logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

05/10/2015

Mieux vivre avec ses enfants grâce au Rhino orange

 

crier moins.jpg

Faites-vous partie de ces parents surmenés qui crient constamment après leurs enfants, qui pensent avoir mis au monde des "monstres", bref qui ne supportent plus la moindre bêtise de leurs chères têtes blondes ?

 

Si c'est votre cas, rassurez-vous, vous n'êtes pas les seuls. De nombreux parents sont dans cette situation et c'était le cas également de Sheila Mc Craith avant qu'elle mette au point sa méthode du Rhino orange.

Dans son livre Parents-enfants Crier moins, s'aimer mieux paru chez Mango, elle vous aide à vous en sortir.

 

L'auteur, Sheila Mc Craith est une mère de 4 enfants qui a décidé de se lancer le défi de ne plus crier après eux pendant 365 jours. 

Elle a créé une échelle de cri qui va du niveau zéro acceptable, la voix de tous les jours, au niveau 7 pas cool du tout, le cri de rage.

 

Le livre est structuré en 30 sections quotidiennes pour les 30 jours du défi, et divisé en 10 chapitres.

1) Amorcer le changement

2) Prendre conscience

3) Gérer les situations de crises

4) Se préparer à relever le défi

5) Commencer à crier moins et à s'aimer mieux

6) Rester calme quand les choses tournent mal

7) Trouver du réconfort dans les moments de colère

8) Rester déterminé quand on veut tout abandonner

9) Les jours d'après

10) Rappel des points clés

 

Le livre est à lire et à appliquer jour après jour. Il ne s'agit pas de blabla ni de théories fumeuses, mais de ce que l'auteur a ressenti, éprouvé durant telle ou telle situation et des enseignements qu'elle en a tirés. A chaque nouvelle journée, vous trouvez une anecdote, les conseils du jour, une citation, des "devoirs" (actions) à faire.

Avec ce guide, vous êtes réellement "pris en main" pendant un mois.

 

En voici un extrait (lors du jour 12) :

"J'ai réalisé à ce moment-là que je criais souvent quand mes enfants profitaient simplement de la vie (et d'une manière appropriée, d'ailleurs) et que chaque fois que je hurlais dans de telles situations, j'emportais avec mes cris leur amour pour la vie, leur joie et leurs sourires.

Cette prise de conscience m'a frappée en plein coeur.

Crier n'était pas la seule chose qu'il fallait arrêter. Je devais arrêter de penser que la journée pouvait durer vingt-cinq heure et que je pouvais faire tout ce que je voulais faire. J'avais besoin -non, envie- de commencer à embrasser la vie comme les garçons au lieu de me gâcher la vie à vouloir trop en faire.

Ce jour-là, j'ai ajouté "penser que je peux tout faire " à la liste des éléments déclencheurs.

Bien que j'ai pris conscience qu'il n'y aura jamais vingt-cinq heures dans une journée, que je ne peux pas tout faire, que je ne peux pas faire tout pour tout le monde tout le temps, je ne peux pas dire que je l'ai complètement accepté. Parce que, pendant que je m'applique à en faire moins et à comprendre qu'aimer ses enfants, ses amis et sa famille ne signifie pas tout faire pour eux, je me surprends parfois à remplir mon panier à ras bord en pensant que j'y arriverai comme par magie.

Mais c'est impossible.

Je dois reconnaître pleinement que c'est impossible si je veux que cet élément déclencheur disparaisse. Car, une fois cela intégré, j'arrêterai d'encombrer mes journées de stress inutile. Je veux que mes jours soient remplis de beaux moments avec mes enfants."

 

Une fois le livre terminé, il faut continuer sur sa lancée. Pour cela, le chapitre 10 avec son rappel des points clés est très utile, et notamment le tableau des éléments déclencheurs et leurs solutions adaptées qui est super pratique.

 

Au départ, la promesse de ce livre de redevenir zen avec ses enfants en 1 mois m'avait laissée plutôt dubitative. Mais j'ai été bluffée par ce guide pratico-pratique. Il contient de nombreuses solutions "toutes bêtes", simples (et efficaces), mais auxquelles il fallait penser ! Il permet de prendre du recul par rapport aux situations critiques et il tient vraiment ses promesses.

 

Vous pouvez retrouver le livre en cliquant ici

08/09/2015

En colère !

511P+tG6NNL._SX365_BO1,204,203,200_.jpg

 

Je vous propose un extrait du livre Transformez votre colère en énergie positive et un exemple de comportement chez les Peuls, tiré également de ce livre : 

 

"La colère a mauvaise presse. Au sein de la palette des émotions, elle est la plus ambiguë et la plus complexe. Marquées dans de nombreuses cultures, organisations et familles du sceau de l’interdit, les colères de la nature et des dieux furent longtemps redoutées dans l’Histoire, interprétées comme le châtiment des égarements humains.

 

De nos jours, la colère est associée à la tyrannie ou à la folie. Dans notre société, celui qui exprime avec force sa colère se voit accusé de perdre le contrôle de soi. En famille, lorsque les enfants manifestent de la colère, les parents évoquent la fatigue, comme si celle-ci était socialement plus acceptable que la rage.

 

Vous avez sûrement éprouvé des épisodes coléreux qui se sont retournés contre vous : vous avez alors été raillé ou rejeté par les autres. Peut-être avez-vous souffert de n’avoir su extérioriser cette colère qui vous ronge de l’intérieur. À l’inverse, certaines de vos colères ont été bénéfiques : vous avez obtenu les changements escomptés.

 

La colère peut être qualifiée de saine, de moyen de décompression, mais aussi de folie. C’est une façon de se faire obéir, et de désobéir.

La colère remplace parfois d’autres émotions « interdites » ou insupportables telles que tristesse et peur ; elle s’efface sous des émotions plus acceptables comme la fatigue ou la joie.

 

Imaginons ce que serait le monde sans la colère. De nombreux maux disparaîtraient sûrement : il n’y aurait plus d’agressivité, plus de crimes, plus de trafic d’armes, plus de guerre. Mais il y aurait moins d’art, d’ingéniosité, d’envie, de vie, d’émotions, etc. En d’autres termes la colère est une forme de lien social.

 

Notre conviction est que si la colère existe, c’est qu’elle doit être utile, même si certaines de ses manifestations sont néfastes. C’est une émotion qui donne de l’énergie pour changer et faire changer. Sans la colère et toutes ses manifestations, nous n’aurions ni découvertes scientifiques, ni progrès sociaux, ni histoire. Les organisations, les familles et les couples sans colère sont stagnants et stériles. La bonne entente à tout prix se transforme en prison dorée et en déroute annoncée – mais la colère perpétuelle et injustifiée est invivable aussi.

 

Le contrôle de soi chez les Peuls

La colère inhibée peut être aussi une affaire de culture quand ce contrôle de la colère est vu comme « sain » en termes de réaction en face d’un conflit potentiel. Le contrôle de la colère comme de leurs autres émotions, est envisagé par les Peuls comme honorable et conforme aux règles sociales en vigueur. Cette colère contrôlée va bien sûr déclencher des frustrations, cependant elle va aussi renforcer le lien social entre les membres de la communauté. Par ailleurs, la colère inhibée peut aussi présenter un rôle de protection pour la personne en cas de danger, d’autant plus grand si la colère se manifestait."

 

Vous pouvez retrouver ce livre en entier, en cliquant ici

20/08/2015

Mon jardin devient bio : comment passer d'un jardinage conventionnel à un jardinage biologique ?

 

jardin, bio, jardinage

 

 

Le temps passe tellement vite que je viens seulement de m'apercevoir que j'avais oublié de vous parler de mon dernier livre, Mon jardin devient bio : comment passer d'un jardinage conventionnel à un jardinage biologique ? 

17 millions de Français jardinent pendant leur temps libre et 10 millions de Français ont un potager. 

Et parmi ces Français, bien peu jardinent bio. (4,5 millions de tonnes de pesticides ont été utilisés par les jardiniers amateurs en 2012 !) 

Pourtant, de nombreuses personnes ont envie de jardiner de manière biologique, de transformer leur jardin traditionnel en jardin bio, mais elles ne savent pas comment faire. 

Ce n’est pas toujours évident après avoir utilisé des produits chimiques pendant des années, de savoir s’en passer. Certains, pleins de bonnes volontés, essaient mais leurs résultats ne sont pas toujours au rendez-vous, ils ne comprennent pas pourquoi et ils se découragent rapidement et reprennent vite leurs vieilles habitudes. 

C'est pourquoi j'ai décidé d'écrire ce livre.

Je vous montre comment transformer votre jardin en jardin biologique. 

Car, il ne suffit pas de décréter que vous allez éliminer les engrais ou les pesticides chimiques. Vous devez complètement repenser votre façon de jardiner. 

Avec ce livre, vous serez accompagné pas-à-pas. 
Vous apprendrez : 
- à jardiner naturellement, sans pesticides ni produits chimiques, 
- à soigner votre sol, 
- à découvrir les nombreux "amis" qui sont là pour vous aider, 
- à favoriser leur venue et à les chouchouter, 
- à faire moins d'efforts et à réfléchir plus, 
- à faire des associations et des mélanges, 
- à privilégier la prévention, 
- à intervenir à bon escient. 
Vous apprendrez également de nombreux gestes écolos et bien d'autres choses encore.... 


Pour convenir à tous, il est disponible sous 3 formats :


- format numérique pour liseuse, tablette et PC

 

- format papier 

format PDF 



Bonne lecture !

12/03/2015

La réalité de l'au-delà

paradis.jpg

 

 

Après La Preuve du Paradis, puis L’évidence de l’après-vie, voici le dernier livre du Dr Eben Alexander La Carte du Paradis, paru chez Guy Trédaniel éditeur.

 

Pour ceux qui ne connaissent pas le Dr Alexander, je rappelle qu’il s’agit d’un neurochirurgien qui a vécu une Expérience de Mort Imminente, à la suite d’un coma provoqué par une méningite foudroyante.

 

Dans ce dernier opus, il nous que la vision de l’après-vie est la même pour tous, que ce soit celles des philosophes, des scientifiques, des responsables religieux, des peuples premiers, d’anonymes et bien sûr de la sienne. Les descriptions faites par les personnes ayant vécu une NDE au travers des âges et des continents sont très ressemblantes.

 

Les données qu’il a compilées, durant sa quête sont énormes. Son exploration scientifique est très large. Il remonte au temps des alchimistes, et va jusqu’aux récentes découvertes en physique quantique. Il parcourt également la philosophie, les écrits religieux (hindouisme, bouddhisme, christianisme, soufisme), le langage, la sagesse des anciens, les innombrables témoignages d’expériences, tous ces informations prouvant l’existence d’un au-delà.

 

 

Le livre est émaillé de citation d’auteurs, mais surtout de quantités de lettres de témoignages de personnes ayant vécu une EMI.

 

Cet ouvrage nous renforce dans la conviction que la réponse réside en nous. Chacun, avec l’aide par exemple de la méditation, doit aller explorer sa propre conscience et approfondir sa relation au monde spirituel.

 

Voici, pour terminer, un petit extrait :

 

« Je trouve intéressant de constater, comme pour ces scientifiques, que si nous regardons la vie et les enseignements de la plupart des grands maîtres spirituels, la connaissance et la foi ne sont jamais très éloignées. Il se trouve que la foi est bien plus liée à la preuve qu’on ne le croit souvent. L’Epître aux Hébreux, dans la formulation la plus simple et la plus signifiante de la foi de toute la littérature, dit qu’elle est « l’assurance des choses qu’on espère, la conviction de celles qu’on ne voit pas. »

 

Assurance, conviction. Ces mots ont une curieuse résonance scientifique. Le fait est que la science et la foi, les deux façons de connaître le monde qui ont défini notre culture, sont bien plus liées que nous le pensons. Le concept de la « foi » qui serait d’un côté et celui de la « science » qui serait de l’autre est un fantasme. La connaissance humaine ne chemine pas selon des lignes aussi nettes et distinctes, quoi qu’en disent les personnes à l’esprit net et distinct. « Pour connaître, vous devez d’abord croire », a écrit saint Anselme de Canterbury au XIe siècle. Il faisait écho à saint Augustin qui, près d’un millénaire plus tôt, a déclaré : « Crois afin de comprendre ». Sans une foi initiale dans le fait qu’il existe un ordre du monde que nous pouvons connaître, la science ne peut découvrir la moindre chose sur la vraie nature de l’Univers. »

 

Retrouvez le livre en entier ici

10/03/2015

Redécouvrez le chou !

couvChou.jpg

 
Redécouvrez le chou. Laissez-vous séduire par le chou et faites-en votre allié-santé !
 
Dans son nouveau livre, Redécouvrez le chou : 32 recettes, 10 variétés, Katy Gawelik vous montre que le chou est un incontournable de la cuisine-santé, de la cuisine saine mais aussi gourmande !
 
Après un exposé de tous les bienfaits du chou (un aliment anti-cancer), vous découvrirez qu’il peut se manger de multiples façons.
 
32 recettes vous sont proposées, des plus simples aux plus élaborées, des plus classiques aux plus originales.
 
Dans ces recettes, vous rencontrerez 10 variétés de chou comme le chou frisé, le chou kale, le chou rouge, le chou-fleur, le brocoli, le chou palmier…
 
Vous irez de découvertes en découvertes… L’univers du chou est incroyablement riche, en texture et en saveurs !
 
Vous apprendrez à bien cuisiner le chou grâce aux astuces que Katy vous donne pour réussir les recettes à coup sûr.
 
L’auteur a poussé sa créativité culinaire à son paroxysme. Après avoir dévoré les recettes proposées, vous ne verrez plus le chou de la même façon. Vous vous précipiterez pour en acheter et en faire un ingrédient majeur de vos menus.
 
Après « Comment bien débuter en Cuisine Végétarienne ? », « Pains, viennoiseries et petits-déjeuners gourmands - 100 % fait-maison avec des produits sains et naturels » et « Ch'ti Végé - Recettes Ch'tis pour végétariens », ce quatrième volume de la collection Les Gourmandes Astucieuses, vous prouve, une fois de plus, que la cuisine végétarienne est gourmande et réjouissante !
 
Ce livre est disponible sur Amazon, en cliquant ici
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique