logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

23/05/2016

Comment affronter vos peurs ?

41YcgOLAEyL._SX338_BO1,204,203,200_.jpg

 

Je viens de terminer la lecture du livre du Docteur Lissa Rankin Affronter la peur : utiliser le courage comme remède pour le corps, l'esprit et l'âme, paru chez Guy Trédaniel éditeur.

 

Lissa Rankin est médecin, elle a fondé l'institut de médecine pour une santé globale et développe des formations à l'attention des médecins et praticiens de santé.

 

La peur est là pour nous faire agir en cas de danger. Mais parfois, le danger n'existe que dans notre imagination. 

Elle peut nous bloquer et même engendrer des maladies.

 

Pour pouvoir maîtriser notre peur, il nous faut comprendre ses mécanismes et c'est ce que nous découvrons dans ce livre.

 

L'auteur nous explique :

  • comment une pensée de peur peut engendrer la maladie
  • comment différencier les vrais peurs et les fausses peurs
  • comment écouter notre "courage intérieur"
  • comment gérer l'incertitude à notre avantage
  • quels renseignements sur nous même peut nous apporter nos peurs.

 

Le livre est divisé en 3 parties :

- une partie contenant les preuves scientifiques, qui s'adresse plutôt à notre intellect

- la deuxième partie contient des exercices pratiques de courage

- la troisième partie est l'union des 2 premières nous permettant d'avancer et de créer nos propres moyen d'affronter la peur.

 

En voici un petit extrait :

" Le voyage de la peur vers la liberté :

Phase 1 : la peur inconsciente de l'incertitude. Je reste dans ma zone de confort et j'évite l'incertitude à tout prix. Ce que je ne connais pas me semble dangereux, mais je ne suis pas conscient d'être aussi mal à l'aise fasse à l'incertitude. Je ne m'approche jamais assez de l'inconnu pour le sentir vraiment. Je n'agis pas sans avoir une impression de certitude sur l'aboutissement. Je dépense beaucoup d'énergie à éviter le risque.

Devise de la phase 1 : "Mieux vaut prévenir que guérir".

Comment avancer dans la phase 1 : Commencez par prendre conscience que votre tendance à vous accrocher à la certitude entrave votre liberté. Demandez-vous : "Est-ce que cela a l'effet escompté pour moi ? En restant dans ma zone de confort, suis-je vraiment protégé ?"

 

Phase 2 : La peur consciente de l'incertitude. Ce que je ne connais pas me semble dangereux, mais je suis conscient de la peur que je ressens."

 

 3 appendices très intéressants viennent compéter ce gros livre très dense.

 

Après avoir lu ce livre et fait consciencieusement les 25 exercices proposés, la peur sera votre alliée, votre veilleuse intérieure".

 

Pour retrouver le livre en entier, cliquez ici

21/07/2010

7 citations sur la confiance en soi

Voici 7 citations sur la confiance en soi. A méditer…

Croyez en vous-même, en l’humanité, au succès de vos entreprises. Ne craignez rien ni personne. (Baronne STAFFE).

La confiance en soi est le premier secret du succès. (Ralph Waldo Emerson)

Se tromper et devoir cependant accorder sa confiance à son être intérieur, c'est cela un homme. (Gottfried Benn)

La crainte ne doit plus jouer qu’un rôle très effacé dans l’esprit d’un homme civilisé. (FLETCHER)

Si vous avez confiance en vous-mêmes, vous inspirerez confiance aux autres. (Goethe)

La peur est souvent un effet de l’imagination, elle nous fait voir des maux qui pourraient arriver, mais qui arrivent rarement. (SMILES)

Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. (Arthur Ashe)

N’hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages gratuits

31/03/2009

Arrêtez d’avoir peur ! c’est mauvais pour vos enfants !

Voici un extrait de la rubrique d’Alexandre Jardin « A mon avis » de Sélection du Reader’s Digest d’avril 2009 :

« Non aux inquiéteurs !

De quoi faut-il avoir vraiment la frousse en 2009 ? De nos peurs, surtout de celles que l’on étale sans rougir devant nos enfants.

Un homme qui a peur crève cent fois par jour ; celui qui n’en souffre pas ne meurt qu’une fois. Nos craintes sont presque toujours des désirs à l’envers. Ecouter ses terreurs, c’est commencer à mourir. Et, le faire ouvertement devant nos enfants, à la télévision ou ailleurs, c’est tuer leur capacité à désirer le monde.

[…]

Parfois, ces paniqueurs ont ponctuellement raison de s’alarmer bien sûr. Mais ce qu’ils induisent à leur insu, au-delà du contenu de leurs propos, est dévastateur pour l’homme.

[…]

On n’a pas le droit de blesser l’enthousiasme de vivre.
Pourquoi ? Parce qu’il se trouve que les vraies solutions, en amour comme en tout, ne jaillissent que du désir, ce sous-produit de la joie.

Alors, comment éduquer nos enfants à la non-peur dans une époque où les supposés adultes, déboussolés, étalent leurs terreurs sans pudeur ? Comment aider les petits à se soigner de cette maladie sans lésions, mais contagieuse, qui est en train de saper l’élan de leur génération ?

D’abord en s’interdisant radicalement d’avoir peur soi-même. Et en faisant redémarrer aussi vite que possible le moteur essoufflé de nos désirs ; car nos gamins perçoivent moins ce que nous leur disons que ce que nous sommes en vérité. »



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

19/10/2007

Etes-vous parano ?

La paranoïa est un concept psychiatrique très complexe qui demanderait d’être spécialiste pour pouvoir en parler correctement.
Donc, ce n’est pas de la paranoïa dont je vais parler ici mais de la simple « parano », terme que l’on emploie régulièrement dans la vie courante et qui désigne un fort sentiment de persécution, de complot.
Les personnes atteintes de ce mal, très nombreuses, ont l’impression qu’elles sont sans cesse surveillées, qu’un individu épie leurs faits et gestes et qu’elles ne peuvent faire le moindre mouvement sans que quelqu’un ne le sache immédiatement.

Peut-être faites-vous partie de cette catégorie d’individus. Dans ce cas, vous souffrez certainement d’une forte anxiété, d’une angoisse. Vous avez le sentiment que votre vie ne vous appartient plus.
Votre parano peut se manifester aussi bien dans votre vie privée que dans votre vie professionnelle.
Chez vous, vous pouvez soupçonner votre mari ou vos voisins ou un membre de votre famille ou un ami de vous surveiller, d’inspecter votre courrier, de vous épier dans votre maison, etc.
A votre travail, vous suspectez votre patron ou vos collègues d’inspecter vos dossiers, de surveiller votre ordinateur, de suivre le moindre de vos déplacements.
Et, cet état d’esprit vous conduit inévitablement à vous méfier et à avoir peur de tout le monde et surtout, à ne plus avoir confiance en personne. Vous devenez agressif et rejeté les personnes qui vous entourent.

Pourquoi en êtes-vous arrivé à ces extrêmes ?

Généralement, le stress, le culte de la performance professionnelle vous conduisent à tenter de tout contrôler, à essayer de repérer ce ou ceux qui pourraient vous mettre des bâtons dans les roues. Pour avancer correctement, il est souvent préconisé d’« éliminer » (pas au sens propre du terme, bien entendu) le maximum « d’ennemis ». Or, une fois que vous avez, malheureusement, ce concept en tête, vous finissez par vous imaginer que les ennemis sont partout, qu’ils vous observent constamment, qu’ils sont à l’affût de vos moindres fautes et qu’ils sont prêts à bondir pour prendre votre place. Vous en arrivez à vous faire des films, à soupçonner tous vos collègues, jusqu’au jour où ils s’éloigneront de vous.
S’il vous arrive, par exemple, de perdre un dossier, vous penserez immédiatement que c’est un de vos collègues qui vous l’a volé alors que vous l’avez simplement mal rangé…

En dehors du travail, votre parano peut aller de paire avec le sentiment d’insécurité qui touche une grande partie de la population. Ce sentiment est d’ailleurs amplifié par la presse et la télévision qui nous montrent sans arrêt des images d’émeutes, d’agressions… Certes, je ne nie pas qu’ils n’existent pas mais certaines personnes en arrivent à se méfier de tous, à juger les gens qui vous regardent comme de potentiels agresseurs, à se forger une carapace solide quand elles sortent, à rester enfermées chez elles par peur de la foule.

Bien entendu, vivre en état de parano permanente gâche votre vie. Vous êtes sans cesse angoissé, inquiet, sur le qui-vive. Vous ne vivez plus, tout simplement. Vous surveillez les autres mais vous vous surveillez aussi par peur de mal faire ou que vos gestes soient mal interprétés. Au final, vous vous retrouvez très rapidement seul.

Si vous en êtes arrivé à ce stade, essayez de vous reprendre très vite.
Demandez-vous, tout d’abord, si votre paranoïa est légitime et s’il existe véritablement des raisons plausibles pour que quelqu’un vous espionne. Faites-vous des choses qui justifient que vous soyez surveillé sans arrêt ? Pensez-y et je suis certaine que vous constaterez très vite que vous vous faites des idées.
Demandez-vous également si les autres n’ont pas autre chose à faire que de vous surveiller. Ils ont certainement leur vie et leurs problèmes et n’ont certainement pas de temps à perdre à vous surveiller constamment. Bref, soyez moins égocentrique.
Cherchez des méthodes pour diminuer votre stress : relaxation, yoga, qi-gong, amma assis, méditation, respiration profonde, sophrologie, etc.
Bien sûr, si votre paranoïa est réelle, pathologique, n’hésitez pas à vous faire aider par un thérapeute.

Sortez de votre parano ! Si votre collègue a lu également cet article, cela ne veut pas dire qu’il a épié votre ordinateur. Il connaît simplement lui aussi les « bons sites ».


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

14/10/2007

N'ayez pas peur d'avoir peur

Voici un extrait du livre de Denis Waitley, "Attitude d'un gagnant" :


"Norman Vincent Peale raconte une merveilleuse histoire vraie sur Maurice Chevalier [...]

Tôt dans sa brillante carrière, il fut victime d'une dépression nerveuse juste avant d'entrer en scène. On lui ordonna de se reposer dans le midi. "Je suis fini, dit-il au docteur. J'ai tout raté. Je n'ai plus aucun avenir." On lui dit de faire de longues promenades pour réparer son système nerveux endommagé. Mais son tourment intérieur ne le quitta pas. Il avait tellement peur, il avait perdu confiance.

Quand le docteur jugea le moment venu, il lui suggéra de se présenter au théâtre du village.

"Mais, dit-il, j'ai peur. Comment puis-je être sûr de ne pas m'affoler encore une fois, de ne pas faire de rechute ?"

"Vous n'en savez rien mais vous ne devez pas avoir peur de l'échec. Vous avez peur de remonter sur scène et vous vous dites alors que vous êtes fini. Mais la peur n'est jamais une raison pour abandonner ; ce n'est qu'une excuse. Quand un gagnant rencontre la peur, il l'admet et fonce. N'ayez pas peur d'avoir peur. Allez-y, montrez ce que vous savez faire !"

Maurice Chevalier faillit mourir de peur avant d'entrer en scène, ce soir-là, devant quelques personnes. Mais il y alla et fit très bien. La joie l'envahit. " Je savais que je n'avais pas vaincu la peur pour de bon. Mais je l'ai admise et j'ai foncé. Ca a marché."

Après cette soirée, pendant plus de soixante ans, Maurice Chevalier s'est produit devant les plus grands publics du monde entier. "A bien des moments, j'ai eu peur. Le docteur avait raison : on ne sait jamais. Mais plus jamais je n'ai voulu abandonner parce que j'avais peur."



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique