logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

07/06/2007

Les petits bonheurs

Voici un extrait d’une interview de Catherine Ceylac, parue dans Sélection du Reader’s Digest, de juin 2007 :


« Le bonheur, on le transmet par l’attention que l’on porte aux autres.
Cela passe par l’écoute. Par le silence aussi, parfois.
Par exemple, par le regard, exprimer à l’autre le sentiment qu’il n’y a pas d’hostilité, que vous n’êtes pas mon adversaire et que j’ai plutôt envie que vous alliez bien.

Même si l’on ne se connaît pas, je crois que l’on peut se transmettre cela.
Dans le métro, dans le train, un sourire, une complicité, un œil qui frise, cela illumine la journée.
Je prends ma voiture pour venir au travail. Systématiquement, je m’arrête quand un piéton veut traverser. Qu’il en ait le droit ou pas à ce moment-là, je le laisse passer. Pourquoi ? Parce que j’ai envie qu’il me sourie ou qu’il me fasse un signe.
Je me dis alors que je n’ai pas perdu mon temps.
C’est vrai que c’est humble, mais répéter cette attitude plusieurs fois par jour, cela vous donne de la force. »



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

02/06/2007

Le silence est d’or… paraît-il

C’est vrai, le silence est un trésor pour ceux qui veulent méditer, réfléchir à des choses importantes. Dans nos vies trépidantes, hyper-actives, la quête du silence est primordiale pour destresser, retrouver la paix intérieure.

Mais le silence est-il un bienfait pour tout le monde ?

Pensez aux personnes qui vivent seules, isolées et qui sont obligées d’allumer la radio, la télévision pour qu’il y ait un semblant de présence chez elles.
Pensez aux personnes qui, submergées par les problèmes, font tout pour éviter de se retrouver dans le silence le plus complet, afin de ne pas trop penser.

Pour elles, le silence est plutôt un fléau. Elles font tout pour lui échapper. Parfois, c’est difficile de se retrouver seul avec soi-même. Cela peut faire peur.
Certaines personnes, victimes de ce mal, trouvent des remèdes : elles sortent, se font des amis, s’occupent d’associations…
Pour d’autres, c’est plus compliqué parce qu’elles sont timides, elles sont isolées, elles n’osent pas aller vers les autres, etc. Elles finissent par se morfondre dans leur coin. Et là, elles ont tout le loisir de penser, de cogiter sur leur passé par exemple. Elles se remémorent leurs souvenirs. S’ils sont bons, c’est plutôt un avantage. Mais s’ils sont mauvais, la souffrance devient intenable.

Dans ce cas-là, que faut-il faire ?

Un travail sur soi est primordial. Il faut apprendre à penser positif, à se dire que la vie n’est pas si moche en fin de compte, que le bonheur n’est pas seulement pour les autres. Ce nouvel état d’esprit vous aidera à vous ouvrir aux autres, au monde.
Il faut vous prendre en mains et surtout éviter de vous laisser aller. Pensez aux personnes qui aimeraient de tout leur cœur pouvoir bouger, sortir mais qui sont dans l’incapacité physique de le faire. Profitez de votre bonne santé pour aller les voir. Vous effectuerez une double bonne action : vous briserez votre isolement mais également le leur. Exercer de multiples activités, rencontrer du monde, cela fait revivre !

Et vous verrez, vous finirez par apprécier les moments de silence qui seront une pause salutaire dans votre nouvelle vie trépidante !



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

20/04/2007

Petites réflexions...

Aujourd’hui, je vous propose la traduction d’un écrit trouvé dans la Cathédrale Saint-Paul de Baltimore, en 1692, d’un auteur inconnu

« Allez tranquillement parmi le vacarme et la hâte, et souvenez-vous de la paix qui peut exister dans le silence.
Sans aliénation, vivez autant que possible en bons termes avec toutes personnes. Dîtes doucement et clairement votre vérité ; et écoutez les autres, même le simple d’esprit et l’ignorant ; ils ont eux aussi leur histoire. Evitez les individus bruyants et agressifs, ils sont une vexation pour l’esprit.
Ne vous comparez avec personne : vous risqueriez de devenir vain ou vaniteux. Il y a toujours plus grands et plus petits que vous.
Jouissez de vos projets aussi bien que de vos accomplissements. Soyez toujours intéressés à votre carrière, si modeste soit-elle ; c’est une véritable possession dans les prospérités changeantes du temps. Soyez prudent dans vos affaires ; car le monde est plein de fourberies. Mais ne soyez pas aveugle en ce qui concerne la vertu qui existe ; plusieurs individus recherchent les grands idéaux ; et partout la vie est remplie d’héroïsme.
Soyez vous-même. Surtout n’affectez pas l’amitié. Non plus ne soyez cynique en amour car il est en face de toute stérilité et de tout désenchantement aussi éternel que l’herbe.
Prenez avec bonté les conseils des années, en renonçant avec grâce à votre jeunesse. Fortifiez une puissance d’esprit pour vous protéger en cas de malheur soudain. Mais ne vous chagrinez pas avec vos chimères. De nombreuses peurs naissent de la fatigue et de la solitude.
Au-delà d’une discipline saine, soyez doux avec vous-même. Vous être un enfant de l’univers, pas moins que les arbres et les étoiles ; vous avez le droit d’être ici. Et qu’il vous soit clair ou non, l’univers se déroule sans doute comme il le devrait.
Soyez en paix avec Dieu, quelle que soit votre conception de lui ; et quels que soient vos peines et vos rêves, gardez dans le désarroi bruyant de la vie, la paix dans votre âme.
Avec toutes ses perfidies, ses besognes fastidieuses et ses rêves brisés, le monde est pourtant beau. Soyez positif et attentif aux autres.
Tâchez d’être heureux. »


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique