logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

13/02/2011

La diplomatie, une aide précieuse au travail

La diplomatie, selon le dictionnaire Larousse, c’est « l’habileté, l’adresse, la souplesse, la prudence dans la conduite d'un entretien ou d'une affaire difficile ». C’est l’art d’obtenir quelque chose sans heurts mais avec l’aide du dialogue.

 

Peut-on utiliser continuellement la diplomatie au sein de l’entreprise ?

 

Les relations professionnelles peuvent parfois s’avérer difficiles. Au sein d’une équipe, tous les collaborateurs ne s’entendent pas forcément à merveille. Des conflits, des rivalités peuvent naître. Dans les cas extrêmes, la colère ou la violence verbale ne semblent être que les seules solutions trouvées pour les régler. L’ambiance devient ainsi malsaine et la communication difficile, voire absente.

 

Est-on obligé d’en arriver à ces extrémités pour régler les conflits ?

 

Certes, parfois cela soulage de dire ses « quatre vérités » à un collègue qui dépasse les bornes. Mais, ne pensez-vous pas que la diplomatie aurait été préférable ?

Cette dernière n’est nullement une marque de faiblesse. Elle permet tout simplement d’imposer ses choix ou ses décisions, d’émettre une critique en l’enrobant et en évitant de prononcer des paroles qui pourraient blesser inutilement.

La diplomatie sert également à trouver un compromis quand le conflit s’avère inextricable, au lieu de couper les ponts définitivement.

Enfin, la diplomatie est très utile quand vous vous trouvez dans une impasse dont vous ne savez pas comment sortir. Si vous avez commis une erreur, si vous ne parvenez pas à finaliser un dossier, en trouvant les mots justes, vous parviendrez à vous faire pardonner, en quelque sorte.

 

La diplomatie demande une certaine intelligence et une grande confiance en soi.

 

Comment être un bon diplomate ?

 

Les qualités d’un bon diplomate c’est savoir parler convenablement et simplement. Il ne faut surtout pas que vos propos soient mal interprétés et prêtent à confusion. Si vous tournez au tour du pot sans préciser d’emblée vos pensées, vous risquez tout simplement d’être mal compris. Vos subordonnés ou vos collaborateurs se méfieront de vous et ne vous feront pas confiance.

Pour bien faire passer ses pensées, le diplomate doit être sûr de lui et savoir contrôler ses émotions. L’impulsivité est donc à proscrire. Elle risquerait de vous faire dire des choses sous le coup de la colère que vous pourriez regretter très vite. Alors que si vous aviez pris le temps de réfléchir et de vous calmer, vous auriez calmé le jeu tout de suite et vous auriez mieux fait passer votre message.

Pour pouvoir dialoguer convenablement, vous devez aussi être à l’écoute de vos collaborateurs ou collègues. Si vous avez décidé d’emblée que vous avez raison et que les autres ont forcément tort, vous vous comporterez en petit chef et non en véritable diplomate. Certes, votre avis est peut-être le meilleur mais vous ne devez pas l’imposer par la force mais en prenant en compte les idées de votre équipe. Cette dernière acceptera mieux la décision si elle se sent réellement concernée et impliquée.

 

La diplomatie au sein de l’entreprise s’avère donc un outil très précieux qui vous aidera, sans aucun doute, à être plus efficace, plus performant, plus populaire, plus apprécié… bref, tout ce qui fait un bon manager et qui constitue un gage de réussite.

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com

07/02/2011

Il n’y a pas que le travail dans la vie !

« Il n’y a pas que le travail dans la vie ! »

Cette phrase peut prêter à sourire, surtout quand on sait que la première préoccupation des Français est le travail. La majorité d’entre eux a peur du chômage. Dans le contexte de crise actuelle, le travail constitue même une denrée rare et pour ceux qui en ont, ils font tout pour s’y accrocher, quitte à sacrifier leur vie personnelle ou familiale.

 

Effectivement, le travail constitue une part importante de la vie. Sans travail, il est extrêmement difficile de manger, de se loger, de se divertir, d’élever convenablement ses enfants, etc. Même avec un travail, c’est parfois très difficile…

 

Toutefois, le travail doit-il constituer toute votre vie ?

Si vous avez une famille, des enfants, ne pensez-vous pas que vous ne devriez chercher les moyens de leur consacrer un peu plus de temps ? Certes, un travail doit se faire sérieusement et consciencieusement, mais devez-vous tout lui sacrifier ?

 

Votre conjoint, vos enfants ont certainement besoin de votre présence pour s’épanouir ou grandir correctement.

Vous-même, vous avez besoin de temps pour vous. Si vous daignez vous dorloter, vous occuper de vous, exercer des activités sportives ou créatrices, vous verrez que cela rejaillira sur votre travail, que vous exercerez plus calmement et plus sereinement. Dans le même temps, votre famille pourra bénéficier de votre bien-être retrouvé.

 

Demandez-vous également pourquoi vous consacrez autant de temps à votre travail ?

Parfois, c’est nécessaire. Mais, bien souvent, l’addiction au travail cache un problème plus profond, comme un mal-être ou des difficultés relationnelles. Certains addicts au travail restent longtemps au bureau pour ne pas rentrer chez eux. Quand ils sont en week-end ou en vacances, ils continuent à travailler en ramenant des dossiers ou en consultant leurs mails. Ils se sentent indispensables. Au travail, ils ont l’impression d’exister, d’être importants, d’être reconnus. C’est le seul moyen qu’ils ont trouvé pour être valorisés. Ils trouvent dans le travail un refuge. C’est le cocon dans lequel ils se sentent bien. Ils se coupent ainsi du monde qui les entoure, ils n’ont plus de vie sociale. Finalement, ils ne profitent pas pleinement de la vie, pire, ils ne vivent qu’une très petite partie de celle-ci. Quand ils arriveront à la retraite, ils n’auront fait que travailler et le bilan de leur vie sera bien terne et insipide. Ils se sentiront profondément seuls, perdus et inutiles. Ils regretteront peut-être d’avoir consacré toute leur vie à leur travail. Mais, il sera trop tard !

 

L’addiction au travail entraîne du stress et du surmenage, qui rejaillissent sur la santé et sur l’entourage. Il est extrêmement difficile aux addicts de mettre un frein à leur travail, car ils sont persuadés que c’est la société qui leur demande d’être, sans arrêt, performants et au top du top. C’est vrai mais peut-être que pour atteindre cette perfection, il n’est pas forcément nécessaire de passer tout son temps au travail. Des techniques existent pour travailler mieux et plus. Ces techniques, vous les trouverez dans le livre « Vous avez tout pour être heureux. Le livre pour améliorer votre vie. »,de Katy Gawelik, éd. Maxima. Et, comme le travail n’est pas tout dans la vie, vous y trouverez également des conseils pour vous dorloter et trouver du temps à vous consacrer.

 

Réagissez pendant qu’il est encore temps ! Le travail est important et primordial mais comme le dit le dicton : « Vous devez travailler pour vivre mais pas vivre pour travailler ».

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et audios gratuits.

14/12/2010

Apprenez à déléguer dans votre travail

Déléguer certaines de ses tâches au travail est le meilleur moyen de travailler plus sereinement.

 

Si vous êtes chef d’entreprise ou manager chargé d’une équipe, il doit vous arriver souvent d’être débordé par votre travail. Si vous voulez faire tourner le mieux possible votre entreprise, cela demande du temps et un investissement personnel important. Or, les journées ne durent que 24 heures. Bien souvent, le stress et les tensions s’accumulent face à la masse de travail que vous devez accomplir chaque jour.

 

Avez-vous pensé à déléguer votre travail ?

 

Hé oui, vous avez certainement du remarquer, comme moi, que si vous confiez une partie de votre travail à un collaborateur, vous êtes tout de suite moins débordé. C’est évident.

C’est vrai que certains rechignent à déléguer certaines tâches. Ils ont, soit des scrupules, soit ont peur que le travail soit mal accompli.

Mais, il n’y a rien de mal à se faire du bien. Si vous déléguez une partie de votre travail, vous aurez plus de temps pour vous et vous serez moins stressé.

En plus, il arrivera souvent que le travail qui vous a été confié, sera mieux exécuté, puisque vous aurez eu plus de temps pour réfléchir au fond du problème, au lieu de passer des heures en recherches fastidieuses.

La délégation n’a donc que des avantages, à condition de choisir les bons collaborateurs.

 

Comment choisir les bons collaborateurs ?

 

Un bon collaborateur est avant tout une personne avec qui vous vous entendez. Bien sûr, cela ne signifie pas que vous deviez vous en faire un ami, mais c’est mieux quand même si vous avez un minimum d’affinités. Si ce n’est pas le cas, vous risquez de passer du temps à régler vos désaccords.

Ensuite, un collaborateur doit rester un collaborateur. Il doit vous aider et surtout ne pas prendre votre place. Vous devez continuer à être le chef, le superviseur des opérations. Méfiez-vous des jeunes gens ambitieux qui ont les dents longues et qui, au lieu de collaborer, cherchent plutôt à prendre votre place, à saboter votre dossier.

Par contre, un bon collaborateur doit avoir des compétences que vous ne possédez pas vous-même. S’il ne vous amène pas un petit plus, il n’apportera rien à votre équipe. Les compétences de chacun doivent s’additionner. Si votre équipe est trop homogène, l’émulation ne pourra pas se créer. Les débats d’idées, les brainstormings seront « plan-plan », vous n’en tirerez rien de bon.

 

Comment mener à bien une collaboration ?

 

C’est à vous de fixer les objectifs à réaliser par votre équipe de collaborateurs. Vous devez définir clairement les tâches et les distribuer à chacun de vos collaborateurs, en fonction de leurs compétences. Evitez de vous ingérer continuellement dans leur travail, laissez les travailler. Ne passez par derrière eux sans arrêt. Sinon, cela ne sert à rien de prendre des collaborateurs.

Après, votre rôle est de faire en sorte que le travail d’équipe se déroule le mieux possible. Vous devez ainsi prévenir les conflits éventuels, mettre en sourdine les egos surdimensionnés et indiquer la place de chacun. Certains de vos collaborateurs auront peut-être tendance à travailler seuls, à se comporter en petit-chef, à s’immiscer dans le travail des autres, à s’accaparer la tâche d’un de leurs collègues, etc. Si vous n’y prenez garde, votre équipe de collaborateurs ne pourra qu’aller à vau-l’eau.

Enfin, vous devez récolter le fruit de cette collaboration. Faites en sorte que les délais soient respectés. Pour ce faire, faites des réunions régulières pour contrôler l’avancer des travaux de chacun et pour donner des conseils éventuels si nécessaires.

 

Si vous avez mené à bien votre délégation, vous n’avez plus qu’à remercier vos collaborateurs pour leur travail accompli !

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com

04/05/2010

Travailleur indépendant, avez-vous pensé au coworking ?

Non, non, le coworking n’a rien à voir avec les vaches (« cow » signifie « vache » en anglais) ! Il faut plutôt lire cette anglicisme de cette façon : « co - working ». En gros, cela signifie travailler avec ou travail en commun. Vous me direz, pourquoi utiliser un tel terme pour désigner une simple entreprise ? Ben, justement, cela ne désigne nullement une simple entreprise. C’est plutôt une façon particulière de travailler. Je m’explique…

Depuis quelques années, avec le chômage qui grimpe, un certain nombre d’individus se sont lancés dans la création d’entreprises. Avec internet et les nouvelles technologies, on a vu fleurir des entreprises individuelles, « à domicile », où les jeunes entrepreneurs travaillent, seuls, chez eux. Oui, mais voilà, travailler seul, chez soi, dans l’isolement le plus complet, n’est pas si facile que cela. Pour ceux qui ont eu l’habitude de travailler en entreprise, avec des collègues, avec une équipe, avec une saine émulation de groupe, la situation peut vite devenir un cauchemar.

Manque de motivation, manque d’organisation, perte de repères-temps, impression de ne pas vraiment exercer un vrai métier amplifié par le jugement critique des autres, travail interrompu par l’entrée des enfants ou des coups de téléphone intempestifs, solitude, personne à qui confier ses inquiétudes, etc. voilà un ensemble de maux dont peuvent souffrir les « travailleurs à domicile ».

Pourtant, ce statut fait souvent envie. Il attire de plus en plus de personnes, soucieuses d’être indépendantes et libres, de ne pas avoir sur le dos un patron ou des collègues qui finissent par rendre le travail en entreprise très pénible. Alors, comment faire pour avoir tous les avantages du travail indépendant sans ses inconvénients ?

La solution a été trouvée : le coworking, déjà bien présent dans le monde entier et qui émerge en France. Il est né en Californie en 2006. C’est un lieu où les travailleurs indépendants peuvent venir travailler, ordinateur sous le bras. Ces endroits sont très conviviaux avec des canapés, un bar, de bureaux ouverts style « open space ».

Pour y avoir accès, il suffit de s’inscrire moyennant une petite somme et de venir le jour choisi. Ainsi, même si vous travaillez de manière indépendante, vous ne vous sentez plus isolé. Vous pouvez être galvanisé par les autres travailleurs qui vous entourent. Ne croyez surtout pas que vous vous retrouverez dans le coworking comme dans une entreprise. La différence essentielle entre les deux est que les gens qui travaillent avec vous dans ce grand espace ne sont pas des collègues de bureau mais des entrepreneurs, comme vous. Vous êtes donc sur un pied d’égalité, vous n’êtes pas surveillé, vous n’avez pas peur de dire certaines choses, les échanges sont plus spontanés, plus conviviaux…

Bien sûr, le but premier du coworking n’est pas uniquement de venir travailler seul dans son coin, comme on fait chez soi, mais de partager son expérience, d’échanger des idées, de se constituer un réseau pourquoi pas ? Si un problème vous taraude, il suffit d’en parler à un voisin pour qu’il soit réglé rapidement. Si vous manquez de motivation, peut-être trouverez-vous quelqu’un qui sait comment se remotiver. Si vous-même vous avez des trucs pour améliorer votre façon de travailler, pourquoi ne pas les partager avec les autres ? Parfois, les coworkings organisent des conférences auxquelles tout le monde peut assister en toute liberté et où vous pouvez apprendre des tas de choses.

Le coworking semble la solution idéale pour les travailleurs indépendants. Ils se sentent moins seuls et paraissent plus heureux. Attention, toutefois, que la routine ne s’y installe pas et que tout s’y passe comme dans une entreprise ordinaire…

 

Découvrez les secrets pour vous constituer un réseau de relations efficace et rentable, apprenez les trucs et astuces des grands réseauteurs : http://url-ok.com/377c54

26/03/2010

Savoir travailler en couple

Tous les couples ne sont pas faits pour travailler ensemble. Quand on en interroge certains pour leur demander si çà les tenterait, bon nombre d’entre eux s’en sentent complètement incapables. Leurs arguments sont assez variables, comme par exemple, « je ne pourrai jamais le ou la supporter toute la journée », « on n’arrêterait pas de se disputer », « il me faut des moments à moi tout seul pour briser la routine du couple », etc.

C’est vrai que certains couples se séparent à cause de leur décision de travailler ensemble. Ils ne se supportent plus. Ou l’un d’eux veut tout diriger et l’autre ne le supporte pas, ce qui est tout à fait normal. Quelquefois, certains couples rêvent de créer quelque chose ensemble, mais finalement, ils finissent par se déchirer. Ils finissent par se rendre compte du vrai caractère de l’autre, celui-ci étant parfois différent quand on est à la maison ou quand on travaille. Le stress du travail peut engendrer des disputes et des contrariétés qui n’existaient pas en temps normal.

Pourtant, certains couples réussissent à travailler en ensemble, en parfaite harmonie et parviennent à faire fructifier leur entreprise, sans heurts. Ont-ils un secret particulier ?

Je ne pense pas. A mon avis, c’est d’abord parce que leur couple est solide qu’ils sont capables de travailler ensemble. Ensuite, il est nécessaire qu’ils soient complémentaires. Si tous les deux veulent remplir exactement les mêmes tâches, cela risque de bloquer sauf si l’entente est parfaite et que la discussion est saine entre les deux. Pour éviter les problèmes, essayez de vous attribuer des activités différentes, ce qui n’empêche pas quelques empiètements salutaires pour donner un avis ou pour motiver son partenaire.

Ces couples qui réussissent ne se sont pas lancés à la légère. Ils ont mûrement réfléchi, pesé le pour et le contre. Ils ont opté pour le meilleur statut possible. Ainsi, dans le cas d’une faillite, cela évite que l’un des deux supporte toutes les conséquences financières notamment. Ne faites surtout pas preuve d’amateurisme. Dans certains cas, un membre du couple se contentera d’aider occasionnellement dans l’entreprise, pour faire du secrétariat par exemple. Dans cette situation précise, il est préférable d’opter pour le statut de conjoint collaborateur (pas de salaire mais droits à la retraite et assurance maladie). Si l’implication est plus grande, vous pouvez créer une société et être conjoint associé, donc sur un pied d’égalité, en cas de problèmes notamment.

Bien réfléchir au statut de l’entreprise permet aussi que tout se passe pour le mieux en cas de séparation du couple. Tout est réglé à l’avance et tout devrait, normalement, bien se passer. Toutefois, s’il y a séparation ou si l’entreprise fait faillite, sachez que les deux membres du couple se retrouvent sans travail et donc sans revenus. C’est donc un gros risque à prendre pour ceux qui ne sont pas sûrs d’eux. Pour essayer de limiter les dégâts, pensez à la séparation de biens et à la création d’une société pour séparer le patrimoine professionnel et le patrimoine privé.

Les couples qui réussissent à travailler ensemble ont également appris à préserver leur vie de couple. Pas question, notamment, de parler sans arrêt boulot à la maison, le soir en rentrant. C’est le meilleur moyen de ne plus avoir de vie de couple du tout ! Prenez le temps de vous retrouver et de faire autre chose, ensemble ou séparément.

Enfin, sachez que certains couples ne parviendront jamais à travailler ensemble. Si l’envie vous prenait un jour, réfléchissez bien avant pour éviter que votre couple ne se brise.

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique