logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

19/09/2007

Votre conjoint est jaloux... fuyez !

Aimer, c’est la plus belle chose qui puisse nous arriver. Cela redonne, pour beaucoup, le goût de vivre, de construire quelque chose, de se démener pour améliorer sa vie.
Mais l’amour peut parfois conduire à la destruction, à l’anéantissement et se transformer en cauchemar quand cet amour, disons plutôt ce soi-disant amour, s’accompagne d’une jalousie maladive.

Dans la tradition populaire, il paraît tout à fait admis que l’amour se conjugue avec jalousie. Certes, il semble normal que l’on éprouve une petite jalousie quand on voit la personne que l’on aime se faire draguer par quelqu’un. C’est humain de réagir de cette façon.

Mais, à partir du moment où la jalousie « normale » et limitée se transforme en une jalousie maladive, obsédante, obsessionnelle, la vie devient insupportable, invivable, infernale.
Peut-être avez-vous entendu parler ou vivez-vous des situations dans lesquelles des hommes ou des femmes fouillent dans les affaires de leur conjoint pour savoir s’il n’est pas allé voir ailleurs, le surveillent constamment en lui téléphonant sans arrêt, en le suivant sans qu’il s’en aperçoive. Après, s’y ajoutent les crises de jalousie pour un oui ou pour un non : pour avoir regardé une jolie femme passer, pour avoir adressé la parole à un collègue, pour être sortie entre copines, pour simplement avoir regardé à la télévision des publicités où l’on voit une femme dévêtue (ne riez pas, c’est une situation qu’a vécue quelqu’un que je connais), pour vous être maquillée, pour avoir été chez le coiffeur, pour avoir mis un décolleté un peu trop plongeant à son goût, etc.

Au début, quand le couple vient de se rencontrer tout paraît rose. Bien souvent, si vous êtes victime d’un conjoint jaloux, vous vous sentez plutôt flatté et vous vous dites : « c’est bien qu’il soit jaloux parce que cela prouve qu’il m’aime ». Mais, c’est une grave erreur de penser de cette façon car, inévitablement, vous faites le jeu de votre partenaire qui continuera à vous reprocher des choses extravagantes (un simple regard, une simple parole, un rouge à lèvre, une jupe plus courte…). Et s’il est atteint de jalousie maladive, il vous fera vivre un véritable enfer.

D’ailleurs, au départ, vous essaierez de vous expliquer, de lui dire qu’il peut avoir confiance en vous, que vous l’aimez, que vous n’allez jamais le tromper. Mais comme sa jalousie est obsessionnelle, il ne vous écoutera pas et continuera à douter de vous. Et, finalement, votre compréhension du départ se transformera progressivement en peur, puis en anxiété, en stress et en dépression. En effet, pour éviter de déclencher une crise de jalousie, vous finirez par vous renfermer sur vous-même, par ne plus prendre soin de vous, pas ne plus sortir, par rester enfermé chez vous, par ne plus côtoyer personne, par même quitter votre travail. Ainsi, vous pensez que ces « sacrifices » feront cesser les crises de jalousie.

Et bien, vous avez tort ! Non seulement, votre conjoint aura gagné puisqu’il vous aura fait admettre que votre comportement (tout à fait normal pour des gens censés) était bien mauvais et subversif, mais en plus, les crises de jalousie ne s’arrêteront jamais : il trouvera toujours un prétexte pour les renouveler. Certes, elles seront plus espacées car les occasions seront moins nombreuses mais il finira toujours par trouver quelque chose à vous reprocher.

C’est tellement ancré en lui, il manque tellement de confiance en lui, dans sa capacité à aimer correctement les gens qu’il détruit tout. Il semble ne pas se sentir suffisamment à la hauteur vis-à-vis de son conjoint car il craint sans cesse que celui-ci se tourne vers quelqu’un d’autre qui sera mieux que lui. Il éprouve un fort sentiment d’insécurité, de peur de perdre son partenaire. Il ne peut aimer d’un amour sain et naturel. Il considère son partenaire comme sa chose. Il annihile sa liberté. Il confond amour et possession. Il est d’une nature égoïste, il ne fait pas de place à l’autre dans sa vie. Il croit qu’il aime mais il le fait mal. Il gâche tout par son manque de compréhension de ce qu’est la vie, l’amour.

En fait, l’Amour, c’est le partage, c’est laisser son partenaire libre de ses mouvements, c’est vouloir son bien, c’est être attentionné mais pas étouffant.
Si votre partenaire est atteint de ce mal destructeur, fuyez ou essayez de le faire se soigner. Si vous-même, vous êtes un jaloux maladif, soignez-vous, faites un travail sur vous, allez voir des thérapeutes pour retrouver confiance en vous.
A partir de là, vous serez armé pour aimer véritablement et vous ferez le bonheur de votre partenaire.

Pour finir, voici deux citations à méditer : « L’amour fait naître la jalousie, mais la jalousie fait mourir l’amour », Christine de Suède ; et « La jalousie engendre le Mal… la jalousie c’est le Mal ! », Agatha Christie.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

15/06/2007

Restez généreux malgré tout

Venir en aide à quelqu’un, c’est louable, c’est généreux. C’est faire preuve d’un altruisme qui ne peut qu’être approuvé.
D’ailleurs, on dit toujours que quand on donne, il ne faut rien attendre en retour. Si vous donnez, c’est parce que cela vous fait plaisir. C’est vrai. L’idée de « donnant-donnant » ne doit pas vous guider.

Toutefois, dans certains cas, il arrive que la personne que vous avez aidée, que ce soit matériellement ou non, vous déçoit au final. Elle vous trahie, elle vous rejette, elle vous calomnie auprès de vos voisins, de vos proches, elle ne veut plus entendre parler de vous… Dans ce cas, vous ne pouvez qu’être déçu d’être venu en aide à cette personne. Vous vous rendez compte très vite que si elle vous traite de cette façon, c’est qu’elle a trouvé quelqu’un d’autre à « exploiter ».

N’avez-vous jamais entendu ce proverbe : « Fais du bien à un baudet, tu as des crottes après » ? C’est ce que vous pensez certainement quand une telle situation vous arrive. Vous vous dites que l’on ne vous y reprendra plus, que c’est fini : vous n’aiderez plus jamais personne.
Sur le moment, c’est une réaction tout à fait normale face à la déception que vous ressentez au plus profond de vous-même.
Mais, sachez qu’il existe, malheureusement, dans ce bas monde des personnes qui passent leur temps à profiter des autres. Faisant montre d’une hypocrisie bien calculée, elles ont l’art de vous « caresser dans le sens du poil », de vous flatter à tout bout de champs, dans le seul but de vous soutirer de l’argent, d’obtenir quelque chose de vous. Beaucoup de personnes sont spécialistes en la matière. Ce sont ce que l’on peut appeler des parasites.

Certes, vous le savez parfaitement, vous vous croyez à l’abri estimant que l’on ne pourra pas vous y prendre, que vous savez à coup sûr repérer les hypocrites. Mais, parfois, ces parasites sont tellement habiles qu’il vous faut un certain temps avant de les démasquer. Et, c’est précisément quand vous repérez au final leurs vraies intentions que votre déception est immense.

Et, cette déception concerne moins le fait que vous ayez aidé cette personne : ce qui est fait est fait et sur le moment, cela vous paraissait juste et légitime. Non, ce qui vous déçoit le plus, c’est la trahison, c’est d’avoir été dupé, c’est de vous être investi pour quelqu’un qui ne vous côtoyait que pour vous soutirer de l’argent.
Dans ce cas-là, il pourrait paraître normal que vous vouliez arrêter d’aider les gens. Mais est-ce vraiment le bon réflexe à avoir ?
Certainement pas ! Vous devez vous dire que, dorénavant, vous essaierez de faire attention, de mieux cerner les gens qui vous fréquentent. A la rigueur, vous pouvez vous dire que, maintenant, vous vivrez pour vous et non pour les autres. Et çà, ce n’est pas de l’égoïsme mais c’est une façon d’être vigilant, de vous protéger des parasites. Vous devez apprendre à ne plus aider les gens à l’aveugle : votre générosité doit être davantage réfléchie. A partir de là, les déceptions seront moins nombreuses.

En tout cas, vous ne devez absolument pas vous interdire de venir en aide à ceux qui en ont besoin. La bonté, l’altruisme sont des qualités essentielles et nobles. Le don de soi vous grandit et vous construit. Aujourd’hui, vous serez déçu par une personne, mais demain, peut-être que, grâce à vous, une vie sera sauvée !



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique