logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

14/04/2017

Comment ralentir les effets du vieillissement ?

 

Télomère.jpg

Je viens de terminer la lecture du livre du Dr Elizabeth Blackburn, prix Nobel de médecine et du Dr Elissa Epel, L'effet Télomère paru  chez Guy Trédaniel éditeur.

 

Le Dr Elisabeth BlackBurn, biologiste moléculaire, a obtenu le prix Nobel de médecine pour ses recherches et la découverte de la configuration moléculaire des télomères. Elle est présidente de l'institut de recherches scientifiques, le Salk Institute et professeur émérite à l'université de San Francisco.

Le Dr Elissa Epel est psychologue de la santé, spécialiste du stress psychologique, professeur dans le département de psychiatrie de l'université de San Francisco et dirige le centre de recherches AME.

 

Tout d'abord, avant de vous parler du livre voyons ensemble ce que sont les télomères. Voici un extrait d'un article (disponible en entier ici) que j'ai écris en juillet 2010 sur le sujet.

"Ce sont de petites formes qui chapeautent l’extrémité des chromosomes. Le problème c’est que les télomères peuvent voir leur taille variée et peuvent même disparaître purement et simplement. Or, plus vos télomères sont petits, voire absents, plus vous avez de risques de contracter des maladies cardiovasculaires, des cancers, la maladie d’Alzheimer ou de vieillir prématurément.

Vos chromosomes n’étant plus suffisamment protégés pas leurs télomères, ils deviennent, en quelque sorte, fous, ils s’étiolent. Cela entraîne un dérèglement cellulaire, d’où l’apparition de maladies graves et du vieillissement prématuré de votre corps."

 

Les auteures ont écrit ce livre pour rendre accessible au grand public tous les résultats des recherches effectuées sur ce sujet et nous permettre d'éviter les risques de vieillissement cellulaire prématuré en changeant nos habitudes de vie et d'alimentation pour protéger nos télomères.

 

Elles commencent par nous expliquer rapidement le renouvellement cellulaire et son utilité, ainsi que l'utilité des télomères, en prenant une comparaison très parlante : les télomères sont comparées aux embouts plastiques des lacets.

Elles nous montrent ce qui ce passe lors du vieillissement cellulaire prématuré, puis nous expliquent pourquoi les maladies les plus graves  sont lié à ce vieillissement cellulaire. Elles nous font découvrir ensuite, en détails, les télomères et la télomérase et leur utilité dans la maladie ou la bonne santé de nos cellules.

A l'aide d'un test, nous découvrons notre style de réaction au stress. Puis les auteures nous montrent les relations entre stress, télomères et système immunitaire.

Les auteures nous montrent comment identifier nos habitudes de pensées et augmenter notre résilience au stress.

Un test de personnalité nous aide à mieux nous connaître. Puis l'on découvre les effets de l'anxiété et de la dépression sur les télomères et comment se protéger de ces 2 états émotionnels.

Un autre test nous permet d'évaluer l'état de nos télomères. Ce qui nous permet ensuite d'adopter, à chaque instant, des comportements protecteurs. Les auteures nous expliquent pourquoi il faut pratiquer des exercices physiques et quel type pratiquer pour garder nos télomères en bonne santé.

Elles nous détaillent les relations entre sommeil, problèmes de sommeil et télomères. Puis, les interactions entre santé métabolique, alimentation et télomères. Puis, entre lieu de vie, vie sociale et télomères. Et enfin, les relations entre grossesse, inégalités sociales, épreuves de l'enfance et télomères.

 

En voici un extrait : " Vivre longtemps en bonne santé et en pleine forme est notre souhait à tous. Le style de vie, la santé mentale et l'environnement contribuent nettement à la santé physique - ce n'est pas une nouveauté. Ce qui est nouveau ici, c'est que ces éléments ont un impact sur nos télomères, et ceux-ci permettent de mesurer concrètement leur contribution de manière claire et impressionnante. Leurs conséquences transgénérationnelles rendent le message des télomères encore plus pressant. Nos gènes sont comme les composants de nos ordinateurs : on ne peut pas les modifier. Notre bagage épigénétique, dont les télomères font partie, est comme les logiciels, qui doivent être programmés. Nous sommes les programmeurs de notre épigénome. Nous contrôlons, jusqu'à un certain point, les signaux chimiques qui orchestrent les changements. Nos télomères réagissent aux circonstances du moment, ils les écoutent et évoluent en fonction d'elles. Ensemble, nous pouvons améliorer leur programmation.

[...]

Contrairement aux hommes, les télomères ne portent pas de jugement. µIls sont objectifs et impartiaux. Leur réaction à l'environnement est quantifiable, en nombre de paires de bases. Cela fait d'eux un indicateur idéal dans l'évaluation des conséquences de notre environnement interne et externe sur notre santé. Si nous écoutons ce qu'ils ont à nous dire, ils nous révèlent comment prévenir le vieillissement cellulaire prématuré et comment allonger notre période de santé. Mais, au final, ce qui fait la période de santé fait aussi la beauté de la vie et du monde autour de nous. Ce qui est bon pour nos propres télomères est aussi bon pour nos enfants, pour ceux qui nous entourent et pour toute l'humanité."

 

Grâce au "laboratoire de renouveau", aux tests et aux exercices pratiques, nous apprenons à accroître notre télomérase et à protéger nos télomères.

Les auteures nous donnent également des conseils et des astuces pour que nos changements de comportement durent et pour créer de nouvelles habitudes en rompant avec les anciennes.

 

Le sujet est complexe, mais les auteures, par des images et des analogies, un langage clair et accessible, des exemples, des schémas  parviennent à nous faire comprendre ce sujet et à nous passionner par l'étendue des avancées scientifiques dans le domaine du vieillissement, qui découlent de ces recherches.

 

Un livre indispensable à lire et à appliquer, le plus rapidement possible, pour vivre plus longtemps en bonne santé et pour améliorer la santé des générations futures. Car comme le disent les auteures "vos propres choix de vie entraînent une transmission cellulaire bénéfique à la génération suivante".

 

Retrouvez le livre en entier en cliquant ici

 

 

 

 

25/05/2011

« Attention, péter peut provoquer le cancer ! »

 

Comment provoquer et entretenir la peur des internautes victimes de la cybercondrie ?

 

« Péter peut provoquer le cancer est le résultat d’une étude publiée le 30 février 2011. Cette étude a été menée par le Pr William Beurk, à l’Université de Petison, dans l’Etat du Masichuset aux Etats-Unifiés, auprès de plus de 20 personnes, pendant près de 4 mois. Le Professeur affirme que les pets peuvent provoquer certains cancers à cause des gaz que vous inhalez au moment de leur exécution ».

 

 

Quand vous lisez ce genre de communiqué, quelle est votre réaction ?

 

1) Vous paniquez et vous chercher le moyen de ne plus faire de pets

2) Vous êtes intrigué sur le moment mais en relisant, vous avez compris qu’il s’agit d’une bonne blague

3) Vous riez et vous voyez tout de suite que c’est une bonne blague

 

Si vous faites partie des 2 dernières catégories, tout va bien, vous avez l’esprit bien clair et critique. Vous avez repéré, plus ou moins vite, que ce genre d’annonce a été montée de toute pièce pour faire peur aux gens.

 

En lisant bien chaque mot, vous avez immédiatement repéré les grossières erreurs glissées dans le texte : « 30 février 2011 » qui n’existe pas ; « Pr William Beurk » qui sonne assez faux, « Masichuset aux Etats-Unifiés » qui n’existent pas, « auprès de 20 personnes pendant 4 mois », ce qui constitue un panel et un temps vraiment minimes pour mener une étude sérieuse…

 

Les victimes de cybercondrie prendront peur immédiatement

 

Par contre, parmi les internautes, il se trouvera certaines personnes qui paniqueront immédiatement et qui n’oseront plus péter. En plus, ils répandront très vite la rumeur et feront peur à d’autres personnes, jusqu’à ce que cela fasse boule de neige…

 

Ces internautes d’un genre particulier sont des « cybercondriaques ». C’est un terme proche de « hypocondriaques », ceux qui ont peur des maladies et qui pensent qu’ils ont toutes les maladies du monde.

 

Depuis quelques années, avec l’apparition d’internet, c’est la cybercondrie qui a fait son apparition. Pour certains, dès qu’ils ont un petit bobo, comme un mal de tête, ils tapent sur un moteur de recherche « mal de tête » et très souvent apparaît « cancer, tumeur cérébrale… ». Ces termes provoquent immédiatement chez ces personnes la panique et une peur qui devient vite incontrôlable. Elles retourneront tous les jours sur le net pour effectuer d’autres vérifications et elles trouveront d’autres choses qui ne feront qu’amplifier leur anxiété…

 

En quelques clics, les cybercondriaques pensent qu’ils sont gravement malades et qu’ils vont prochainement mourir. Bien entendu, ils se focaliseront sur les sites qui leur annoncent le pire plutôt que le meilleur. En plus, ils font confiance à des sites qui sont en tête des moteurs de recherche, ce qui ne préjugent nullement de leur qualité et de leur sérieux !

 

La cybercondrie, une véritable maladie

 

Fort heureusement, tous les internautes férus de diagnostic médical sur le net ne se transformeront pas en cybercondriaques. La majorité se rendra vite compte qu’il prend peur pour rien. Si la panique s’installe, ils iront consulter leur médecin traitant qui saura les rassurer. Mais, pour une minorité, la peur s’installera et s’amplifiera, ce qui aura un impact sur leur vie.

 

Peut-on blâmer les cybercondriaques ?

Il serait trop facile de rire d’eux et de les critiquer en disant : « n’importe quoi, tu ne crois que des bêtises »…

Les cybercondriaques sont vraiment malades, psychologiquement. C’est plus fort qu’eux. Ils n’arrivent pas à faire autrement que de se précipiter sur le net à chaque petit bobo qui survient. Un psychologue ou un psychiatre semblent être la seule solution pour qu’ils puissent s’en sortir et vivre, à nouveau, normalement.

 

Alors, pour éviter de sombrer dans la cybercondrie :

- faites confiance à votre médecin
- faites le tri dans les sites que vous visitez, il en existe de très sérieux qui préfèrent vous aidez à aller mieux plutôt qu’à vous enfoncer en vous faisant peur
- rappelez-vous une chose : on attire ce à quoi on pense le plus...
- vivez la vie pleinement et concentrez-vous sur le moment présent, vous verrez, vous ne penserez plus à d’éventuelles maladies qui pourraient peut-être survenir dans un temps hypothétique, ce qui ne pourra que gâcher votre vie.

 

Visitez le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com Vous y trouverez de nombreux articles, des ebooks gratuits, des formations sur le développement personnel, le bien-être, la santé au naturel.

01/09/2008

Nos enfants nous accuseront

Il y a quelques jours, je vous ai parlé du purin d’orties, de sa fabrication et surtout de ses bienfaits sur l’environnement. Ce genre de produits remplace très avantageusement tout ce qui est pesticides, insecticides et engrais. Accompagnés d’une agriculture raisonnée et d’une prise de conscience collective et politique, on pourra limiter les catastrophes futures dont notamment les nombreuses maladies dues aux produits phytosanitaires et autres poisons présents dans l’eau, l’air et la terre.

De nombreux scientifiques se mobilisent, l’UNESCO s’en mêle et viennent rejoindre les nombreuses associations qui tiraient déjà la sonnette d’alarme depuis de nombreuses années. C’est bien la preuve que l’heure est grave, qu’il faut agir maintenant, avant qu’il ne soit trop tard. Peut-être est-il déjà trop tard d’ailleurs ?

Quel avenir et surtout quelle terre allons-nous laisser à nos enfants ? Pour avoir tous les éléments en main pour répondre à cette question, je vous recommande de regarder la bande annonce du film "Nos enfants nous accuseront " de Jean Paul Jaud : http://www.nosenfantsnousaccuseront-lefilm.com (sortie nationale le 5 novembre). Ce film va ébranler bien des consciences.

21/05/2008

Les pierres précieuses soignent, paraît-il ?

Les pierres précieuses font rêver par leur beauté et par leurs couleurs. Elles rendent les femmes plus belles, paraît-il. Elles ont de tout temps été admirées et recherchées. Dans le passé, on leur attribuait très souvent des vertus mystiques et mystérieuses. C’est d’ailleurs le cas pour tout ce qui est rare et cher.

Mais, les pierres ont été très vite affublées d’une autre qualité, celle de soigner, de soulager. Ce sont les Grecs qui les ont d’abord utilisées à des fins thérapeutiques, puis les Orientaux, les Indiens d’Amérique, les Indous, les Chinois. Les Français ne sont pas en reste, les soigneurs du Moyen Age utilisaient l’émeraude pour soigner le foie.

De nos jours, se soigner par les pierres précieuses continue à faire des adeptes. C’est devenue une médecine douce et on lui a même attribué un nom : la lithothérapie, qui vient du grec lithos qui signifie pierre.

Mais, c’est quoi au fait une pierre précieuse ?

Les pierres vraiment précieuses, il n’en existe que 4 : le diamant (blanc), le saphir (bleu marine), le rubis (rouge) et l’émeraude (vert).
A côté, il existe une multitude de pierres semi-précieuses : améthyste, jade, topaze, sanguine, ambre, corail, aigue-marine, hématite, agate, citrine, grenat, néphrite, turquoise, etc.
La lithothérapie ne se sert pas uniquement des pierres précieuses, toutes les pierres sont utilisées, des plus cher au moins cher.

La particularité essentielle de ces pierres est qu’elles sont toutes de couleur différente, caractéristique primordiale pour la lithothérapie.
En effet, ce sont les couleurs des pierres qui déterminent leurs effets thérapeutiques. Ces pierres émettraient des vibrations colorées qui agiraient de manière différente sur le corps. C’est un peu de la chromothérapie.
Ainsi, il existe trois sortes de couleurs : les chaudes (rouge, jaune, orange, noir) qui sont plutôt excitantes, les froides (bleu, violet, blanc) qui apaisent et les neutres (vert et toutes ses nuances) qui harmonisent et équilibrent.
De fait, en utilisant des pierres qui possèdent l’une de ces couleurs, vous serez apaisé, détendu, plus équilibré, plus actif, plus excité.

Comment doit-on procéder en pratique ?

Une des méthodes la plus utilisée est d’apposer directement les pierres précieuses sur les chakras de votre corps. A chaque chakra correspond une couleur. Ainsi, pour rééquilibrer vos chakras, donc votre corps, vous devez mettre sur chaque chakra la pierre qui lui correspond. Il existe 7 chakras : le 1 = rouge ou noir (rubis, grenat ou hématite, etc.) ; le 2 = orange (cornaline, pierre de soleil, etc.) ; le 3 = jaune (ambre, citrine, topaze jaune, etc.) ; le 4 = vert (émeraude, jade, malachite, etc.) ; le 5 = bleu clair (saphir, turquoise, aigue-marine, etc.) ; le 6 = bleu foncé (sodalite) ; le 7 = violet (améthyste).
Pour cette technique, il est préférable de faire appel à un spécialiste car il est difficile de trouver précisément où se trouve le point de chakra correspondant.
Je n’en dirai pas plus sur les chakras car je les ai déjà étudiés précisément dans un de mes guides « Tout savoir sur les chakras » que vous pouvez télécharger gratuitement sur le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com, à la rubrique « Cadeaux Gratuits ».

Vous pouvez également porter des pierres en pendentif ou les mettre dans une de vos poches. Elles auraient ainsi le pouvoir, grâce à leur transmission d’énergie, de soulager les organes qui demandent à l’être.
Des massages avec du cristal de roche sont également possibles. Certaines pierres sont réduites en poudre et mélangées avec des aliments pour être ingérées.
Autre technique : « l’eau magnétisée », obtenue en mettant une pierre dans de l’eau pendant une nuit. La pierre y transférerait son énergie. Il ne vous suffit plus que de boire de cette eau pour retrouver santé et bien-être.

Les pierres précieuses ont toutes des vertus thérapeutiques différentes.
En voici quelques exemples : l’ambre protégerait les enfants contre la coqueluche et contre les maux de dents (à la naissance des enfants, il était de coutume de leur offrir un collier d’ambre) ; l’émeraude serait bénéfique pour la mémoire, le cœur, le sommeil, la vue ; le jade serait efficace pour les problèmes rénaux ; le rubis serait un grand réénergisant de tout le corps, améliorerait la circulation sanguine, combattrait la dépression ; le saphir éliminerait les maux de tête, améliorerait la vue, rendrait plus joyeux ; la sanguine soulagerait les hémorroïdes, combattrait l’anémie, augmenterait la longévité, etc.

Tout ceci ne constitue que quelques exemples parmi tant d’autres.
Comme vous pouvez le constater, il existerait des pierres qui guérissent tous les petits bobos quotidiens ou toutes les maladies.
Leur forte énergie et leur couleur auraient pour effet de rééquilibrer le corps et l’esprit.
Il manque encore des études sérieuses et poussées pour confirmer leurs bienfaits, néanmoins de nombreuses personnes les utilisent et semblent s’en trouver mieux.
En tout cas, a priori, cela ne devrait pas avoir d’effets néfastes sur votre corps de porter, par exemple, une pierre sur vous.
Toutefois, si cette forme de thérapie vous intéresse, n’hésitez à consulter des spécialistes (à condition de bien les choisir car il n’existe pas de fédération ni de formation reconnue par l’Etat) et surtout ne négligez jamais d’aller voir votre médecin traitant en cas de maladies ou de problèmes de santé.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

08/08/2007

Lettre d’amour posthume

Voici un extrait de « Paroles d’amour. Un siècle de lettres d’amour (1905-2005) », sous la direction de Jean-Pierre Guéno :

« C’est toi qui m’a fait signe. Tu m’as vu un peu perdue à l’entrée de cette grande salle à manger pleine d’étudiants inconnus ; tu m’as regardée et tu m’as fait signe de venir m’asseoir à côté de toi. Tu m’as choisie. J’avais vingt ans et je sortais d’un grand chagrin d’amour. Toi, tu renaissais après la Gestapo et la prison.

Janvier 1945 plein de douleur encore mais aussi de promesses… Tu m’as entraînée dans ton envie de vivre. Tu as creusé la trace et, sans m’en apercevoir, je t’ai suivi. Et oui, je t’ai rencontré de face ; nous nous sommes reconnus : moi avec mes exigences et mes révoltes, toi, les pieds bien plantés dans le sol. L’homme du quotidien, celui qui sait déjà que chaque jour doit peser son poids. Et nous avons marché ensemble pendant trente ans. Pendant ces trente années, moi aussi, j’ai eu l’occasion de te choisir une fois. Dans le trouble, dans le doute et l’espérance, malgré le courant qui m’entraînait, comme un noyé s’accroche à son radeau, je t’ai choisi et la mer s’est calmée. Joie de regarder nos enfants dormir avant d’aller nous coucher ; bonheur des nuits partagées, corps contre corps, chaleur et fraîcheur mélangées ; plaisir des caresses et des combats alternés ; plaisir du plaisir de l’autre ; désir qui submerge tout et laisse ensuite pantelants dans la confusion des corps et dans la communion des cœurs. Tout cela, nous l’avons connu avant de le perdre. Car tu t’es enfoncé peu à peu dans le marais boueux de la maladie. Et nos beaux mots d’amour secrets ont été remplacés par des barbarismes médicaux créés sur la place publique de l’hôpital : apraxique, aphasique…

De qui parle-t-on ici ? Mais rien n’a pu nous séparer. Nous étions cousus ensemble, à petits points et à points lancés ; et la couture a tenu bon. Douleur et tendresse, présence mystérieuse au cœur de la maison, jusqu’au bout tes yeux m’ont parlé. Et jusqu’au dernier jour, ton regard m’a fait signe. »


Lette posthume écrite par Denise à Bernard, décédé au terme d’une épouvantable maladie d’Alzheimer qui a duré six ans, Lyon 1992.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique