logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

04/11/2009

Les caresses destressantes

Je suppose que vous avez déjà remarqué que les caresses avaient le don de vous détendre, de vous relaxer, de vous faire sentir mieux. Pas seulement les caresses faites pendant que vous faites l’amour, mais aussi celles que vous vous prodiguez mutuellement dans le couple tout le long de la journée. Enfin, j’espère que, si vous êtes accompagné, cela se passe ainsi. Je ne suis pas certaine que les caresses soient monnaie courante dans tous les couples, en dehors de l’acte sexuel.

 

Hé bien, ces couples ont tort. Des études américaines confirment déjà depuis pas mal de temps que les caresses avaient pour effet de destresser et de faire baisser la tension artérielle. Bon, je ne sais pas vous, mais moi je n’ai pas eu besoin de ces études pour me rendre compte que les caresses me faisaient du bien, me relaxaient, me détendaient, me décontractaient, j’en passe et des meilleures.

 

Ces caresses sont efficaces sur toutes les parties du corps. Certains préfèrent certaines zones. A vous de les trouver. N’hésitez pas à guider les mains de votre partenaire pour qu’elles soient d’une efficacité redoutable.

 

Otez-vous de la tête que ces caresses doivent aboutir nécessairement à l’acte sexuel. Ce n’est nullement une obligation. Si vous pensez ces caresses comme un passage obligé pour le coït, vous ne penserez qu’à ce but ultime et vous ne vous concentrerez pas sur vos gestes.  Les caresses peuvent constituer un moment privilégié entre vous et votre partenaire, un moment de tendresse, un moment où vous vous retrouvez, où vous êtes en connexion parfaite. Cela peut, parfois, constituer une façon de faire l’amour aussi forte que l’acte sexuel.

 

D’ailleurs, que vous caressez ou que vous soyez caressé, l’effet est quasi identique. Cela marche dans les deux sens. Le fait d’être en contact avec la peau de son partenaire fait baisser la tension artérielle et atténue les tensions. C’est extrêmement intéressant pour ceux qui sont seuls et qui n’ont pas de « caresseurs sous la main ». Ils peuvent se rabattre sur les animaux. Attention, je ne prône nullement la zoophilie !

 

Pour ceux qui ont des animaux chez eux, je suis certaine qu’ils savent de quoi je parle. Là encore, des études sont venues démontrer que caresser son chien ou son chat a un effet destressant et relaxant. Ces études ont d’ailleurs précédé celles sur les humains. Cela voudrait-il dire que caresser son animal est plus courant que caresser son partenaire ?... Vous croyez ?... c’est possible… mais bon, ce n’est pas là le sujet de mon article.

 

J’entends déjà certaines personnes me dire qu’elles préfèrent la compagnie des animaux que des humains. Bon, si elles ont connu des expériences malheureuses, cela se comprend parfaitement. Mais, elles ne doivent pas renoncer à trouver LA personne qui lui procurera un bien-être immense en lui prodiguant des caresses à n’en plus finir. Cette personne existe quelque part. Partez à sa recherche. Vous n’en vivrez que mieux !

N'hésitez pas à télécharger les ouvrages et les audios gratuits sur katisa Editions http://www.katisa-editions.com

05/08/2007

Le temps des vacances

C’est le temps des vacances. A croire les informations, les magazines, en ce début août, toute la France est partie en vacances. Même le Gouvernement et le Président de la République s’y sont mis ! Apparemment, la France devrait être complètement endormie, devrait marcher au ralenti puisque tous les Français sont en vacances !

Ben moi, en regardant autour de moi, je constate qu’il y a pas mal de personnes qui restent chez eux et qui ne partent pas en août. Certains sont partis en juin ou juillet et recommenceront à retravailler d’ici peu. D’autres préfèrent partir en septembre. Enfin, il y a ceux qui n’ont tout simplement pas les moyens de s’offrir des vacances.

Si vous êtes dans ce cas-là, rassurez-vous, vous n’êtes pas les seuls ! Les vacances coûtent très cher, surtout en pleine saison. Ce n’est plus aussi évident qu’avant de partir quelques jours.
Dans quel état d’esprit êtes-vous quand vous voyez partir les autres ? Etes-vous jaloux, les enviez-vous ? Etes-vous fatalistes : « c’est comme çà, un jour je partirai comme eux » ? Pour cacher votre profonde déception, ne dites-vous pas aux autres : « de toute façon, je n’aime pas les vacances ; je suis bien chez moi » ?
Ce sont des réactions assez fréquentes.

Il est indéniable que partir en vacances constitue une coupure avec la routine quotidienne. Cela permet de sortir de son train-train, de se relaxer, de se détendre, de ne plus penser à son travail, d’être moins stressé, de se vider la tête, etc.

Mais, dites-vous bien que, si vous en prenez la peine, se détendre, se changer les idées, couper avec votre quotidien sont parfaitement possibles même si vous ne partez pas en vacances. Si vous êtes en congés et que vous êtes obligé de rester chez vous, vous pouvez aisément adopter un comportement qui vous fera penser que vous êtes, vous aussi, en vacances.
Certaines municipalités ont bien compris cela : des plages sont aménagées en plein centre ville pour occuper les enfants et relaxer dans le même temps les parents.

L’une des premières choses à faire est de vous couper de vos habitudes. Essayez de vous lever, de manger à des horaires différents. Prenez le temps de vivre : pensez à vous détendre avant de penser à faire votre ménage. Prenez du temps pour vous. Occupez-vous de vous, de votre corps et de votre esprit, en bougeant plus, en allant dans des expos, dans des musées.

Si vous êtes chez vous avec votre conjoint et vos enfants, profitez bien d’eux. Prenez le temps de discuter, de jouer ensemble. Sortez vous promener, allez dans des parcs, à la piscine pourquoi pas. Faites des choses avec eux que vous ne faîtes pas toute l’année. Faites un pique-nique dans un parc, une forêt ou à la campagne. Faites de bons petits plats à votre famille, en les faisant participer à leur préparation. Pourquoi ne pas organiser une rencontre avec vos voisins pour les connaître mieux ou un tournoi de pétanque avec les gens du quartier ? Prenez soin de vos voisins âgés : cinq minutes de conversation suffisent pour leur donner un peu de joie.

Cela paraît évident à dire, à conseiller, mais, quand on se retrouve dans le même lieu, dans le même environnement, on n’a peut-être pas le réflexe, l’envie de se couper de son quotidien. Certains devront se forcer à changer leurs habitudes : à éteindre la télé, à oublier leurs soucis, à s’ouvrir aux autres, à s’intéresser à ce qui se passe autour d’eux…
Faites un effort, vous devez vous obliger à vous sentir autre part et vous verrez, vous vous sentirez plus détendu, reposé, comme si vous étiez parti en vacances.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

30/07/2007

Perturbations et anticyclones

Voici un texte de Katy Gawelik :

"Il y a quelques jours, le temps était magnifique.
Tout allait bien, mon moral était au beau fixe.
Mais, sans crier gare, le ciel a commencé à s'obscurcir.
Les nuages ont fini par cacher de plus en plus le soleil.
Ma bonne humeur a fini par s’assombrir, elle aussi.
Il y avait de quoi d’ailleurs.
J’ai entendu le tonnerre gronder à mon travail, le stress gagnait du terrain.
L’entente était de plus en plus maussade au sein de mon couple et de ma famille.
L’atmosphère se faisait de plus en plus lourde.
Le temps a viré rapidement à l’orage.
Il a gagné très vite du terrain.
Extrêmement difficile d’y échapper !
La dépression se profilait, guettait et envahissait tout mon être.
Que faire ?
Se laisser envahir par cette perturbation ?
Attendre que l’anticyclone réapparaisse ?
La seconde solution semblait la meilleure.
Comme on dit, après la pluie vient le beau temps.
J’ai tenu, je n’ai pas succombé à cette perturbation.
Je me suis relaxée, j’ai beaucoup discuté.
J’ai fait le point sur ma vie, mes objectifs.
Je me suis recentré sur ce qui était le plus important pour moi.
J’ai donc consacré plus de temps à mon couple, à ma famille.
Je me suis reprise en mains.
J’ai relu quelques textes motivants.
Et voilà, le soleil brille à nouveau, mon moral est au beau fixe.
Donnez-vous les moyens de chasser les perturbations.
Anticipez le mauvais temps.
Ne vous laissez pas submerger par la dépression.
Votre vie sera « anticyclonique », plus belle et plus ensoleillée."



Pour retrouver votre enthousiasme, votre optimisme, un meilleur moral n’hésitez pas à visiter le site http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages gratuits.

30/06/2007

La méditation, qu’est-ce que c’est ?

Vous arrive-t-il de vous concentrer ? Si c’est le cas, alors vous savez méditer !
La méditation permet :

- de reprendre le contrôle de soi-même, de son corps comme de son esprit et d’évacuer les problèmes
- de se « poser », de se reconcentrer sur ses objectifs.
En fait, le but premier de la méditation est de ressentir un profond bien-être général.


Il existe différentes méthodes de méditations selon les différents types de problèmes à résoudre.
Mais avant d’étudier une ou plusieurs techniques de méditation, la première chose à faire est d’apprendre à respirer correctement. La respiration maîtrisée est une habitude à acquérir. Vous devez prendre conscience de votre respiration, vous concentrer sur elle.
Après avoir appris à respirer convenablement, vous pourrez commencer à méditer.

Au début, les séances doivent durer à peu près 15 minutes, puis avec le temps et de la pratique, vous pourrez aller jusqu’à 45 minutes voire une heure. Le point essentiel est la régularité : sans elle, vous ne pourrez pas progresser. L’idéal est de méditer une fois par jour.
A vous de choisir, de trouver votre propre technique. La méditation peut s’effectuer dans différentes positions : assis, debout, couché ou en marchant.

L’art de la méditation ne se maîtrise pas du jour au lendemain. Votre esprit doit s’habituer à se concentrer, à ne plus vagabonder, à ne plus être perturbé par des pensées extérieures.
Il ne faut pas vous forcer, vous entêter à outrance. Surtout ne cherchez pas obstinément à obtenir un résultat donné. Cela ne pourrait que conduire à l’échec.

Le but de la méditation n’est pas d’atteindre le nirvana, ce qui est réservé à des grands yogis ou des grands moines tibétains qui méditent 24 heures sur 24.
Vous, de votre côté, modestement, la méditation pourra :
- vous relaxer
- améliorer votre créativité
- vous permettre d’avoir un esprit plus clair pour résoudre tous vos problèmes
- augmenter votre concentration
- vous aider à vous ouvrir aux autres, à améliorer vos relations
- vous permettre de mieux vous connaître, d’apprendre à vous accepter tel que vous êtes…


Pour finir, la méditation peut se pratiquer seul ou en groupe. En groupe, cela peut vous paraître plus simple car vous pouvez obtenir des conseils mais faites très attention. Il faut bien choisir votre groupe pour ne pas tomber dans une secte. Renseignez-vous avant de rejoindre un groupe. Si vous n’être pas sûr de vous, mieux vaut méditer seul.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

11/05/2007

Dans la tempête, gardez le cap et faites des pauses…

Il faut toujours garder le cap quand vous désirez quelque chose. Vous ne devez jamais vous départir de vos objectifs. Surtout, il ne faut jamais agir avec précipitation, avec hâte. Il faut toujours réfléchir avant d’entreprendre. Bien sûr, si vous manquez de confiance en vous, si vous n’êtes pas sûr de vous, si vous n’avez pas mûrement réfléchi votre projet, vous n’arriverez à rien. Et, surtout, vous aurez la fâcheuse tendance à faire les choses trop vite par crainte d’être considéré comme quelqu’un qui n’agit pas. Agir ne veut pas dire faire n’importe quoi. Effectuer diverses choses « inutiles » en même temps dans l’unique but de montrer qu’on ne reste pas là à ne rien faire, ne sert à rien et est même source d’échecs à tous les coups.

La base de votre réussite, c’est votre confiance en vous. Si vous vous dîtes : « Je suis nul, je suis un raté, je n’arriverai à rien », hé bien, vous serez ce que vous pensez. Ces habitudes de pensées ne vous quitteront pas de sitôt et vous amènerons immanquablement à l’échec. La solution ? Il faut changer vos anciennes habitudes et en prendre de nouvelles. Comme vous avez pris l’habitude de vous dévaloriser constamment, il faut, a contrario, prendre l’habitude de vous dire que vous êtes fort, que vous êtes le meilleur, que vous pouvez accomplir de grandes choses. En modifiant l’image que vous avez de vous, vous modifierez l’image que les autres ont de vous. Et plus rien ne pourra vous résister.

Ainsi, tout dépend de votre attitude mentale. Les choses iront mal si vous allez mal. Certes, malgré votre optimisme, il arrive que cela n’avance pas comme vous voulez. Bien souvent, vous vous obstinez, vous vous enfermez dans vos problèmes, vous êtes stressé… Vous voulez absolument que votre projet avance mais, malgré les heures passées dessus, rien n’y fait : vous restez au point mort. Pire, vous vous découragez, vous vous désespérez.

Or, la solution est simple. Il suffit que vous fassiez une pause, que vous marchiez quelque temps, que vous partiez en week-end même. Et, vous verrez : aussi curieux que cela puisse paraître, votre problème sera résolu à votre retour. Bien entendu, tout ceci n’est possible qu’à la condition que vous soyez sûr de vous, que vous ayez foi en votre projet, que vos pensées soient toutes entières tournées vers cet objectif.

En fait, cette petite pause, ce petit break va simplement vous relaxer, vous destresser et vous irez mieux, tout bonnement. Votre attitude mentale aura changée… La paix sera en vous. Le calme et l’apaisement vous rendront plus fort, plus puissant et vous pourrez déplacer des montagnes. Vous verrez les choses de manière plus positive.


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique