logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

07/05/2011

Comment faire de vos enfants des adultes heureux ?

Les enfants d’aujourd’hui feront les adultes de demain !

 

L’enfance est déterminante. Si l’enfant subi un traumatisme, est malheureux, est négligé, est livré à lui-même… il fera un adulte malheureux et à problèmes. Certes, les résilients vous diront que les chocs qu’ils ont subis durant leur enfance les ont renforcés. Grâce à eux, ils sont devenus des adultes plus forts et moins vulnérables.

 

Mais, n’est-il pas préférable de bien démarrer dans la vie pour devenir un adulte heureux ?

Voici quelques conseils pour faire de vos enfants des adultes heureux :

 

1 – Aimez vos enfants

 

Cela paraît évident, mais ce n’est pas toujours le cas dans toutes les familles. Un enfant qui ne se sent pas aimé est forcément malheureux et manque inévitablement d’estime de lui. Mal-aimé, il pense qu’il ne vaut rien. Cela rejaillira sur sa vie future.

 

2 – Dîtes à vos enfants que vous les aimez

 

Ce n’est pas toujours évident. Mais, faites un effort. C’est toujours bon d’entendre les mots « je t’aime ». Vous aussi, vous aimez quand votre partenaire vous le dit ! Attention, soyez sincère, ne lancez pas vos « je t’aime » constamment, ils n’auraient plus de sens…

 

3 – Dialoguez avec vos enfants

 

C’est la meilleure façon de les connaître et de les comprendre. A l’adolescence, l’incompréhension est monnaie courante. Dans ces moments difficiles, n’interrompez jamais le dialogue. Faites ressentir à vos enfants que vous êtes toujours là…

Souvent, les plus gros conflits peuvent se régler en dialoguant uniquement.

 

4 – Structurez-les

 

Si vos enfants ont eu les bonnes bases, ils pourront grandir sereinement et pleins de force. Ils pourront affronter la vie sans difficultés. Attention, prenez soin de tenir compte de leurs envies et de leurs désirs. Ils ont leur propre caractère. Accompagnez-les et montrez-leur le chemin, le leur, pas le vôtre…

 

5 – Ne les faites pas grandir trop vite

 

Laissez-leur leur part d’innocence. Ne les considérez pas comme des adultes trop tôt. L’enfance est un moment merveilleux où l’on s’émerveille de tout, où tout nous semble possible, où l’on vit pleinement le moment présent. Ne gâchez pas leur part d’innocence en leur imposant de trop lourdes responsabilités trop tôt.

 

6 – Occupez-vous d’eux

 

Eh oui ! Combien de fois j’ai vu des enfants jouer seuls dans le sable ou dans leur chambre. Certes, vous avez du travail, vous manquez peut-être du temps mais s’occuper de ses enfants est un acte d’amour très fort. Exercez des activités avec eux au lieu de les laisser devant la télé ou l’ordinateur. D’abord, cela vous permettra de mieux les connaître, d’en profiter au maximum, de les aimer et cela vous aidera, vous, à retrouver votre âme d’enfant…

 

7 – Choyez-les

 

Câlinez vos enfants. Ils seront proches de vous. Mais attention, ne les câlinez pas uniquement après les avoir disputés parce qu’ils ont fait une bêtise, ce qui arrive malheureusement souvent.

 

8 – Soyez heureux vous-même

 

C’est le point le plus important ! Si vous-même, vous n’êtes pas heureux, vos enfants ne le seront pas.

Vivre dans une ambiance triste, morne, délétère où les disputes fusent à longueur de journée, où vous rentrez de votre travail fatigué, où vous êtes stressé à longueur de temps, où vous êtes déprimé, etc. ne peut que toucher vos enfants.

Ils vous imiteront : ils seront malheureux, déprimés. Ils feront des bêtises pour attirer votre attention. Ils vous en voudront de votre négligence.

 

Alors, soyez heureux pour que vos enfants le soient également !

Dans le livre, « Vous avez tout pour être heureux. Le livre pour améliorer votre vie », éd. Maxima, Katy Gawelik vous donne des conseils et vous propose des exercices pour vous reprendre en main et être, enfin, heureux. Si vous ne le faites pas pour vous, faîtes-le pour vos enfants !

Rappelez-vous, les enfants d’aujourd’hui feront les adultes de demain !

29/10/2007

Ceux que l'on met au monde

Voici une chanson de Lynda Lemay, "Ceux que l'on met au monde" :


Ceux que l'on met au monde ne nous appartiennent pas
c'est ce que l'on nous montre et c'est ce que l'on croit
ils ont une vie à vivre on n'peut pas dessiner
les chemins qu'ils vont suivre ils devront décider
c'est une belle histoire que cette indépendance
une fois passés les boires et la petite enfance
qu'il ne faille rien nouer qu'on ne puisse pas défaire
que des nœuds pas serrés des boucles, si l'on préfère
ceux que l'on aide à naître ne nous appartiennent pas
ils sont ce qu'ils veulent être qu'on en soit fière ou pas
c'est ce que l'on nous dit c'est ce qui est écrit
la bonne philosophie la grande psychologie
et voila que tu nais et que t'es pas normal
t'es dodu, t'es parfait le problème est mental
et voilà que c'est pas vrai que tu vas faire ton chemin
car t'arrêteras jamais de n'être qu'un gamin
tu fais tes premiers pas on se laisse émouvoir
mais les pas que tu feras ne te mèneront nulle part
qui es-tu si t'es pas un adulte en devenir
si c'est ma jupe à moi pour toujours qui t'attire
c'est pas c'qu'on m'avait dit j'étais pas préparée
t'es a moi pour la vie le bon dieu s'est trompé
et y a le diable qui rit dans sa barbe de feu
et puis qui me punit d'l'avoir prié un peu
pour que tu m'appartiennes à la vie, à la mort
il t'a changé en teigne il t'a jeté un sort
t'es mon enfant d'amour t'es mon enfant spécial
un enfant pour toujours un cadeau des étoiles
un enfant à jamais un enfant anormal
c'est ce que j'espérais alors pourquoi j'ai mal
j'aurais pas réussi à me détacher de toi
le destin est gentil tu n'e t'en iras pas
t'auras pas dix-huit ans de la même façon
que ceux que le temps rend plus hommes que garçons
t'auras besoin de moi mon éternel enfant
qui ne t'en iras pas vivre appartement
ta jeunesse me suivra jusque dans ma vieillesse
ton docteur a dit ça c'était comme une promesse
moi qui avais tellement peur de te voir m'échapper
voilà que ton petit cœur me jure fidélité
toute ma vie durant j'conserverai mes droit
mes tâches de maman et tu m'appartiendras
ceux que l'on met au monde ne nous appartiennent pas
c'est ce que l'on nous montre et c'est ce que l'on croit
c'est une belle histoire que cette histoire-là
mais voilà que surprise mon enfant m'appartient
tu te fous de ce que disent les auteurs des bouquins
t'arrives et tu m'adores et tu me fais confiance
de tout ton petit corps de toute ta différence
j'serai pas là de passage comme les autres parents
qui font dans le mariage le deuil de leur enfant
j'aurais le privilège de te border chaque soir
et certains jours de neige de te mettre ton foulard
à l'âge où d'autres n'ont que cette visite rare
qui vient et qui repart par soirs de réveillon
tu seras le bâton de ma vieillesse précoce
en même temps que le boulet qui drainera mes forces
tu ne connais que moi et ton ami pierrot
que je te décrit tout bas quand tu vas faire dodo
et tu prends pour acquis que je serais toujours là
pour t'apprendre cette vie que tu n'apprendras pas
car ta vie s'est figée mais la mienne passera
j'me surprends à souhaiter que tu trépasses avant moi
on ne peut pas t'admirer autant que je t'admire
moi qui ai la fierté de te voir m'appartenir
j'voudrais pas qu'on t'insulte et qu'on s'adresse a toi
comme à un pauvre adulte parce qu'on t'connaîtrait pas
si le diable s'arrange pour que tu me survives
que dieu me change en ange que je puisse te suivre
ceux que l'on met au monde ne nous appartiennent pas
à moins de mettre au monde un enfant comme toi
c'est une belle histoire que celle qui est la notre
pourtant je donnerais ma vie pour que tu sois comme les autres.




N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

27/09/2007

Soyez disponible pour vos enfants

Il y a quelques jours, je me promenais à Saint-Valéry-sur-Somme, très jolie ville médiévale près d’Abbeville. Le temps était magnifique pour une fin septembre (une des plus belles journées de l’été pour les gens du Nord d’ailleurs !). Il y avait donc pas mal de monde qui se baladait en famille, parents et jeunes enfants notamment.

Hé bien, en écoutant d’une oreille discrète tout ce petit monde, je me suis rendue compte que certains parents n’écoutaient pas leurs enfants. Certains d’entre eux, la majorité même, s’évertuaient à vouloir leur dire quelque chose, à leur montrer un objet qu’ils trouvaient surprenants, etc. et il leur fallait pas moins de 5 ou 10 « Papa ! Papa ! » ou « Maman ! Maman !», pour être enfin entendus.
A un autre moment, un enfant sur la plage semblait avoir trouvé la solution : il jouait seul dans le sable créant pour lui tout seul son petit univers avec des tunnels, des monstres, des batailles pendant que ses parents discutaient à l’écart sans le moindre regard sur lui.

Je ne sais pas si je me fais des idées ou si ces situations sont très exceptionnelles, mais j’ai réellement l’impression qu’il y a de plus en plus de parents qui paraissent cloisonner leur vie d’adultes et leur vie de parents, en quelque sorte. C’est un peu comme s’ils se disaient : « ce n’est pas parce que j’ai un enfant que je ne vais pas continuer à vivre comme avant ».
Je ne dis nullement qu’ils n’aiment pas leurs enfants, qu’ils ne s’en occupent pas, loin de là ! C’est juste qu’ils paraissent avoir beaucoup de difficultés à entrer dans l’univers de leurs enfants. Jouer avec eux, discuter de choses futiles, puériles, faire avec eux des « gamineries » ne leur paraît pas du tout évident.
Ces types de parents considèrent leurs enfants comme des adultes en miniature et quand ils discutent avec eux, ils préfèrent parler de choses « d’adultes ». Enfin, quand ils prennent le temps d’ailleurs de dialoguer avec eux.

En effet, quand je vois des enfants s’époumonaient pendant cinq minutes avant d’attirer l’attention de leur maman ou de leur papa, je me demande légitimement si cela se passe toujours comme cela, si ces enfants ont droit à toute l’attention de leurs parents, s’ils sont écoutés par eux. Je pense, malheureusement, que cela doit être monnaie courante.
Ce genre de comportement est dangereux car ces enfants finiront par se taire et par ne plus interpeller leurs parents. Ils se renfermeront sur eux-mêmes, ils généreront leur propre univers, ils se créeront leur compagnon imaginaire avec qui ils pourront parler, s’exprimer, à qui ils pourront confier toutes leurs joies ou leurs peines.

Il est certain que, par moment, certains parents ont envie de se promener tranquillement, sereinement, et que le flot de paroles de leurs enfants les indisposent quelque peu. Ils finissent même par leur dire : « Tais-toi un peu ! Reste tranquille ! Va jouer plus loin ! Arrête de parler ! ». Quand vous êtes fatigué, épuisé, cela peut vous être arrivé de prononcer ce genre de paroles. Ce n’est pas si dramatique… à condition que cela ne devienne pas systématique.

En effet, les enfants, pour se construire, ont besoin de l’attention de leurs parents. Parfois, ils ont des choses importantes à dire. Ils peuvent être préoccupés par un évènement qui s’est produit à l’école, ils peuvent avoir fait de mauvaises rencontres, ils peuvent avoir peur de quelque chose. Et, si vous, parents, vous ne les écoutez pas, qui le fera ?
S’ils se retrouvent seuls face à leurs angoisses, qui sait ce qui va advenir d’eux ?

Si vous êtes des parents un peu négligents, faites un effort, soyez disponibles pour vos enfants, écoutez-les, entendez-les surtout. Faites l’effort de rentrer dans leur univers d’enfant. Ne vous moquez pas d’eux s’ils vous posent des questions qui vous paraissent, à vous adultes, infantiles, futiles. Parlez avec eux de tout. N’attendez pas qu’ils vous parlent pour savoir s’ils vont bien ou non. Questionnez-les de temps en temps. Montrez-leur surtout qu’ils peuvent avoir confiance en vous, que vous serez toujours là pour eux.
Ainsi, vous ferez d’eux des enfants heureux, épanouis, ce qui augurera des adultes bien dans leur tête et bien dans leur peau.



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique