logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

07/02/2011

Il n’y a pas que le travail dans la vie !

« Il n’y a pas que le travail dans la vie ! »

Cette phrase peut prêter à sourire, surtout quand on sait que la première préoccupation des Français est le travail. La majorité d’entre eux a peur du chômage. Dans le contexte de crise actuelle, le travail constitue même une denrée rare et pour ceux qui en ont, ils font tout pour s’y accrocher, quitte à sacrifier leur vie personnelle ou familiale.

 

Effectivement, le travail constitue une part importante de la vie. Sans travail, il est extrêmement difficile de manger, de se loger, de se divertir, d’élever convenablement ses enfants, etc. Même avec un travail, c’est parfois très difficile…

 

Toutefois, le travail doit-il constituer toute votre vie ?

Si vous avez une famille, des enfants, ne pensez-vous pas que vous ne devriez chercher les moyens de leur consacrer un peu plus de temps ? Certes, un travail doit se faire sérieusement et consciencieusement, mais devez-vous tout lui sacrifier ?

 

Votre conjoint, vos enfants ont certainement besoin de votre présence pour s’épanouir ou grandir correctement.

Vous-même, vous avez besoin de temps pour vous. Si vous daignez vous dorloter, vous occuper de vous, exercer des activités sportives ou créatrices, vous verrez que cela rejaillira sur votre travail, que vous exercerez plus calmement et plus sereinement. Dans le même temps, votre famille pourra bénéficier de votre bien-être retrouvé.

 

Demandez-vous également pourquoi vous consacrez autant de temps à votre travail ?

Parfois, c’est nécessaire. Mais, bien souvent, l’addiction au travail cache un problème plus profond, comme un mal-être ou des difficultés relationnelles. Certains addicts au travail restent longtemps au bureau pour ne pas rentrer chez eux. Quand ils sont en week-end ou en vacances, ils continuent à travailler en ramenant des dossiers ou en consultant leurs mails. Ils se sentent indispensables. Au travail, ils ont l’impression d’exister, d’être importants, d’être reconnus. C’est le seul moyen qu’ils ont trouvé pour être valorisés. Ils trouvent dans le travail un refuge. C’est le cocon dans lequel ils se sentent bien. Ils se coupent ainsi du monde qui les entoure, ils n’ont plus de vie sociale. Finalement, ils ne profitent pas pleinement de la vie, pire, ils ne vivent qu’une très petite partie de celle-ci. Quand ils arriveront à la retraite, ils n’auront fait que travailler et le bilan de leur vie sera bien terne et insipide. Ils se sentiront profondément seuls, perdus et inutiles. Ils regretteront peut-être d’avoir consacré toute leur vie à leur travail. Mais, il sera trop tard !

 

L’addiction au travail entraîne du stress et du surmenage, qui rejaillissent sur la santé et sur l’entourage. Il est extrêmement difficile aux addicts de mettre un frein à leur travail, car ils sont persuadés que c’est la société qui leur demande d’être, sans arrêt, performants et au top du top. C’est vrai mais peut-être que pour atteindre cette perfection, il n’est pas forcément nécessaire de passer tout son temps au travail. Des techniques existent pour travailler mieux et plus. Ces techniques, vous les trouverez dans le livre « Vous avez tout pour être heureux. Le livre pour améliorer votre vie. »,de Katy Gawelik, éd. Maxima. Et, comme le travail n’est pas tout dans la vie, vous y trouverez également des conseils pour vous dorloter et trouver du temps à vous consacrer.

 

Réagissez pendant qu’il est encore temps ! Le travail est important et primordial mais comme le dit le dicton : « Vous devez travailler pour vivre mais pas vivre pour travailler ».

 

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et audios gratuits.

12/04/2009

L'estime de soi

Voici un extrait du livre de Maryse Poudrier "Profiter de la vie" :

"La vie exige la construction d'une estime de soi.
Personne ne nait avec une estime de soi forte, solide et inébranlable.
C'est le processus de toute une vie.
Chaque leçon ou chaque défi qui nous ai présenté nous aide à bâtir une estime de soi qui provient de l'intérieur.

Le type de parents que la Providence nous a donné est un bon indicateur des leçons que nous recevrons au cours de notre vie.
Si nous avons eu des parents peu aimants, nous recevrons des leçons qui nous permettront d'apprendre le rôle de l'amour et de l'amour-propre dans la construction de l'estime de soi.
Si nous avons eu des parents craintifs et anxieux, nous hériterons de peurs à partir desquelles nous échafauderons notre système de valeurs, celui qui nous aidera éventuellement à accomplir avec assurance notre mission dans la vie.
Les personnes qui nous élèvent sont souvent nos critiques les plus sévères.
Pendant l'enfance et l'adolescence, il existe un lien profond entre nos parents et la qualité de notre estime de soi ; par la suite, c'est uniquement à nous de jouer."


N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

20/12/2007

La qualité de notre travail affecte toute notre vie

Voici un extrait du livre d'Orison Swett Marden "L’Amour Du Travail Bien Fait : Loi Immuable De La Réussite" :


"Nous sommes ainsi constitués que la qualité de notre travail affecte toute notre vie, et tend à mettre notre conduite au même niveau que notre oeuvre. Toute la personne prend les caractéristiques de sa manière habituelle de faire les choses.

La précision et l'exactitude fortifient la mentalité, améliorent le caractère.
Au contraire, l'habitude de faire les choses avec insouciance, sans soin, exerce une fâcheuse influence sur la mentalité, et rabaisse le niveau de toute la vie.

Chaque ouvrage qui sort de nos mains, à moitié fait ou mal fait, laisse derrière lui une trace de démoralisation, et nous enlève un peu de respect de nous-même.

Lorsque vous avez négligé votre travail, livré un ouvrage de qualité inférieure, vous n'êtes pas le même qu'auparavant. Vous n'avez pas le même désir de livrer du travail bien fait, vous ne regardez plus votre travail comme sacré.
Vous vous rendez incapable de faire bien, dans la mesure où vous vous permettrez un travail inférieur, négligé.

L'effet mental et moral que produit l'habitude de faire tout à moitié, sa puissance de démoralisation peuvent difficilement être estimés, parce que ces effets se produisent d'une façon si graduelle et si subtile qu'on s'en aperçoit à peine. Celui qui « sabote » son travail, perd le respect de lui-même, et lorsque le respect de soi-même s'en va, la confiance en soi-même le suit ; quand tous deux sont partis, l’excellence devient impossible.

Il est étonnant de constater, combien l'habitude de la négligence peut enchaîner graduellement, insidieusement l'individu, et changer à tel point son attitude mentale qu'il en arrive à mettre de côté son idéal, tout en croyant
qu'il fait tous ses efforts pour l'atteindre."



Retrouvez le livre en entier ici, ainsi que deux autres ouvrages.

N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

29/10/2007

Ceux que l'on met au monde

Voici une chanson de Lynda Lemay, "Ceux que l'on met au monde" :


Ceux que l'on met au monde ne nous appartiennent pas
c'est ce que l'on nous montre et c'est ce que l'on croit
ils ont une vie à vivre on n'peut pas dessiner
les chemins qu'ils vont suivre ils devront décider
c'est une belle histoire que cette indépendance
une fois passés les boires et la petite enfance
qu'il ne faille rien nouer qu'on ne puisse pas défaire
que des nœuds pas serrés des boucles, si l'on préfère
ceux que l'on aide à naître ne nous appartiennent pas
ils sont ce qu'ils veulent être qu'on en soit fière ou pas
c'est ce que l'on nous dit c'est ce qui est écrit
la bonne philosophie la grande psychologie
et voila que tu nais et que t'es pas normal
t'es dodu, t'es parfait le problème est mental
et voilà que c'est pas vrai que tu vas faire ton chemin
car t'arrêteras jamais de n'être qu'un gamin
tu fais tes premiers pas on se laisse émouvoir
mais les pas que tu feras ne te mèneront nulle part
qui es-tu si t'es pas un adulte en devenir
si c'est ma jupe à moi pour toujours qui t'attire
c'est pas c'qu'on m'avait dit j'étais pas préparée
t'es a moi pour la vie le bon dieu s'est trompé
et y a le diable qui rit dans sa barbe de feu
et puis qui me punit d'l'avoir prié un peu
pour que tu m'appartiennes à la vie, à la mort
il t'a changé en teigne il t'a jeté un sort
t'es mon enfant d'amour t'es mon enfant spécial
un enfant pour toujours un cadeau des étoiles
un enfant à jamais un enfant anormal
c'est ce que j'espérais alors pourquoi j'ai mal
j'aurais pas réussi à me détacher de toi
le destin est gentil tu n'e t'en iras pas
t'auras pas dix-huit ans de la même façon
que ceux que le temps rend plus hommes que garçons
t'auras besoin de moi mon éternel enfant
qui ne t'en iras pas vivre appartement
ta jeunesse me suivra jusque dans ma vieillesse
ton docteur a dit ça c'était comme une promesse
moi qui avais tellement peur de te voir m'échapper
voilà que ton petit cœur me jure fidélité
toute ma vie durant j'conserverai mes droit
mes tâches de maman et tu m'appartiendras
ceux que l'on met au monde ne nous appartiennent pas
c'est ce que l'on nous montre et c'est ce que l'on croit
c'est une belle histoire que cette histoire-là
mais voilà que surprise mon enfant m'appartient
tu te fous de ce que disent les auteurs des bouquins
t'arrives et tu m'adores et tu me fais confiance
de tout ton petit corps de toute ta différence
j'serai pas là de passage comme les autres parents
qui font dans le mariage le deuil de leur enfant
j'aurais le privilège de te border chaque soir
et certains jours de neige de te mettre ton foulard
à l'âge où d'autres n'ont que cette visite rare
qui vient et qui repart par soirs de réveillon
tu seras le bâton de ma vieillesse précoce
en même temps que le boulet qui drainera mes forces
tu ne connais que moi et ton ami pierrot
que je te décrit tout bas quand tu vas faire dodo
et tu prends pour acquis que je serais toujours là
pour t'apprendre cette vie que tu n'apprendras pas
car ta vie s'est figée mais la mienne passera
j'me surprends à souhaiter que tu trépasses avant moi
on ne peut pas t'admirer autant que je t'admire
moi qui ai la fierté de te voir m'appartenir
j'voudrais pas qu'on t'insulte et qu'on s'adresse a toi
comme à un pauvre adulte parce qu'on t'connaîtrait pas
si le diable s'arrange pour que tu me survives
que dieu me change en ange que je puisse te suivre
ceux que l'on met au monde ne nous appartiennent pas
à moins de mettre au monde un enfant comme toi
c'est une belle histoire que celle qui est la notre
pourtant je donnerais ma vie pour que tu sois comme les autres.




N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

22/09/2007

Ne laissez personne ruiner votre journée

Voici un extrait du livre de Og Mandino, "Une meilleure façon de vivre" :


"Montaigne nous disait que la vie est une chose tendre et facile à molester. Il y a toujours quelque chose qui peut aller mal. Souvent, les petits ennuis peuvent être les plus problématiques, et comme les petits caractères fatiguent le plus nos yeux, ces petites vexations peuvent ruiner nos journées si nous le permettons.

Les êtres humains sont des animaux extrêmement fragiles. Nous pouvons nous éveiller avec une chanson sur les lèvres et laisser les dures paroles de quelqu'un, les bouchons de circulation ou une tasse de café répandue ruiner notre journée.

Ne laissez jamais quiconque ou quoi que ce soit ruiner votre journée. Il y aura toujours des détracteurs, des critiques ou des cyniques qui vous envieront, et qui envieront vos habiletés, votre travail ou votre mode de vie. Ignorez-les. Ils sont comme les sirènes d'un passage à niveau, qui sonnent bruyamment et vainement pendant que le train passe. Vos heures et vos journées sont beaucoup trop précieuses pour que vous les abandonniez à ce groupe de jaloux qui ne trouvent jamais une qualité à un être humain et ne ratent jamais un défaut. Ce sont des rapaces humains, vigilants dans le noir et aveugles à la lumière, recherchant la vermine et ne voyant jamais le noble gibier.

Nul ne peut vous distraire du bonheur et vous empêcher de faire de votre mieux... à moins que vous ne le permettiez. Rappelez-vous que celui qui peut éviter un moment de collère peut aussi éviter une journée de chagrin."



N'hésitez pas à visiter le site Katisa Editions http://www.katisa-editions.com et à télécharger les ouvrages et les audios gratuits.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique