logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/08/2010

La force de conviction

Voici un extrait du livre d’Orison Marden « Osez croire en vous » :

« Quel succès pourrait obtenir un dompteur qui entrerait pour la première fois dans une cage de lions ou de tigres remplie de crainte, de doute et d’incertitude ? Qu’arriverait-il s’il se disait : “C’est une entreprise passablement hasardeuse pour un être humain que de se mesurer avec un tigre. Je veux essayer de dompter ces bêtes féroces, mais pourrai-je y arriver ?”

Si cet homme se présentait en une telle attitude de faiblesse, de doute et de crainte devant les bêtes féroces, il serait certainement mis en pièces. Une fière audace seule peut le sauver. Il doit les fasciner par son regard ; par les effluves qui s’échapperont de ses yeux, il les maintiendra sous sa domination, car le moindre instant de défaillance lui serait fatal et pourrait lui coûter la vie.

En réalité, un homme ne peut avoir la ferme volonté qui conduit au succès qu’en étant persuadé de réussir dans son entreprise.

Comment serait-il possible à un jeune homme de devenir un bon négociant si, dans son for intérieur, il ne se reconnaît pas les aptitudes nécessaires ? Une telle attitude mentale ne peut rien produire de bon. L’intelligence doit dominer ; le modèle doit être créé avant que la navette du tisserand reproduise le dessin; l’idéal doit toujours inspirer et guider.

Nous avançons toujours dans la direction de notre conviction. C’est ce que nous nous croyons capable de faire que nous accomplissons.

« Ils peuvent parce qu’ils croient pouvoir » nous dit Virgile dans Enéide.

Comment serait-il possible à un jeune homme de faire fortune, s’il ne croit pas avoir quelque aptitude à gagner de l’argent, et s’il se lance dans les affaires avec la conviction que quelques-uns seulement réussissent à s’enrichir, que la plupart restent pauvres, et qu’il fait probablement partie de cette dernière catégorie ?

Comment serait-il possible à un garçon de réussir au collège, s’il se croit incapable de mener à bien ses études, s’il se plaint constamment de n’avoir point de chance, point d’argent, personne pour l’aider ?

Comment serait-il possible à un jeune homme sans travail de trouver un bon emploi, s’il ne se croit pas capable de remplir les obligations qu’il lui imposerait, et s’il répète tout le temps : À quoi bon ? »

N’hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages gratuits.

14/04/2008

Le doute est le début de la sagesse

« Le doute est le début de la sagesse » est une citation d’Aristote. Que penser de cette citation ?

Le doute permet de se remettre en question, de se poser des questions avant d’agir ou de prendre des décisions.
A l’opposé, avoir sans cesse des certitudes empêche d’avancer, de progresser. Mais si vous pensez que vous avez raison, que vous détenez la science infuse, vous n’en démordrez pas, même si l’on vous démontre que vous avez tort. Vous ne pourrez plus rien apprendre puisque vous savez déjà tout !
Il semble donc que vous deviez toujours laisser dans votre vie une place au doute pour pouvoir évoluer positivement.

Dans le domaine relationnel, le doute a également une grande importance. Cela peut vous aider à ne pas donner votre confiance immédiatement, sans réfléchir. Là, le doute est synonyme d’esprit critique. Ne croyez pas d’emblée tout ce que l’on vous dit. Les gens peuvent vous mentir. Si vous n’avez pas une once de doute en vous, vous vous laisserez piéger facilement.

Mais douter sans arrêt, n’est-ce pas plutôt un défaut ?
Il est certain que dans notre société où sont valorisées les performances et les certitudes, le doute n’est pas permis. Il est considéré comme un signe de faiblesse. Un cadre ou un salarié qui doute n’est pas pris au sérieux. Il passe pour quelqu’un d’hésitant.
Bien entendu, le doute a ses limites. Douter continuellement et constamment vous promet une vie d’enfer. Vous serez incapable de prendre des décisions, de vous construire une vie saine et épanouie. Là, le doute est synonyme de scepticisme, ce qui ne peut que vous nuire.
Je connais des personnes qui n’arrêtent pas de douter de tout et qui sont malheureuses au final. Elles préfèrent ne rien faire. Au moins, elles ne se poseront plus des tas de questions.

De même, dans les relations amoureuses le doute est dangereux car cela peut se transformer en jalousie maladive. Pour qu’une relation de couple soit saine et durable, la confiance doit au fil du temps remplacer le doute. Il est certain qu’au début le doute est salutaire car il évite de s’engager à l’aveugle dans une relation. D’ailleurs ne dit-on pas l’amour rend aveugle ? Mais, après cette « période d’essai », rapidement la confiance doit s’installer pour instaurer une relation sincère et stable sur le long terme.

Finalement, le doute est bien le début de la sagesse à condition que ce doute ne soit pas outrancier et qu’il vous aide à avancer plutôt qu’à vous bloquer. Le doute n’est pas une marque de faiblesse, bien au contraire. Il vous permet de vous rendre plus fort. Le doute vous aide à ne pas croire en n’importe quoi, à conserver votre esprit critique. Il vous aide à grandir et à vous rendre plus intelligent.
En doutant, vous évitez de vous fondre dans la masse, de prendre pour argent comptant tout ce que l’on vous dit, de réagir comme les moutons de Panurge.
Il vous permet de vous poser les bonnes questions, au bon moment. Mais lorsque vous avez les réponses à vos questions, vous avez toute les cartes en main et là il n’est plus temps de douter mais de foncer !

A vous de trouver le juste milieu, de ne pas transformer vos doutes en obsession.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique