logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/02/2010

Comment va votre SAR ?

Le SAR est le Système d’Activation Réticulaire. Il s’agit d’un élément de votre cerveau, bien utile pour capter votre attention et pour atteindre plus aisément vos objectifs.

Prenons tout de suite un exemple pour illustrer ce qu’est concrètement le SAR.

Imaginez que vous vous trouviez dans un centre commercial, bondé car on est un jour de soldes. Vous vous trouvez donc au milieu de bruits divers et variés : annonces publicitaires, musique, cris des enfants, gens qui téléphonent sur leur portable, bruits des télés, harangue des démonstrateurs, etc. Bref, vous vous trouvez dans un véritable capharnaüm. Vous ressentez ce brouhaha sans pouvoir distinguer précisément tous les sons, tous les bruits qui vous entourent, sans que votre attention soit portée sur chacun de ces derniers. Puis, tout d’un coup, à un moment donné, un haut-parleur annonce votre nom et vous demande d’aller chercher votre fille à l’accueil. Et, là, votre cerveau, votre SAR se mettent en branle : votre attention est à son plus haut niveau et vous distinguez distinctement et clairement le message et son contenu qui vous est adressé.

Ainsi, grâce au SAR, qui se met en route automatiquement dans votre cerveau, les informations pertinentes sont portées à votre attention. Le SAR joue un peu un rôle d’intermédiaire, de filtre entre la partie consciente et la partie inconsciente de votre cerveau. Ce dernier ne peut pas emmagasiner toutes les informations, il est nécessaire qu’un tri pertinent se fasse entre elles. C’est le SAR qui l’effectue. C’est lui qui décide ce qui est digne d’attention et ce qui ne l’est pas. Aussitôt qu’il juge qu’une information vous concerne au plus haut point, il « réveillera » votre cerveau qui l’absorbera. Ainsi, dans le cadre de notre exemple, le SAR a reçu l’instruction de réveiller votre attention dès que votre nom est prononcé dans le haut-parleur.

Vous voyez maintenant où je veux en venir avec le SAR. En fait, vous pouvez très bien programmer votre SAR, lui envoyer des instructions qui seront transmises à votre subconscient. Ainsi, si vous voulez atteindre des objectifs, il vous suffit de porter toute votre attention sur eux, de les visualiser, de prononcer des séries d’affirmations positives pour que votre subconscient, donc votre cerveau reste en éveil, soit attentif et vous aide à atteindre vos objectifs. A chaque fois qu’un élément qui vous aidera à atteindre votre objectif surviendra, votre SAR s’activera et vous ne passerez plus à côté de choses primordiales pour votre réussite. Le SAR est là pour laisser passer la bonne information et pour éliminer les autres.

Ce qu’il y a de pratique avec le SAR, c’est qu’il est un peu bête puisqu’il ne fait aucune distinction entre le réel et l’inventé. Ainsi, si vous devez passer un entretien d’embauche, il vous suffira de le visualiser de manière positive, pour que votre SAR croit que c’est la réalité. Ainsi, le jour J, votre cerveau sera programmé pour réussir.

Le tout est que vous effectuiez la bonne programmation, la plus claire et la plus précise possible. Alors, prenez soin de votre SAR, il vous le rendra bien !

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

23/08/2009

Problèmes de mémoire

Voici un extrait d'un artilce de Regina Nuzzo et Karen Ravn "Traquez les ennemis de votre mémoire" de Sélection du Reader's Digest de septembre 2009 :

 

"1) Excès de sucre :

Vos troubles sont peut-être d'origine sanguine ou glycémique. Les clichés d'IRM cérébrale de patients s'étant prêtés à une étude montrent qu'un taux élevé de sucre dans le sang pourrait endommager des régions du cerveau impliquées dans la mémoire. [...]

 

2) Surmenage :

On dit que c'est au cours du sommeil que le cerveau enregistre les nouvelles informations destinées à être mémorisées. Inutile de faire des nuits blanches pour avoir l'esprit embrumé : une étude a montré que dormir 6 heures par nuit pendant 2 semaines consécutives altère la mémoire, sans même qu'on se sente fatigué. [...]

 

3) Ronflements :

Ils s'accompagnent parfois d'un syndrome d'apnée du sommeil : un arrêt temporaire de la respiration, dû à une obstruction des voies respiratoires, qui prive le cerveau d'oxygène pendant quelques secondes plusieurs fois par nuit. Les hommes sont plus exposés que les femmes, surtout après 40 ans, a fortiori lorsqu'ils cumulent d'autres facteurs de risque tels que le surpoids. [...]

 

4) Dérèglement de la thyroïde :

Vous passez facilement du rire aux larmes, vous vous sentez léthargique ? Allez donc sonder votre thyroïde. Les hormones thyroïdiennes régulent le métabolisme : en quantité excessive ou insuffisante, elles peuvent perturber le bon déroulement du "dialogue" entre les cellules du cerveau. [...]

 

5) Carence en B12

La capacité d'absorption de la vitamine B12 diminuant avec l'âge, l'alimentation ne suffit souvent plus à fournir les apports nutritionnels recommandés. Or un déficit vitaminique sévère peut entraîner des manifestations symptomatiques de la maladie d'Alzheimer. [...]

 

6) Dépression :

C'est connu: la dépression détruit certains neurones. Et, plus l'état dépressif dure, plus les pertes de cellules sont lourdes, au détriment de la mémoire. [...]

 

7) Troubles de la marche :

Les médecins parlent d'apraxie de la marche : le patient avance à petits pas, les pieds collés au sol. Ce trouble peut révéler une hydrocéphalie à pression normale, dilatation des ventricules cérébraux due à un excès de liquide céphalorachidien.

 

8) Somniféres, etc :

Certains médicaments prescrits contre l'insomnie, l'incontinence urinaire, les allergies et les douleurs gastriques interfèrent avec l'action d'une substance chimique indispensable au bon fonctionnement du cerveau. Chez un sujet âgé, ces traitements aux propriétés dites anticholinergiques entraînent parfois une confusion mentale et des pertes de mémoire.

 

9) Polypharmacie :

La prise concomitante de 5 médicaments ou plus entraîne parfois des interactions lourdes de conséquences. Et, attention ! Ce n'est pas parce qu'un médicament est en vente libre qu'il est inoffensif."  

 

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

30/07/2008

De l’espoir pour la maladie d’Alzheimer

Je viens d’entendre à la radio (RTL, le 30 juillet 2008) que des chercheurs écossais avaient mis au point un médicament afin de lutter contre la maladie d’Alzheimer. Ce médicament, encore en cours d’expérimentation, permettrait de détruire les noeux du cerveau qui provoquent la dégénérescence de ses cellules liées à la mémoire. Ainsi, la maladie serait stoppée dans plus de 80 % et n’évoluerait donc que très lentement. Ce médicament doit encore être testé sur des malades et pourrait être mis sur le marché, si tout se passe bien, dans quatre ans.

Quel espoir pour les nombreux malades Alzheimer ! Ces derniers sont de plus en plus nombreux. Avec le vieillissement de la population et un diagnostic de plus en plus précis, les malades sont mieux repérés et peuvent être ainsi pris en charge.

Il y a près de vingt ans, on connaissait très mal la maladie et on considérait que ceux qui en souffraient avaient de simples pertes de mémoire ou devenaient séniles avec l’âge. Je sais de quoi je parle, ma grand-mère a eu la maladie d’Alzheimer et nous ne nous en sommes rendus compte que très tard. Elle avait des pertes de mémoire, elle ne savait plus où elle avait rangé ses affaires, de petites choses qui, au début, ne nous inquiètaient pas beaucoup étant donné son âge. On se disait c’est la vieillesse. Mais, après elle a fini par mettre des robes à l’envers, ne plus savoir cuisiner. Là, on s’est très vite alarmé et elle est allée passer un scanner qui a diagnostiqué la maladie d’Alzheimer. Elle a suivi un traitement qui n’a pas ralenti la maladie. A la fin, elle ne savait plus rien faire et ne reconnaissait plus sa fille.

Finalement, si on avait parlé de la maladie comme on le fait maintenant, on aurait certainement remarqué tout de suite ce qu’elle avait et elle aurait pris un traitement plus tôt. Enfin, c’est comme çà.
Fort heureusement, à l’heure actuelle les malades semblent être pris en charge plus tôt. Ils peuvent suivre un traitement qui ralentit la maladie (qui évolue quand même très vite). Leur entourage peut être aidé et soulagé. Aide très précieuse quand on sait ce que peut engendrer la maladie d’Alzheimer comme difficultés sociales, familiales.

La coupure avec le monde extérieur se fait progressivement et inévitablement. Le malade d’Alzheimer éprouve de plus en plus de difficultés à communiquer. Son conjoint, s’il en a un, passe ses journées à le seconder, à le supporter et ce, dans les deux sens du terme. Il essaie de le soutenir et, dans le même temps, il lui arrive inévitablement de s’énerver contre lui parce que la situation (oublis, perte de mémoire, apathie, gestes répétitifs, style doigts qui se frottent, pied qui tape le sol à longueur de journée ou bouche en mouvement, etc.) finit par l’agacer.

Bien entendu, il existe des institutions, des lieux d’accueil, des centres spécialisés mais, malheureusement, ils sont réservés aux personnes qui ont les moyens d’y envoyer leurs malades. Encore une fois, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Les retraites sont parfois quatre fois inférieures à ce que coûte un mois dans une maison médicalisée ! Que faire dans ce cas-là, attendre les aides du conseil général, attaquer les enfants pour qu’ils payent ou se débrouiller seul avec tout ce que cela engendre de difficultés, de surmenage, de fatigue physique et moral, d’enfermement, etc. ?

Certes, cette année a bien été lancé le « Plan Alzheimer 2008-2012 ». Au cours de ces cinq ans, les choses devraient évoluer favorablement, les malades d’Alzheimer et leur entourage devraient être mieux pris en charge, la recherche renforcée et le diagnostic plus aisément accessible. Encore faut-il que les crédits suivent (le financement n’est d’ailleurs pas abordé dans le rapport de la commission). Dans ces temps difficiles, je reste dubitative. En tout cas, le fait que des chercheurs aient trouvé un médicament qui semble très prometteur est une sacrée lueur d’espoir et augure, espérons-le, un avenir plus rose pour les malades et futurs malades d’Alzheimer.

Auteur : Katy Gawelik

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

27/10/2007

Apprenez à structurer vos idées

Il peut vous arriver d’avoir à rédiger un projet pour votre entreprise, un rapport de stage, une intervention lors d’un colloque, une dissertation pour votre professeur, une étude pour votre entreprise, etc.
Tous ces travaux demandent des connaissances, de la réflexion et surtout l’obligation de structurer convenablement vos idées. En effet, mettre ces dernières tout en vrac ne peut qu’aboutir à un mauvais résultat et surtout à une incompréhension totale de ce que vous vouliez dire. D’ailleurs, sans un bon plan, dès le départ, vous ne pourrez pas aller bien loin.

Pour certains, il est assez facile d’organiser leurs idées. Tout se passe dans leur tête et ils ont un raisonnement qui leur permet de graver, en quelque sorte, le plan dans leur tête et de rédiger dans la foulée. Mais, c’est assez rare de procéder de cette façon surtout si vous avez un long rapport à rédiger.
Il existe de très bons manuels qui vous expliquent comment faire un plan, comment classer vos idées. A l’école, vous avez certainement dû avoir des fiches pratiques sur la façon de faire une dissertation ou un commentaire de texte.

Moi, je vous propose autre chose. Un logiciel très sympa qui vous aidera à faire le tri dans vos idées, en établissant des interconnexions entre elles. Il s’agit de Freemind qui est un logiciel libre de droit, que vous pouvez donc télécharger très facilement ici par exemple : http://www.clubic.com/telecharger-fiche22378-freemind.html (ou ailleurs, comme bon vous semble, je n’ai pas d’actions de ce site !)
Le téléchargement se fait rapidement et facilement.
Une fois le logiciel téléchargé vous risquez d’être très surpris dans la mesure où quand vous ouvrez le logiciel apparaît une page blanche. Pour commencer à travailler, vous devez ouvrir un nouveau document dans « fichier ». Là, vous verrez apparaître un ovale au milieu de la page. C‘est là que tout commence !

Vous devez y noter (en cliquant dessus) le sujet que vous allez traiter. Ensuite, en cliquant dessus côté droit de la souris, vous allez voir apparaître diverses fonctionnalités comme « Nouveau nœud comme fils de la sélection ». Cliquez et vous verrez qu’un lien se fait entre votre idée principale et un rectangle où vous pouvez inscrire une première idée, la première partie de votre plan. Vous pouvez relier à votre idée principale autant de nouveaux nœuds fils que vous désirez, ce qui correspond aux autres parties de votre plan. De la même façon, vous pouvez ajouter des fils nœuds aux parties de votre plan (les rectangles), qui désigneront vos sous-parties… et ainsi de suite.

Vous finirez par relier vos idées entre elles et cela constituera votre plan avec Parties, sous-parties, A, 1, a, etc. Vous pouvez également mettre des couleurs pour mieux repérer vos idées, insérer des liens dans vos différents rectangles (cela vous permettra, d’un seul clic, de vous diriger sur un document, sur une page web, etc.), ajouter diverses icônes qui vous aideront à cibler vos idées… Si vous voulez connaître toutes les possibilités de Freemind, il est accompagné d’une « Aide » très complète.

C’est seulement en prenant en mains le logiciel et en l’explorant grâce à diverses manipulations que vous comprendrez tout son potentiel. Ce qui compte, c’est prendre l’habitude de vous en servir. Au départ, vous serez très certainement perdu mais persévérez. Il pourra également vous aider à prendre des notes en les structurant et hiérarchisant immédiatement. Bien entendu, cela demande une grande pratique et une importante dextérité. Toutes vos idées rentreront dans des cases particulières. C’est un peu d’ailleurs comme cela que fonctionne votre cerveau.

Je suis certaine que ce logiciel vous rendra de grands services et surtout facilitera votre travail. Si vous l’avez bien en mains, parlez-en à vos enfants, Freemind pourra leur être également très utile au cours de leur scolarité.



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique