logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

03/10/2008

La chrononutrition, une nouvelle sorte de régime

Tous les jours, de nouvelles sortes de régime sortent sur le marché. Il faut dire que la prise de poids préoccupe pas mal de monde de nos jours. Mais, il est démontré depuis quelques temps que faire régimes sur régimes n’apporte rien de bon. Au contraire, cela entraîne très souvent des effets « yo-yo », plus néfastes qu’autre chose.
Plutôt que de faire un régime strict et contraignant où tout vous est refusé, pourquoi ne pas opter pour une méthode qui vous apprend à manger différemment et ne vous fait pas voir la nourriture comme votre ennemie jurée.

Est apparue depuis quelques temps la chrononutrition.
D’après les adeptes de cette nouvelle méthode, vous devriez pouvoir manger de tout. Quel bonheur ! Faire un régime sans restrictions, le rêve ! Mais justement, n’est-ce pas « trop beau » ?
En fait, comme son nom l’indique, il s’agit de manger les aliments (« nutrition ») à certains moments particuliers de la journée (« chrono »). Ce nouveau régime a été mis au point par le Docteur Delabos.

Son principe semble très simple : vous pouvez manger les aliments gras dès votre lever, les plats copieux à midi (5 heures après le premier repas), les aliments sucrés au goûter et les plats plus légers au coucher.
En suivant précisément cet ordre, vous suivez tout simplement le rythme de vote corps. En effet, comme vous avez pu le constater vous-même, en règle générale, vous consommez plus d’énergie le matin que le soir. Donc, il semble inutile de manger davantage le soir dans la mesure où vous n’avez pas besoin de calories importantes. En effet, votre sommeil ne commande pas une forte dépense en énergie. Ainsi, si vous mangez plus le soir, vous stockerez des calories inutilement.

Cette idée paraît très simple et surtout logique. Elle semble couler de source.
En entrant davantage dans les détails, vous qui êtes des habitués des régimes drastiques, vous serez surpris d’apprendre ce que préconise le Docteur Delabos.
En fait, il autorise la consommation de chocolat, de pains au chocolat, de gâteaux hyper sucrés, à condition de les manger au goûter. Cela permettraient de finir la journée avec le plein d’énergie grâce au sucre. Par contre, si vous les mangiez le matin, ils seraient néfastes car le matin, votre corps a surtout besoin d’aliments gras.

Ainsi, contrairement encore à d’autres régimes, le fromage est autorisé (tous les fromages) mais uniquement le matin. Cela vous permet de bien commencer la journée et d’aller jusqu’au déjeuner, sans avoir le petit creux de 11 heures. Cela éviterait également la production de cholestérol dans votre organisme car le fromage vous en aura apporté déjà suffisamment. Vous pouvez l’accompagner de pain mais le matin uniquement.
Si vous aimez le beurre et l’huile (d’olive, de colza), il est préférable d’en consommer le matin ou le midi pour le colza.

Pour ce qui est de la charcuterie, vous y avez droit mais le matin. Pour la viande, toutes les viandes sont autorisées le midi et seules les viandes maigres comme le poulet sont permises le soir. Quant aux féculents, ils sont autorisés le midi mais en petite quantité. Les œufs (4 par semaine) semblent particulièrement recommandés surtout le matin ou à midi pour remplacer la viande.
Quant aux fruits, vous ne pouvez pas en manger toute la journée. Comme ils contiennent du sucre, il faut vous les réserver au goûter.

Et pour le soir ? Il ne semble pas vous rester grand-chose. Ha si, on a oublié le poisson non-gras. Préférez-le au souper, comme il est peu calorique cela vous fera des repas très légers.

En suivant ces différents principes, vous devriez maigrir. Mais, quand on y regarde de plus près, on voit que tout vous est autorisé mais, comme au fur et à mesure de l’avancée de la journée, vous devez manger de moins en moins, vous atteignez au final une consommation de 1400 kcal par jour. En plus, ce type de régime a l’air plutôt dissocié, ce qui n’augure rien de bon pour l’après-régime.

Quoi qu’il en soit, comme je n’ai pas essayé ce régime, je ne sais pas s’il marche réellement. Si cela vous tente, n’hésitez pas à le faire mais renseignez-vous bien avant et pourquoi ne pas en parler avec un nutritionniste.
Tout ce que je peux dire, c’est que d’après ce que je vois, certains aliments qui sont autorisés (beurre, fromage, œufs, par exemple), ne sont pas très bons si par exemple vous avez des problèmes de cholestérol, ou des problèmes cardio-vasculaires. De plus, il contient apparemment beaucoup de graisse (le matin).
Je vous recommande donc fortement, si ce régime vous intéresse, d’en parler avant à votre médecin.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

03/10/2007

Attention diabète !

Dans deux de mes précédents articles, j’ai parlé de l’arthrose et du cholestérol, deux grands maux qui touchent une grande partie de la population. Mais, je n’ai pas encore parlé du diabète, qui apparaît, comme vous le savez, quand vous avez un taux de sucre élevé dans le sang. Il touche également beaucoup d’individus et peut avoir des conséquences fâcheuses, d’autant plus qu’il est assez difficile à contrôler surtout pour les gourmands qui ont du mal à se passer de sucreries, entre autre.

Pour savoir si vous avez du diabète, il suffit de faire une prise de sang et d’y vérifier votre taux de sucre. S’il est trop élevé, vous avez du diabète.
Attention, il existe deux types de diabète :

- le diabète juvénile ou insulinodépendant (ou diabète de type I) : cela concerne les personnes, surtout les jeunes, qui ont un pancréas qui ne produit pas assez d’insuline. Elles sont donc obligées de s’injecter de l’insuline. Cette dernière est une hormone produite par le pancréas qui contrôle la façon dont les cellules de votre organisme convertissent en énergie le sucre que vous ingurgitez.
- le diabète sucré ou gras ou non-insulinodépendant (ou diabète de type II) : cela concerne les individus qui, suite à de mauvaises habitudes alimentaires (trop de sucres et trop de graisses), ont un pancréas qui fonctionne mal. Là, il n’est pas nécessaire de s’injecter de l’insuline.


Aucun des deux diabètes ne doit être pris à la légère. Pour savoir si vous en avez, il y a quelques signes avant-coureurs qui peuvent vous alerter : une vision brouillée, une soif excessive, une difficulté pour cicatriser vos petits bobos, une envie d’uriner fréquemment, de la fatigue, la sensation de picotements.
En cas de symptômes, consultez immédiatement votre médecin car les conséquences peuvent être très graves : maladies cardio-vasculaires, troubles graves de la vision et des reins, lésions nerveuses.

Si vous êtes sujet à ces types de diabète, ne les négligez surtout pas et faites tout pour essayer de les réduire au maximum. L’idéal, bien entendu, est d’agir en prévention et de faire tout ce qu’il faut pour ne pas avoir de diabète. Mais, dans tous les cas, je me répète, consultez votre médecin traitant qui vous indiquera un traitement adéquat, adapté à votre propre cas.

Voici, toutefois, quelques petites choses que vous pouvez faire (après avoir pris l’avis de votre médecin) :

Avant tout, une des choses à faire quand vous avez du diabète est de surveiller vos pieds. Ne riez pas, c’est très très important. En effet, le diabète diminue chez vous la sensation de douleur et de ce fait vous pouvez très facilement vous blesser, vous égratigner sans que vous vous en rendiez compte. Cette infection, minime au départ, peut s’aggraver rapidement et conduire à la gangrène qui entraîne, à son tour, l’amputation des orteils ou du pied. Ce n’est pas si rare que cela, un de mes voisins a dû se faire amputer d’un de ses pieds.
Donc, pour éviter d’en arriver à ces extrêmes, lavez-vous les pieds tous les jours, séchez-les convenablement ; surveillez-les matin et soir et soignez la moindre coupure, la moindre ampoule.

Après les pieds, les dents : vous devez les faire surveiller régulièrement par votre dentiste car les diabétiques ont les dents fragiles. Brossez-les soigneusement et régulièrement, trois fois par jour étant l’idéal.

La modification de certaines de vos habitudes alimentaires peut parfois suffire à réduire votre taux de diabète.

- Si vous avez de l’embonpoint, la première chose à faire est de tenter de maigrir, en consommant moins de sucres et moins de graisses et plus de fibres (contenues dans les céréales, dans les fruits, comme le raisin) et de légumes verts (comme le brocoli, ou le cresson). Ces derniers ralentissent le temps que met le glucose pour pénétrer dans votre organisme.
- Mangez beaucoup de poissons car ils sont riches en oméga 3, et moins de viande.
- Usez et abusez des épices comme la cannelle, le clou de girofle et le curcuma. En revanche, diminuez fortement votre consommation de sel.
- Buvez beaucoup. L’eau ainsi que la décoction de bardane ou de feuilles d’olivier, éliminent l’excédent de sucre dans votre sang, pour le diabète sucré. Certains jus de légumes, comme le jus de pomme de terre crue ou le jus de cresson peuvent vous aider à faire baisser votre taux de sucre, tout comme l’infusion de feuilles de myrtilles.
- Evitez de manger trop de sucre, trop de graisses afin de limiter au maximum votre mauvais cholestérol, ce qui augmenterait d’autant le risque de contracter une maladie cardio-vasculaire.


Ce nouveau régime alimentaire peut s’accompagner de la pratique d’un sport, plutôt de petits exercices raisonnables, type marche, qi gong et natation. A exercer uniquement après en avoir parler à votre médecin car votre diabète peut très bien vous interdire de faire de tels exercices.

Voilà, généralement, dans 90 % des cas, un changement de vos habitudes alimentaires, en accord avec votre médecin traitant, peut vous aider à stabiliser et réduire votre diabète. L’essentiel est de prendre ce dernier très au sérieux car vous vous en mordrez les doigts si, au final, vous devenez aveugle ou si on vous ampute, juste parce que vous avez continué à être négligent, si vous vous dites : « le médecin m’a donné des cachets, donc je peux manger ce que je veux »…
La vigilance et la consultation régulière de votre médecin sont les seuls moyens de réduire votre diabète.


Retrouvez des informations sur le cholestérol, l'arthrose, le qi gong, les épices, etc. sur le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com.

03/09/2007

Faites le plein de vitalité

Tout le monde le sait, c’est la rentrée… Les enfants reprennent le chemin de l’école, vous celui du boulot ou de la petite routine quotidienne.
Après les vacances, vous n’avez pas trop envie de vous remettre au travail, vous pensez déjà aux prochaines vacances, vous traînez un peu les pieds, vous manquez d’enthousiasme, de vitalité.
Hé bien, je connais un moyen pour que vous retrouviez très vite votre vitalité et que vous fassiez le plein d’énergie pour cette rentrée.
Mangez du raisin !
Et cela tombe très bien : dès la fin août-début septembre, on trouve du raisin sur tous les étals des marchés, des magasins. Alors, profitez-en.

Pourquoi le raisin ?
Parce qu’il possède toutes les vertus nécessaires pour vous redonner forme et santé. Il est calorique (énergétique) et contient des vitamines, des minéraux, des antioxydants, de l’eau, un savant équilibre qui, à lui seul, pourrait suffire pour vous faire vivre une dizaine de jours sans rien manger d’autre.

Certes le raisin contient du sucre (88 % de glucides pour 100 g) mais c’est du « bon » sucre : le fructose et le mannitol, à condition de le choisir bien mûr. C’est pour cette raison qu’il peut être mangé par les diabétiques et qu’il est conseillé en cas d’hypoglycémie. C’est cela qui vous donnera de l’énergie à revendre sans pour autant augmenter le taux de sucre dans votre sang.
Le raisin améliore également votre transit intestinal grâce au mannitol et à des fibres : indissolubles contenues dans la peau du raisin et solubles contenues dans la gomme, pectine, polysaccharides du raisin. Ces fibres solubles protègent également contre les maladies cardio-vasculaires dans la mesure où elles régulent le taux de cholestérol et la tension artérielle.
Le raisin est composé également d’enzymes qui renforcent votre système immunitaire, détruisant les microbes et bactéries qui se logent dans vos intestins et permettant d’assimiler plus facilement les nutriments de votre alimentation.

Très riche en eau (80 %), le raisin constitue un très bon complément aux 2 litres de liquides que vous devez absorber par jour pour renouveler l’eau de vos cellules, de vos muscles, pour hydrater votre peau, pour éliminer les toxines. Sans cet apport journalier en liquide, vous risquez d’être plus fatigué, moins vigilant, plus courbaturé, plus sujet aux douleurs musculaires…
Mais l’eau contenue dans le raisin est supérieure aux eaux minérales car elle permet à votre corps d’assimiler plus facilement les oligo-éléments présents dans le raisin que sont le potassium et le silicium.
Le potassium permet de diminuer la tension artérielle, de combattre la fatigue, les crampes, les jambes lourdes. Quant au silicium, il permet de soulager l’arthrose, les rhumatismes, de retarder le vieillissement de la peau, de rendre les artères plus souples et ainsi de prévenir les crises cardiaques.
Le raisin contient aussi du magnésium facilement assimilable car sous forme liquide. Comme tout le monde sait, le magnésium est un bon anti-stress et anti-fatigue.
Le cuivre est également présent dans le raisin, ce qui renforce votre immunité et permet de lutter contre les infections, les virus.
Enfin, le raisin contient trois vitamines importantes : la B indispensable au renouvellement de vos cellules et qui a un effet anti-déprime (notamment la B6) ; la C qui redonne tonus et qui est anti-oxydante, ce qui ralentit le vieillissement cellulaire, limite les maladies cardio-vasculaires et aurait un effet préventif contre les cancers ; la E, anti-oxydante, anti-âge, anti-fatigue.

Voilà, comme vous pouvez le constater, le raisin est un formidable fruit qui concentre tous les bienfaits nécessaires au rééquilibrage, à la revitalisation, à la protection, au maintien de la jeunesse… de votre organisme.
Anti-stress, anti-fatigue, anti-âge, « anti-maladies », « anti-cholestérol », anti-déprime, « anti-douleurs musculaires », anti-arthrose… « anti-tout » ou presque, le raisin doit se consommer sans modération. Mais attention, tout de même, car c’est un fruit assez calorique. Donc, quand vous consommez du raisin, mangez peut-être un peu moins d’aliments sucrés ou riches en graisse.

Certains préconisent des cures de raisin. Ils conseillent de manger du raisin et rien que du raisin, à tous les repas : 3 kilos par jour pendant 10 jours. Du fait de sa composition, il ne s’ensuivrait aucune carence, bien au contraire et en début d’automne, cela préparerait votre organisme à affronter l’hiver et vous ferait maigrir à cause de son effet diurétique vu les quantités absorbées.
Mais attention, si vous vous en sentez capable, parlez-en avant à votre médecin, tout le monde ne réagit pas de la même façon. De plus, la cure ne s’improvise pas du jour au lendemain, il y a une phase préparatoire. Renseignez-vous, prenez vos précautions avant !
Sinon, contentez-vous d’en manger très régulièrement, tant que c’est la pleine saison, cela ne pourra vous faire que du bien !


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

16/08/2007

Diminuez votre taux de cholestérol, est-ce possible ?

Le cholestérol fait peur. Tout le monde surveille son taux de cholestérol comme si c’était son ennemi juré. On a l’impression qu’il existe deux catégories de Français : ceux qui ont du cholestérol et ceux qui n’en ont pas !

Pourtant, le cholestérol n’est pas uniquement votre adversaire. Il est plutôt votre allié dans la mesure où il est nécessaire au bon fonctionnement de votre organisme.
Ce qu’il faut avant tout savoir sur le cholestérol, c’est qu’il existe du bon et du mauvais cholestérol. Et les deux sont vitaux : ce sont des composants sanguins indispensables à la construction et à la bonne santé de vos cellules.
Un taux élevé de bon cholestérol est essentiel. Et seul un taux élevé de mauvais cholestérol peut vous être néfaste. Vous devez absolument les surveiller de près pour éviter les problèmes.

Pour repérer un taux élevé de cholestérol dans votre sang, un certain nombre de signaux est facilement identifiable. On peut citer, par exemple : l’hypertension, des troubles de la vision, des bourdonnements d’oreilles, des fourmillements dans les jambes, dans les pieds ou autour des lèvres, un excès de poids. Le stress peut également être un facteur important d’augmentation de votre taux de cholestérol.

Si vous ressentez ce genre de désagréments, n’hésitez surtout pas à faire contrôler votre taux de cholestérol par votre médecin. Une simple prise de sang suffit. C’est peu de chose mais indispensable pour que vous soyez rassuré et tranquillisé.
En effet, un taux de cholestérol élevé peut avoir de graves conséquences. De la graisse s’accumulera sur la paroi de vos artères qui finiront par se boucher et provoquer des maladies cardio-vasculaires ou cérébro-vasculaires.
Pour éviter cette extrémité, il est donc primordial que vous surveilliez votre taux de cholestérol, que vous évitiez surtout de voir votre taux s’élever. Dans le cas où la prévention ne suffit pas, il existe des moyens de réduire votre taux.

Si votre taux de cholestérol est particulièrement élevé, votre médecin vous prescrira un traitement médical qui le fera baisser.
Une bonne hygiène de vie peut également vous aider. Cette dernière est largement préconisée en prévention.
Des tonnes de conseils sont diffusés régulièrement pour lutter contre le cholestérol.

Voici quelques astuces susceptibles de vous aider à ne pas avoir de cholestérol ou à diminuer votre taux.

Comme l’aurait très bien dit de La Palisse, votre taux de cholestérol sera élevé si votre alimentation est riche en graisse. C’est l’équation parfaite. Par conséquent pour réduire votre taux de cholestérol, vous devez adopter un régime alimentaire pauvre en graisse. C’est le point essentiel. D’autres aliments sont également conseillés : ceux riches en fibres qui ont tendance à diminuer le taux de cholestérol dans le sang.
Les légumes cumulent parfaitement ces deux avantages : haricots verts, petits pois, carottes, artichaut, oignons, ail, brocolis, etc. sont à privilégier.
Un apport important en fibres peut être effectué par le pain complet, les pâtes et le riz complets, le son d’avoine que vous pouvez saupoudrer sur vos aliments.

Les fruits sont également indispensables, notamment les pommes (une ou deux par jour, voire 1 kg si vous en êtes capable). Ajoutez-y des poissons gras type maquereau, thon, saumon, sardine, hareng, riches en acides gras et qui augmentent le bon cholestérol. L’huile d’olive, de colza auront le même effet. Buvez aussi du thé vert et du vin (à consommer avec modération), dont les tannins vont diminuer votre taux de cholestérol. Autres aliments conseillés : cornichons, concombres, piments, raisins.

Evitez la viande, les huiles de tournesol ou de maïs (car les graisses s’oxydent facilement), les aliments frits, le lait entier, le beurre, les œufs (pas plus de deux par semaine), l’alcool (même si certaines études montrent qu’un verre de bière ou de vin par jour peuvent augmenter le bon cholestérol. Mais prudence : ce n’est pas une raison pour boire sans modération !).
Si vous en êtes capable, adoptez un régime végétarien qui cumule tous les avantages.

Autres précautions à prendre. Si votre stress est la source de votre cholestérol, essayez de le réduire au maximum. Pour être plus détendu, faites du yoga, de la relaxation, tournez-vous vers le amma assis, la méditation.
D’autres thérapies naturelles sont également parfois suggérées pour diminuer votre taux de cholestérol : la réflexologie (demandez à un très bon praticien de stimuler les points qui correspondent à votre thyroïde et à votre foie), la visualisation auraient un effet intéressant.
Bougez également plus et votre taux de bon cholestérol augmentera. Vous n’êtes pas obligé de faire de l’exercice à outrance, de la marche une demi-heure par jour ou des séances de qi-gong ou de la gymnastique douce peuvent suffire. Certains chercheurs conseillent aussi d’arrêter de fumer.

Voilà, vous avez toutes les clés en mains pour prévenir ou réduire un taux de cholestérol élevé. Parlez-en à votre médecin avant tout ! Prenez-vous en mains. Adoptez une bonne hygiène de vie. Ainsi, le cholestérol ne vous fera plus peur.


Pour avoir des développements plus précis sur le stress, la relaxation, la méditation, la visualisation, les bourdonnements d'oreille, etc., n'hésitez pas à visiter le site Katisa Ediitons http://www.katisa-editions.com

22/07/2007

Remontez-vous le moral par un simple geste !

Baisse de moral, déprime, manque d’entrain sont le lot de nombreuses personnes surtout en ces temps où le soleil n’est pas au rendez-vous.
Un simple petit geste peut vous aider à vous remonter le moral. En plus, il peut se pratiquer tous les jours.
Mais quel est ce moyen qui procure un tel bienfait ?
C’est tout bonnement un petit carré de chocolat !

Beaucoup ont parfaitement compris que le chocolat, c’est bon. Ils éprouvent le besoin d’en manger régulièrement car cela leur fait du bien, leur procure un bien-être certain.

Ont-ils raison ?
Oui, sans aucun doute. En effet, quand on énumère la composition du chocolat, on remarque que ses composants ne peuvent que procurer des bienfaits intéressants et attrayants.

- C’est un stimulant contenant une substance (la théobromine) proche de la caféine.

- Il contient du magnésium bon pour l’équilibre général de votre corps

- Il a un effet anti-dépresseur car il renferme du salsolinol et de l’anandamide.

Avec de tels bienfaits, ce serait faire preuve d’insouciance que de se priver d’un bon carré de chocolat.

Malheureusement, ce serait trop beau. A côté de ses qualités, le chocolat a quelques défauts.

- Il est calorique : composé de beurre de cacao et de sucre, il est riche en graisse et en glucose. C’est pour cette raison qu’il est conseillé de manger essentiellement du chocolat noir avec plus de 70 % de cacao car il est moins sucré. Néanmoins, le beurre de cacao diminue le mauvais cholestérol. Mais, là, encore, il faut faire attention : seul le chocolat noir à forte teneur en cacao est concerné. Donc, évitez le chocolat au lait, le chocolat aux noisettes, noix, amandes, « façon pâtissier » (plus calorique) et le chocolat blanc (qui n’est que du beurre de cacao donc de la graisse !). Vérifiez attentivement la composition de votre chocolat avant de l’acheter : les normes européennes depuis peu autorisent, scandaleusement, l’ajout dans le chocolat de graisses végétales autres que le beurre de cacao (huile de palme, par exemple) qui sont néfastes pour le corps et augmentent inutilement la teneur en graisse.

- Il aurait pour effet de faire faire des cauchemars s’il est consommé le soir.

- C’est une drogue douce (très douce) car il contient des N-acyléthandamines, stimulant la production de cannabionoïdes. Ce qui provoque une dépendance à force de le consommer. Effet dont vous avez certainement dû vous rendre compte car on a du mal à s’en passer.

Finalement, le chocolat c’est bon pour la santé. Il a des bienfaits certains et prouvés. Mais, comme tout, il faut le consommer avec modération, le déguster. Un seul carré de 10 g suffit pour bénéficier de ses bienfaits, pas besoin de manger la plaque. Et, surtout, vous devez bien le choisir ! Mangez du bon chocolat, du vrai. Attention aux contrefaçons…
Pourquoi ne pas devenir un expert en chocolat car, comme pour les vins, il en existe de grands crus.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique