logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/07/2010

Dépression suite à un gros gain d’argent

Voici un extrait du livre de Catherine Dalançon, « Les énergies de la chance ».

Dans la deuxième partie de l’ouvrage, Antoine Halevy, nous parle du DAF (dépression après fortune) dont souffrent de nombreux gros gagnants aux jeux de hasards :

« Depuis que le loto français a en quelque sorte popularisé et démocratisé l’irruption soudaine de centaines de milliers d’euros dans des foyers qui avaient coché des bulletins sans trop y croire, le phénomène est bien connu. Alors que les gros gagnants ne devraient plus être, leur vie durant, les esclaves de cette maladie chronique que l’on appelle pauvreté, il n’en arrive pas moins que certains « pètent les plombs ». Parfois des drames relationnels surviennent – séparations, divorces, amitiés brisées – d’autres fois, l’argent gagné est dilapidé en un temps records, comme si ses détenteurs ne trouvaient rien de mieux à en faire que de le « brûler » symboliquement – à moins que des escrocs, flairant la bonne affaire, ne promettent monts et merveilles pour s’emparer du butin.

[…]

Au cours des entretiens que j’ai eus avec des personnes souffrant de ce syndrome, il est ressorti qu’après une phase d’exaltation suivant immédiatement le gain – au demeurant fort compréhensible – les « victimes », ayant donné libre cours à quelques-uns des rêves qu’ils caressaient depuis longtemps […] plongeaient progressivement dans l’apathie, puis parfois, dans la dépression.

[…]

Les comportements pathologiques qui suivent un gain d’argent conséquent et inattendu peuvent induire à « flamber », à « claquer » cet argent, jusqu’à ce qu’il n’en reste plus, de manière compulsive. Ou au contraire, à se montrer d’une économie qui confine à l’avarice, à tenir serrés les cordons de la bourse d’un patrimoine, chaque sou dépensé étant presque vécu comme une trahison, une mise en péril de l’avenir de sa famille et de soi-même. »

N’hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com , à lire les articles et à télécharger les ouvrages gratuits

24/07/2009

Des tuyaux pour la vie

Voici quelques citations de Bärbel Mohr, extraites de "Comment passer commande auprès de l'Univers" :

 

"C'est ton choix et ton libre arbitre de faire en sorte qu'un jour de pluie soit un beau ou un mauvais jour. La pluie en elle-même est aussi belle que quoi que ce soit d'autre. Elle est fraîche et purifie l'air, elle donne à la nature une teinte savoureuse, elle est idéale pour un bon bain dans la baignoire, etc.

Que tu élèves la qualité de ta vie et la vie élève la quantité de la qualité !

Avec les petits bonheurs de la vie quotidienne tu peux t'exercer à ne pas rater les grands moments de bonheur !

Si tu te concentres trop sur des problèmes, tu deviens aveugle aux beautés de la vie.

Qui a trop peur des mauvaises choses rate les bonnes. Qui a trop peur de la mort rate la vie.

Qui saisit quotidiennement petites chances et petites occasions saisira souverainement et sans hésiter les grandes chances qui surviennent le plus souvent soudainement."

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

21/01/2009

Ho lala, c’est la crise !

Au cas où vous ne seriez pas au courant, la France et le monde sont en pleine crise financière. Les temps sont durs pour tout le monde : perte de pouvoir d’achat, chômage menacent une grande partie de la population.

Comment devons-nous réagir dans ce cas-là ?
La plupart du temps, on nous dit qu’il faut faire le dos rond et attendre que çà passe. Bon, au premier abord, cela paraît la réaction logique. En effet, comme on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve, peut-être vaut-il mieux ne plus rien dépenser, ne plus sortir, faire des économies, ne plus s’autoriser aucun petit plaisir, etc. et attendre que la crise finisse.
Mais, en y regardant de plus près, vous le voyez tout comme moi, cela ne semble pas être une perspective très réjouissante. C’est même encore aggraver davantage les conséquences fâcheuses qu’a la crise sur notre moral.

Pourquoi ne cherchez-vous pas, au contraire, à profiter de la crise ?
Beaucoup me prendront certainement pour une illuminée, mais je suis persuadée que la crise peut vous offrir de grandes opportunités, à condition que vous soyez prêt à les saisir.
C’est le moment où vous devez foncer, relever la tête et vous battre pour conserver ce que vous avez ou pour acquérir ce dont vous rêvez.
Arrêtez de penser continuellement au futur ou au passé. Pensez avant tout à vous réjouir de l’instant présent et à saisir tous, je dis bien tous, les petits moments de bonheur qui se présentent. Mis bout à bout, ils vous feront voir votre vie sous un meilleur jour.

De toute façon, à quoi cela sert-il de vous morfondre ? Qu’est-ce que cela vous coûte au fond d’adopter une telle façon d’agir ?
Choisir entre rester chez soi, avec la peur au ventre et s’enfermer dans l’immobilisme ou sortir de chez soi, foncez et gardez le moral, je pense que le choix est vite fait.
Vous devez montrez à tous, et à vous en premier, que vous êtes plus fort que la crise et qu’elle ne vous mettra pas à terre. En conservant continuellement cet état d’esprit, vous pourrez accomplir de grandes choses. Comme vous le savez, les optimistes, les personnes positives réussissent mieux que les autres !

Vous devez également vous tenir prêt à saisir les opportunités qui passent. Et dans les moments de crise, les opportunités sont plus grandes. Je ne dis pas que vous devez profiter du malheur des autres en ramassant les pots cassés. Mais, vous avez certainement dû vous rendre compte que des occasions de toute sorte fleurissent un peu partout. Vous pouvez, par exemple, acheter une voiture à moindre coût, partir en voyage pour pas cher, acheter une maison moins cher (si votre prêt immobilier vous est accordé). Ces exemples ne concernent que les individus qui ont quand même un pécule mais il existe encore en France des individus qui ont de l’argent de côté. Ils seront d’ailleurs de plus en plus nombreux dans la mesure où les gens préfèrent épargner plutôt que dépenser, par peur de l’avenir.

Pour les autres, ils ne doivent pas se laisser abattre. Ils doivent chercher le moyen de s’en sortir. Et la crise peut les y aider : les organismes, les associations sont de plus en plus nombreux à secourir les personnes démunies. Je ne dis pas qu’elles ne faisaient pas leur travail avant mais, avec la crise, la solidarité se fait plus grande et les aides également. Tout le monde se soutient et les cris d’alarme se font de mieux en mieux entendre. La mobilisation semble générale. Ainsi, les opportunités sont de plus en plus nombreuses. A vous de les saisir et surtout de ne pas avoir peur de demander de l’aide.

Certes, tout le monde ne sera pas sauvé mais si vous avez le moral, si vous ne vous laissez pas aller, la crise, qui passera forcément un jour, vous aura touché le moins possible et vous aura, peut-être, au contraire, offert la chance de vous en sortir.
De plus, en vous bougeant maintenant, quand la crise sera finie, vous aurez pris une longueur d’avance sur les autres, sur les pessimistes, les attentistes, les craintifs et vous en retirerez avant tout le monde de plus grands bénéfices.
D’ailleurs, n’oubliez pas que l’idéogramme chinois qui représente le mot « crise » est composé de deux signes qui signifient à la fois « danger » et « chance ou opportunité ».
Donc, à vous de choisir et d’adopter le bon comportement : la crise ne sera peut-être pas aussi mauvaise pour vous.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

09/02/2008

Chat noir, mauvais œil, etc. Mythe ou réalité ?

Chat noir, mauvais œil, etc. sont des expressions que l’on emploie quelquefois quand on ne va pas très bien, quand notre vie ne se déroule pas comme on le souhaiterait, quand on a l’impression que l’on a tous les malheurs.

Effectivement, certaines personnes ont beau se démener, faire tout pour s’en sortir, elles n’y parviennent pas. A chaque fois, un obstacle leur barre la route, les empêche d’avancer.
Alors que pour d’autres individus, tout leur réussit. Il leur suffit presque de claquer des doigts pour que tout leur tombe du ciel. Ils travaillent moins que les autres. Il suffit qu’ils pensent à une chose pour qu’elle leur arrive. Leur vie se déroule sans encombres.

En regardant la vie de ces derniers, plus chanceux à son avis, la première catégorie ne peut que penser qu’elle est victime d’injustices. Elle s’imagine qu’il y a quelque chose qui la bloque. Les « malchanceux » pensent pourtant avoir tout mis en œuvre – autant, voire davantage que les chanceux - pour faire de grandes choses, pour réussir dans la vie.
C’est précisément pour cette raison qu’ils n’arrivent pas à comprendre pourquoi, eux, ils ne réussissent pas. Et, ils finissent par s’imaginer que leur malheur ne peut venir que d’une force supérieure, occulte.

Mais, n’est-ce pas bien commode d’utiliser ces allégories, « chat noir », « mauvais œil », pour trouver une explication aux problèmes que l’on rencontre dans notre vie ?
En même temps, à partir du moment où vous avez tout fait pour vous en sortir (études, formations, etc.), vous ne comprenez pas pourquoi vous ne réussissez pas. Vous mettez vos échecs sur le dos de la malchance, de la fatalité.
Au bout d’un moment, à force de subir des déboires, vous finissez par vous dire « A quoi bon ! ». « Cela ne sert à rien que je me démène pour m’en sortir puisque je n’ai pas de chance ».

Or, tenir un tel raisonnement, malheureusement très courant, est le meilleur moyen de ne pas vous en sortir. En effet, c’est la meilleure façon de ne pas avancer, de rester au même point, de ne pas évoluer et de continuer à subir les échecs.

Je ne dis pas qu’il faut se moquer de ces personnes qui croient au « chat noir » ou au « mauvais œil ». Certaines situations difficiles peuvent paraître tellement inextricables, tellement injustes, qu’il peut arriver que l’on se demande si quelque chose ou que quelqu’un, une force mystérieuse, ne vous en veut pas et vous empêche d’aller de l’avant.
Je suis persuadée qu’un certain nombre d’entre vous, subissant des échecs à répétition, s’est dit les mêmes choses.

Or, il s’avère que la force de notre pensée est telle que nous attirons à nous ce à quoi nous pensons le plus, c’est la loi de l’attraction. Ainsi si vous pensez toujours à vos malheurs ou au fait que vous n’avez pas de chance, vous attirez à vous les malheurs et la malchance.

Si vous pensez de manière négative sans arrêt, changez dès maintenant votre état d’esprit. Mettre sur le dos d’une force supérieure ses revers, ne vous fera pas avancer. Or, la meilleure façon d’avancer, c’est de se bouger et de persévérer.
Les échecs, tout le monde en connaît dans sa vie, malheureusement. Vous devez vous en servir pour rebondir et pour vous remotiver. Vous devez voir au-delà de vos problèmes actuels pour vous en sortir.


Vous verrez qu’en changeant votre état d’esprit, qu’en vous reprenant en mains, qu’en pensant de manière positive, vous connaîtrez des succès de plus en plus nombreux. La clé du succès, c’est vous.
Crevez le « mauvais œil », vous y verrez plus clair. Votre horizon ne vous apparaîtra plus bouché. Vous avez votre avenir entre vos mains.
Optimisme, persévérance, motivation, hargne, obstination, énergie, volonté, etc. doivent être les nouveaux moteurs de votre vie !


Pour vous aider à changer votre état d’esprit et chassez définitivement le mal-être, cliquez ici.
Le mal-être n’est pas une fatalité !

20/11/2007

Quelques pensées...

Voici un extrait du livre "Le petit livre de l'optimisme" de Paul Wilson :

"Les merveilleux lapins...

Quand la vie vous écrase, quand toutes les tragédies de l'existence vous paraissent insurmontables, retirez-vous dans un endroit calme pour y observer les animaux.
Regardez les lapins... les lapins qui passent... là-bas... les merveilleux lapins !
Voyez comme ils acceptent la vie telle qu'elle est : ils jouent, ils vivent l'instant.
Et ils s'en contentent.
Pourquoi ne pas essayer, vous aussi ?
Inutile d'être un lapin pour cela !



Liberté chérie

La plupart d'entre nous jouissons à présent d'une liberté individuelle qui, pour nos ancêtres, était tout au plus un rêve insensé.
Tirez partie de cette chance.
N'oubliez jamais que cette liberté est avant tout la liberté de choisir.
Et que les choix sont plus nombreux encore qu'il n'y paraît..."




N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique