas de solution, s’inquiéter ne sert à rien, si ce n’est à renforcer notre mal-être. Alors, pourquoi s’en faire ?
Si nous analysons les causes et conditions qui ont conduit à cette situation, nous verrons qu’elles existent en nombre incalculable. Développer une vision plus globale de ce que nous vivons permet de ne pas attribuer notre malheur ou notre bonheur à une cause ou à un être unique, ce qui permet de mieux analyser ce qui nous arrive et de devenir moins dépendant des conditions extérieures. »




N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

05/07/2007

N’ayez pas honte

L’amour, le sexe font partie de la vie, de nous. Cela semble une évidence. Il suffit de voir le foisonnement de livres, d’articles, de magazines, de tests, de forums sur le sujet. Beaucoup de personnes sont en demande de ce genre d’informations, de conseils, de solutions. En effet, pour certaines d’entre elles, faire l’amour pose problème.

A l’adolescence, l’acte sexuel fait peur ; c’est une peur de l’inconnu, une peur de mal faire. C’est une réaction tout à fait normale. Mais, la peur de l’amour à l’adolescence est-elle toujours aussi forte de nos jours ? En effet, dorénavant, pour nombre de jeunes, élevés avec la pornographie qui est présente partout, la notion même de sexe est quelque peu galvaudée. Ce qui compte pour eux c’est la performance, l’acte sexuel, le sexe pour le sexe. On ne parle plus de faire l’amour. Dans des cas extrêmes, c’est à se demander si le partenaire avec qui ils pratiquent l’acte sexuel a réellement de l’importance et si son accord a même été sollicité. Ils veulent reproduire les performances et les comportements vus dans les films. Or, demander ce genre de choses à des jeunes filles qui commencent à peine à avoir une vie sexuelle, n’est-ce pas immonde, aberrant, insensé, voire destructeur ?

Plus tard, en avançant en âge, certains, plus généralement certaines, finissent par détester faire l’amour. Plusieurs raisons peuvent être invoquées. Elles sont tombées dans la routine du couple : tel jour, telle heure, telle position… Elles peuvent avoir été déçues par des partenaires qui ne pensaient qu’à leur plaisir personnel. D’autres pensent également que le sexe, c’est sale.
Or, il ne faut pas oublier que faire l’amour est un partage mutuel. Il ne faut pas hésiter à se parler, à communiquer s’il apparaît une perte de désir dans le couple. Cela ne signifie pas toujours qu’il n’y a plus d’amour entre les deux partenaires.
C’est peut-être dû à la routine, au stress, au manque de temps, à la fatigue, etc.
Dans ces cas-là, le problème n’est pas insurmontable. Il suffit parfois d’aménager ses journées, de trouver des moments de pause pour se retrouver à deux, d’innover, de tenter de susciter le désir dans les yeux de son partenaire, d’organiser une soirée romantique, de prendre un bain avec une ambiance zen, etc.

Quoi qu’il en soit, la condition première pour bien faire l’amour, c’est d’être amoureux de son partenaire. Cela doit se pratiquer dans le respect de l’autre ; il faut avoir des égards, être attentionné ; il faut rechercher le plaisir de son partenaire avant le sien ; il ne faut surtout pas oublier les préliminaires qui font partie intégrante de l’acte sexuel.

Aimer le sexe dans toutes ses formes n’est pas honteux à condition que cela ne nuise pas autrui et que cela se fasse dans le respect des lois.
L’acte sexuel pratiqué dans les règles de l’art permet d’atteindre la plénitude. On se sent tout de suite mieux après. C’est un bon moyen de se relaxer. Cela peut même permettre à certaines personnes de revivre, de se redécouvrir, de s’épanouir dans sa vie en général.
Des recherches ont d’ailleurs prouvé que faire l’amour permet de rajeunir par la production d’un grand nombre d’hormones (dopamine, sérotonine, endorphine, oestrogènes, etc.)

Donc rappelez-vous et appliquez cette devise, en vogue dans les années 70 : « Faites l’amour, pas la guerre ! ».


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

01/07/2007

Cultivez votre couple

« J’en ai marre de toi ! » ; « Je vais te quitter ! » ; « Laisse-moi tranquille ! » ; « Je ne te supporte plus ! »…
Quand un couple ne fonctionne plus, ce sont des mots que l’on entend régulièrement.

Mais comment se fait-il que deux personnes qui ont décidé de vivre ensemble parce qu’elles s’aimaient en arrivent à ne plus se supporter, voire à se détester ?
Bien souvent, la passion du début s’émousse. Des recherches récentes ont montré que cette passion dans le couple disparaissait au bout de trois ans.

Pourtant, certains couples arrivent à durer, disons plutôt que certains continuent à s’aimer pendant plus de 40 ans. Ont-ils un secret ? Sont-ils des extra-terrestres ?
Apparemment, il est évident que c’est l’amour qui les motive. Bien entendu, l’amour du début, plus proche de la passion qu’autre chose, s’est transformé.
D’un autre côté, d’autres continuent à s’aimer mais finissent quand même par se quitter. Ils ne supportent plus la vie à deux, la routine du quotidien. Ils en ont assez de se voir tous les jours.
C’est quand même dommage d’en arriver là bien qu’il existe encore de l’amour entre eux alors qu’il suffit parfois de peu de choses pour relancer le couple.

Si vous accablez de tous les défauts votre partenaire, demandez-vous si vous aussi vous ne pouvez pas être mis en cause. Il faut savoir se remettre en question, faire des concessions et accepter l’autre comme il vous accepte à condition que les défauts de votre partenaire ne soient pas dramatiques (style violences).
Il faut savoir dialoguer, communiquer avec votre conjoint. Si vous vous êtes disputé dans la journée, il faut régler le problème avant de vous coucher, sinon il sera amplifié le lendemain. Il ne faut jamais laisser s’accumuler les rancoeurs. Communiquer c’est aussi partager avec l’autre ses rêves, ses espoirs, ses envies… Etre un couple, ce n’est pas seulement se regarder l’un l’autre mais c’est regarder ensemble dans la même direction.
Continuez à lui dire « Je t’aime », à lui écrire des petits mots d’amour.
Réservez-vous des moments privilégiés afin de vous retrouver rien que tous les deux. Ne pensez pas toujours travail, enfants, famille. Si votre couple est heureux, cela fera aussi le bonheur de vos enfants.
Offrez-lui de petits cadeaux, des fleurs (que l’on soit un homme ou une femme, recevoir des fleurs est toujours agréable).
Prenez soin de votre partenaire. Traitez-le avec délicatesse et respect, ayez de la considération pour lui.
A bas la routine du quotidien ! Etonnez votre partenaire par de petites attentions : restaurant, week-end en amoureux, cinéma, promenade romantique, etc. Faites preuve d’imagination, surprenez-le. Un changement de coiffure, de look, une nouvelle robe, un nouveau costume peuvent suffire à l’étonner.

Cultiver son couple demande un peu d’efforts mais si vous aimez réellement votre partenaire, ces petits gestes seront une évidence et ne vous coûteront pas. Il faut bien entendu que toutes ces attentions soient réciproques et surtout que votre conjoint soit réceptif.

Si tout ceci ne marche pas, c’est que votre couple est vraiment voué à l’échec. Dans ce cas, il vaut mieux ne pas persévérer car il est préférable de se séparer plutôt que de continuer à vivre ensemble et être malheureux. Quoi qu’il en soit, ne jetez pas ces conseils, ils vous seront utiles lorsque vous aurez rencontré la personne qui vous convient vraiment.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

26/06/2007

Retrouver les plaisirs de la vie

Aujourd’hui, je vous propose un extrait du livre « Soyez zen au XXIe siècle » de Erik Pigani :

« Etre Zen, ce n’est pas être triste à mourir ni cultiver l’ennui et l’austérité jusqu’au désespoir. Loin de là ! Depuis plus de 1000 ans, pour les pratiquants du zen, l’humour, la joie, les grands et les petits plaisirs sont indissociables de la vie. Aussi, pour être en contact avec soi-même, il est indispensable qu’ils fassent partie du quotidien.
C’est très exactement ce que le fameux cancérologue américain Carl Simonton a découvert : pour lui, l’absence de plaisir fait partie des facteurs de déclenchement des maladies psychosomatiques. La raison : notre style de vie nous pousse à séparer les grands des petits plaisirs et à rechercher désespérément les premiers tout en méprisant les seconds. Voilà pourquoi il délivre aussi une ordonnance surprenante : chacun de ses patients doit dresser une liste de 25 plaisirs et doit en satisfaire deux chaque jour !
Alors, depuis combien de temps n’avez-vous pas porté attention à la sensation qui naît dans la plante de vos pieds lorsque vous retirez vos chaussures ? Vous souvenez-vous de la douceur de la moquette, de la fraîcheur du carrelage, du picotement de l’herbe coupée ? ».



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

25/06/2007

C’était mieux avant…

Qui n’a pas dit un jour : « C’était mieux avant ! » ?
D’ailleurs, les innombrables spectacles « Années 60 », « Rock’n’roll », « Années 70 », « Années 80 », etc. démontrent bien que la nostalgie fait recette. Les organisateurs de ce genre d’événements ne surfent pas seulement sur la vague, ce n’est pas une simple question de marketing. Ils répondent en fait à une demande, à un besoin des spectateurs. Les artistes soi-disant « has been » sont d’ailleurs étonnés de leur nouveau succès.
Comme disait l’un d’eux lors d’une interview récente : « Nous sommes passés du statut de vedette à celui-ci de « has been » et maintenant nous sommes cultes ! »
Les chansons sont de bons déclencheurs de souvenirs. Telle chanson de Johnny Hallyday rappelle les surprises-parties des années 60. Tel slow permet de se remémorer son premier baiser. Telle chanson de Piaf nous fait nous souvenir de notre premier grand amour. Et vous ? Il y a certainement des chansons cultes qui correspondent à des moments clés de votre vie.
Ce besoin de revivre le passé a parfaitement été identifié par la radio Nostalgie. Mais ce besoin, à quoi correspond-il ?

Dans un monde où l’avenir semble incertain et où le présent n’est pas toujours rose, les gens ressentent la nécessité de se raccrocher à leur passé parce que ce sont des moments vécus. Il n’y a donc pas d’incertitude sur ce qui va arriver. C’est comme regarder un film que l’on a déjà vu : il n’y a pas de suspense ou d’angoisse, on connaît déjà la fin.
Ils repensent aux bons moments qu’ils ont vécus à des époques, certes pas toujours joyeuses, mais où ils étaient plus insouciants du fait de leur jeune âge.
De plus, le cerveau ayant tendance à occulter les moments difficiles, il paraît tout à fait naturel de vouloir revivre des instants heureux.

Mais, à l’heure actuelle, tout n’est-il pas prétexte à nostalgie, musique, habillement, mobilier, marketing, etc. ? Tout cela n’est-il pas fait pour nous faire oublier le quotidien et les réalités de la vie présente ? N’est-ce pas une façon d’infantiliser les gens ?
Il ne faut pas que cette volonté de revivre le passé devienne une obsession. C’est agréable de temps en temps de se rappeler de bons souvenirs de ce genre. Mais c’est dangereux pour son évolution personnelle d’en abuser. D’autant que le passé que l’on nous présente à tout bout de champs est généralement enjolivé, lisse, aseptisé. Il correspond plus à un rêve qu’à la réalité.

En vivant ainsi continuellement dans le passé, nous nous empêchons de nous projeter vers l’avenir. Or, nous savons très bien que toute grande réalisation ne peut aboutir sans visualiser le résultat que l’on veut obtenir. Il ne faut pas renier le passé mais il ne faut pas non plus chercher à le reproduire tel quel. Il faut apprendre à l’utiliser intelligemment. Il ne faut pas regretter le passé mais en retirer des expériences, positives ou négatives, afin de ne pas commettre les mêmes erreurs.
Ce n’est pas en regardant continuellement derrière soi que l’on peut avancer. Il faut aller de l’avant en se tournant vers l’avenir si on veut réussir.


N'hésitez pas à visiter le site : http://www.abondance-editions.com

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique