logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

15/12/2007

Prenez un bain d’harmonie avant de vous endormir

Voici un extrait du livre d'Orison Swett Marden "Les Miracles de l'Amour" :


"Représentez-vous que les mots “Harmonie,” “Amour,” “Bonne volonté envers chacun,” sont écrits en lettres de feu sur les parois de votre chambre.
Répétez-vous les, à haute voix si vous êtes seuls, jusqu’à ce que votre atmosphère mentale corresponde à leur suggestion.

Si nous ne prenons pas un bain d’harmonie avant de nous endormir, nos nerfs resteront tendus toute la nuit, notre cerveau continuant à travailler dans le même ordre de pensées.

Si, par exemple, nous nous couchons anxieux, angoissés, craintifs, déprimés ou jaloux, fâchés ou mélancoliques, nous nous réveillerons fatigués, physiquement et moralement.
Notre cerveau n’aura aucune élasticité, notre esprit ne sera ni actif, ni joyeux.
Le sang, empoisonné par une fausse manière de penser, sera incapable de rafraîchir le cerveau.

Ceux qui ont appris l’art de se mettre en harmonie avec le monde entier, avant de se retirer pour la nuit, en ne conservant aucune pensée irritante, déprimante ou nuisible, non seulement retirent un réel profit de leur sommeil, mais ils conservent leur vigueur et leur jeunesse beaucoup plus longtemps que ceux qui, avant de s’endormir, repassant dans leur esprit toutes les expériences douloureuses qu’ils ont faites dans la journée, ou se préoccupent de leurs soucis et de leurs épreuves. "




N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

26/11/2007

Le don est-il encore concevable de nos jours ?

Hier, j’assistais à une réunion amicale. Les discussions allaient dans tous les sens. A un moment, une mère de famille de deux enfants de 16 et 12 ans a dit une chose qui m’a consternée. Elle racontait ce qu’elle avait fait dans la semaine : n’ayant pas envie d’essuyer la vaisselle (elle mangeait chez sa mère), elle a dit à sa fille de 12 ans de la remplacer et en échange elle lui donnerait 2 euros !
Quelle horreur ! C’est quand même incroyable de devoir payer une jeune fille pour qu’elle aide sa grand-mère dans une tâche ménagère !

J’ai répondu d’emblée que si la jeune fille a besoin d’être payée à chaque fois quelle aide sa grand-mère ou sa mère, c’est malheureux parce que normalement, d’après ce que j’ai appris, moi, le don est gratuit. Si elle le fait pour de l’argent, c’est qu’elle n’est pas sincère et qu’elle n’a pas envie, au fond d’elle, d’aider sa grand-mère. Or, cela paraît normal, naturel de faire certaines choses gratuitement.

De suite, cela m’a fait penser à la chanson de Marie Laforêt : « Cadeau ». Comme je ne sais pas si vous la connaissez, je vous mets ci-dessous les paroles :

Paroles: Marie Laforêt. Musique: H. Howard 1974
Titre original: "No Charge"
© 1974 - Polydor

{Parlé: Marie Laforêt:}
Hier soir, dans la cuisine,
je préparais le dîner, quand mon petit garçon est entré.
Il m'a tendu un morceau de papier griffonné.
J'ai essuyé mes mains sur mon tablier,
et je l'ai lu. Et voici ce qu'il disait :

{Parlé: L'enfant:}
Pour avoir fait mon lit toute la semaine 3 francs
Pour avoir été aux commissions 1 franc
Pour avoir surveillé le bébé pendant que toi tu allais aux commissions 1 franc 25
Pour avoir descendu la corbeille à papiers 75 centimes
Pour avoir remonté la corbeille à papiers 1 franc et 10 centimes
Pour avoir arrosé les fleurs sur le balcon 25 centimes
Total 9 francs et 85 centimes.

{Parlé: Marie Laforêt:}
Je l'ai regardé, il se tortillait en mâchant son crayon
et une foule de souvenirs sont revenus à ma mémoire.
Alors j'ai repris son crayon, j'ai retourné la feuille et voilà ce que j'ai écrit :

{Chanté: Marie Laforêt:}
Pour neuf mois de patience et douze heures de souffrance
CADEAU
Pour tant de nuits de veille, surveillant ton sommeil
CADEAU
Pour les tours de manège, les jouets, le collège
CADEAU
Et quand on fait le tour, le total de mon amour,
C'est CADEAU

{Parlé: Marie Laforêt:}
Quand il a eu fini de lire, il avait un gros chagrin dans les yeux.
Il a levé la tête et a dit :

"M'Man, je t'aime très beaucoup"

Il a repris son papier, l'a retourné, et en grosses, grosses lettres,
a marqué :

"CADEAU"

{Chanté: Marie Laforêt:}
Et quand on fait le tour, le total de l'amour,
C'est CADEAU, C'est CADEAU


Dorénavant, si vous vous trouvez dans la situation où un de vos enfants, par exemple, vous demande de l’argent pour ranger sa chambre, faire la vaisselle, mettre la table, etc., n’hésitez pas à lui donner les paroles de la chanson et à lui dire, pour te faire à manger, tu me dois autant, pour un bisou, c’est autant, pour le linge repassé, c’est autant, etc.

Vous verrez sa réaction et si votre enfant est intelligent, il comprendra que donner peut être bien plus gratifiant, bien plus lucratif que l’argent. C’est tout simplement un acte d’amour. Et- l’amour, cela ne se monnaye pas !
Enfin, ce qui me rassure, c’est que la fille de cette maman « indigne » est très intelligente et je suis certaine qu’elle ne prendra pas pour argent comptant les propos de sa mère…
C’est rassurant… car cela prouve que le don de soi est encore possible. Espérons que cela perdure encore longtemps.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

09/11/2007

Magie de l’amour

Voici un extrait du livre d'Orison Swett Marden "Comment développer une attitude victorieuse" :


"Dans la remarquable comédie intitulée : Le Passage, au troisième étage sur le derrière, nous avons une illustration frappante de la force silencieuse et subtile de l’amour.
Ceux qui ont lu ou vu jouer cette pièce se souviendront comment, en réponse à un avis inséré dans un journal de Londres : “Chambre à louer au troisième étage, sur le derrière,” un homme remarquable, qui fut surnommé “L’Étranger”, se présenta.

Il loua cette chambre, et se trouva dans une pension bourgeoise remplie de personnes de moralité douteuse, petits voleurs, joueurs, gens ayant mené la vie à grandes guides, toutes sortes d’hommes et femmes envieux et haineux. Ils se livraient à toutes espèces de besognes peu recommandables. Une des femmes volait même des chandelles.

Chacun essayait de tromper les autres et était trompé en retour. La maîtresse de pension était du même type que ses locataires. Elle les pillait, et eux la pillaient aussi. Elle mettait de l’eau dans le lait et frelatait la nourriture. Puis, pour empêcher qu’on ne la volât, elle mettait tout sous clef.

La simple présence de l’Étranger sembla condamner les pratiques des pensionnaires et de l’hôtesse. Ils commencèrent par se moquer de lui et le tournèrent en dérision. Mais il n’y prit pas garde. Au contraire, il leur rendit bienveillance pour malveillance, amour pour haine, et un aimable sourire fut la seule réponse à leurs remarques sarcastiques et à leurs insinuations malveillantes.

Graduellement, à mesure qu’il les connut mieux, il commença à leur parler d’eux-mêmes, à faire ressortir leurs bonnes qualités, à leur montrer quelles capacités ils possédaient pour certains travaux, et les belles choses qu’ils pourraient accomplir.

À l’un des jeunes gens, qui s’était égayé à ses dépens, il dit qu’il possédait un beau tempérament artistique, et qu’il y avait en lui l’étoffe d’un grand artiste. À un autre, il révéla des facultés musicales, et ainsi de suite avec chacun des membres du groupe discordant, jusqu’à ce que, finalement, chacun fut sous le charme de son amour et de sa bonté.

La petite servante à tout faire, à laquelle on reprochait constamment d’avoir été en prison, qu’on surchargeait d’ouvrage, tout en lui déclarant qu’elle ne serait jamais bonne à rien, devint, sous l’influence de l’Étranger, une jeune personne honorable, se respectant elle-même. La maîtresse de pension, qui jusqu’alors avait traité cette jeune fille comme une esclave, commença à la favoriser et à lui accorder des moments de sortie et de distraction pendant qu’elle-même faisait l’ouvrage.

Un mari et sa femme, qui vivaient comme chien et chat, virent l’harmonie rétablie dans leur ménage. Tous les pensionnaires, même ceux qui avaient été les plus brutaux et les plus égoïstes changèrent graduellement, et devinrent attentifs, prévenants et bienveillants les uns envers les autres. Toute l’atmosphère de la maison fut changée.

L’Étranger, en aidant chaque homme et chaque femme à reconnaître l’être divin qui se trouve en lui, les avait véritablement transformés."




N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

22/10/2007

Quelques citations sur l'optimisme...

Voici quelques citations tirées du livre de Paul Wilson, "Le Petit Livre de l'optimisme" :


"Doublez le plaisir :

Faire le bien présente deux avantages. Avant tout, l'altruisme est sa propre récompense : si vous êtes bon, vous serez empli d'espoir et d'optimisme ! Par ailleurs, le souvenir d'actes désintéressés, fruits de l'amour et de la générosité, est le plus doux qui soit !


Amusez-vous :

La meilleure façon d'insuffler l'espoir et l'harmonie dans votre vie est de la vivre à fond. Vous ferez ainsi du monde un lieu plus agréable à vivre. Et pour vous, et pour autrui. La joie est aussi contagieuse que l'optimisme...


Chemins de traverse :

Sans nul doute, il est frustrant de se trouver face à un mur et de ne pouvoir poursuivre son chemin. Pourtant, c'est toujours dans de telles circonstances que surgit l'inattendu. Profitez des détours obligés. Souvent, ils donnent une direction nouvelle à nos vies.


Pas de défaitisme :

Si un jour vous vous sentez victime des évènements, rappelez-vous : il vous suffit d'agir. Recherchez les circonstances favorables ; au besoin, fabriquez-les ! Vous verrez chaque chose reprendre sa place."



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

15/10/2007

Qu’attendez-vous de la vie ?

Généralement, on attend beaucoup de la vie : amour, bonheur, joie, richesse, maison, réussite professionnelle…
Quelquefois, elle vous apporte tout cela, sans que vous fassiez le moindre effort ou, au contraire, après un travail acharné, accompagné de multiples sacrifices…

Toutefois, dans la majorité des cas, la vie, si elle est généreuse, ne vous apportera qu’un ou deux éléments : richesse et réussite, amour et bonheur… Il est rare que tout soit cumulé.
Un dernier cas de figure peut se présenter également : il peut arriver que la vie ne vous apporte rien de tout cela. Vous n’avez pas rencontré le grand amour, vous êtes sans travail, vous n’avez pas d’argent, etc. Une vie bien misérable. Mais est-ce pour autant que vous devez vous laisser aller, sombrer dans la déprime, perdre confiance en vous, vous détacher du monde ?

Certes, il est vrai que, si vous subissez une telle situation, votre réaction première est l’abandon, l’abdication, l’envie de ne plus vous battre. Peut-on vous blâmer, vous moquer, vous traiter de « je m’enfoutiste », voire de fainéant ?
Non, je ne pense pas. Mais peut-être avez-vous eu, jusqu’à présent le mauvais état d’esprit, celui de vous dire que vous devez attendre quelque chose de la vie ? A chaque fois que vous vous levez le matin, peut-être vous dites-vous ce genre de choses : « pourquoi les autres ont droit à çà et pas moi ? moi aussi je veux un travail, une maison… »
Peut-être également êtes-vous trop exigeant : vous espérez tellement de la vie que vous devenez d’éternels insatisfaits. Ainsi, vous passez inévitablement à côté de petits moments de bonheur, tellement vous êtes aveuglé par votre envie de tout avoir.

En changeant tout simplement de façon de penser, vous finirez par être plus heureux, vous aurez plus confiance en vous, vous aurez l’attitude d’un gagnant, d’un battant.
Oui, mais, quel est le secret pour modifier votre personnalité à ce point ?
C’est tout simple et cela tient en une seule phrase :
L’important n’est pas ce que vous attendez de la vie mais ce que vous apportez à la vie.
Méditez bien cette formule et vous verrez qu’elle peut totalement vous transformer.

Ne prenez plus la fâcheuse habitude de tout attendre de la vie, allez chercher, faites quelque chose pour obtenir ce que vous désirez. Ne soyez plus attentiste, bougez-vous, allez de l’avant, donnez-vous les moyens d’avoir ce dont vous rêvez.
C’est à vous d’apporter des choses à la vie, à votre vie. Croyez-vous que ceux qui sont heureux, qui réussissent, restent chez eux à se lamenter sur leur triste sort ? Je ne pense pas. Evidemment, pour certains, il faudra faire de très gros efforts pour atteindre leurs objectifs, peut-être même qu’ils n’en atteindront qu’une partie. Mais, l’essentiel, c’est qu’ils aient changé d’état d’esprit, qu’ils aient surtout retrouvé confiance en eux, qu’ils aient compris que c’est à eux de se démener pour s’en sortir.
D’ailleurs, leur nouvelle façon de penser ne pourra que leur être profitable, sur tous les plans, aussi bien professionnels que personnels. L’attitude d’un gagnant, l’optimisme, le désir de remplir sa vie, de l’accomplir ne peuvent que vous attirer de bonnes choses.

Alors, prenez-vous en mains ! N’attendez pas que la vie vous donne des choses, apportez-lui des choses. Car, en définitive, c’est de VOTRE vie dont on parle. Ainsi, plus vous ferez de choses pour améliorer votre vie, plus elle sera comblée, plus vous serez comblé.

Comme l’a si bien dit John Fitzgerald Kennedy dans son discours inaugural du 20 janvier 1961 : « Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous. Demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays ».
Je terminerais donc en le paraphrasant : « Ne vous demandez pas ce que la vie peut faire pour vous. Demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre vie. ».



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique