logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

07/10/2007

Vous n’allez pas y échapper...

A moins que vous viviez sur une île déserte, sans aucun moyen de communication, vous devez immanquablement savoir que la France vit « rugby » depuis quelques temps, encore plus depuis que la France est qualifiée pour les ¼ de finale.
Mais, là n’est pas mon propos. Certes si la France bat la Nouvelle-Zélande, je serai contente. Et à l’heure où vous lirez ces lignes, vous connaîtrez le résultat. Mais, si ce n’est pas le cas : tant pis !

En fait, ce qui m’intéresse dans le rugby, ce sont plutôt l’esprit, les valeurs qu’il dégage. Les commentateurs, les spécialistes du rugby, les joueurs les mettent constamment en avant et nous donnent l’impression que seul ce sport rassemble ou plutôt, pour faire un jeu de mot, mêle toutes ces valeurs.
Ces dernières sont notamment la solidarité, le dépassement de soi, l’humilité, l’esprit
d’équipe, le respect, la persévérance. Rien que des valeurs que l’on aimerait, sans aucun doute, tous voir appliquer, respecter, en dehors du terrain.

C’est précisément ce qu’essaient de faire des chefs d’entreprise en France. Quelques-uns organisent même, pour leurs cadres, des séminaires « rugby » animés par d’anciens joueurs notamment. Ce n’est pas une blague. D’ailleurs, quand on regarde de plus près le monde du rugby et le monde de l’entreprise, il est évident que des similitudes existent. Le travail en équipe, la volonté de faire de son mieux pour le groupe, la conscience d’appartenir à un groupe, etc.

Il est indéniable que si l’on veut qu’une entreprise fonctionne de la meilleure façon possible, il faut que le groupe soit soudé, solidaire, combatif, regarde dans la même direction, possède l’esprit d’entreprise, se démène, se dépasse pour elle, obéisse au chef d’entreprise tout en faisant preuve d’initiative quand les circonstances le demandent. Les salariés doivent mettre en commun leurs multiples talents : chaque spécialité doit converger vers l’intérêt commun.
A côté, le patron (l’entraîneur) est, lui aussi, amené à travailler dans l’esprit rugby. Il doit s’imposer des règles strictes afin de ne pas mettre en danger son entreprise, sous peine de sanctions. Il doit se mettre au service de son équipe et doit faire preuve d’humilité. C’est bien le dirigeant de l’entreprise, c’est lui qui impose la direction générale à suivre mais il doit bien comprendre qu’il n’est rien sans son équipe, que s’il y a succès, c’est, en premier, grâce à elle.

Voilà, dans leurs grandes lignes, les convergences qui existent entre le rugby et l’entreprise. Elles ne semblent nullement être tirées par les cheveux.
Le rugby est bien un sport à part, où l’esprit, les valeurs sur le terrain sont primordiales. Ce n’est pas seulement, plaquer, se disputer le ballon, marquer des essais, c’est aussi être ensemble, se battre pour l’équipe entière, se dépasser…, bref, tout ce que tout le monde devrait faire dans la vie.

Certains pensent peut-être que l’on parle trop du rugby, que c’est exagéré, qu’il y en a marre… C’est compréhensible pour les personnes qui n’aiment pas le rugby. Mais à défaut d’aimer le sport, essayez d’adopter l’esprit et les valeurs du rugby. Cela ne pourra que vous aider à aller de l’avant et à être respectable et respecté de tous.
Un dernier petit point. N’oubliez pas un dernière valeur du rugby : la convivialité, avec la fameuse troisième mi-temps… encore une qualité intéressante à posséder !


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

18/05/2007

Cela valait vraiment la peine…

Aujourd’hui, on vit dans un monde où tout va vite. De nombreuses personnes veulent tout, tout de suite. Manger, se cultiver, s’informer, voyager, etc., tout doit se faire très vite. Pas le temps de faire à manger, pas le temps de passer un moment avec ses enfants, pas le temps d’aller voir ses parents, pas le temps de contempler la nature, pas le temps de souffler… On entend cela à longueur de journées.
C’est le comportement de beaucoup de monde, mais est-il bon pour autant ? Rien n’est moins sûr !

En effet, …

Cela ne valait-il pas la peine d’endurer neuf mois d’une grossesse même difficile pour tenir dans ses bras son bébé tout mignon, tout beau ?
Cela ne valait-il pas la peine que le boulanger se lève à une heure du matin pour faire du bon pain que l’on dégustera avec délice ?
Cela ne valait-il pas la peine de passer du temps dans son potager pour manger de bons légumes bien frais ?
Cela ne valait-il pas la peine de sacrifier quelques sorties pour obtenir un beau diplôme ?
Cela ne valait-il pas la peine de passer quatre jours à gravir une montagne pour avoir la joie suprême de connaître le dépassement de soi ?
Cela ne valait-il pas la peine de passer ses week-ends dans le ciment pour construire une maison pour y voir grandir ses enfants ?
Cela ne valait-il pas la peine de prendre un peu de temps pour faire plaisir à sa grand-mère en allant lui rendre visite avant qu’il ne soit trop tard ?
Cela ne valait-il pas la peine d’attendre d’avoir atteint 35 ans (ou même 50 ans) pour connaître le grand, le vrai Amour ?
Etc.

Finalement, le bonheur procuré par ce que l’on obtient n’est-il pas en proportion des efforts que l’on a fournis, du temps que l’on a mis pour l’obtenir ? En voulant tout faire trop vite, on passe à côté du bonheur, à côté de la vie.
L’impatience n’est pas bonne conseillère ; elle ne mène à rien. Par contre, la persévérance mène à tout ! Le bonheur, le vrai, le sublime, se construit pas à pas…



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique