logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/09/2007

La sophrologie, qu’est-ce que c’est ?

Tout le monde a entendu parler de sophrologie. Avec la mode des médecines parallèles, naturelles, on en entend de plus en plus parler d’ailleurs. Pour les non-initiés, la sophrologie évoque la relaxation, le bien-être, la respiration. En fait, c’est plus que cela.
Dans cet article, je vais tenter de préciser davantage les choses.

Tout d’abord, la sophrologie est une invention récente. Elle a été inventée, en Espagne, en 1960 par un neuro-psychiatre colombien, le Dr Alfonso CAYCEDO (étudiant en Espagne). Rejetant les procédés durs de la psychiatrie de l’époque, type électrochocs, il met au point une nouvelle méthode plus respectueuse des malades, tenant compte de leur personnalité, de leurs particularités. Elle avait pour objectif de connaître la conscience des malades psychiatriques afin de les aider à aller mieux.

Le but de la sophrologie est d’établir ou de rétablir l’harmonie entre le corps et l’esprit. L’inventeur de la méthode s’est beaucoup inspiré de techniques orientales comme le yoga, la méditation et il les a couplées avec la relaxation occidentale. Tout ceci en vue de développer la conscience afin de combattre les angoisses, les peurs et les tensions.
La sophrologie permet de redonner confiance au patient, en inculquant à son esprit des pensées positives. C’est une façon de se connaître soi-même, de se retrouver et de changer.

La sophrologie s’est beaucoup démocratisée au fil du temps. Elle est sortie des hôpitaux pour atteindre « Monsieur Tout le Monde ».
Les personnes qui doivent accomplir des performances se l’ont appropriée. C’est le cas des sportifs, par exemple. Avant de courir, de nager ou de sauter, certains d’entre eux suivent des séances de sophrologie.
D’autres l’utilisent en prévention pour se sentir bien dans leur peau. Les femmes enceintes la pratiquent même pour préparer leur accouchement.

Les séances, où vous êtes allongé ou assis confortablement, comportent deux phases :

- une phase de détente du corps grâce à la pratique de la respiration et de la visualisation de chaque partie du corps (de la tête au pied), accompagnée de la voix du sophrologue
- une phase de prise de conscience, d’accès aux régions supérieures de la conscience toujours grâce à des exercices de respiration et de concentration.


Au cours des séances, vous apprendrez des exercices simples et pratiques qui vous aideront, dans votre quotidien, à combattre le stress, les angoisses, la colère, l’anxiété, la fatigue, la nervosité et à acquérir la patience et le calme.

En France, il n’y a pas de diplôme d’Etat de sophrologue. L’exercice de la profession est libre, donc non réglementée. Une simple formation suffit. Ainsi, méfiez-vous des charlatans. En effet, beaucoup de simples particuliers, surfant sur la mode des médecines douces, se disent sophrologues. Si vous avez envie de consulter un sophrologue, renseignez-vous avant. Il existe une Fédération Française de Sophrologie qui fédère de nombreux praticiens et qui leur impose un code éthique et déontologique, dans le but de normaliser la profession.

Si vous trouvez le bon thérapeute, la sophrologie devrait vous aider à vous sentir mieux, à la fois dans votre tête et dans votre corps. Vous serez ainsi paré pour lutter contre les tensions, le stress, pour dénouer facilement les conflits…
Votre vie sera changée grâce à la conquête d’un mieux-être salvateur.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les audios et les ouvrages gratuits, dont le "Guide d'Initiation A La Santé Au Naturel".

25/07/2007

Maîtrisez votre colère

Petit test :

Quand quelqu’un vous fait une queue de poisson sur la route, comment réagissez-vous ?
1 Vous vous mettez immédiatement en colère prêt à lui rendre la pareille
2 Vous râlez sur le coup mais vous finissez par vous dire que vous avez affaire à un malotru
3 Vous restez zen en vous disant que ce bonhomme ne doit pas être bien dans sa tête pour faire des choses pareilles

Quand un de vos enfants renverse son verre d’eau
1 Vous rentrez dans une rage folle en disant qu’il le fait exprès
2 Vous le disputez mais très vite vous épongez l’eau
3 Vous lui dites tout simplement que cela arrive à tout le monde et que ce n’est pas grave

Arrêtons-là ce petit test très court mais suffisant pour savoir si vous vous mettez facilement en colère.
Si vous avez répondu 1 aux deux questions, il est indéniable que vous réagissez au quart de tour. Le moindre petit évènement, même le plus anodin, vous plonge dans une colère noire. Il est évident qu’un tel comportement est excessif et peut vous amener à dire ou à faire des choses que vous regretterez par la suite. Dans ces moments-là, vous ne semblez plus maître de vous-même. Vous sortez des énormités. Vous pouvez même devenir violent. Vous sortez littéralement de vos gongs. Vous donnez l’impression de ne plus être la même personne.
Mais c’est plus fort que vous et bien souvent, vous dites pour vous justifier que ce n’est pas votre faute, que vous êtes comme çà, que vous ne pouvez pas vous empêcher de réagir de cette façon.

Hé bien, vous avez tort. En effet, se mettre ainsi en colère pour un oui ou pour un non peut être dangereux pour les autres mais également pour vous. Vous finirez par vous couper des autres car ils ne voudront plus vous côtoyer. N’oubliez pas qu’un tempérament colérique est mauvais pour la santé.
Vous ne devez pas penser que c’est comme çà, que vous ne pourrez jamais changer. Détrompez-vous.
Ne renoncez pas ! Maîtriser sa colère, cela s’apprend. Et, tout le monde peut y parvenir s’il s’en donne la peine.

La recette est assez simple. D’abord, vous devez analyser les circonstances dans lesquelles vous vous mettez en colère. Généralement, il y a toujours un élément déclencheur, pratiquement le même à chaque fois. Peut-être le fait de faire tomber quelque chose, une parole, un mot particulier, la sensation que l’on ne vous écoute pas, que l’on ne veut pas faire ce que vous voulez, une frustration, l’impression de ne pas avoir une totale maîtrise sur les événements…
En repérant vos déclencheurs, vous saurez dans l’avenir que dès que ces derniers se manifestent, vous vous mettrez automatiquement en colère. Donc, à vous d’anticiper votre colère. Dès les premiers signes annonciateurs de cette dernière, vous devez réagir.

De quelle façon, me direz-vous ?
En prenant sur vous, en vous contrôlant. Vous devez vous concentrer au maximum, réfléchir à tous vos faits et gestes. Surtout, vous devez apprendre à garder votre calme dans ce type de situations. Il s’agit, en fait, de vous maîtriser, de prendre le dessus sur votre colère, avant même qu’elle ne se déclenche.
Si vous éprouvez des difficultés pour y parvenir, vous pouvez vous tourner vers la respiration profonde, la relaxation, le Qi gong, la sophrologie, le yoga afin d’apprendre à garder votre calme en toutes circonstances. C’est à vous de vous prendre en mains.

Bien entendu, ces conseils ne valent que si vous vous mettez en colère de manière intempestive, excessive, pour un oui ou pour un non. Dans ce cas, il s’agit davantage d’un trouble du comportement nuisible que vous devez absolument guérir car il ne peut que gâcher votre vie et celle de votre entourage.

A côté de cela, se mettre en colère de temps en temps et surtout pour des raisons bien précises n’est pas forcément une tare, un défaut rédhibitoire. Cela montre que vous êtes vivant, que vous n’êtes pas indifférent au monde, à ceux qui vous entourent. D’ailleurs de grandes causes nationales sont nées ou de grands problèmes ont été résolus parce que des personnes se sont mises en colère, se sont indignées et ont dit « j’en ai assez » ou « plus jamais çà ».
D’ailleurs, si vous connaissez des personnes qui ne se mettent pas en colère, demandez-vous s’il s’agit tout simplement de détachement, d’apathie ou si elles ne sont pas en dépression, plus touchées par rien.
De plus, se mettre en colère peut aider à relâcher la pression, peut soulager, après un moment de stress. Cela permet parfois de mettre les choses à plat une bonne fois pour toute et de repartir sur de bonnes bases. Mais il faut que cela demeure exceptionnel.

En fait, la colère peut être saine à condition qu’elle ne soit pas systématique, abusive et exagérée. Si c’est le cas, apprenez à vous maîtriser. Vous vivrez mieux, plus harmonieusement et votre entourage vous en saura gré.



Pour vous aider, retrouvez un enregistrement audio "Apprenez Enfin A Respirer !" sur la respiration profonde, en téléchargement gratuit, sur http://www.katisa-editions.com. Par des exercices simples et pratiques apprenez à vous relaxer et à retrouver une meilleure santé.

17/07/2007

Une histoire de vengeance

Voici une histoire racontée par Orison Swett Marden sur la vengeance et ses méfaits :



"On raconte l’histoire d’un homme qui, très pauvre au début de sa carrière, avait réussi ensuite à accumuler une fortune. Il se fit construire une magnifique maison, puis, comme il désirait ennuyer un voisin avec lequel il s’était querellé, il fit élever du côté de la maison de ce voisin une palissade si haute qu’elle enlevait toute la lumière et tout le soleil de la maison du pauvre homme.
Elle le privait aussi de la fraîche brise d’été, de la chaleur du soleil en hiver, et rendait sa demeure tout à fait inconfortable et insalubre. Et le pire, c’est qu’une sœur, malade de la tuberculose, et qui aurait eu grand besoin de soleil habitait cette maison avec son frère. L’homme riche le savait, mais possédé du désir de se venger, il ne s’occupait pas de ceux qui pouvaient en souffrir.

Il n’avait pas parlé à son voisin depuis plusieurs années, lorsqu’un jour, il vit un corbillard devant sa porte. Instantanément la lumière se fit dans son esprit ; il comprit que la sœur malade était morte, et il fut torturé à la pensée qu’en la privant de soleil et d’air, il avait peut-être hâté sa fin.
Il essaya par tous les moyens possibles de se débarrasser de cette idée, en se disant : “Je suis fou, je n’y suis pour rien. Cet homme n’avait qu’à loger la malade dans un autre quartier de la ville. Je ne suis pas responsable de sa mort.”

Mais cette pensée ne voulait pas le quitter, et il résolut d’aller trouver ce voisin, contre lequel il avait nourri pendant si longtemps des sentiments de haine, et de lui offrir, s’il le désirait, de démolir la palissade. Mais chaque fois qu’il décidait d’y aller, quelque chose en lui, qu’il ne pouvait dominer, l’en empêchait, jusqu’à ce qu’un jour le voisin disparut.
Ne le voyant plus sortir de sa maison, il s’enquit de ce qu’il était devenu, et apprit que le pauvre homme était très malade et qu’il ne vivrait probablement plus bien longtemps. Ceci accrut sa torture, ses regrets, car il craignait que, comme pour la sœur, sa palissade n’ait quelque rapport avec cette maladie.

Il résolut de nouveau d’aller voir son voisin, de lui demander pardon, et d’enlever la palissade. Il alla même jusqu’à sa porte, mais il n’eut pas le courage d’entrer dans la maison. Il craignait d’être honteusement éconduit, et il ajourna sa bonne résolution, jusqu’à ce qu’un jour il vit un crêpe à la porte. Alors, il comprit que son voisin était mort, et qu’il ne pourrait plus jamais lui demander pardon pour le tort qu’il lui avait fait.

Après les funérailles, il fit démolir la palissade, mais il ne cessa jamais de s’accuser de ces 2 morts. Ses dernières années furent empoisonnées par les regrets et le remords. Il quitta sa belle demeure, car il ne pouvait plus supporter la vue de la maison voisine, vide et désolée, qui était pour lui un reproche perpétuel.


Les gens qui nourrissent du ressentiment ou de la haine, qui construisent des palissades “haineuses” pour priver d’air, de lumière et de vue leurs voisins, ne retirent jamais une vraie satisfaction de leur conduite diabolique ; ils comprennent trop tard qu’ils n’ont fait qu’attiser le feu de leur colère et de leur ressentiment, et par conséquent accru leur malheur."


Retrouvez une biographie d'Orison Swett Marden, ainsi qu'un de ses ouvrages en téléchargement gratuit sur Katisa Editions : http://www.katisa-editions.com

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique