logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

01/07/2010

Comportements éronnés

Voici un extrait du livre de Jean-Marie Pelt, "C'est vert et ça marche !" :

 

"L'écologie est une idée neuve du XXe siècle. Elle a entraîné dans son sillage l'emergence du concept de développement durable, visant à assurer à nos enfants et à leurs propres enfants, de génération en génération, une Terre viable et riche en ressources - une planète que nous n'aurions pas honteusement exploitée et dénaturée. C'est en mettant en oeuvre ces concepts nouveaux dans toutes leurs dimensions - économiques, écologiques, sociales, éthiques - que nous parviendrons à relever les défis du futur. Car si nous devions échouer, nous n'aurions aucune chance d'éviter le scénario catastrophe. Et pas même l'excuse de dire : "Nous ne savions pas", puisque, désormais, il est bien clair que nous savons à quoi nous en tenir si nous persistons dans nos comportements erronés. L'heure est venue de remettre en cause les dogmes économiques et politiques en vigueur ; l'heure est à la résilence.

 

N'hésitons pas à remettre en cause, en particulier, le dogme du capitalisme, désormais plus financier qu'entrepreneurial, qui partout domine le monde avec l'emergence du concept de "globalisation". Aucun élu, aucun homme politique n'a jamais décidé démocratiquement la mondialisation. N'ul n'en contrôle les effets. Tandis que les pays du Sud, au fur et à mesure que la mondialisation détruit leurs traditions et leurs structures familiales et communautaires, sont de plus en plus pauvres et de plus en plus éprouvés, les pays du Nord accumulent des richesses de plus en plus inégalement réparties. Celles-ci se concentrent entre les mains de quelques-uns, puisque, dit-on, 225 familles détiennent plus de richesses que les 2,5 milliards de Terriens les plus pauvres ! Et tandis qu'une infime minorité de privilégiés, notamment dans le monde des affaires, du sport ou du showbiz, courtisés et promus par les médias, accumule les richesses, toujours plus nombreux sont ceux qui basculent sous le seuil de pauvreté, y compris dans les pays riches, aux Etats-Unis et en Europe, mais aussi en Chine, victime d'un néocapitalisme particulièrement peu respectueux des droits des personnes.

 

Si tous les Terriens vivaient comme un Américain, il faudrait 5 planètes semblables à la nôtre pour fournir les ressources nécessaires à leurs besoins. Il en faudrait 3 si tous vivaient comme un Européen de l'Ouest. Et tandis que la Chine et l'Inde s'invitent au banquet en poussant plus loin encore le modèle américain de développement et de croissance, l'Afrique s'effondre et les disparités s'aggravent. Où va la Terre, prise dans ce tourbillon générateur à la fois de fortunes honteuses et de misères abyssales ? Saurons-nous réorienter un mode de développement lourdement matérialiste, si peu préoccupé d'équité et de progrès humain ?"

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages gratuits.

26/04/2010

Le développement durable existe-t-il vraiment ?

Tous les jours, on entend parler de développement durable. Les journalistes, les politiques utilisent cette expression à tout bout de champ, sans vraiment en donner une définition claire et précise.

En fait, le développement durable, c’est, selon « La Documentation Française », « répondre aux besoins du présent sans compromettre la possibilité, pour les générations futures, de pouvoir répondre à leurs propres besoins. » La notion de développement durable connaît ses prémices en 1971 grâce au Club de Rome, une association privée internationale, qui constate que la croissance économique toujours plus forte et toujours plus ambitieuse, entraîne une surexploitation des ressources naturelles de la Terre, qui sont vouées à disparaître si les pays industriels continuent sur la même voie. La Planète court ainsi un grave danger si rien n’est fait ! En 1972, les Nations-Unies vont se saisir du problème et vont émettre l’idée que les pays développés doivent faire preuve de prudence écologique pour éviter une disparition des ressources de la Terre et une catastrophe écologique inéluctable.

A partir des années 80, les preuves de ce désastre en devenir sont bien visibles : disparition de la couche d’ozone, effet de serre, déforestation, Tchernobyl, etc. Dès-lors, le monde entier va parler de « Sustainable Development », traduit par « développement durable ». A partir de là, les pays semblent s’être mis d’accords pour préserver les ressources de la planète afin de permettre à nos enfants de continuer à vivre sur la Terre, une ambition tout à fait louable et indispensable.

Mais, entre les discours et les faits, il y a souvent un fossé qu’il est assez difficile de combler. Je ne sais pas si c’est le cas pour vous, mais, moi, depuis 30 ans que le développement durable a fait son apparition, je n’ai pas constaté de grandes améliorations. La déforestation continue toujours (surtout à cause de l’huile de palme et de l’exploitation du bois exotique), le réchauffement climatique s’accentue d’année en année (malgré les propos très optimistes de Claude Allègre), les énergies fossiles (pétrole, gaz) continuent à être utilisées autant sinon plus, la biodiversité disparaît progressivement (grâce à Monsanto et les OGM), les abeilles disparaissent (à cause des pesticides), le sol s’appauvrit de plus en plus (à cause des pesticides en tout genre), les exploitations intensives agricoles et d’élevages sont de plus en plus grandes pour nourrir, très mal, des millions d’individus qui meurent de la malbouffe, etc.

Stop, j’arrête là la liste des désordres que nous subissons tous les jours. Cela risquerait de vous donner le bourdon. Pourtant, le développement durable était bien un concept ambitieux et humaniste. J’emploie l’imparfait alors que j’aimerai tant employer le présent et surtout pas le futur. C’est maintenant qu’il faut agir, demain il sera trop tard.

Le développement durable est un excellent concept que les politiques citent souvent. Mais les gestes ne suivent pas. Il suffit de voir la catastrophe qu’a été le Sommet de Copenhague. Toutefois, ne soyons pas si pessimiste. Les particuliers, dans le monde entier, agissent et ils sont de plus en plus nombreux. Ils prennent les choses en mains, ils s’unissent, ils s’organisent pour que le développement durable ne reste pas que des mots mais pour qu’il devienne une réalité. Vous aussi, vous pouvez agir et faire en sorte de consommer raisonnablement et « durablement », pour laisser à vos enfants une Terre encore « vivable ». Il n’est pas trop tard. Les politiques seront contraints de vous suivre… enfin, j’espère…

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

14/03/2009

Apprendre à protéger la planète

" La Terre, cette planète magnifique, est bien plus fragile qu’on ne l’imagine et la pression de l’homme, bien plus forte qu’elle ne peut le supporter. Les grands équilibres sont menacés et l’avenir de l’humanité compromis.
Nous savons, mais nous refusons d’agir. Le paradoxe est insupportable.

Il est grand temps que la prise de conscience se traduise dans les actes, individuels et collectifs. Le défi écologique, c’est une occasion magnifique de redonner du sens au progrès. C’est aussi une occasion unique de consacrer deux nouvelles formes de solidarité : la solidarité avec l’ensemble des êtres vivants et lasolidarité avec les générations futures.
Faisons jaillir ce nouveau monde, respectueux du vivant sous toutes ses formes, et que chacun devienne l’avocat de la vie.

Notre avenir est entre nos mains, il faut réagir, et vite. Le développement durable est bel et bien une révolution culturelle qui devrait nous conduire à changer de comportement, produire et consommer différemment, afin d’assumer pleinement nos responsabilités.
Réduisons notre impact écologique, la nature et l’humanité ont besoin de chacun de nous, là où il est. C’est un
combat qui demande la participation de tous. Relever le Défi pour la Terre, c’est se mobiliser au quotidien.

Ce que nous mangeons, les moyens de transport que nous utilisons, la façon dont nous nous chauffons… ; voilà autant d’actions qui nous lient à notre environnement. Aucune action individuelle n’est dérisoire. Chaque geste compte. Essayons, le temps faisant, d’améliorer nos comportements, échangeons nos bonnes idées et nos bonnes pratiques. Multipliées à l’échelle d’un pays, elles contribueront à réduire l’impact des activités humaines sur la planète. Alors faisons les bons gestes pour la planète !

Ouvrons le chemin, soyons citoyens de la Terre, les politiques et les industriels suivront."


Nicolas Hulot
Président de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme


A l’adresse http://www.defipourlaterre.org/outils/
vous trouverez de nombreux outils gratuits à télécharger pour apprendre à protéger la planète et devenir un parfait éco-citoyen.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique