logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

01/10/2013

De l'importance de la mémoire et comment bien l'utiliser

mémoire.jpg

 

Je viens de terminer la lecture du livre d'Alain Sotto et de Varinia Oberto "Une mémoire pour la vie".

 

A l'heure où de plus en plus de personnes sont atteintes de la maladie d'Alzheimer, on se rend compte encore plus de l'importance qu'a la mémoire sur notre vie.

 

Comme nous l'expliquent les auteurs, il est difficile de définir ce qu'est la mémoire tant elle recouvre différentes activités. Mais ce qu'on sait c'est qu'elle est essentielle. Dans ce livre, ils nous apprennent à la connaître.

 

Même les animaux ont une mémoire. En majorité, il s'agit d'une mémoire d'espèces, mais certains ont une mémoire du savoir.

 

Nous avons, nous être humain, 4 types de mémoire dans notre cerveau :

- la mémoire épisodique (celle du vécu personnel)

- la mémoire sémantique (celle de la connaissance : sur soi et sur le monde)

- la mémoire procédurale (celle des habitudes, des habiletés, des automatismes)

- et la mémoire perceptive (celle des images, des formes, des sons, des odeurs).

 

Les auteurs nous donnent des astuces pour conserver un souvenir précis, comme s'arrêter sur chaque détail, être attentif, puis répéter les informations.

 

De nombreux sujets sont abordés dans ce livre et notamment la maladie d'Alzheimer. Les auteurs nous en décrivent le processus.

Ils évoquent aussi la mémoire des petits génies.

Ils nous présentent l'Amydale, qui nous est bien utile car c'est elle qui nous permet d'éprouver de la peur et d'éviter certains dangers.

Ils nous parlent aussi de l'importance du sommeil sur la mémoire.

On y apprend aussi que la mémoire nous permet non seulement de se remémorer le passé mais aussi de se projeter dans l'avenir. 

Et bien d'autres choses encore...

 

Bref, il s'agit d'un livre sérieux sur le sujet. Comme Alain Sotto est psychopédagogue et a fondé l'ARN (l'Association de Recherches en Neuropédagogie) et Varinia Oberto est pédagogue et écrivain, dés le départ, on était sûr que le sujet serait traité de manière approfondi.

Heureusement, ce côté sérieux qui rend le livre assez ardu est enrichi par de nombreux encadrés contenant des exemples et des témoignages qui viennent compléter et illustrer les propos des auteurs.

Encore plus de conseils et d'astuces pratiques auraient néanmoins été, pour moi, les bienvenus.

 

Je terminerai en vous proposant un extrait de ce livre : 

 

"Penser améliorer sa mémoire en répétant le même genre d'exercice est vain : dans tous les autres domaines, elle n'en sera pas plus performante. Cependant, on peut l'entretenir grâce à un réseau relationnel qui offre des occasions d'écouter, d'échanger, de réfléchir. C'est en grande partie à cause du rétrécissement de leur vie sociale que le cerveau des personnes âgées ne joue plus son rôle. Il s'appauvrit quand on l'utilise moins ; apprendre limite son déclin. Plus on a l'occasion d'apprendre (conférences, lectures, activités sociales), plus la mémoire est vive et présente. La vitalité dépend du type d'apprentissage, celui à long terme étant infiniment plus efficace, celui qui bannit le survol et le picorage et va dans le sens de l'approfondissement. Aussi, on peut faire des mots croisés, jouer aux échecs ou au bridge, mais en ayant par ailleurs une vie riche en centre d'intérêt, en rencontres stimulantes, sur laquelle on porte un regard positif. Une vie équilibrée à laquelle le corps participe."

 

Vous pouvez lire le livre en entier, en cliquant ici

 

24/06/2013

Comment bien prendre soin de son corps ?

Couverture Bonjour mon corps - Editions Trédaniel.jpg

 

Dans la vie trépidante d'aujourd'hui, on se consacre à son travail, on s'occupe de sa famille, de ses amis, on prend soin de son apparence. Mais, bien souvent on ne prend pas le temps de s'occuper de son propre corps. Or, le corps est une machine, si on l'entretient bien, il sera plus efficace et, puisqu'on parle de machine, tombera moins facilement en panne.

 

Aussi, pour vous aider à pendre soin de votre corps, je vais vous parler du livre de Roger Fiammetti "Bonjour mon corps : comment prendre soin de son corps heure par heurequi vient de paraître chez Guy Trédaniel éditeur.

 

Ce livre vous apprend comment :

-         optimiser l’activité de votre corps

-         le rendre plus performant

-         mieux le respecter

-         et mieux le comprendre.

 

 

L’auteur, Roger Fiammetti est un ostéopatheD.O depuis plus de 20 ans, mais également un conférencier et un formateur. Et la préface du livre a été réalisée par le Dr Lucien Bodson qui est anesthésiologiste et urgentiste. On sait donc, dès le départ, qu’il va s’agir d’un livre sérieux, dont on pourra suivre les conseils en toute confiance.

L’auteur a choisi de nous prodiguer ses conseils en suivant une personne tout au long de sa journée. Cela lui permet de ne pas être trop théorique, mais de nous montrer un exemple, de suivre un cas pratique.

L’avantage de ce livre c’est que l’on peut le lire dans l’ordre que l’on veut, en fonction de ses besoins ; c’est donc un livre à ne pas laisser au fond de la bibliothèque, mais à emmener partout.

 

Dans le premier chapitre, l’auteur passe en revue la chambre avec sa couleur, son ameublement, son emplacement et s’attarde sur le lit en donnant des conseils sur le matelas, le sommier, l’oreiller, la position pour dormir, la température de la pièce. Il nous parle également du sommeil avec leurs différents cycles, la qualité, le stress, les allergies et les ondes cérébrales.

 

Dans les 2 chapitre suivants, on suit la personne le matin au levé et pour la toilette et l’habillage. L’auteur nous propose des exercices de respiration totale, d’étirement musculaires, évoque la pratique de la gratitude, de la méditation, de la relaxation, du yoga (avec notamment l’exercice de la salutation au soleil). Puis, il passe en revue (dans le chapitre 3) les différentes étapes de la toilette et nous indique pour chacune d’elle la meilleure façon de se tenir pour les effectuer. Mais il ne s’arrête pas là, il nous conseille également dans le choix des chaussures, des sous-vêtements et dans la façon de les enfiler.

 

Je ne faisais pas de grosses erreurs, mais j’ai pu grâce à ces chapitres, faire quelques petites améliorations et surtout j’ai noté précieusement les types de matelas et de sommier qui me correspondaient le mieux afin de savoir lesquels choisir lorsque je les remplacerai.

 

Après tout cela, il faut manger et l’on arrive donc au chapitre 4 consacré à l’alimentation, qui est le plus gros chapitre du livre.

Cela commence par l’évocation des règles à respecter et la cohérence alimentaire. Personnellement, ce n’est pas une découverte car c’est déjà ce que je pratique depuis longtemps, mais cela a renforcé mes convictions.

On trouve dans ce chapitre des tableaux de catégories d’aliments et des différents temps de digestion pour nous aider à réaliser les bonnes conjugaisons alimentaires. Les différents types d’aliments sont également passés en revue (fruits, légumes, huiles, céréales, légumineuses, boissons).

L’auteur nous propose des recettes de smoothies puis passe à la digestion. Non seulement, il nous présente les aliments qui favorisent une bonne digestion ou qui l’entravent, mais il nous détaille les différentes étapes de la digestion et nous parle des prébiotiques, probiotiques et de la flore intestinale.

On revient ensuite à la  cohérence alimentaire avec un  exemple de menu type.

Puis, l’auteur passe aux régimes, au calcul de l’IMC, aux dépenses de calories, à la valeur énergétique des aliments, au sport. Il détaille les aliments alcalisant et acidifiant. Il nous propose enfin des menus type pour monsieur et madame tout le monde mais également pour le sportif ou la femme enceinte.

 

A partir du chapitre 5, l’auteur étudie de manière approfondie des cas pratiques et indique à chaque fois les postures appropriées à adopter. On commence avec l’écolier, puis le travailleur (chapitre 6). Puis, on passe à la ménagère (chapitre 7) et le chapitre 8 est consacré au bricolage, jardinage et à la pratique du sport. Enfin, dans le chapitre 9, on termine avec la journée type d’une personne lambda.

 

En conclusion, comme je le disais au début de cet article, c’est un livre à lire vraiment dans l’ordre que l’on veut, en fonction du besoin que l’on a à un moment précis. Mais il ne faut surtout pas le lire d’une seule traite, sinon on a l’impression de retomber en enfance et d’entendre sa propre mère avec des « fait pas ci, fait  pas ça » et l’on a envie de refermer le livre. Ce qui serait dommage d’ailleurs, car il est plein de bons conseils et de petits trucs qui peuvent nous permettre de prendre soin de notre corps. C’est un livre très complet, allant vraiment au fond des choses, qu’il faut donc lire et appliquer en fonction de ses besoins.

En prenant le réflexe de le consulter régulièrement, on est sûr d’améliorer l’état de cette merveilleuse machine qu’est notre corps.

 

Je terminerais, en laissant la parole à l’auteur avec un extrait de la fin de l’introduction :

 

«  Quand on voit avec quelle facilité on pourrait corriger la plupart de nos mauvais gestes, nos mauvaises postions au travail, les mauvais choix de nos outils, comment ne pas en faire un livre qui vous suivra partout et qui sera une référence pour orienter vos choix ? Nous pataugeons dans une jungle où la surinformation nous désarme et finit par noyer notre esprit critique.

 

Il faut simplifier, retrouver les vraies valeurs, les vrais conseils, retrouver les informations véritables : celles dont notre corps à besoin, celles qui nous permettront de conserver un équilibre dans notre vie. »

 

Pour aller plus loin...

- vous pouvez retrouver cette ouvrage en entier, en cliquant ici

 

15/05/2013

Crise cardiaque, faire attention aux signes avant-coureurs

coeur

 

Je vous propose un extrait d'un article très intéressant et important de Sélection du Reader's Digest de mai 2013, de Lia Granger et de Cendrine Barruyer, intitulé "Infractus : Les réflexes qui sauvent" :

 

"Chaque année, en France, plus de 100 000 crises cardiaques provoquent 13 000 décès, rappelle la Socité française de cardiologie (SFC). 

[...]

 

Quels sont les symptômes qui doivent alerter ? Une douleur intense au niveau du plexus, une sensation d'opression et d'étouffement, si caractéristique de l'infarctus. Selon l'observatoire Stent For Life, mis en place par la SFC, 93,5 % des victimes d'infarctus la ressentiraient. Chez certains patients, notamment les femmes, les signes se font plus discrets ou plus trompeurs, et risquent parfois d'être mal interprétés, voire ignorés.

Une crise cardiaque survient quand au moins l'une des artères coronaires se trouve progressivement rétrécie  par le développement d'une plaque d'athérome. Un caillot se forme alors, qui obture en partie ou totalement l'artère. Insuffisamment irrigué, le muscle cardiaque souffre et commence à mourir. Comme tout muscle blessé, il envoie des signaux au cerveau qui, à son tour, répond et émet un message douloureux au travers des fibres nerveuses. C'est pour cette raison que l'infartus fait souvent si mal.

Mais, pafois, ce message douloureux est brouillé. Ce n'est pas seulement le thorax qui fait souffrir, mais aussi l'estomac, le cou ou le bras, car le nerf qui innerve le coeur possède des branches vers ces organes. Certaines crises cardiaques se manifestent ainsi par des maux d'estomac. Le risque de faux diagnostic est alors majeur.

 

Une chose est sûre : au moindre doute, il faut consulter en urgence. Privé d'irrigation, le muscle cardiaque meurt en l'espace de six heures. Il n'y a pas une minute à perdre !"

 

(image clipart Microsoft Office)

21/03/2013

Empoisonnés ? Nous le sommes tous, chaque jour un peu plus

empoisonnés.jpg

 

Je reprends ici un article intitulé "Sommes-nous tous empoisonnés ?" que je viens d'écrire pour mon blog Ecolo-bio-nature, car je pense, et je suis même sûre, qu'il vous intéressera également.

 

 

Début mars est sorti le livre de Michel Filo, intitulé « Tous empoisonnés ! » aux Editions Bussière.
 
Ce livre arrive à point nommé avec tous les scandales alimentaires actuels. Scandale notamment de la viande de cheval, qui d’ailleurs, entre parenthèses,  pour moi, n’en ai pas un.
Etant végétarienne, je ne vois pas la différence qu’il peut y avoir entre du bœuf, du cheval, du poulet ou même du chien ! Ces animaux sont aussi nobles les uns que les autres et ne devraient pas se retrouver dans nos assiettes.
Le danger n’était pas là ! On aurait mieux fait de regarder ce qu’il y avait avec cette viande de cheval, notamment tous les conservateurs et autres additifs alimentaires contenus dans ces plats préparés.
 
Mais, revenons au livre de Michel Filo, « Tous empoisonnés ! ».
Déjà la couverture m’a interpellée. Elle m’a rappelée celle du livre de William Reymond, intitulé « Toxic ». Au moins, elle a le mérite d’être claire et sans ambiguïté !
 
Dans son livre, Michel Filo prône une « médecine du bon sens ». Il nous présente notre corps et nous rappelle que notre intestin héberge, à lui tout seul, 80 % de nos défenses immunitaires. Il serait donc bon de le ménager.
 
D’ailleurs, pour mieux comprendre, il nous explique le fonctionnement de ce système immunitaire et nous montre comment le booster. Il nous conseille sur la façon de prendre soin de son corps, par des méthodes naturelles et notamment par l’alimentation.
Il nous donne les clés pour améliorer notre santé en passant en revue différentes parties du corps et nous explique comment « optimiser » leur fonctionnement.
 
Puis, il nous met en garde contre les lobbies de l’agroalimentaire, prêts à nous faire ingurgiter n’importe quoi sous prétexte de profits colossaux.
 
Il donne de nombreux conseils pour améliorer notre alimentation, nous met en garde contre certains aliments, nous recommande certains modes de cuisson. Il nous conseille sur la façon de conserver notre vitalité et enfin déchiffre les mentions, slogans et autres allégations des producteurs.
 
Avant de conclure, je ne résiste pas au plaisir de vous proposer des extraits de l’avant-propos, qui est un état des lieux de la situation actuelle :
 
« Dans nos sociétés modernes, conserver sa santé physique et mentale apparaît de plus en plus comme un facteur chance. En effet, si environ 10 % des affections dépendent d’éléments génétiques, la majorité des sujets malades le doivent à un mode de vie néfaste. Ainsi, la baisse progressive et insidieuse de la résistance corporelle et mentale, de la vitalité, de la fertilité, de la capacité de réflexion et de concentration, et de l’équilibre hormonal sont le résultat de multiples aberrations. Citons, en premier lieu, la nourriture raffinée. En la consommant, notre organisme ne peut rester en bonne santé. Et pour cause, il reçoit surtout un stock de calories de mauvaise qualité car cette nourriture « améliorée » a perdu presque toutes ses vitamines, ses minéraux, ses fibres et bien d’autres substances bénéfiques. Notre corps a besoin d’aliments riches de ces nutriments pour construire, brique après brique, un rempart contre la maladie. Faute de pouvoir les trouver dans ses propres réserves, créant un processus pernicieux l’obligeant à se « carencer » lui-même chaque jour un peu plus.
 
Voici les autres contrevenants aux lois physiologiques de notre corps :
 
-         la nourriture surcuite, qui a perdu son potentiel de vie (vitamines, minéraux, enzymes…) ;
-         la nourriture industrielle qui contient de nombreux additifs chimiques (colorants, conservateurs, édulcorants, exhausteurs de goûts…) ;
-         l’eau de boisson dite « potable », surminéralisée, suroxydée (chlore) et surchargée en toxiques (pesticides, nitrates…) ;
-         le stress, le tabac, l’alcool, les drogues, l’excès de café ou de thé ;
-         la sédentarité avec une respiration étriquée et une activité musculaire insuffisante qui réduit les éliminations par la transpiration ;
-         le sommeil léger, capricieux et peu réparateur qui ne permet ni d’éliminer la fatigue ni de recharger l’organisme en énergie vitale.
 
Mais les pollutions apportées par l’environnement ne sont pas en reste. Ce sont celles qui encombrent l’air, l’eau et les aliments de millions de molécules qui colmatent les membranes des cellules mais aussi […]
 
Il faut aussi pointer du doigt les médicaments allopathiques ; ces produits de synthèse peuvent déclencher des réactions indésirables. […]
 
Quant aux antibiotiques, ils modifient également le milieu intestinal réduit, c’est-à-dire à l’abri de l’air. »
 
Evidemment, personnellement, cet ouvrage a surtout été pour moi une révision d’un certain nombre de connaissances. Mais c’est UNIQUEMENT, parce que je m’intéresse au sujet depuis de très nombreuses années, que je lis beaucoup d’ouvrages et que je consulte une grande quantité d’études parues sur le sujet.
 
Mais, si vous êtes quelqu’un qui est soucieux de sa santé, sans pour autant être très au fait des dernières études ou si vous voulez améliorer votre santé et arrêter de vous empoisonner, ce livre est fait pour vous. Il peut même vous sauver la vie ou pour le moins vous éviter de nombreux futurs problèmes de santé, si vous suivez ses conseils.
 
 
Vous pouvez retrouver cet ouvrage en cliquant ici

20/02/2013

Le paradis existe, selon le Dr Eben Alexander

Couverture La preuve du Paradis - Guy Trédaniel Editeur.jpg

 

Je viens de lire le livre du Dr Eben Alexander, La Preuve du paradis. Ce livre est n° 1 des meilleures ventes de livres depuis plusieurs mois aux Etats-Unis.

 

Le Dr Alexander, neurochirurgien éminent et dévoué depuis 25 ans à la science, a vécu une EMI (une expérience de mort imminente). Il a été en état de mort cérébrale, suite à une méningite à E.coli.

 

Dans ce livre, avant de raconter son incroyable expérience, le Dr Alexander, commence par nous narrer sa vie pour, en quelque sorte, nous mettre en situation. Il nous parle de son mariage, de son diplôme, de la naissance de ses enfants.

 

Puis, il en arrive au 10 novembre 2008. Là, il nous explique comment est survenue tout d’abord la douleur dans le dos, puis la crise d’épilepsie consécutive à l’attaque cérébrale et son coma.

Il raconte également ce qui se passe à l’extérieur, grâce aux récits de ses proches, comme par exemple, les visites de sa famille, les coups de téléphone, etc.

 

Et, il essaye de mettre en mots ce qu’il a ressenti, « le voyage » qu’il a vécu durant son coma.

 

Pour nous permettre de bien comprendre le contexte, il fait un retour sur son adoption, sur ses parents et sa famille biologique.

 

Il nous explique comment sa sortie du coma, au bout de 7 jours, est vécue par tous comme un miracle. Même les médecins sont incrédules. Toutefois, il n’est pas tiré d’affaires  pour autant, puisqu’à son retour « sur terre », il est victime de paranoïa (la psychose de l’USI).

Mais, très vite tout rentre dans l’ordre.

 

Il décide alors de noter tout ce qu’il a vécu et ressenti durant ce coma. N’ayant jamais cru aux EMI, du fait de son esprit cartésien et scientifique, il va étudier scientifiquement les possibilités que cette expérience soit un fantasme engendré par son corps ou son cerveau (bien que celui-ci ne fonctionnait plus durant l’expérience puisqu’il était en état de mort cérébrale).

 

Finalement, il en arrive à la conclusion suivante : ce qu’il a vécu lui est réellement arrivé. Il a eu beau démonter, une à une, les différentes raisons scientifiques pour expliquer les EMI, il n’en a trouvé aucune lui prouvant que, dans son cas, ce n’était que le fruit de son imagination. Et pour étayer cela, il a d’ailleurs des preuves précises d’informations et d’événements, concernant son passé et sa famille biologique ; éléments dont il n’avait pas connaissance jusqu’à son coma.

 

Suite à cette expérience, le Dr Alexander a décidé  de créer une fondation ETERNEA (eternea.org) destinée aux particuliers, aux personnes ayant vécu un deuil ou atteintes de maladies graves, mais également aux universitaires et chercheurs.

 

Ce livre, très troublant, car écrit par un scientifique, peut donner de l’espoir à de nombreuses personnes et permettre à beaucoup d’autres de se poser des questions sur leur existence. C’est une ouverture vers l’inconnu qui s’adresse à chacun, quelque soit ses croyances, sa religion.

 

En conclusion, pour vous donner envie de le lire, en voici un petit extrait :

 

« Le premier obstacle que la plupart des témoins d’EMI doivent franchir n’est pas de se réhabituer aux limitations du monde matériel – bien qu’il s’agisse certainement d’un défi -, mais de faire comprendre comment l’amour qu’ils ont éprouvé là-haut est réellement ressenti.

 

Au fond de nous, nous ne savons déjà. Tout comme Dorothy dans Le Magicien d’Oz avait toujours la possibilité de rentrer à la maison, nous avons la capacité de retrouver notre connexion avec ce monde idyllique. Nous avons seulement oublié que nous l’avions, car pendant la période physique de notre existence, basée sur notre cerveau, celui-ci bloque, ou voile, l’arrière-plan cosmique, tout comme la lumière du soleil nous empêche de voir les étoiles chaque matin. Imaginez à quel point notre conception de l’univers serait limitée si nous ne voyions jamais le ciel nocturne parsemé d’étoiles.

 

Nous percevons seulement ce que le filtre de notre cerveau laisse passer. Le cerveau –en particulier son hémisphère gauche luinguistique/logique, celui qui génère notre sens de la rationalité et la sensation d’être un soi ou un ego bien défini – est un obstacle à notre connaissance et à notre expérience supérieures.

 

J’ai la conviction que nous traversons maintenant un  moment crucial de notre existence. Nous devons retrouver davantage de cette connaissance plus vaste pendant que nous vivons ici sur terre, et pendant que nos cerveaux (y compris les parties analytiques de l’hémisphère gauche) fonctionnent pleinement. La science – cette science à laquelle j’ai consacré tant de ma vie – n’est pas en contradiction avec ce que j’ai appris là-haut. Mais trop, bien trop de gens pensent que c’est le cas, car certains membres de la communauté scientifique qui sont inféodés à la vision matérialiste du monde ont rejeté encore et encore que science et spiritualité ne peuvent coexister.

 

Ils se trompent. Faire connaître plus largement ce fait ancien, mais absolument essentiel, est la raison pour laquelle j’ai écrit ce livre, et il rend tous les autres aspects de mon histoire – le mystère de ma contamination par la maladie, de la façon dont je me suis retrouvé conscient dans une autre dimension pendant ma semaine de coma, et dont j’ai finalement récupéré si complètement – entièrement secondaires. »

 

Vous pouvez trouver ce livre dans toutes les bonnes librairies, sur internet ou le commander en cliquant directement ici.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique