logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

17/08/2010

Une base de vie saine

Voici un extrait du livre d’Orison Marden « Comment avoir l’énergie et la santé de la réussite »

« Il y a quelques années, un promoteur tenta d’effectuer un certain profit sur le coût d’un immeuble, en le construisant sur une ancienne fondation. Alors que les nouveaux occupants emménageaient dans la nouvelle structure, cette dernière s’effondra. L’ancienne fondation, ne résistant pas, s’était disloquée.

Combien de milliers de gens ont-ils éprouvé de dépit parce qu’ils avaient bâti leur vie sur la base d’une santé fragile.

Plus vous êtes ambitieux, et plus vous avez de talents, plus votre santé doit être forte et solide.

Le sort de notre existence doit reposer sur une base de vie saine, qui, dans la plupart des cas, laisse entrevoir, hélas, des signes évidents de faiblesse.

La plupart des gens ont tendance à penser que la santé est quelque chose de déterminée par ce que l’on pourrait appeler le destin ou la fatalité, que c’est très largement une question d’hérédité et de constitution qui ne peut pas être matériellement modifiée.

Si cela était réellement le cas, pourquoi n’aurions nous pas la même opinion au sujet de notre bonheur ou de notre profession.

Nous éprouvons de grands tourments et consacrons de nombreuses années à la préparation de ce qui sera notre future profession. Nous savons qu’une carrière brillante doit reposer sur des principes scientifiques d’éducation, d’ordre et de système : que chaque échelon successif d’une réussite professionnelle doit se négocier après maintes délibérations et considérations.

Nous savons également qu’il est demandé des années d’efforts intensifs pour s’établir dans la vie au sein d’une profession ou d’une affaire ; mais notre santé, sur laquelle absolument tout repose et dépend, ne semble pas nous inquiéter. Nous devrions établir une base solide pour notre santé, comme nous le ferions pour tout ce que nous considérons de sérieux, en étudiant et en adoptant la plus saine et la plus scientifique des méthodes.

Très peu de jeunes hommes et de jeunes femmes réalisent le terrible handicap que représente une santé critique, une vitalité faible ou inexistante.

Les jeunes gens, en particulier, ne semblent pas comprendre à quel point l’avenir dépend de leur santé. Ils semblent être inconscients du fait qu’il est indispensable d’être indulgent envers soi-même, tout en étant absolument déterminé à produire certains efforts, pour maintenir cette santé au premier plan.

Assurément, il n’y a rien de tel, exception faite d’un bon moral, qui soit d’une telle valeur pour l’avenir de l’adolescent, et qui affecte positivement sa destinée, qu’une santé solide. Cela le préservera de milliers d’ennemis moraux et physiques, qui s’introduisent dans "la citadelle" du physiquement faible, à la vitalité déclinante, ou même absente.

Santé signifie confiance, certitude ; elle signifie espoir ; courage ; elle signifie foi en soi et foi en l’autre. Santé veut dire encore virilité, vigueur, maîtrise ou encore de plus grandes opportunités, de plus grandes possibilités. Santé signifie initiative, efficacité, réussite, bonheur.

En bref, tout ce à quoi nous consacrons notre existence dépend tellement d’une santé satisfaisante, qu’il devient capital de se maintenir en excellente condition physique. »

N’hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com

11/06/2010

Croire en son idée, malgré tout

Voici un extrait du livre de Patrice Deumié "Démerde toi !" :

 

"Qu'allais-je donc faire maintenant pour gagner ma vie ?

 

Je n'en avais aucune idée jusqu'au jour où je suis passée devant une boutique qui était à louer avenue de Grande-Bretagne à Toulouse. Elle semblait bien placée pour y faire des pizzas à emporter. Mais des pizzas, je commençais à en avoir ma claque. Je voulais faire autre chose.C'est alors que j'ai repensé à mon copain Jean-Claude [...] qui m'avait suggéré de créer un magasin de paella.

Avant de le contacter, je voulus savoir ce que mon entourage familial pensait de ma nouvelle lubie. J'organisai donc une petite réunion au cours de laquelle je demandai ce qui était le mieux : faire des pizzas ou de la paella ? La réponse fut unanime, des pizzas. Personne ne croyait à la réussite de l'activité paella en dehors d'une exploitation saisonnière, l'été en bord de mer. Après 2 secondes de réflexion, j'ai donc pris ma décision :

- Puisque vous êtes tous d'accord pour faire des pizzas, eh bien moi je vendrai de la paella.

Fin de la réunion.

 

Allez donc savoir pourquoi j'ai choisi cette option, sans doute par défi ou bien alors, par peur de m'ennuyer dans un projet qui ne m'apporterait rien de bien nouveau. Toujours est-il, mais çà je ne le savais pas encore, que cette spécialité espagnole allait me permettre de vivre une aventure encore plus exaltante et nettement plus enrichissante -au sens propre comme au figuré- que celles que j'avais vécues jusqu'à présent. Une vie de millionnaire avec grosses cylindrées, maison luxueuse genre hacienda [...], personnel de maison, chevaux de course, etc."

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com De nombreuses formations (gratuites ou payantes) sont en téléchargements ainsi qu'une quantité d'articles sur le développement personnel, le business, la santé au naturel, l'écologie, etc.

07/10/2009

Les femmes et la réussite

Un sondage internet va prochainement paraître (le vendredi 9 octobre 2009) dans Enfant Magazine, sur les personnalités féminines qui symbolisent la réussite et sur ce que pensent les femmes de leur réussite.

Les résultats sont les suivants. La personnalité qui symbolise la réussite est Vanessa Paradis (18 %) pour les personnalités artistiques. Pour les politiques, il s’agit de Simone Veil (14 %). Parmi les vedettes de la télé, on trouve Claire Chazal et Marie Drucker.

Les 1000 sondés (hommes et femmes) devaient choisir entre une liste qui leur était imposée.

Maintenant, pour ce qui est de la réussite personnelle, 85 % des femmes interrogées considèrent que leur vie familiale est satisfaisante, 78 % que leur vie amoureuse est satisfaisante, 73 % leur vie sexuelle, 59 % leur vie professionnelle. 74 % ont le sentiment d’avoir réussi leur vie ou d'être bien parties pour le faire. 76 % des hommes interrogés pensent la même chose.

 

Ces chiffres sont éloquents et je dois dire qu’ils m’ont un peu surprise. Je ne pensais pas qu’une telle majorité de femmes et d’hommes avaient le sentiment d’avoir réussi leur vie. C’est merveilleux !

Quand on voit le nombre de personnes qui sont malheureuses, qui n’arrivent pas à s’en sortir, qui sont au chômage, qui se retrouvent seules, qui ont les plus grandes difficultés à joindre les deux bouts, qui souffrent profondément de la crise, qui se suicident au travail, etc. on ne peut que penser qu’elles ne constituent, en fait, qu’une minorité. Et, qu’il est ridicule d’en parler, de vouloir les aider tellement elles sont peu nombreuses. Vraiment, les journalistes devraient avoir honte de titrer leurs journaux sur la crise, sur le monde qui va mal. Ils ne se sont pas rendu compte que le monde est merveilleux, que tout va bien, que la majorité des gens vont bien, même très bien.

 

Si c’est le cas, alors pourquoi tant de gens se plaignent ? Ils mentent, ils veulent que l’on ait pitié d’eux ? Pourquoi tant de gens cherchent du soutien, recherchent des solutions pour mieux s’en sortir ?

A mon avis, s’ils le font, c’est qu’ils considèrent qu’ils n’ont pas encore réussi leur vie, que leur situation familiale ou professionnelle ne les satisfait pas totalement. Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, quand je regarde autour de moi, je n’ai pas l’impression que près de 75 % des gens ont le sentiment d’avoir réussi leur vie ou pensent la réussir bientôt. Je rencontre plutôt une majorité de personnes pessimistes, qui n’ont plus foi en l’avenir. Certes, quelques-uns sont satisfaits de leur sort mais ils sont loin d’atteindre 75 %.

 

Peut-être que nous ne fréquentons pas les mêmes personnes… Je ne dis pas que le sondage est faux ou truqué. Il m’interpelle et me surprend, c’est tout. Le fait qu’il ait été réalisé le 14 et 15 août, en pleines vacances estivales, à un moment où les gens sont moins stressés, plus sereins, plus heureux, explique peut-être cela… qu’en pensez-vous ?

 

Attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Je serais pleinement heureuse de voir autant de personnes satisfaites de leur vie. Je ne demande que çà. Mais, malheureusement, la réalité est toute autre. C’est pour cette raison que chez Katisa Editions, on tente chaque jour d’aider les gens à s’en sortir mieux, à se sentir mieux. On leur donne les clés pour réussir leur vie. Grâce à nous, ils seront effectivement plus nombreux à pouvoir se ranger dans la catégorie des gens qui ont réussi leur vie. Car l’ouvrage « Soyez Le Pilote de Votre Vie » est là pour vous aider à reprendre votre vie en main et avoir enfin la vie dont vous rêvez. Retrouvez-le ici :  http://url-ok.com/1fd89e Appliquez ses conseils et vous ferez partie de ceux qui auront réussi leur vie.

18/02/2009

La réussite, c’est quoi ?

« Si à 50 ans on n’a pas une Rolex, c’est qu’on a raté sa vie ! ».
Voilà la phrase qu’a prononcé Jacques Séguéla, le vendredi 13 février sur le plateau de Télématin (France 2). Interrogé sur le côté bling-bling de Nicolas Sarkozy, il a d’abord dit : « Comment peut-on reprocher à un Président de la République d'avoir une Rolex ? Enfin, tout le monde a une Rolex ».
Jacques Séguéla pense-t-il vraiment ce qu’il dit ou a-t-il simplement voulu se faire remarquer ?
C’est vrai que ce publicitaire est très riche et qu’il vit certainement en dehors des réalités du monde. Il a plus l’habitude de côtoyer les grands de ce monde, la jet-set que Monsieur et Madame tout le monde. C’est d’ailleurs lui qui a fait rencontré Nicolas Sarkozy et Carla Bruni lors d’un dîner qu’il organisait chez lui à la demande du Président qui s’ennuyait chez lui.

Enfin, bref… Ce qu’il fait dans la vie, qui il rencontre, qui il fréquente, etc. a peu d’importance. Mais, ses propos récents ont de quoi faire réagir. Il ne semble pas avoir les mêmes valeurs que la grande majorité des Français. C’est quand même affligeant de penser, en premier lieu, que tout le monde a les moyens de se payer une Rolex (qui coûte entre 3000 et 35000 euros). Là, je crois que c’est son argent qui lui ait monté à la tête et qu’à force de fréquenter les mêmes personnes que lui, il a complètement perdu le sens des réalités. Le pire, c’est qu’il n’est pas le seul à penser la même chose.

En second lieu, penser que l’on réussit uniquement parce que l’on a beaucoup d’argent, c’est un peu réducteur.
Certes, chacun à sa propre définition de la réussite mais peut-on résumer la vie d'un homme à sa réussite financière ?
Je sais que dans l’imaginaire d’un grand nombre d’individus, celui qui réussit dans la vie est celui qui a de l’argent. Mais, est-ce que la réussite c’est seulement cela ?

Personnellement, je préfère la définition de la réussite de Ralph Waldo Emerson :

« Rire souvent et beaucoup, mériter le succès des gens intelligents et l’affection des enfants, gagner l’estime des critiques honnêtes et endurer les trahisons de ceux qui ne sont pas de vrais amis, apprécier la beauté, trouver ce qu’il y a de mieux dans les autres, laisser derrière soi un monde un peu meilleur pour un bel enfant, un jardin fleuri ou une condition sociale moins dure, savoir qu’une vie seulement a respiré plus facilement grâce à vous, voilà ce qu’est la réussite. »

Je ne sais pas ce que vous en pensez ? Peut-être trouvez-vous cette définition utopiste ou idéaliste ?
Mais, ne vaut-il pas mieux croire en la seconde définition de la réussite qu’en la première ? La seconde ne vous paraît-elle pas plus accessible et surtout plus proche de la réalité que nous vivons tous chaque jour ?
Moi, je dirai que j’ai réussi ma vie quand, à la fin de celle-ci, je pourrais dire que j’ai été heureuse, que j’ai rendu les gens autour de moi heureux et que j’ai été la meilleure dans tout ce que je j’ai fait. Et là, il n’est nullement question de Rolex, mais de quelque chose de plus profond, de plus recherché, de plus raffiné même.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

07/02/2009

Quel est votre quotient émotionnel ?

Jusqu’au milieu des années 90, on ne connaissait essentiellement que le quotient intellectuel, le fameux QI, qui permet de savoir si un individu est intelligent ou non. Suite à différents tests de logique, vous est attribué un chiffre : 80, 110, 120. Plus il est élevé et plus vous êtes intelligent. Les surdoués, par exemple, ont un QI généralement supérieur à 130.
Mais, le QI, donc votre intelligence, augure-t-il de votre capacité à exercer telle ou telle profession, à vous adapter dans n’importe quelle entreprise, à bien vivre en société, à réussir votre vie ? Si je vous pose la question, c’est, évidemment, que la réponse est négative. En effet, vous pouvez parfaitement avoir un QI supérieur à 110 sans pour autant être capable de vous adapter à la vie en entreprise ou en société.

Il semblerait, d’ailleurs, que le QI n’entre que pour 20 % dans votre réussite professionnelle.
Pourquoi un si faible pourcentage ? Tout simplement parce que dans la vie, il n’y a pas que les capacités intellectuelles qui comptent. Entrent en jeu, vos capacités d’adaptation, votre façon de réagir face à telle ou telle situation, votre socialisation, votre rapport avec les autres, bref, vos émotions.
C’est pour cette raison qu’est apparu et s’est développé depuis le milieu des années 90 le concept de quotient émotionnel (QE) ou intelligence émotionnelle.
Bien qu’ayant été mis en lumière en 1900 par deux universitaires américains, spécialistes en psychologie (John Mayer et Peter Salovey), il n’est devenu réellement à la mode qu’en 1995, suite à la publication de l’ouvrage : « L’intelligence émotionnelle. Accepter ses émotions pour développer une intelligence nouvelle. », écrit par un psychologue américain Daniel Goleman.

En quoi consiste le QE ?
C’est l’aptitude à discerner ses émotions et celles des autres. En effectuant une série de tests, dont les recruteurs sont très friands de nos jours, doivent se dévoiler votre façon de réagir face à telle situation, votre comportement vis-à-vis de vos collègues ou de votre patron, votre degré de motivation ou d’adaptation, votre façon de communiquer avec les autres… Les entreprises se sont précipitées sur le QE. Cela constitue pour elles un moyen de sélectionner leurs employés.

Ainsi, à la fin du test, se dessine un tableau précis de vos émotions, de votre caractère, de votre comportement.
Mais, contrairement au QI, plutôt rigide et qui n’évolue pas au fil des années, le QE n’est pas un simple constat à un moment donné de votre vie. Il peut évoluer à condition que vous l’entreteniez, que vous le contrôliez régulièrement. Ainsi, par exemple, si votre QE révèle chez vous un manque de motivation, cela constituera une sorte de sonnette d’alarme vous invitant à changer, à chercher les moyens de vous motiver. S’il révèle des difficultés à communiquer avec les autres, vous devez apprendre à aller davantage vers eux.

Vous apprendrez ainsi à vivre mieux, avec vous et avec les autres. Vous saurez gérer et maîtriser vos émotions et vous pourrez avancer, en toute sérénité dans la vie. Vous pourrez progresser sur la voie de la réussite, sans que vos émotions, vos défauts ne prennent le dessus.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique