logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

24/11/2009

Croquez la vie ! Soyez crudivore

Tout le monde connaît les végétariens (consommateurs de fruits, de légumes, de céréales, de fromage, d’œufs) ou les végétaliens (consommateurs de fruits, de légumes, de céréales). Ils sont d’ailleurs de plus en plus nombreux. Les carnivores, encore majoritaires, se font parfois même tirer les oreilles par certains individus (pas forcément végétariens) car l’élevage d’animaux de boucherie coûtent très cher en eau et en CO2. Certaines voix se sont élevées pour faire en sorte qu’une journée dans la semaine soit une « journée sans viande ».

 

Les végétariens et autres végétaliens ne peuvent que se réjouir de cette initiative. Parmi ces individus qui refusent de manger tout ce qui est issu des animaux vivants, on classe souvent les crudivores. Des traces de cette pratique remontent à plus de 2000 ans. Mais c’est surtout le Dr Bircher-Benner qui a lancé le mouvement en Suisse au XIXe siècle. Comme leur nom semble l’indiquer, on pourrait penser que ce sont des « mangeurs de crudités ». Mais, ce n’est pas tout à fait exact. En effet, il est plus correct de dire que les crudivores consomment essentiellement des aliments crus, n’ayant subis aucune cuisson ou transformation. Cela peut donc inclure, pour une petite minorité d’entre eux, de la viande ou du poisson ou des produits laitiers (ce qui pourrait correspondre à peu près à 25 % de l’alimentation générale). Toutefois, très rares sont ceux parmi les crudivores qui consomment de la viande. Ils sont, dans la majorité des cas, végétaliens. Le régime alimentaire des crudivores se compose de : fruits, légumes, graines, céréales, jus d’herbe, de laits végétaux, d’algues, etc.

 

Selon les adeptes du crudivorisme (ou alimentation vivante), une telle pratique permettrait de mieux digérer, d’éliminer les toxines, les déchets du corps, de vivre plus longtemps et d’être en meilleure santé en prévenant certaines maladies comme l’arthrite ou le cancer (mais là, il faudrait des études approfondies pour que cette assertion soit prouvée). Les vitamines seraient mieux assimilées. La consommation d’antioxydants serait élevée. Selon les crudivores, une cuisson à 40° détruirait les enzymes qui facilitent la digestion.

 

Un autre effet bénéfique du crudivorisme est souvent mis en avant : le fait qu’il facilite l’amaigrissement. Il est évident que ce type de comportement alimentaire apporte très peu de gras et beaucoup de fibres à l’organisme, le cocktail idéal pour la perte de poids. Mais aussi, pour limiter les risques de maladies cardio-vasculaires, le diabète.

 

Pour toutes ces raisons, le crudivorisme paraît tentant. Mais, il faut pouvoir le suivre. Il est loin d’être évident d’ingurgiter à longueur de temps des aliments crus. Le végétarisme paraît plus accessible. En outre, le crudivorisme peut entraîner des carences en vitamine B12 notamment. Des manques à cause de l’absence de sucre et de graisses peuvent aussi apparaître. C’est pour cette raison que cette pratique est déconseillée aux femmes enceintes, aux enfants et aux adolescents. Mais, en dehors de ces cas, cette pratique ne semble pas dangereuse.

 

A signaler, pour finir, que les crudivores n’ont pas une excellente réputation. Ils sont parfois considérés comme des extrémistes. Ils ont parfois été assimilés à une secte (avec le gourou Burger). En France, ils sont très peu nombreux, contrairement aux Etats-Unis. Malgré toutes les dérives qu’il ne faut surtout pas prendre à la légère, il ne semble pas que le crudivorisme, pratiqué chez soi et en prenant l’avis de son médecin traitant, soit une si mauvaise chose que cela.

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

02/03/2009

Mangez moins de viande, il en va de votre avenir

Mi-février, l’Institut National du Cancer INCa a réalisé un communiqué de presse intitulé « Nutrition et prévention des cancers ». Il y énumérait, en autre, les facteurs augmentant le risque de cancers. Parmi ces derniers figurent la viande et la charcuterie. Il estime que « le risque de cancer colorectal augmentait de 29 % par portion de 100 g de viandes rouges consommée par jour et de 21 % par portion de 50 g de charcuteries consommée par jour. En France, un quart de la population consomme au moins 500 g de viandes rouges par semaine, et plus d'un quart de la population au moins 50 g de charcuteries par jour. » (cf. : http://www.e-cancer.fr/v1/mambots/editors/fckeditor/editor/index.php?option=com_redaction&Itemid=348&task=voiritemfo&id=2405&bakhistory=1 )

Ces constatations ne sont pas le fruit du hasard. Elles font suite à d’abondants travaux scientifiques menés depuis 40 ans. Comme vous vous en doutez, ce constat n’a pas du tout enchanté les professionnels de la viande en France. Dès la publication du communiqué de presse de l’INCa, le CIV (Centre d’information des viandes) a réagi.
Désirant que l’on évite toute psychose contre la viande rouge, il est venu préciser, notamment, que les risques de cancers concernaient surtout les personnes grandes consommatrices de viandes rouges : plus de 500 g par semaine (soit 700 g de viandes crues), ce qui correspond à plus de 70 g par jour. Ce point rejoint parfaitement le communiqué de l’INCa.
Il est donc préférable de diminuer votre consommation de viande rouge notamment et de charcuterie pour que vous mainteniez en bonne santé.

Mais, la viande n’a pas seulement un impact sur votre santé. Elle en a également sur votre porte-monnaie. En effet, la viande coûte cher, surtout si vous désirez manger un morceau de choix. Préférez donc en consommer moins souvent afin de ne pas manger n’importe quoi sous prétexte que vous souhaitez de la viande à chaque repas.

Enfin, la viande a aussi un impact sur l’environnement. Ce dernier point est peut-être le moins évident mais il existe malheureusement et semble même s’aggraver de plus en plus. C’est l’élevage qui pose problème. Il a un impact malfaisant sur l’environnement. C’est d’ailleurs « une des plus graves menaces pour la survie de l’humanité à long terme », selon Jonathan Porritt, président de la Commission pour le développement durable du gouvernement britannique. En fait, « l’élevage est une source majeure de gaz à effet de serre » comme le dit le prix Nobel de la paix 2007, Rajendra Pachauri, président du GIEC(groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). Une étude japonaise de janvier 2008 a calculé que la production de d’1 kg de bœuf équivaut à 3 heures de conduite en laissant allumer les lumières chez soi. « L’élevage produit plus de gaz à effet de serre que l’ensemble des transports », selon la FAO (Food and Agriculture Organization) (rapport de 2006).

L’élevage produit également de la pollution. L’eau est contaminée dans plusieurs pays par le lisier produit par les animaux, contaminé lui-même par toute sorte d’hormones et d’antibiotiques donnés aux animaux pour qu’ils grossissent plus vite.

L’élevage a également une incidence sur la faim dans le monde : les céréales produites pour nourrir les animaux ne reviennent pas à la population qui meurent de faim un peu partout dans le monde. En plus, la production de ces céréales (maïs notamment), nécessite l’utilisation de litres et de litres d’eau (jusqu’à 100 000 pour produire 1 kg de viande de bœuf), d’où les risques de sécheresse. Enfin, la production intensive de ces céréales entraîne une déforestation intensive, notamment au Brésil.
70 % des terres cultivées sont utilisées pour élever et nourrir les animaux que nous mangeons.
Bref, en énumérant tous ces éléments, on se rend compte de tout l’impact que peut avoir l’élevage sur l’environnement et sur l’humanité.

La FAO s’est émue de ces constats et préconise de s’occuper de ce problème d’urgence. La meilleure façon d’y parvenir est de diminuer la consommation de viande dans le monde.
C’est vrai, qu’en France, on est de grands consommateurs de viande, elle fait partie de nos traditions. Mais, faisons tous un effort et essayons de manger moins de viande. Il en va de notre avenir à tous !

N’ayez pas peur, il est possible de bien manger sans consommer trop de viande. Moi, il peut arriver que je ne mange de la viande qu’une seule fois par semaine et cela ne me pèse pas du tout.
Bien entendu, il faut connaître les aliments et les recettes savoureuses qui peuvent la remplacer sans problème.
Pour les connaître et être toujours en pleine forme, cliquez ici : http://url-ok.com/3d9f0a

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique